Identifié par

Vivre en ville

Stratégie nationale de mobilité durable : des places et des avantages pour l’autopartage

Le 10 février dernier,  le Ministre des transports, M. Sylvain Gaudreault, présentait la Stratégie Nationale de Mobilité Durable. Pour la première fois, une stratégie nationale intègre les demandes que Communauto a faites au gouvernement du Québec depuis plusieurs années et lors de la consultation publique qui l’a précédé (voir le mémoire présenté par Communauto).

En voici quelques extraits :

« Le covoiturage et l’autopartage sont des options intéressantes et peu coûteuses pour compléter les efforts consentis en faveur du transport collectif. Le covoiturage et l’autopartage peuvent être développés en même temps que le transport en commun. Ils revêtent un intérêt particulier dans les secteurs non desservis par le transport en commun… 

[…]

une directive gouvernementale obligera les établissements des secteurs public et parapublic à réserver des places pour les voitures en autopartage. 

Les municipalités seront encouragées à prendre des mesures similaires. »

Transport et aménagement
Du côté des bonnes nouvelles, la planification commune de l’aménagement et des transports, tout comme l’optique de transférer des sommes excédentaires du PQI routier vers le maintien des actifs en transports collectifs, répondent aux demandes de longue date de TRANSIT.

« Nous restons sur notre appétit quant à savoir comment sera financé le développement de l’offre de service. Heureusement, le ministre s’est donné un échéancier serré qui apportera du financement dès 2015 », a renchéri Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville.

Si vous voulez mieux comprendre la portée de cette Stratégie dans son ensemble,  nous vous suggèrons de lire le réaction de Vivre en Ville et Transit / Équiterre.

Bonne lecture !

 

Votre collectivité est-elle viable ?

En décembre dernier, l’organisme Vivre en Ville lançait un nouveau site web destiné à rassembler dans un même lieu des références, des photos et des études de cas pour mieux comprendre, planifier et construire nos milieux de vie.

Qu’il s’agisse de verdissement, de densité, de compacité, de transport actif ou de protection du territoire agricole, collectivitésviables.org est une source d’information en constante évolution, traitant des collectivités à l’échelle de l’agglomération, du quartier, de la rue, et du bâtiment.

Directement issues des missions de recherche de Vivre en Ville, en Amérique du Nord, ou en ailleurs dans le monde, les études de cas présenteront des exemples d’aménagements ou de projets contribuant à la création de collectivités viables. En complément des articles sur les principes des collectivités viables, elles seront l’occasion de montrer leur mise en application sur le terrain. Elles reviendront sur les facteurs de réussite et les forces de ces milieux de vie, tout en soulignant leur potentiel d’amélioration.

Découvrez cette nouvelle source d’information et n’hésitez à la partager avec vos décideurs, élus, conseillers de ville et amis.

Bonne lecture !

 

18 septembre : colloque intermodalité et autopartage à Québec

En Europe et en Amérique du Nord, de nombreuses collectivités, de concert avec les acteurs locaux du transport en commun, actif et partagé, veillent à améliorer l’intermodalité pour faciliter la mobilité des citoyens par des modes de transport durables.

Afin de réfléchir aux choix à faire en termes d’aménagement urbain et de mobilité pour intégrer davantage l’autopartage dans la ville, Vivre en Ville invite les élus et les autres décideurs, ainsi que les professionnels du transport et les citoyens à participer en grand nombre à un colloque qui se déroulera à Québec, le 18 septembre prochain.

Des conférenciers internationaux viendront y présenter des exemples concrets de l’Europe et des États-Unis, afin d’explorer les possibilités d’adaptation au Québec et de démontrer comment une approche intermodale, en intégrant efficacement l’autopartage, peut donner plus de mobilité aux citoyens tout en améliorant les espaces publics et la qualité de vie des agglomérations urbaines.

CONSULTEZ LE PROGRAMME COMPLET (PDF)

Pour plus d’information, cliquez ici.

 

L’alternative de l’autopromotion : habiter en ville autrement !

L’offre en habitation au Québec correspond trop souvent aux volontés des promoteurs, et pas spécifiquement aux besoins des futurs résidents. À la recherche d’une voie mitoyenne entre les tours à condos et l’habitat pavillonaire de très faible densité, Vivre en Ville explore les voies qui permettent aux familles de vivre là où elles le désirent, dans le type d’habitation qu’elles désirent.

L’autopromotion est une démarche immobilière permettant à un groupe de personnes, physiques ou morales, d’investir ensemble dans un projet conçu pour répondre à leurs besoins en terme d’espace et de financement, et ce sans l’intermédiaire d’un promoteur.

D’origine allemande, cette approche gagne en popularité de par ses nombreux avantages. L’autopromotion permet à des particuliers d’accéder à la propriété au prix coûtant, soit en épargnant sur les frais de marketing et la marge bénéficiaire du promoteur.

Pour en savoir davantage, rendez-vous sur vivreenville.org

 

Vivre en Ville : de nouveaux outils pour les décideurs

Ce court reportage produit par Vivre en Ville traite de la question du TOD, ou Transit-Oriented Developement. Dans la grande région métropolitaine de Montréal, on met actuellement sur pied 155 quartiers basés sur les principes du TOD. Or, est-ce que cela sera suffisant pour stopper l’étalement urbain et lutter contre la dépendance à la voiture? Vivre en Ville estime que pour cela, il est nécessaire d’imaginer les quartiers TOD comme étant des véritables milieux de vie, au-delà donc du simple projet immobilier. En s’inspirant de quartiers TOD de la région de Washington (DC) et de Portland (OR), Vivre en Ville dresse ici les éléments du TOD réussi.

Pour outiller les décideurs et professionnels des municipalités du Québec, en parallèle avec ce reportage, Vivre en Ville propose deux publications sur le sujet, en vente dès le 21 février

Pour plus d’informations : vivreenville.org/retisser-la-ville

_ _

Organisation d’intérêt public, Vivre en Ville contribue, partout au Québec, au développement de collectivités viables, œuvrant tant à l’échelle du bâtiment qu’à celles de la rue, du quartier et de l’agglomération.

Par ses actions, Vivre en Ville stimule l’innovation et accompagne les décideurs, les professionnels et les citoyens dans le développement de milieux de vie de qualité, prospères et favorables au bien-être de chacun, dans la recherche de l’intérêt collectif et le respect de la capacité des écosystèmes.

Polyvalente, rigoureuse et engagée, l’équipe de Vivre en Ville déploie un éventail de compétences en urbanisme, mobilité, verdissement, design urbain, politiques publiques, efficacité énergétique, etc. Cette expertise diversifiée fait de l’organisation un acteur reconnu, tant pour ses activités de recherche, de formation et de sensibilisation que pour son implication dans le débat public et pour ses services de conseil et d’accompagnement.

Pour découvrir Vivre en Ville plus en détails, consultez leur brochure de présentation.

 

Design urbain : comment célébrer l’hiver dans l’espace public ?

Concours_ADUQ
Crédits image © ADUQ

L’Association du design urbain du Québec (ADUQ), en collaboration avec Vivre en Ville et le Bureau du design de la Ville de Montréal, lance le concours d’idées « Nordicité », cherchant à célébrer la place qu’occupe l’hiver dans notre quotidien, et stimuler la recherche d’idées novatrices parmi les membres de l’ADUQ et de Vivre en Ville.

L’hiver est une saison sous-estimée dans une partie importante de l’Amérique du Nord. Longue, froide et enneigée, elle nous pousse à adopter un mode de vie en rupture avec la réalité du reste de l’année, et pourtant, l’environnement bâti ne reflète que très peu les spécificités de ce climat. Des aménagements tels que le Montréal sous-terrain n’ont fait que fuir la réalité de cette saison au détriment de la vitalité de l’espace public, et finalement seul l’événementiel semble parvenir à l’apprivoiser. Mais qu’en est-il de l’espace public du quotidien ?

Ce concours d’idées invite à la création d’installations urbaines ou d’un design d’espace public qui devront proposer une expérience particulière et spécifique à la période hivernale. Créatives, intelligentes, originales, participatives, les interventions devront chercher à favoriser la déambulation et à dynamiser les espaces publics extérieurs du quotidien afin de favoriser leur fréquentation.

Communauto est heureuse d’inviter ses abonnés, membres de l’ADUQ ou de Vivre en Ville, à participer à ce concours original et inspirant.

Pour vous inscrire, rendez-vous au : www.aduq.ca/concours-nordicite
Pas encore membre de Vivre en Ville ? Découvrez comment le devenir au : www.vivreenville.org

Bonne chance à tous les participants !

 

(Re)découvrez Vivre en Ville !

Crédit photo © Communauto

Le 15 octobre dernier, l’organisme Vivre en Ville dévoilait sa nouvelle image au grand bonheur de ses partenaires, amis et collaborateurs. Après des mois de réflexion et de travail, les nouvelles couleurs de l’organisation illustrent clairement son élan actuel. Avec des projets qui se multiplient et une solide assise, l’équipe d’experts qui a doublé au cours des deux dernières années, avait à cœur de revoir son identité pour mieux répondre aux défis variés auxquels font face les collectivités. L’intérêt pour l’urbanisme et le design urbain étant plus fort que jamais, l’équipe de Vivre en Ville a décidé de saisir l’occasion. Ainsi, avec cette énergie, renforcée par ce changement organisationnel, par la qualité de son équipe et par l’implication de ses membres, Vivre en Ville poursuit ses projets.

Organisation d’intérêt public, Vivre en Ville contribue, partout au Québec, au développement de collectivités viables, œuvrant tant à l’échelle du bâtiment qu’à celle de la rue, du quartier et de l’agglomération. Par ses actions, Vivre en Ville stimule l’innovation et accompagne les décideurs, les professionnels et les citoyens dans le développement de milieux de vie de qualité, prospères et favorables au bien-être de chacun, dans la recherche de l’intérêt collectif et le respect de la capacité des écosystèmes.

Devenez membre et associez-vous à sa mission. Votre appui permettra à Vivre en Ville de prendre le virage nécessaire pour un meilleur aménagement de nos milieux de vie.

Pour plus d’information, rendez-vous au : www.vivreenville.org

 

5 juin : Journée internationale de l’environnement

Crédits photo © Google images

Communauto invite tous ses abonnés à faire un geste concret pour la terre durant la journée internationale de l’environnement, le 5 juin 2012 prochain.

Participez au Défi Climat ! Jusqu’au 15 juin, comme des milliers de citoyens, prenez l’engagement de réduire vos émissions de gaz à effet de serre en choisissant, parmi une liste proposée, des gestes écolos inspirants, dont certains pour les plus intrépides !

Vous pouvez également consulter les sites de nos partenaires, ils sont une mine d’information pour tout ce qui concerne l’environnement et les transports durables.

– Équiterre
– Vélo Québec
– Mouvement collectif
– Centre d’écologie urbaine de Montréal

– Conseil régional de L’environnement de Montréal

Aussi, plusieurs événements s’organisent dans les villes du Québec en marge de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20). Voici quelques dates importantes :

Cocktail de réseautage : du Jour de la Terre à Rio+20, Gatineau
4 Juin, 2012 – 17h00 à 20h00
5 à 7 sur les enjeux de Rio+20 et l’économie verte au Québec, Sherbrooke
6 Juin, 2012 – 17h00 à 19h00
13 Juin, 2012 – 12h00 à 14h00

 

Le coût élevé du stationnement gratuit : des pistes de solutions

Crédits photos © Google images

Le stationnement gratuit nuit aux villes et à l’économie selon Donald Shoup, sommité dans le domaine du stationnement urbain et professeur émérite à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). En visite au Québec, cet urbaniste visionnaire a présenté des pistes de solutions pour contrer les problèmes reliés au stationnement en ville.

Des solutions
Tout d’abord, il est important de charger le bon tarif de stationnement selon l’emplacement de celui-ci dans la ville. Une solution : le stationnement au tarif modulé, comme il le nomme,  a fait ses preuves et pourrait devenir un outil profitable aux villes et aux commerçants. La ville de San Francisco a implanté son propre système de stationnement modulé (SFpark) et ça fonctionne. Jouant sur le principe de l’offre et de la demande selon l’achalandage d’une rue, le tarif est alors modulé obligeant les occupants à rester moins longtemps ou à choisir un autre emplacement. Ainsi, les espaces moins occupés deviennent moins chers et ainsi de suite.

Des bornes intelligentes
C’est grâce à un système de borne intelligente qui indique la disponibilité des espaces de stationnement libre et le coût en temps réel que les automobilistes peuvent ainsi gagner du temps et moins faire tourner leur moteur inutilement. Effectivement, selon M. Shoup, près d’un tiers du trafic automobile en ville est causé par les personnes qui cherchent une place de stationnement.

La modulation n’est pas tout, il faut aussi éviter les grandes aires de stationnement privées qui profitent seulement aux propriétaires, sans redonner à la population des villes.

Le problème du stationnement en ville n’est pas nouveau, des organismes comme le Centre d’écologie urbaine de Montréal, le CRE de MontréalVivre en ville et Accès transports viables, sont depuis longtemps d’avis qu’il faut revoir notre façon de penser la ville et ses espaces publics.

 

Midi-Vélo Desjardins : c’est un rendez-vous !

Communauto invite ses abonnés à se rendre à la Grande-Place du complexe Desjardins pour un midi 100 % vélo. Cette activité, organisée par Desjardins en tandem avec l’équipe de Vélo Québec, en est à sa deuxième édition. Venez nous voir, nous tiendrons un kiosque sur place !

Au programme :

Des réponses à vos questions, aux kiosques des partenaires, sur le vélo-boulot, le cocktail transport, le transport actif et collectif, le cyclotourisme, le vélo de montagne et les événements cyclistes de l’été.

Des ateliers interactifs de 12 h à 13 h au kiosque Opération vélo-boulot de Vélo Québec :

– Protéger son vélo du vol : trucs et astuces.
– Ajuster son vélo à sa taille : l’importance d’être bien positionné pour pédaler heureux.

Des prix à gagner :

– Au kiosque de Vélo Québec : un forfait familial à la Petite Aventure Desjardins.
– Au kiosque de SOS vélo : un ÉCOVÉLO.
– Au kiosque de Desjardins : 3 000 $ en prix voyage à gagner !

Des mises au point mécaniques offertes gratuitement. Inscrivez-vous au kiosque mécanique de Vélo Québec entre 11 h et 12 h 30, afin de réserver votre créneau horaire, et présentez-vous, muni de votre vélo, à l’heure convenue.

Pour plus d’information >

 

Entrevue Train+Auto avec Vanessa Normand

À l’heure où les gouvernements et les municipalités repensent la ville, plusieurs organismes et intervenants s’impliquent déjà depuis longtemps pour faire de nos quartiers, des lieux d’avenir prospères et durables. Vanessa Normand fait partie de ses personnes qui croient profondément au développement durable par son enseignement.

Directrice régionale de l’ouest du Québec de l’organisme Vivre en Ville, nous avons eu le grand plaisir de la rencontrer à la maison du développement durable, lieu de leur nouvelle demeure. Elle nous parle de son quotidien et de son expérience comme utilisatrice du forfait Train+Auto de Communauto.

Créé en 1995, Vivre en Ville mise dès son origine sur le développement urbain viable. Rapidement, l’organisme devient un groupe de réflexion et d’influence qui place la formation et la sensibilisation au développement durable au cœur de son action.

Depuis 1996, l’équipe de Vivre en Ville s’est structurée en développant une expertise dans l’aménagement du territoire lié aux transports, à la qualité de vie des citoyens, à la gestion des ressources et de l’environnement. Cette expertise permet à l’organisme d’intervenir sur des sujets d’actualité concernant tant les affaires municipales que nationales.

Aujourd’hui, Vivre en Ville continue de stimuler l’innovation durable en aménagement du territoire et œuvre à l’amélioration de la qualité de milieux de vie du Québec. Les différents projets en cours ou à venir sont autant de preuves de la forte implication de l’organisme.

www.vivreenville.org

Un programme spécial pour combiner Train+Auto !
Vous aimeriez voyager en train et, une fois arrivé à destination, pouvoir poursuivre votre déplacement en voiture ? Abonnez-vous au forfait Train+Auto et profitez d’un prix réduit combinant le coût de votre billet de train et l’accès à une voiture en libre-service. Le transport durable n’aura jamais été si payant !

Abonnez-vous au forfait Train+Auto > 

 

TRANSIT : une alliance pour les transports collectifs

Crédits photos © Transit Québec, Googles images

L’Alliance pour le financement des transports collectifs au Québec, TRANSIT, a été lancée le 24 août 2011 dans le but de promouvoir un investissement massif dans les transports collectifs. Elle souhaite ainsi favoriser le développement et l’amélioration des services au bénéfice du plus grand nombre.

À l’instar de Communauto, une quarantaine d’organismes, d’entreprises et de regroupements ont décidé d’adhérer à TRANSIT. D’horizons très divers, tous ces membres partagent une même vision, celle d’un Québec se tournant massivement vers les transports collectifs. Concrètement, ils revendiquent l’atteinte d’objectifs ambitieux, comme de faire croître l’achalandage de ce type de transport de 40 % d’ici 2020 et de 100 % d’ici 2030. Pour y arriver, l’Alliance compte avoir droit au chapitre dans l’élaboration des politiques publiques et se propose de talonner les trois paliers de gouvernement afin qu’ils fassent des transports collectifs une priorité.

TRANSIT n’a d’ailleurs pas tardé à prendre part au débat public. Aux côtés de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et de l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ), l’Alliance a récemment lancé un véritable pavé dans la mare en exigeant des gouvernements qu’ils suspendent le développement de toute nouvelle infrastructure routière au profit de la réfection des routes et du développement des transports collectifs.

Pour nous parler de l’alliance TRANSIT, madame Florence Junca-Adenot, une des porte-paroles de TRANSIT, répond à nos questions :

1. Quelles ont été les réactions des instances gouvernementales et municipales depuis votre lancement ?

« C’est encore tôt pour voir des résultats concrets, de façon générale les réactions qu’on entend sont plutôt bien reçues. Les deux paliers au gouvernement apprécient qu’on documente beaucoup les propositions que l’on fait, mais on ne s’attend pas à ce que le gouvernement du Québec réponde à toutes nos demandes. Ce que nous essayons d’avoir c’est une approche pragmatique, positive et concrète. Au niveau municipal, les rétroactions sont bonnes et plutôt favorables. »

2. Vous avez récemment fait une surprenante sortie publique en diffusant un communiqué pour réclamer un moratoire sur le développement autoroutier. Concrètement, quelles sont vos autres revendications ?

« C’est en lien avec des recommandations précédentes, le gouvernement du Québec prévoit investir près de 18 milliards dans le réseau routier et autoroutier et près de 3 milliards dans les transports collectifs au Québec. Quand on décortique un peu, on se rend compte qu’une partie est pour l’entretien et la réfection du réseau routier et une autre partie est pour le développement du réseau autoroutier, notamment en milieu urbain. En ce qui concerne le transport en commun, c’est pour du renouvellement d’équipement et du développement. Dans une période où nous n’avons pas beaucoup d’argent et où il y a des besoins urgents de réfections, on demande de prioriser la réfection du réseau routier urbain, la réfection des infrastructures de transport en commun désuètes et un moratoire pour les prochaines années sur le développement routier et autoroutier, principalement dans les régions urbaines. Prendre l’argent qui est déjà prévu et l’appliquer sur la réfection du réseau routier et sur le développement du transport collectif. De façon générale, nos revendications ont été bien reçues un peu partout, on ne demande pas plus d’argent au gouvernement, mais de réallouer ces argents qui sont déjà prévus sur des points qui nous apparaissent plus urgents à court terme. »

3. Selon vous, quelle est la priorité actuelle du gouvernement du Québec en matière de transports ?

« Considérant que le gouvernement du Québec alloue un budget de 3 milliards pour tout le Québec pour le transport en commun et 18 milliards pour le réseau routier, il semble que la priorité ne soit pas le transport collectif. Juste dans la région de Montréal, la remise à niveau des infrastructures de transport en commun incluant le remplacement des voitures de métro, la rénovation des stations de métro, des gares de trains, des voitures de train, le remplacement des autobus, etc., il y a en a pour 10 milliards. Pour le Québec, le gouvernement prévoit 3 milliards pour les 5 prochaines années, c’est donc dire qu’il y a un problème. Il est bien que le gouvernement mette le transport collectif comme priorité dans son plan de transport, mais il faut que ça se traduise dans des choix budgétaires. »

4. Beaucoup d’associations vous soutiennent, espérez-vous que les sociétés de transport emboîtent le pas ?

« Les sociétés de transports défendent principalement les mêmes choses que nous proposons, nous sommes alignés dans les mêmes eaux, mais le fait que nous soyons neutres, nous pouvons aller un peu plus loin dans nos revendications. Notre objectif est sensiblement le même, nous voulons que les choses avancent et bougent afin d’éviter que nous ayons les mêmes débats l’automne prochain. »

5. À votre avis, quel rôle doivent jouer les administrations municipales en ce qui concerne les transports collectifs ?

« Les administrations municipales jouent un rôle fondamental, elles ont le pouvoir d’accepter ou de refuser le développement du transport collectif sur leur territoire, puisqu’ils en financent le déficit. Il n’y a pas assez d’utilisateur du transport en commun ici au Québec, donc tout projet a un déficit, comparativement à Shanghai ou on autofinancerait le transport collectif. Dans un premier niveau, les municipalités sont très impliquées puisqu’elles supportent les projets dont ceux à faveur du transport collectif, qui est une priorité pour elles. Dans un deuxième niveau, les municipalités peuvent intervenir sur l’aménagement du territoire pour faciliter les transports collectif et actif pour ainsi décourager l’utilisation de l’automobile et encourager les alternatives pour créer des milieux agréables à vivre .»

www.transitquebec.org

Vous avez envie de nous partager votre opinion ?
Quelle est selon vous la solution à la congestion routière ?
Participer à notre discussion >

 

La Maison du développement durable ouvre ses portes

 

Les membres de la Maison du développement durable : Équiterre, Amnistie internationale – Canada francophone, le Conseil régional de l’environnement de Montréal, ENvironnement JEUnesse, Option consommateurs, le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec et Vivre en Ville, invitent le public à une grande semaine d’inauguration qui se tiendra dans leur nouvel édifice écologique situé en plein cœur du Quartier des spectacles dès le 17 octobre 2011.

Au menu :

  • des conférences, dont une avec Steven Guilbeault et une avec Laure Waridel
  • la projection des films Home et Sagacité
  • des visites de l’édifice
  • des ateliers pratiques
  • un 5 à 7
  • des rallyes-nature
  • des dégustations de produits équitables et biologiques

Ces activités gratuites touchent une variété de thèmes liés au développement durable, comme le transport écologique, les changements climatiques, le micro-crédit, l’urbanisme et le commerce équitable.

Pour plus d’information>

Saga cité poursuit sa tournée !

Organisme indépendant, Vivre en Ville croit fermement que l’amélioration de notre qualité de vie et la préservation de notre environnement passent par l’urbanisme et par un aménagement optimal du territoire. Leur plus récent projet, Saga Cité, place les collectivités au cœur de la lutte contre les changements climatiques et s’inscrit dans une démarche d’information et d’action.

La tournée Saga Cité fait le tour du Québec depuis le printemps pour présenter son court métrage d’animation éponyme et pour inviter les citoyens à débattre de solutions adaptées à leur milieu. Communauto est heureuse de contribuer à faire connaître un projet qui propose des choix concrets et aborde des thèmes qui nous touchent tous comme la densité, la mixité, l’accessibilité, les transports collectifs et actifs… En septembre, la tournée Saga Cité s’arrête dans le village de Brome et dans la ville de Gatineau. Ne la manquez pas!

Visitez le www.sagacite.org pour visionner le court métrage Saga Cité et faire partie de la solution.