Identifié par

ville de Montréal

Voitures en libre-service: Communauto accueille avec enthousiasme le virage de la Ville de Montréal

Nous saluons avec enthousiasme la nouvelle orientation de la ville de Montréal en matière de VLS.

La demande de véhicules en libre-service est loin d’être satisfaite à Montréal et le potentiel est encore grand si on se compare avec d’autres villes canadiennes. La nouvelle politique de la Ville nous permettra enfin de franchir les barrières qui nous ont ralentis dans le passé. Elle contribuera également à réduire le nombre de voitures en circulation et leurs émissions.

Un mois gratuit de transport en commun avec la STM pour les nouveaux abonnés au DUO auto + bus

Crédits image © Communauto
Crédits image © Communauto

Cette année encore, dans le cadre des mesures prises pour remédier aux problèmes de la congestion liée aux différents travaux, Transports Québec offrira à tous les nouveaux abonnés au programme OPUS à l’année à tarif ordinaire, le 12e mois gratuitement. Cette offre est également valide pour les abonnés de Communauto qui décident de passer au DUO auto + bus avant le 11 décembre 2014.

Si vous êtes déjà abonné à OPUS à l’année et que :

Vous n’avez jamais bénéficié d’une offre «1 mois gratuit »
Vous serez automatiquement inscrit à la promotion en date du 1er novembre 2014. En restant abonné à ce service pendant 12 mois consécutifs, le mois d’octobre 2015 vous sera offert gratuitement.

Vous avez déjà bénéficié d’une offre « 1 mois gratuit »
Vous obtiendrez automatiquement un tarif fidélité en 2015.

En savoir plus sur le DUO auto+bus >

 

Communauto invite ses abonnés et leurs amis au cinéma d’ici !

RVCQ2014
Crédits image © RVCQ

Du 21 février au 1 mars 2014, profitez de notre 2 pour 1 pour les abonnés de Communauto et d’Auto-mobile. Partenaire dans la section « Développement durable » et transporteur officiel de la 32e édition des Rendez-vous du cinéma québécois, Communauto est heureuse de s’associer au plus important événement dédié à la promotion du cinéma d’ici pour une deuxième année consécutive.

Deux façons de vous procurer vos billets :

En ligne > Il vous suffit d’entrer le code promo : communautoRVCQ2014
ou sur place à la billetterie*

* À noter, une preuve d’abonnement vous sera demandée (la carte de membre pour les abonnés de Communauto et la carte OPUS pour les abonnés d’Auto-mobile).

Important
Cette offre ne peut être jumelée à aucune autre offre. Le 2 pour 1 s’applique à n’importe quelle projection régulière de la 32e édition des RVCQ, excluant les soirées Tapis bleu, 1(un) seul rabais par festivalier. Le rabais sera calculé à la page de paiement pour les achats en ligne.

Bon cinéma !

 

Communauto, transporteur officiel de la 32e édition des Rendez-vous du cinéma québécois

RVCQ-CP
De gauche à droite : Mme Ségolène Roederer, directrice générale de Québec Cinéma, M. François Pesant, chargé de projets pour Communauto, ainsi que M. Dominique Dugas, Directeur de festival

Montréal, le 5 février 2014 – Communauto sera le transporteur officiel de la 32e édition des Rendez-vous du cinéma québécois, une première pour l’organisation culturelle. Cela s’inscrit dans leur plan de développement durable qui intègre plusieurs volets cette année, dont celui du transport.

En choisissant Communauto, les Rendez-vous du cinéma québécois font preuve de vision en mettant en place une stratégie pour réduire leurs émissions de CO2. Les voitures 100 % électriques et hybrides de Communauto ainsi que son programme de compensation de carbone permettent de réduire ces émissions. Le choix de l’autopartage contribue à limiter, voir réduire le nombre de véhicules en circulation puisqu’un véhicule de Communauto remplace 10 véhicules privés.

Ainsi, l’équipe de production des Rendez-vous du cinéma québécois pourra bénéficier de voitures plus écologiques pour leurs besoins en déplacements pendant la durée du festival. Ces véhicules seront également présents lors des soirées d’ouverture et de clôture.

« Les Rendez-vous du cinéma québécois sont fiers de s’associer à Communauto, une entreprise québécoise à vocation sociale, urbanistique et environnementale qui nous permettra de réduire notre empreinte écologique. Nous espérons sincèrement que plusieurs autres festivals emboîteront le pas et considéreront des alternatives vertes à leurs besoins en transport »
a déclaré Dominique Dugas, Directeur des Rendez-vous du cinéma québécois.

« Cette association démontre que l’autopartage est une solution efficace pour la mise en place d’un plan de développement durable doté d’un volet transport. Les Rendez-vous du cinéma québécois ont fait le choix de se déplacer autrement tout en contribuant à améliorer leur impact environnemental sans réduire leur besoin de mobilité. En plus de s’engager envers l’environnement, ils contribuent à une économie locale et sociale  » a déclaré Marco Viviani, directeur développement et relations publiques de Communauto.

Bon cinéma !

 

 

Évadez-vous sans stress et en tout confort avec Via Rail !

Train
Crédits photo © Via Rail

 

 

 

 

Saviez-vous que depuis juin 2010, VIA Rail offre aux abonnés de Communauto un rabais de 10 % sur le meilleur tarif disponible pour des trajets effectués en train au Canada, et ce, peu importe la classe de service.

Pour en bénéficier, les abonnés intéressés doivent effectuer leur réservation de billets par Internet via leur session Réservauto. L’outil de réservation de billets de train, développé spécifiquement pour nos abonnés, est accessible sous le menu principal de Réservauto, en cliquant sur le logo de VIA Rail Canada.

Veuillez noter que le rabais s’applique seulement sur les réservations de billets de train effectuées via Réservauto.

Vous voyagez souvent en train pour vos déplacements d’affaires ?
Découvrez notre forfait Train + Auto !

 

Libre-service sans réservation : la Ville de Montréal doit exiger l’excellence et viser un parc automobile 100 % électrique

Montréal, 26 septembre 2013 – Communauto a dévoilé aujourd’hui les premiers résultats de son projet pilote de véhicules en libre-service sans réservation 100% électrique démarré en juin dernier sur le territoire du Plateau-Mont-Royal : le projet Auto-mobile.  L’objectif de ce projet est d’évaluer les impacts et les bénéfices de ce type de service afin que la Ville puisse, par la suite,  prendre une décision reposant sur une expérience concrète quant à l’implantation d’un tel service à Montréal.

Deux conclusions principales résultent de cette première analyse. La première est qu’Auto-mobile remplace par des déplacements en auto un nombre significatif de trajets qui auraient autrement été effectués par d’autres moyens de transport (taxi 11%, transport en commun 28%, autopartage avec réservation 19%, marche 10%, ou vélo 13% …).  Néanmoins, plusieurs constats supportent l’hypothèse que ce service pourrait avoir, au net, pour résultat de contribuer à consolider les offres de transport concurrentes à la propriété individuelle de l’automobile et permettre une réduction de la motorisation des ménages. Un suivi sur une plus longue période et la collecte de données complémentaires seront nécessaires pour confirmer ce potentiel.

La seconde conclusion qui découle du projet pilote est que ce service pourrait potentiellement constituer la clé du commencement de l’électrification du parc automobile dans une ville comme Montréal.  Même si la période d’activité couverte est relativement courte, l’utilisation de véhicules électriques nous est apparue comme une avenue potentiellement viable économiquement et constituerait une manière efficace de minimiser les impacts liés aux effets de cannibalisation de ce service sur les autres modes.

Plus de détails sur les résultats préliminaires du projet sont disponibles à l’adresse www.communauto.com/auto-mobile/rapport.pdf

L’une des spécificités du projet Auto-mobile a été d’utiliser la carte OPUS pour favoriser une identification plus grande de ce service avec l’offre des transports publics. Ce volet du service nous a permis non seulement de démontrer la fiabilité de la technologie embarquée des véhicules pour lire les cartes OPUS, mais a aussi permis aux utilisateurs d’avoir recours à un outil connu et efficace pour en faciliter l’accès.

Des décisions critiques à venir

Dès le lundi 30 septembre, les conseillers municipaux de plusieurs arrondissements seront appelés à voter des changements de règlements dans le but de permettre d’étendre l’implantation de systèmes de véhicules en libre-service sans réservation à Montréal.

Malheureusement, il semble, à cette étape, que les résolutions proposées ne fassent état d’aucune condition à respecter, à l’égard des opérateurs de ces services, quant à des critères à rencontrer ou de comptes à rendre pour permettre de poursuivre l’observation des impacts de ces services sur l’équilibre des modes à Montréal.

« Dans ce dossier, la Ville de Montréal a, selon nous, le devoir de faire preuve de vision. C’est à elle d’exprimer ses attentes et de tenter d’obtenir le mieux pour Montréal.  Si la filière des voitures électriques s’avère prometteuse, pourquoi ne pas en faire une exigence pour l’obtention des vignettes de stationnement qui permettront à ces véhicules de se garer ? » de demander M. Benoît Robert président fondateur de Communauto.

Ce matin, Communauto a envoyé une lettre aux conseillers municipaux des arrondissements concernés pour les sensibiliser à l’importance de la décision qu’ils s’apprêtent à prendre (www.communauto.com/auto-mobile/lettre.pdf). Contrairement à l’autopartage « traditionnel » beaucoup d’inconnus demeurent quant aux impacts du libre-service sans réservation sur les autres modes et sur le taux de motorisation de la population.  Il importe donc que la Ville exige également des prestataires de service, en contrepartie de son appui, une transparence dans le partage des données qui permettront de mieux comprendre la place occupée par ce nouveau service et d’en optimiser la contribution.

« Si la Ville et les arrondissements permettent dès le départ que ce service soit ouvert à des véhicules à essence, il sera difficile, même pour Communauto, de poursuivre le déploiement d’une offre reposant sur les véhicules électriques. Pourquoi diminuer déjà les attentes alors même que le projet pilote semble vouloir démontrer la faisabilité de la filière électrique et alors même que ce service ne coûterait pas un sou à la Ville de Montréal et qu’il pourrait constituer une excellente vitrine pour elle à l’étranger ?!? » se demande M. Robert.

Pour plus de détails sur le fonctionnement du service Auto-mobile consultez http://www.communauto.com/auto-mobile/

 

Le Cinéma sous les étoiles : dans un parc près de chez vous !

Cinema
Crédits image © Funambules Médias

Le Cinéma sous les étoiles, c’est une trentaine de projections citoyennes, conviviales et gratuites mettant en lumière des problématiques sociales, politiques et environnementales cruciales et préoccupantes, une présentation de Funambules Médias.

En plus de la simple joie d’apprécier une œuvre en plein air, leur plateforme offre un lieu de rencontre qui permet de tisser des liens entre les gens du quartier. Cet espace d’échanges et de discussions donne la chance aux citoyens de découvrir les documentaristes d’ici, artisans du cinéma social ainsi que de décortiquer des enjeux d’actualité locaux et internationaux.

Accessibles et gratuites, les activités se déplacent au cœur même des quartiers, cette approche est essentielle pour attirer les citoyens à réfléchir autour des thématiques proposées. Rendue possible grâce à une collaboration exceptionnelle entre les artisans du documentaire, les groupes communautaires, Desjardins et la ville de Montréal, la quatrième saison de cinéma urbain comprend une programmation riche et cohérente toujours à l’affût des grands enjeux d’actualité.

 

Communauto lance Auto-mobile : premier projet pilote de véhicules en libre-service sans réservation 100 % électrique au Canada

Montréal, 16 juin 2013 – Communauto inaugure aujourd’hui, sur le territoire de l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal, le premier système de véhicules 100% électriques en libre-service sans réservation au Canada. À partir d’aujourd’hui, une vingtaine de véhicules seront disponibles pour les citoyens, pour des trajets du point A au point B, au simple passage d’une carte OPUS préalablement enregistrée dans le système d’Auto-mobile.

L’objectif du projet pilote est d’évaluer les bénéfices et les impacts d’un tel service.

« La consultation publique du 11 juin au sujet du libre-service sans réservation nous confirme qu’il est nécessaire de mieux documenter les effets que ce service aura sur la mobilité des citoyens et sur les autres services de transport, et ce, en tenant compte des réalités montréalaises. Nous pensons qu‘un tel système devrait se positionner de manière à compléter l’offre de service existante pour les trajets de courte distance plutôt que de se placer en concurrence avec les autres acteurs du transport durable comme les taxis, la STM,  BIXI et l’autopartage avec réservation » a affirmé Benoît Robert, président-directeur général de Communauto.

« Le Plateau-Mont-Royal est ravi que Communauto l’ait choisi pour ce projet pilote et nous n’avons aucun doute que ce nouveau service sera accueilli avec enthousiasme par nos résidents, déjà exemplaires dans leurs choix de transport, et ce, à un degré sans égal au pays. Le recours à la voiture étant par moments incontournable, le système Auto-Mobile, qui s’ajoute à l’autopartage traditionnel, offre le maximum de bénéfices avec le minimum d’inconvénients pour les utilisateurs, comme pour la société. De son côté, l’arrondissement met en service une vignette universelle pour réduire autant que possible les contraintes liées au dépôt des voitures à proximité de la destination des utilisateurs » a ajouté Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal.

« Nous souhaitons connaître les effets réels d’un tel projet sur les habitudes de déplacements des Montréalais.  Les gains environnementaux pourraient être très significatifs sur nos émissions de gaz à effet de serre et de contaminants atmosphériques, si ce service remplace des déplacements motorisés à essence, et sur l’utilisation de l’espace urbain, si les utilisateurs délaissent leur deuxième voiture» mentionne Daniel Bouchard, responsable des campagnes sur le transport au Conseil régional de l’environnement de Montréal.

La recherche est soutenue par différents partenaires : les chercheurs de la Chaire de recherche Mobilité encadreront les sondages auprès des utilisateurs, et Taxi Diamond, le plus grand fournisseur de services de répartition de taxis au Québec, fournira son point de vue et des données relatives à l’utilisation du taxi. Le Conseil régional de l’environnement accompagne également Communauto dans cette démarche.  La technologie embarquée ainsi que les applications logicielles sont fournies par VULOG CarSharing, une PME française.

 

Auto-mobile, un complément aux autres modes de transport

Auto-mobile met également en place des actions concrètes pour renforcer et faciliter la complémentarité avec les autres modes de transport, notamment le transport en commun et le taxi.

Le partenariat annoncé par les Autorités organisatrices de transport (AOT) et Communauto en octobre dernier a permis d’équiper les véhicules électriques de Communauto d’un nouveau dispositif de lecture permettant d’authentifier l’abonné au simple passage de sa carte OPUS devant le lecteur placé sous le pare-brise. L’objectif est de rendre facile et attrayante l’utilisation combinée du transport en commun et de l’auto en libre-service afin d’améliorer les conditions de vie et la mobilité des citoyens de Montréal.

La collaboration avec le taxi est également essentielle au bon fonctionnement de l’offre d’Auto-mobile. Pour cette raison, l’application iPhone Auto-mobile,  à partir de laquelle il est possible d’identifier les véhicules en libre-service sans réservation à proximité, propose toujours l’option de commander un taxi à travers l’application mobile de Taxi Diamond.

Afin de faciliter l’utilisation de ce mode de transport, des coupons crédits de taxi seront remis aux usagers d’Auto-mobile. La valeur de ces coupons sera déterminée en fonction du temps d’utilisation avec Auto-mobile.

Lire la suite du communiqué >

 

Consultation publique : Communauto vous invite à vous exprimer !

Lancement
Crédits photo © Communauto

Dans le cadre d’une consultation publique pour le déploiement d’un système de véhicule en libre-service sans réservation, la Ville de Montréal invitera ses citoyens le 11 juin prochain à se questionner sur la pertinence de l’implantation d’un tel système dans leur ville.

Pour Communauto, plusieurs questions demeurent sans réponse :

  • Ce service augmentera-t-il le nombre de véhicules en circulation?
  • Quel impact aura-t-il sur l’industrie du taxi ?
  • Sera-t-il en mesure de convaincre les gens de délaisser leur auto personnelle et d’adopter le cocktail transport ?

Toujours convaincue de l’importance d’évaluer les bénéfices et les impacts d’un tel service, Communauto et l’arrondissement Plateau-Mont-Royal ont annoncé le 10 mai dernier le démarrage d’un projet pilote, Auto-mobile,  mettant en service une flotte d’une vingtaine de véhicules 100% électriques en libre-service sans réservation. Avec le lancement d’Auto-mobile, Communauto veut pouvoir éclaircir certaines incertitudes et contribuer positivement à la consultation publique. Accompagné par la Chaire Mobilité de Polytechnique Montréal et par Taxi Diamond pour des recherches, Communauto sera en mesure de partager les résultats à la fin du projet avec les autres acteurs impliqués : l’industrie du taxi et les sociétés de transport.

Et vous, qu’en pensez-vous? Écrivez-nous vos commentaires, ceux-ci nous permettront d’évaluer l’intérêt du public pour un tel service et d’approfondir nos connaissances sur celui-ci.

 

Réduisez vos matières résiduelles organiques pour 5 $ par semaine !

CompostMTL
Crédits photo @ Compost Montréal

Compost Montréal offre un service de collecte de matières résiduelles organiques pour les résidents de la métropole de la Ville de Montréal. Ils comptent plusieurs trajets de collectes hebdomadaires, qui couvrent divers quartiers de la Ville, pour seulement 5 $ par semaine ! Des collectes spéciales pour des événements sont aussi disponibles pour des particuliers.

Avec Compost Montréal, c’est simple de composter ! Ils fournissent tous les outils nécessaires, incluant un seau hermétique et un sac certifié compostable que l’on change chaque semaine. Ce qu’il vous reste à faire : remplir le seau avec vos matières résiduelles organiques, et sortir le seau le jour de votre collecte. C’est aussi facile que ça ! De plus, en guise de remerciement pour la participation au service de collecte, Compost Montréal distribue du compost à ses clients résidentiels au printemps, au grand plaisir des jardiniers. Vous pouvez consulter leur page sur la distribution de compost.

Compost Montréal existe afin d’offrir des solutions environnementales tangibles aux résidents de Montréal. Afin d’y parvenir, ils tiennent mordicus à la fabrication d’un compost de la plus haute qualité. En continuant de produire un compost fini de haute qualité, ils assurent la durabilité de leur projet pour les générations présentes et futures.

Cliquez ici pour vous inscrire et pour en savoir davantage sur leurs services.

Bon printemps !

 

Le Libre-Service Intégral à Montréal

LSI
Crédits image © Communauto

En avril 2011, Communauto a fait connaître son intérêt de mettre en place un projet de Libre-Service Intégral (LSI) à Montréal. Le LSI est un système d’autopartage dans lequel un parc de véhicules est disponible de manière spontanée : sans besoin de réserver, sans besoin de prévoir une heure de retour et sans besoin de rapporter le véhicule à son point de départ.

Depuis, Communauto a présenté son projet à la Ville de Montréal.

Qu’est-ce qui distingue le projet de Communauto ? 

Pour éviter qu’un système de ce genre créer simplement une augmentation du nombre de voitures en circulation, Communauto propose de mettre en place le service en étroite collaboration avec les transports en commun, le taxi et l’autopartage afin de bonifier l’offre du cocktail transport et d’en optimiser les retombées environnementales positives.

Lire le communiqué de presse d’avril 2011

 

La STM transporte les familles durant la semaine de relâche !

SortieFamille
Crédits image @ STM

Afin de permettre aux familles de profiter au maximum des activités de la semaine de relâche, la Société de transport de Montréal (STM) offrira son programme Sorties en famille tout au long du congé, soit du samedi 2 mars au dimanche 10 mars. Ainsi, durant cette période, un adulte muni d’un titre de transport valide dans le réseau de la STM pourra voyager avec jusqu’à cinq enfants de 11 ans et moins, et ce, sans frais supplémentaires. Les usagers du transport adapté peuvent également bénéficier de cette offre.

Cette offre arrive au bon moment. En effet, pourquoi donc s’embêter d’une auto lorsqu’on peut relaxer en se laissant conduire en bus ou en métro et que de nombreuses activités sont facilement accessibles en transport collectif? Pour les enfants, une sortie en bus ou en métro peut s’avérer une activité très divertissante. La STM les invite aussi à découvrir en famille une des plus grandes galeries d’art souterraine au monde, le métro de Montréal : http://www.stm.info/metro/art/index.htm.

Par ailleurs, en plus de permettre aux familles d’économiser sur les frais de déplacement, le programme Sorties en famille donne accès à des rabais exclusifs auprès d’une vingtaine de partenaires issus des secteurs touristique, culturel et des loisirs. La STM vous invite à vérifier au préalable l’horaire et les périodes de validité du rabais auprès du partenaire. Une liste complète des rabais peut être consultée à l’adresse suivante : www.stm.info/info/famille.htm.

Titres avantageux pour une visite à Montréal
Pour ceux qui profiteront de la semaine de relâche pour visiter Montréal, la STM vous permettra de vous déplacer de façon fiable et efficace partout en ville. La Société met à votre disposition plusieurs titres de transport avantageux, selon la durée de votre visite. Mentionnons notamment le titre Soirée illimitée (4 $), valide de 18 h à 5 h pour un nombre illimité de déplacements en bus et métro, ainsi que le titre Weekend illimité (12 $), valide du vendredi 18 h au lundi 5 h. Un adulte muni d’un de ces titres pourra profiter du programme Sorties en famille. La grille tarifaire peut être consultée ici : http://www.stm.info/tarification/grilletarif.htm

Bonne semaine !

Source : Communiqué STM

 

 

Le Santropol Roulant : organisme socialement engagé

SantropolRoulant_article
Crédits photo © Santropol Roulant

Connaissez-vous Le Santropol Roulant ? Depuis 1995, cet organisme utilise la nourriture comme véhicule pour briser l’isolement social et économique entre les générations et les cultures. De manière créative et collaborative, ils travaillent à renforcer et à nourrir la communauté locale par des approches novatrices sur les thèmes de l’engagement des jeunes, des systèmes alimentaires urbains, de la sécurité alimentaire et du maintien dans la communauté.

Après 17 ans au service de la communauté, Le Santropol Roulant à livré plus de 465 000 repas à des personnes en perte d’autonomie, majoritairement des aîné(e)s. Au fil des années, plus de 300 emplois et stages ont été offerts à des jeunes montréalais(ses)s.

Le Santropol Roulant c’est aussi des gens engagés, qui à tous les mois, travaillent à faire de cet endroit un véritable centre de changement social. Vous avez envie vous aussi de devenir un acteur de changement ? Plusieurs réunion d’information se tiennent régulièrement pour faire du bénévolat. Durant ces rencontres, vous en apprendrez plus sur l’histoire du Santropol Roulant et ses différents programmes.

De plus, vous serez invité à visiter tous les racoins de leur espace, du sous-sol avec les bacs à compost au toit aménagé pour l’agriculture urbaine. Pour assister à une séance d’information des bénévoles, appelez au 514-284-9335 ou envoyez un courriel à Ben, le responsable des bénévoles.

Chaque année, l’équipe du Santropol Roulant oriente près de 1000 nouveaux bénévoles et partage avec eux comment ils peuvent aider leur communauté en faisant du bénévolat au sein des différents programmes dans la cuisine, dans les sites de jardinage, dans l’atelier de vélo, et avec les projets et les événements spéciaux.

Pour vivre l’expérience et en connaître davantage sur le Santropol Roulant, rendez-vous au : www.santropolroulant.org

Bonne découverte !

 

Le Jardin botanique vous invite à un banquet céleste !

Crédits photo © Montage Google images

À l’occasion de son 20e anniversaire, La Magie des lanternes revient cette année avec un nouveau thème : le banquet des pêches organisé par la divinité Xi Wang Mu, Reine-mère de l’Occident. Toujours plus belles et magiques, les nouvelles lanternes vous amèneront dans un voyage féérique au banquet de la vieille dame d’Occident présentant à ses convives les pêches d’immortalité qui arrivent à maturité une fois tous les 3000 ans. Ce sont près de 1 000 lanternes, créées à Montréal et construite en Chine qui illumineront le jardin de couleurs vives.

En plus de célébrer le 20e anniversaire de La Magie des lanternes au Jardin de Chine, les visiteurs découvriront un Jardin japonais magnifié par une mise en lumière fine et subtile.

Allez-y en métro, à pied, en vélo ou en Bixi ! Profitez de cette belle sortie pour découvrir à nouveau votre jardin de ville préféré.

Du 7 septembre au 4 novembre 2012 au Jardin botanique de Montréal.

Pour plus d’information >

 

Voyage olfactif au Jardin botanique de Montréal

Crédits photo © Espace pour la vie

Quand on parle du Jardin botanique de Montréal, on ne réalise pas à quel point il s’agit d’une attraction d’envergure internationale. À preuve, le site reçoit près d’un million de visiteurs par année. De ce nombre, près de la moitié sont des touristes étrangers, surtout des Américains et des Français.

Entrée : payante (incluant l’accès à l’Insectarium)
Services : boutique, mini-train durant l’été, restaurant
Horaire : tous les jours 9h à 17h (jusqu’à 18h en été et jusqu’à 21h en automne), sauf les lundis du début janvier à la mi-mai et du début novembre à la fin décembre (ouvert les jours fériés)

Plantes : 22 000 espèces et variétés
Arboretum : 2 000 espèces de partout dans le monde
Activités sur place : visite éducative

Circuit
Par où commencer votre visite? Pourquoi pas par les « jardins d’exposition », à l’ouest, en vous attardant aux plantes médicinales ? Peut-être y verrez-vous l’échinacée pourpre dont l’extrait donne de l’énergie aux humains. Plus au nord, des canards sauvages pataugent dans des étangs égayés par les grosses fleurs blanches et jaunes des nénuphars. Chemin faisant, vous traverserez la roseraie, d’où se dégage un parfum enivrant. Des rosiers, il y en a 10 000. Alors, imaginez le bouquet !

Balade dans les serres
Ouvertes en 1958, les 10 serres d’exposition couvrent une superficie de 4 000 m². Les visiter devient presque une expédition. C’est si grand qu’il est à peu près impossible de tout voir en une seule fois. En hiver, la végétation luxuriante et la chaleur humide donnent une atmosphère de tropiques instantanés. En été, vous retrouvez un abri contre la chaleur accablante ou contre la pluie. Vous y découvrez entre autres l’exotisme des penjings, ces petits arbres nains de la Chine. Chacune des serres vous entraîne dans une partie du monde différente.

Floraisons et plantes tropicales
Agrémentée d’une mezzanine et d’une cascade, la grande serre d’exposition se métamorphose au gré des saisons. Au printemps, les papillons virevoltent par milliers lors de l’événement « Papillons en liberté », suivi en été par de magnifiques floraisons, alors qu’octobre ramène le « Grand Bal des citrouilles ».

« Serre du Soleil », l’hacienda, grâce à son architecture d’influence espagnole, vous fait faire un voyage éclair au Mexique et en Amérique du Sud.  Sa cour est égayée de cactus et de plantes grasses de toutes sortes. Là, comme dans la serre des régions arides, vous retrouvez entre autres plusieurs espèces d’agaves, des plantes grasses avec lesquelles on fait la tequila au Mexique.

La serre des plantes tropicales alimentaires vous fait connaître à son tour caféier, figuier, etc., bref, 80 espèces qui fournissent nourriture, fibres pour tissus, épices ou médicaments. Décidément, explorer les serres, c’est aussi un voyage éclair au pays de la connaissance.

À voir ou à revoir
Le site est tellement grand qu’il est presque impossible de tout voir en une seule visite. Après tout, il y a une trentaine de jardins. Mais ne manquez surtout pas ce qui fait la renommée du Jardin botanique de Montréal, soit le Jardin de Chine, le Jardin japonais et le Jardin des Premières-Nations. Sans parler de l’Arboretum et de la Maison de l’arbre. Voilà sans doute pourquoi des visiteurs y sont déjà allés plusieurs fois !

Comment s’y rendre
Jardin botanique de Montréal, 4101 rue Sherbrooke E., 514-872-1400
www.ville.montreal.qc.ca/jardin
En transport en commun : métro Pie-IX ou Viau.
À vélo : par la piste cyclable de la rue Rachel.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Les ruelles du Plateau !

Crédits photo © Soverdi.org

Montréal compte environ 450 km de ruelles! Si plusieurs d’entre elles sont peu invitantes pour le marcheur, il s’en trouve tout de même une grande quantité, dans tous les quartiers de la ville, qui sauront étonner ceux qui s’y aventurent. Car tel est le mot d’ordre : aventure ! Lorsqu’il est question des ruelles montréalaises, il n’y a point d’itinéraires précis et de directions à suivre. Donc, il suffit d’explorer, de se perdre un peu, d’oser, bref, de laisser libre cours à son intuition. Parmi les différents arrondissements de la ville, celui du Plateau-Mont-Royal se révèle fort intéressant, car il renferme plusieurs ruelles fort bien aménagées, entretenues et propres. Or, il est relativement facile pour le promeneur d’en parcourir plusieurs afin d’élaborer un parcours agréable.

6 km / 2 heures

Randonnée urbaine
Le parcours que nous vous suggérons débute au square Saint-Louis et se termine au parc La Fontaine (6 km).

Ruelle Drolet/Henri-Julien
Du square Saint-Louis (0,0 km), empruntez la rue Drolet jusqu’à la ruelle située entre cette rue et l’avenue Henri-Julien (ruelle Drolet/Henri-Julien). Cette première section de ruelle se révèle fort jolie et très bien aménagée. Il s’agit d’une ruelle champêtre dont on a retiré l’asphalte pour le remplacer par de la pelouse et du gravier.

Rue Demers
Passé la rue Rachel, la ruelle s’aventure derrière l’imposante église Saint-Jean-Baptiste, érigée en 1874 et pouvant accueillir 3 000 personnes. Après avoir bifurqué dans un passage et traversé un petit parc, vous arriverez sur l’avenue Henri-Julien, à l’angle de la rue Villeneuve où, tout juste au nord, se trouve la charmante et originale rue Demers (1,8 km), qu’il vaut la peine d’admirer quelques instants. Fermée à la circulation automobile, cette toute petite rue, qui ressemble davantage à une ruelle, a des airs d’Italie et de Portugal.

Ruelle Saint-André/Mentana
Rebroussez chemin jusqu’à la rue Villeneuve, tournez à gauche, traversez la rue Saint-Denis et empruntez la rue Gilford jusqu’à la rue Saint-André. De là, empruntez la ruelle Saint-André/Mentana vers le sud, jusqu’à l’avenue du Mont-Royal (2,8 km).

Ruelle Brébeuf/Chambord
Tournez à gauche sur l’avenue du Mont-Royal et rendez-vous jusqu’à la rue Brébeuf. Empruntez la ruelle Brébeuf/Chambord vers le nord, jusqu’à l’avenue Laurier. Passé la rue Gilford, la ruelle porte le nom de ruelle Modigliani et présente plusieurs jolies murales. Tournez à droite sur l’avenue Laurier et continuez jusqu’à l’avenue Papineau.

Ruelle Papineau/Cartier
Tournez à droite sur l’avenue Papineau et, immédiatement, à gauche sur l’avenue Laurier. Tournez tout de suite à gauche dans la première entrée qui mène à la ruelle Papineau/Cartier. Empruntez cette ruelle jusqu’à la rue Masson et, de là, empruntez la ruelle Cartier/Chabot pour revenir sur l’avenue Laurier. À l’angle de l’avenue Laurier et de la rue Chabot (5 km) se trouve le mignon petit parc De Lorimier.

Ruelle Chabot/Cartier
Continuez dans la rue Chabot, traversez le boulevard Saint-Joseph, puis la rue Gilford, et empruntez la ruelle Chabot/Cartier jusqu’à l’avenue du Mont-Royal. Tournez à droite sur cette dernière et poursuivez jusqu’à la rue Marquette.

Ruelle Marquette/Fabre
Empruntez la ruelle Marquette/Fabre (vers le sud), traversez la rue Marie-Anne et reprenez la ruelle jusqu’à la rue Rachel et au parc La Fontaine (6 km).

Comment s’y rendre
Information : Arrondissement du Plateau-Mont-Royal, tél. 311
En transport en commun : métro Sherbrooke.

Tiré du guide Ulysse Marcher à Montréal et ses environs, par Yves Séguin.

 

Des autos électriques en libre-service à Montréal

Crédits photo © Autolib’

Suite au Forum stratégique sur les grands projets de Montréal, François Cardinal, éditorialiste à La Presse, écrivait un billet à propos d’Autolib’ intitulé « Des autos électriques en libre-service à Montréal ? Le maire dit oui… ».

Présent lors du Forum, Communauto apporte ici quelques éléments de réflexion sur ce projet qui suscite un engouement important chez la population.

Mentionnons, pour fin de clarification, qu’il était question, ici, de Libre Service Intégral (LSI) et non pas du service d’autopartage déjà offert aux Montréalais par Communauto. Contrairement à l’autopartage qui constitue également une offre d’automobiles offertes en libre-service, le LSI permet d’utiliser un véhicule sans le réserver au préalable et de le laisser à la fin de sa course à un endroit autre que son point de départ :

1) Les retombées environnementales positives des systèmes de Libre Service Intégral dépendent strictement de la présence d’autres alternatives à l’auto pour les déplacements pendulaires ou de plus longue distance. En fait, l’incertitude liée à la disponibilité du véhicule, dont on ne connaît pas la localisation dans le futur, et le coût du trajet (environ 0,35 $/min pour Car2Go, 5-7 euros la demi-heure pour Autolib’) réduisent la capacité de ces systèmes de représenter à eux seuls une alternative à la propriété d’une auto. De cette réalité découle l’importance d’intégrer le LSI en complémentarité avec les offres des autres acteurs du transport durable : taxi, transport en commun, autopartage et BIXI.

2) Le LSI risque d’entrer en compétition directe avec l’industrie du taxi, une composante importante du cocktail transport montréalais. Il s’avère donc nécessaire, ici, de planifier une intégration qui met en valeur ces deux systèmes.

Fort de son expérience et de sa vision intégrée du LSI, Communauto a annoncé en 2011 sa volonté et sa capacité de mettre à la disposition des Montréalais un tel système, de façon à ce qu’il soit orienté à promouvoir la mobilité collective, le tout en collaboration avec tous les acteurs du transport durable, incluant les taxis.

3) Nul ne peut contredire le fait qu’une manière d’augmenter l’impact positif du Libre Service est par l’utilisation de la technologie électrique. Ceci constitue une opportunité particulièrement significative au Québec. La présence d’un opérateur d’autopartage comme Communauto, parmi les plus grands au monde dans ce secteur, ainsi que la présence d’une source d’énergie électrique renouvelable, abondante et peu couteuse, et d’un opérateur engagé dans l’électrification du transport comme Hydro-Québec garantit une certaine expertise dans les deux domaines principaux du projet.

4) Les contraintes liées au choix d’électrifier le réseau comme l’a fait Autolib’ sont toutefois non négligeables. À Paris, la nécessité d’avoir des stations de recharge disponibles au départ et à destination crée une rigidité importante par rapport à la flexibilité offerte par les solutions thermiques déployées par Car2Go, notamment à Vancouver, où les voitures peuvent être garées partout, légalement, à l’intérieur d’un certain secteur.

5) Qui plus est, à Paris, l’alimentation en chaussée des véhicules électriques a nécessité un investissement important de la part des administrations de l’île de France : 50 000 euros par station d’environ 5 véhicules, en échange d’un loyer d’environ 750 euros par année par véhicule. Les voitures de Communauto garées sur des espaces publics à Montréal rapportent des revenus similaires à la Ville sans que celle-ci n’ait eu à investir dans le déploiement de cette offre.

6) À Montréal, de plus, les opérations de déneigement ont empêché jusqu’à maintenant d’établir un réseau important de voitures en autopartage sur la chaussée. La chose serait compliquée d’autant par la nécessité du besoin de prévoir une recharge. La réalisation du projet d’Autolib’ à Paris repose sur une volonté ferme de la part de la Ville, qui a été prête à investir des sommes considérables (50 millions d’euros) pour le réaliser en plus de libérer les espaces en voirie nécessaire pour mettre en place un réseau de stations important.

Selon vous, y a-t-il un avenir pour le LSI électrique à Montréal ?

 

Où allez-vous en vacances cet été ? Partagez avec nous vos idées de mobilité durable !

Crédits photo © Montage - Google images

C’est plus fort que nous. Sitôt la neige fondue, on s’imagine déjà en vacances. On commence à planifier, et on se met à rêver. Plage, camping, jardinage, voyage… Pour vous aider à organiser vos vacances sans mettre une croix sur vos principes écologiques, nous vous suggérons quelques pistes « hors des sentiers battus » pour vous déplacer autrement cet été.

Des vacances à pied ?
La Fédération québécoise de la marche regroupe une centaine d’organisations offrant des activités de randonnée pédestre partout au Québec. Que vous soyez seul, en couple ou en famille, joignez-vous à d’autres randonneurs pour une excursion d’un jour ou plus et découvrez des paysages à couper le souffle. Les coûts sont généralement modestes et le transport se fait en autobus ou en covoiturage.

À propos de covoiturage, Communauto a de nombreux partenaires : Amigo express, Allo stop, AlternativeAuto, Covoiturage Montréal, dont certains offrent des rabais aux membres de Communauto.

Kayak et canot en ville !
Bien des Montréalais en viennent à oublier qu’ils habitent une île tant l’accès aux rives a été limité par le passé. Des progrès ont heureusement été faits, notamment grâce à la Route bleue du Grand Montréal, dont les itinéraires nous permettent de voir la métropole sous un autre angle tout en pagayant.

Vive le cyclotourisme !
Le cyclotourisme s’est démocratisé ces dernières années de sorte qu’il est plus facile que jamais d’organiser petits et grands voyages à vélo. Et ce n’est pas nécessaire d’être au sommet de votre forme pour partir en escapade ! Informez-vous auprès de Vélo Québec des innombrables possibilités qui s’offrent à vous selon votre condition physique.

Le train, une formule romantique et pratique
Les romantiques s’imagineront prendre le Transsibérien ou monter dans l’Orient express… Les plus pragmatiques, eux, apprécieront sa simplicité, son confort et son faible coût. Envie de parcourir le pays d’est en ouest ou de vous évader le temps d’une petite escapade ? Via Rail propose de nombreux forfaits ainsi que des tarifs réduits pour les enfants, les jeunes adultes et les aînés. De plus, profitez d’un rabais de 10 % pour les mêmes de Communauto.

D’autres idées à ne pas négliger !
Membres de Communauto, n’oubliez pas que nos partenaires vous offrent des rabais exclusifs ! Si ce n’est pas déjà fait, profitez de l’été pour découvrir les écogîtes d’Entre Cîmes et Racines, les auberges Le Baluchon et Au Diable vert et les activités d’Aventure Écotourisme Québec, entre autres… Pensez aussi à combiner ces offres avec nos tarifs Longue distance pour des vacances avantageuses, sans souci et « comme sans auto » !

Enfin, si vos billets d’avion sont déjà achetés, pensez à faire un voyage carboneutre en finançant un projet vert dans un pays en développement. De nombreux organismes, comme Planetair, au Québec, vous permettent d’acheter des « crédits carbone », mais attention, tous les programmes ne s’équivalent pas. Nombre de voyagistes et de transporteurs offrent aussi à leurs clients la possibilité de voyager la conscience tranquille en échange d’un supplément. Informez-vous !

Et vous ? Pensez-vous à l’environnement quand vient le temps de planifier vos sorties estivales ? Que planifiez-vous faire cet été ? Quels sont vos trucs pour des vacances en mobilité durable ? Combinez-vous plusieurs moyens de transport ? Partagez avec nous vos bonnes idées !

 

Les promenades de Jane : marchez votre quartier!

Crédits photo © CEUM

Quoi de mieux que de marcher pour découvrir ou redécouvrir votre quartier ! Les 5 et 6 mai prochain, la Promenade de Jane offre 50 visites de quartier guidées gratuites. C’est la 4e édition de la Promenade de Jane organisée à Montréal à l’initiative du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM).

« Nous avons une quarantaine de guides qui animeront ces visites dans 12 arrondissements ou villes sur l’île de Montréal. Les parcours de deux heures permettront d’explorer des thèmes liés à l’histoire des quartiers, à la nature en ville et au développement urbain, et il y a aussi plusieurs visites de places publiques à découvrir », explique Tristan Bougie, coordonnateur de l’événement au CEUM.

Pour s’inscrire aux visites et pour consulter le programme complet, visitez le site www.ecologieurbaine.net/promenade 

Communauto, de par sa mission environnementale, urbanistique et sociale, croit en ces idées originales et innovatrices de redécouverte de la ville. Le 5 et 6 mai prochain, déplacez-vous en grand nombre pour marcher votre quartier !

 

Les Amis de la montagne ont besoin de vous !

Crédits photo © Amis de la montagne

Lieu de rassemblement et d’histoire, le Mont-Royal est une richesse nationale pour tous les Montréalais et Montréalaises. On y va pour marcher, courir, pédaler ou apprécier sa faune et sa flore en compagnie d’un ami, d’amis ou de la famille. Mais sans l’aide de ses visiteurs et de ses amis, le Mont-Royal ne pourrait se faire une beauté pour l’arrivée du printemps.

Communauto vous invite à participer en grand nombre à la 21e corvée du Mont-Royal le dimanche 6 mai prochain !

Voici le détail de la journée :

Horaire

8 h 45 à 9 h 30

  • Inscriptions individuelles au Chalet du Mont-Royal

9 h 30 à 12 h

  • Ramassage de déchets en sous-bois
  • Plantation d’arbres et arbustes d’espèces indigènes
  • Coupe de plantes exotiques envahissantes
  • Évaluation des plantations précédentes

Premier arrivé, premier servi pour le choix d’activité. Les participants âgés de 6 à 12 ans doivent être accompagnés d’un adulte. Les bicyclettes, chiens et poussettes ne sont pas admis sur les sites d’activités. Apportez votre tasse et/ou bouteille réutilisable. Nous encourageons les participants à utiliser les transports en commun ou actif. (Métro Mont-Royal, autobus 11 ; métro Côte-des-Neiges, autobus 165 et 11).

12 h à 15 h

  • Dîner offert aux participants par Fontaine Santé
  • Animation et kiosques d’organismes environnementaux sous le thème « Cohabiter avec la faune en ville, est-ce possible? »
  • Kiosque d’animation des Amis de la montagne sur la biodiversité du mont Royal
  • Présentation d’oiseaux de proie de Faucon-Éduc
  • Spectacle Le Dixieband


Pour plus d’information >


CAMPAGNE ANNUELLE 2012-2013

Organisme né d’un mouvement citoyen, Les amis de la montagne a besoin de la générosité de donateurs privés pour réaliser sa mission.

« Mai 2012 : Mois du Mont-Royal » donne le coup d’envoi de la campagne annuelle dont l’objectif est d’amasser 750 000 $.

Votre appui contribue à la mise en œuvre de stratégies de protection, d’activités d’éducation et de conservation et de projets d’amélioration pour en assurer la pérennité.

Chaque année, Les amis de la montagne mobilisent des milliers de bénévoles pour planter des arbres, nettoyer les sous-bois et aider à conserver la biodiversité du mont Royal.

Chaque année, Les amis de la montagne partagent leurs connaissances et leur passion du mont Royal avec des milliers d’écoliers, de citoyens et de touristes.

Les amis de la montagne contribuent à l’accessibilité au mont Royal et à l’amélioration des services dans son parc.

Soutenez Les amis de la montagne : remplissez le formulaire en ligne sécurisé et faites un don AUJOURD’HUI !

Vous pouvez également transmettre votre don par courrier. Veuillez svp télécharger le formulaire de dons.

Merci de votre appui !

 

Le taxi-partage, bientôt près de chez vous !

Crédits photo © Jour de la Terre

MONTRÉAL, le 27 avril 2012 /CNW Telbec/ – C’est ce matin, lors d’une conférence de presse réunissant Pierre Arcand, ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Hubert Bolduc, président du C.A. du Jour de la Terre Québec (JTQ), Pierre Lussier, vice-président directeur du JTQ, Dominique Roy, président et chef de la direction chez Taxi-Diamond, David Mahfouda, co-fondateur de Weeels, ainsi que plusieurs collaborateurs qu’a été annoncé le financement de 300 000 $ provenant du Fonds vert du gouvernement du Québec pour le projet de taxi-partage du Jour de la Terre Québec.

Le Jour de la Terre Québec travaille depuis 2008 à une solution en transport qui permettrait de répondre à ses préoccupations environnementales. « Nous avons imaginé le projet de taxi-partage comme un moyen d’améliorer l’offre en transport durable sur l’île de Montréal et de réduire les impacts de l’industrie du taxi sur l’environnement; Un mode de transport durable complémentaire à l’offre existante, qui permet aux individus de réduire l’empreinte environnementale de leurs déplacements au quotidien », a déclaré fièrement Pierre Lussier, vice-président directeur du Jour de la Terre Québec.

Ce service de taxi-partage sera offert sous le nom de Tous les Jours (tjrs.org) en français et Every Day (everyd.org)en anglais et sera accessible à partir d’une plateforme Web et sur téléphone intelligent. Essentiellement, selon des points de départ et d’arrivée spécifiques, chaque usager pourra se déplacer avec un, deux ou même trois autres usagers du service de taxi.

Ce système de jumelage a ainsi pour objectif de faire compétition à l’utilisation de la voiture solo. Ultimement, ce projet a pour but de réduire l’impact environnemental du transport des personnes, d’améliorer la santé publique et de générer des économies auprès de ses utilisateurs.

Pierre Arcand, ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, rappelle que le gouvernement a comme objectif d’appuyer les projets en transport durable puisqu’ils s’inscrivent dans l’objectif de réduction des émissions de GES de 20 % en dessous du niveau de 1990 d’ici 2020. « Le gouvernement du Québec est fier de soutenir cette initiative porteuse sur le plan de la lutte contre les changements climatiques. Nous encourageons l’industrie du taxi à participer massivement au programme, puisqu’au-delà de la réduction des émissions de GES, c’est une occasion de prendre position à l’avant-plan dans le dossier de la mobilité durable », a déclaré le ministre Arcand.

Le service de taxi-partage sera offert grâce à un partenaire d’affaires dans l’industrie du taxi, soit Taxi-Diamond. « Lorsque l’équipe du Jour de la Terre Québec était à la recherche d’un partenaire d’action, nous étions les seuls qui avaient déjà un système de répartition automatisé. C’est dire à quel point nous étions visionnaires et voyons le rôle du taxi essentiel dans l’offre de l’intermodalité des transports. Nous sommes très fiers de travailler avec le Jour de la Terre Québec afin de mettre en place le premier service de taxi-partage au Canada », a indiqué Dominique Roy, président et chef de la direction chez Taxi-Diamond.

Le Jour de la Terre Québec s’est également associé à Weeels, une jeune entreprise New-Yorkaise qui a créé le logiciel dynamique de taxi-partage. « Nous sommes bien heureux de travailler avec une organisation québécoise afin de mettre en place un service de taxi-partage à Montréal qui fonctionne déjà très bien à New York », a expliqué David Mahfouda, co-fondateur de Weeels. « C’était une opportunité en or d’ouvrir nos horizons et nos marchés que nous ne pouvions que saisir avec enthousiasme. », a t-il ajouté.

Le Jour de la Terre Québec prévoit rendre le service accessible sur l’île de Montréal en juin 2012.

Pour plus d’information >

Communauto en nomination pour son projet électrique !

Crédits photo © Communauto

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal, la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal et la Ville de Montréal ont dévoilés les nominés pour la 6e éditions de son Gala de reconnaissance en environnement et développement durable. Communauto a été heureuse d’apprendre qu’elle est en nomination pour son projet de véhicules électriques dans la catégorie Entreprises et industries.

Le Gala de reconnaissance en environnement et développement durable de Montréal permet de souligner les réalisations des partenaires du Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015 qui mènent des projets novateurs pour la protection de l’environnement. Le Gala prend la forme d’une rencontre de réseautage, suivie d’un dîner animé par différents intervenants.

La 6e édition du Gala de reconnaissance en environnement et développement durable de Montréal se tiendra le 24 avril 2012 à 11h au Marché Bonsecours.

Pour plus d’information >

 

Entrevue avec Jean Lecompte : spécialiste du vélo pliant !

Juste à temps pour le printemps, l’équipe de Communauto a eu le grand plaisir de rencontrer Jean Lecompte, l’un des deux propriétaires de la boutique Dumoulin Bicyclettes. Fervent de vélo-boulot, et pour cause, Jean nous présente sa boutique et nous explique les avantages du vélo pliant, son produit vedette. Aussi au menu : comment ça fonctionne, les modèles et les gammes de prix, et des suggestions de vêtements pour le cycliste urbain.

 

1. Présentation de Dumoulin Bicyclettes


 

2. Les avantages et les mythes du vélo pliant

 

3. Comment fonctionne un vélo pliant, les modèles et les prix

 

4. Des vêtements pour un style de ville et nos remerciements

 

Située sur la rue Jean-Talon, près du métro, la nouvelle boutique donne le goût du vélo ! Elle a d’ailleurs gagné un prix de design pour son concept unique et créatif. Intrigué ? Rendez-vous à la boutique, ça vaut le coup de pédale !

De plus, les abonnés de Communauto ont droit à un rabais de 10 % en magasin.

Bon visionnement !

 

Les grands parcs de Montréal, (re)découvrez-les !

Crédits photo © Parc Jean-Drapeau

1. Parc du Mont-Royal : une montagne urbaine à trois sommets
Activités : patin sur glace, ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, pédalo, observation de la flore et de la faune.
S’y rendre : en autobus (11, 80, 129, 165 et 435), en vélo, en BIXI, en voiture
Profitez de points de vue exceptionnels sur la métropole.

2. Parc Jean-Drapeau : un parc, deux îles
Activités : ski de fond, raquette, trottinette des neiges, marche, cyclisme, patin à roues alignées, escalade, glissade, observation de la flore et de la faune, patin sur glace, baignade, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (167 à partir du métro Jean-Drapeau), par la navette fluviale, en vélo, en BIXI, en voiture
Participez à des événements spéciaux toute l’année.

3. Parc Angrignon : un parc à l’anglaise et une forêt de 20 000 arbres
Activités : ski de fond, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune
S’y rendre : en métro (station Angrignon), en voiture
Prenez part à des activités éducatives pour toute la famille à la ferme et au fort Angrignon.

4. Parc des rapides : une zone écologique au pied des rapides
Activités : Ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, kayak
S’y rendre : en autobus (58), en voiture
Observez un panorama à couper le souffle.

5. Parc René-Lévesque : une presqu’île bordée par le fleuve
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (110, à partir du métro Angrignon), en vélo, en voiture
Visitez un musée en plein air.

6. Parc-nature de l’Anse-à-l’Orme : un endroit tout désigné pour la voile
Activités : pêche sur glace, observation de la faune, planche à voile, surf, voilier
S’y rendre : en autobus (68) puis en voiture, en voiture seulement
Profitez des vents dominants de l’Ouest.

7. Parc-nature du Cap-Saint-Jacques : un domaine champêtre
Activités : ski de fond, raquette, randonnée en traîneau ou en voiture à cheval, marche, cyclisme, observation de la faune, baignade, pêche, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (64 et 68), en voiture
Visitez une cabane à sucre traditionnelle et une ferme écologique.

8. Parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard : un parc composé de cédrières, d’érablières et de marais
Activités : ski de fond, raquette, marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore, pêche, baignade, canot, kayak
S’y rendre : par traversier (printemps-été), en voiture
Observez la migration des bernaches et des oies à l’automne.

9. Parc-nature du Bois-de-Liesse : une forêt centenaire, un ruisseau, des jardins
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, observation de la faune, pêche
S’y rendre : en autobus (215 et 68), en voiture
Posez toutes vos questions ! Une équipe de naturalistes est à votre service.

10. Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation : un parc historique au cœur du Sault-au-Récollet
Activités : ski de fond, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Visitez un musée historique, faites une visite guidée en train balade et flânez au superbe bistro-terrasse.

11. Parc du Ruisseau-De Montigny : un petit ruisseau, de grandes cascades
Activités : marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Observez de nombreuses espèces végétales et animales.

12. Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies : des champs, des marais, des boisés
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (183 et 186), en voiture
Emmenez les enfants, ils s’amuseront ferme sur la grosse butte aménagée pour la glissade.

13. Promenade Bellerive : un parc qui en relie quatre autres
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, baignade (piscine extérieure)
S’y rendre : en autobus (22, 28, 185), en voiture
Profitez des fêtes et soirées culturelles organisées par la Société d’animation de la promenade.

14. Parc Maisonneuve : une ambiance de fête au cœur de la Ville
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, golf
S’y rendre : en métro (stations Pie-IX ou Viau), en autobus (plusieurs lignes), en vélo, en BIXI, en voiture
Patinez en soirée sur la magnifique patinoire éclairée.

15. Parc Lafontaine : un joyau sur le Plateau
Activités : Raquette, glissade, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, baignade (piscine extérieure), tennis, volley-ball
S’y rendre : en métro (station Sherbrooke), en autobus (plusieurs lignes), en BIXI, en vélo, en voiture
Appréciez la programmation culturelle (gratuite !) du Théâtre de la Verdure.

16. Parc Jarry : du sport, du sport, et encore du sport
Activités : ski de fond, glissade, patin sur glace, marche, patin à roues alignées, planche à roulettes, baignade (piscine extérieure), tennis, soccer, base-ball, cricket, volley-ball
S’y rendre : en métro (stations Parc et De Castelnau), en autobus (55, 193), en BIXI, en vélo, en voiture
Laissez-vous dépayser ! Le Montréal multiethnique qui fréquente assidûment ce parc lui confère une touche d’exotisme

17. Complexe environnemental de Saint-Michel : un site d’enfouissement métamorphosé en un magnifique parc
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, visites commentées
S’y rendre : en autobus (94 et 193), en BIXI, en vélo et en voiture
Pour une sortie familiale hors de l’ordinaire, terminez la journée à la Tohu pour un spectacle de cirque ou au TAZ Roulodôme et Skatepark, où toute la famille peut pratiquer patin, planche et BMX en toute sécurité

Libre-service intégral : les dernières nouvelles

Partout dans le monde, l’auto en libre-service gagne en popularité. Dans certaines villes, on choisit d’implanter le libre-service intégral, ou LSI (pensez au mode de location du BIXI), en plus de l’autopartage classique. Regard sur trois approches différentes de ce qu’on appelle de plus en plus « l’auto servicielle ».

Après le Vélib’, voilà que des Autolib’circulent à Paris depuis décembre. Le service, géré par le groupe industriel Bolloré, offre pour l’heure un parc d’environ 400 véhicules électriques et compte 8000 abonnés. Le nombre de voitures à la disposition du public devrait croître, pour atteindre 3 000 à la fin de 2012. La Ville de Paris a appuyé, financièrement (50 millions d’euros) et politiquement, la mise en service de l’autopartage, comme l’avait promis le maire Bertrand Delanoë lors des élections de 2008. On a retenu la formule du LSI, qui se veut souple : accès aux Autolib’ en libre-service et en « trace directe », c’est-à-dire sans retour obligé du véhicule au point de départ; on prend possession d’un véhicule à l’une des (bientôt) 1 120 stations et on le ramène à une autre, pourvue qu’elle soit disponible. Le coût est de 7 euros la demi-heure.
Filiale de Mercedes, Car2goa été implantée à Vancouver en juin 2011. En octobre dernier, l’entreprise disait compter plus de 5 000 membres et les petites smart fortwo retenues comme véhicules par l’entreprise avaient été empruntées plus de 40 000 fois. La location fonctionne sensiblement comme pour les Autolib’, mais les voitures peuvent être partout dans le secteur central de la ville. Des espaces de stationnement réservés n’ont été prévus que dans les secteurs où il est difficile de se garer. Les membres peuvent louer un véhicule de façon spontanée, mais aussi en en plaçant une réservation jusqu’à 24 heures avant la prise de possession. Dans ce cas également, la Ville est impliquée, ayant assoupli les règles du stationnement afin de facturer de façon forfaitaire le stationnement des petites smart. Le coût d’utilisation est de 0,35 $ la minute. www.car2govancouver.com
Communauto se passe de présentation, vous en conviendrez ! Vous connaissez son service d’autopartage qui a fait ses preuves en ce qui a trait à son impact environnemental et à son rôle crucial dans le monde de la mobilité durable. Mais saviez-vous que l’entreprise serait prête à offrir aussi le LSI un jour ? L’entreprise québécoise observe du côté de Paris et de Vancouver et souhaite proposer une approche différente, axée sur la complémentarité avec le transport en commun, le taxi, le vélo libre-service et l’autopartage. Mais évidemment seulement si les collectivités où Communauto opère décident d’ajuster leurs règles du stationnement à la nouvelle réalité de l’autopartage.

Article de La Presse qui parle du LSI > 

 

Les amis de la montagne ont 25 ans !

Crédits photo © Amis de la montagne

Repère géographique et historique, poumon de la Ville, oasis urbaine, haut lieu d’activités… Le mont Royal revêt une importance capitale pour les Montréalais. Et l’immense parc à la biodiversité étonnante ne serait sans doute plus le même sans la vigilance et le dévouement des Amis de la montagne, qui célèbrent leur 25e anniversaire cette année.

Fondé à l’initiative d’une coalition de citoyens s’opposant à la construction d’une tour sur la montagne, l’organisme accomplit une grande mission : d’une part, protéger et mettre en valeur le mont Royal; de l’autre, promouvoir l’engagement communautaire et sensibiliser le public à l’environnement.

Nous saluons le travail des Amis et encourageons ceux qui aiment la vie « comme sans auto » à faire un don ou à devenir bénévoles pour marquer les 25 ans de l’organisme. Soulignons par ailleurs que la grande soirée-bénéfice annuelle au profit du mont Royal, qui aura lieu le 16 février prochain, souffle ses 15 bougies cet hiver. Amateurs de sports d’hiver, vous êtes donc invités à vous rendre, raquettes aux pieds, à la Célébration des Tuques bleues.

Pour en savoir plus sur les nombreuses façons de soutenir les amis de la montagne >

Pour prendre part à la 15e Célébration des Tuques bleues >

 

Au Festin de Babette : signer la pétition avant le 6 février

Crédits photo © Communauto

Communopolis, toujours à l’affût de ce qui se passe dans l’actualité, a récemment été sensible au dernier article de Pierre Foglia qui parle du café-épicerie Au festin de Babette.

Ce lieu, situé sur la rue St-Denis, est bien connu pour sa belle enseigne. Bientôt, nous pourrions perdre cette jolie devanture en raison d’un règlement de la ville. Nous ne sommes pas contre le règlement, bien au contraire, mais il y a tout de même des exceptions !

Nous vous invitons à lire l’article, mais surtout, à vous rendre sur place pour signer la pétition et ainsi permettre à Babette de garder sa belle allure ! Avec plus de 500 signatures déjà, nous avons de très bonnes chances de réussir !

 

Sept merveilleux spas urbains au cœur de Montréal

Crédits photo © Google images

Des professionnels de la santé vous offrent dans les spas différents soins en hydrothérapie, massothérapie, esthétique, etc. Se distinguant par leurs menus, activités ou services, en voici sept, situés au cœur de Montréal, pour vous permettre de choisir celui qui correspondra le mieux à vos objectifs de santé.


Bota Bota
Ce spa se distingue des autres par son emplacement: il est aménagé dans un ancien traversier apponté dans le Vieux-Port, transformé en un luxueux centre de soins flottant. Leur spécialité, le circuit d’eau, vous fait passer par des bassins de différentes températures, dans la tradition des bains nordiques. Le plus : la vue époustouflante sur le port et la ville depuis les ponts et terrasses. Massages et autres soins sont aussi offerts, et un comptoir gourmand permet de se restaurer.

358, rue de la Commune Ouest
514 284-0333
www.botabota.ca

Espace Nomad
Le grand boulevard Saint-Laurent s’est enrichi d’un espace inédit dédié au mieux-être des citadins désireux de larguer les amarres quelques heures. Soins et massages de qualité ne feront pas mentir la devise du lieu : Le temps que l’on prend pour soi aujourd’hui embellit celui de demain.

4650, boulevard Saint-Laurent
514 842-7279
www.espacenomad.ca

Le Spa de l’Hôtel Le St-James
Le Spa de l’Hôtel Le St-James se démarque par son atmosphère romantique, quasi magique, et son intimité inégalée. Les soins proposés incluent les massages aux pierres chaudes et sous la « pluie », des exfoliations complètes et l’enveloppement corporel au rassoul, une argile riche en oxyde de fer et en magnésium.

Hôtel Le St-James
355, rue Saint-Jacques
514 841-5030
www.hotellestjames.com

Rainspa
La décoration impeccable et naturelle du Rainspa, situé dans l’hôtel Le Place d’Armes, enveloppe la clientèle d’une chaleur méditerranéenne. Bien qu’il ne soit pas conçu de façon traditionnelle, le hammam du Rainspa, avec sa vapeur d’eucalyptus vivifiante, offre une expérience teintée d’exotisme.

Le Place d’Armes Hôtel & Suites
55, rue Saint-Jacques
514 282-2727
www.rainspa.ca

Scandinave Les Bains Vieux-Montréal
La thermothérapie, concept lié aux bains scandinaves, est simple et efficace : un réchauffement corporel dans un sauna sec ou humide suivi d’un refroidissement vivifiant à la douche ou dans un bain nordique qui se termine par un moment de langoureuse détente. Fidèle à la thématique des lieux, le design contemporain du Scandinave Les Bains réunit des éléments chauds (bois) et froids (pierre et marbre) pour créer un espace apaisant et distingué.

71, rue de la Commune Ouest
514 288-2009
www.scandinavemontreal.com

Spa Diva
Au milieu du centre-ville en ébullition, le Spa Diva inspire calme et relaxation. Situé aux Cours Mont-Royal, cet établissement haut de gamme propose de multiples soins pour le corps et le visage.

Cours Mont-Royal,
1455, rue Peel, 4e étage
514 958-9859
www.spadiva.ca

Spa Savanna
Une adresse audacieuse pour ce spa de grande qualité installé dans un quartier en pleine mutation. Le décor d’inspiration africaine et le bain vapeur ajoutent à la portée bienfaisante du lieu et des soins qu’on y donne.

4032, rue Notre-Dame Ouest
514 931-6544
www.spasavanna.com

Comment s’y rendre
Les spas urbains situés au cœur de Montréal sont facilement accessibles en transport en commun ou en voiture.

Tiré du guide Ulysse Montréal.

Dossier TAXI : nouvelle ère de collaboration et d’initiatives

Crédits photo © Google images

En octobre dernier, la Ville de Montréal annonçait « une nouvelle ère de collaboration » avec ses partenaires de l’industrie du taxi. Il faut dire que même si tous s’entendent pour dire que les taxis ont un rôle important à jouer (économie, réduction de la dépendance à l’automobile personnelle, transport adapté, sécurité routière), l’industrie a de nombreux défis à relever pour assurer son avenir.

Les initiatives, comme Cool taxi, sont cependant à l’avenant. L’idée de rendre l’accès au taxi simple, facile et sécuritaire pour les jeunes a germé dans l’esprit d’un père après que sa fille ait été grièvement blessée dans un accident routier causé par la vitesse et l’alcool. C’est ainsi que sont nés les coupons « Cool », acceptés par les chauffeurs de taxi partout au Québec. Les points de vente sont nombreux et comme les coupons ne servent qu’à couvrir les frais de courses de taxi, les parents peuvent les offrir à leurs jeunes sans craindre qu’ils ne les dépensent pendant la soirée et ne se retrouvent sans le sou au moment de crier « taxi ! ».

De son côté, Communauto croit à l’importance du taxi pour des villes plus durables. Voilà pourquoi elle offre à ses abonnés de Québec le forfait « Mon taxi dans la poche ». En commandant des coupons de taxi par son intermédiaire, les abonnés de l’entreprise économisent 5 % sur le prix des courses de taxi et s’évitent les tracas au moment de payer leur trajet.

Visitez les sites de Cool taxi et de Communauto pour en apprendre plus au sujet de ces initiatives.

 

Aménagement et écomobilité : un guide est publié !

Crédits photo © Google images

Le ministère québécois des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (MAMROT) a publié le 12 décembre dernier un guide pour favoriser l’écomobilité dans une optique d’aménagement urbain et de développement durable. L’objectif ultime ? Encourager l’utilisation de modes de déplacement variés pour permettre un changement dans les habitudes des citoyens. Ainsi, on souhaite qu’une meilleure planification urbaine amène les gens à délaisser l’auto pour emprunter les transports actifs (vélo, patin, marche) et collectifs (transport en commun, taxi collectif, covoiturage, autopartage).

Outre la planification urbaine (aménagement de villes « des courtes distances », soutien des déplacements actifs utilitaires et du transport collectif, etc.), on met l’accent sur l’importance de la réglementation, de la promotion et de la sensibilisation (participation publique, marketing social, technologies de l’information, etc.) et des incitatifs financiers et fiscaux pour faire évoluer les habitudes de déplacements au Québec. On souligne dans le guide les nombreux avantages de l’écomobilité, notamment la réduction de la congestion routière et des émissions de gaz à effet de serre, l’amélioration de la santé et de la sécurité des citoyens, une meilleure qualité de vie et une plus grande compétitivité économique.

Mentionnons enfin que l’autopartage fait partie des bonnes pratiques en matière d’écomobilité, parce qu’« il incite les usagers à utiliser la voiture seulement dans les cas où les autres modes sont adaptés ». Surtout présent dans les grandes villes, l’autopartage gagnerait à être implanté dans les villes de taille moindre et même en milieu rural, comme l’illustre l’exemple récent de la coopérative Kootenay CarShare en Colombie-Britannique.

Espérons que ce guide fera date et que de nombreuses municipalités s’en inspireront.

Pour consulter le guide L’aménagement et l’écomobilité au format PDF, cliquez ici.

 

Une consultation publique sur l’agriculture urbaine sera lancée

Crédits photos © Montreal Gazette

Le maire de Montréal, M. Gérald Tremblay, annonce qu’une consultation publique sous l’égide de l’Office de consultation publique de Montréal se tiendra au printemps prochain sur le sujet de l’agriculture urbaine. La Ville répond ainsi à la volonté de milliers de citoyens montréalais qui se sont mobilisés au cours des trois derniers mois afin de susciter une réflexion à ce sujet.

« Je suis heureux de voir qu’un groupe se soit prévalu du droit d’initiative ; un instrument démocratique qui distingue Montréal en tant que ville ouverte, inclusive, et qui donne une réelle voix à ses citoyens. Je tiens à féliciter les organisateurs de la pétition qui ont travaillé très fort pour amasser un nombre impressionnant de signatures », a affirmé le maire de Montréal.

Extrait du communiqué de presse de la ville de Montréal

Lire la suite >
Pour plus d’information >

 

Plus de 25 000 signatures pour l’agriculture urbaine à Montréal !

Crédits photos © Montreal Gazette

Mission accomplie ! Le Groupe de travail en agriculture urbaine (GTAU) a annoncé aujourd’hui que 25 082 Montréalais ont signé une pétition demandant une consultation publique sur l’état de l’agriculture urbaine à Montréal. Ces signatures répondent à tous les critères établis par la Ville de Montréal pour déclencher une consultation publique par droit d’initiative. Lors du dépôt des signatures à l’Hôtel de Ville, le GTAU a souligné l’importance que l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) prenne en charge l’organisation de cette consultation dans les meilleurs délais.

Trois mois d’efforts soutenus
Une cinquantaine d’organismes et une centaine de bénévoles ont sillonné les 19 arrondissements de Montréal pendant 90 jours pour recueillir les signatures manuscrites des citoyens. « C’est grâce à cet effort, au soutien des milliers de Montréalais rencontrés et à la collaboration d’innombrables organisations et commerces que la démarche initiée par le GTAU se traduit aujourd’hui par une réussite de cette ampleur », souligne Marie-Ève Voghel Robert, porte-parole du GTAU et collaboratrice au Marché Solidaire Frontenac. Le nombre de signataires est largement supérieur aux 15 000 demandés par la Ville de Montréal et traduit sans contredit l’engouement des citoyens pour l’agriculture urbaine.

Extrait tiré du communiqué de presse du Centre d’écologie urbaine de Montréal
et du Conseil régional de l’environnement de Montréal.

Lire la suite du communiqué >

 

La République d’Hugo Latulippe

Classe politique en panne d’idées, corruption, collusion, crise économique, changements climatiques, urgences bondées, décrochage scolaire… Les temps sont bien moroses au Québec. Qu’à cela ne tienne, le plus récent film du cinéaste Hugo Latulippe, République : un abécédaire populaire, fournit ample matière à réflexion et nous permet d’espérer du changement.

Présenté en grande première le 24 octobre dernier, le documentaire a reçu un accueil très favorable des critiques, qui ont souligné l’apport important du réalisateur de Bacon pour la société québécoise. À l’invitation de Latulippe, 53 penseurs s’expriment, au fil d’un abécédaire postcapitaliste, au sujet du Québec d’aujourd’hui et de demain. Leur objectif ? Que leur réflexion fasse naître un nouveau modèle de société et que le Québec entre, enfin, dans « la vraie modernité ».

Il va s’en dire, République tombe à point. C’est un film à voir !

Au Cinéma du Parc, à Montréal
Jeudi 10 novembre à 19h15
Samedi 12 et dimanche 13 novembre à 17h00 et 20h30
Vendredi 11 et lundi 14 novembre à 20h30

Au Cinéma Cartier, à Québec
Du 11 au 17 novembre à 19h05

Pour visionner la bande-annonce du film 

Déjà, les commentaires fusent :

« République est un film admirable! Ce soir sur la Place du Peuple, anciennement appelé le Square Victoria, rassemblé devant l’écran, on avait le sentiment d’un Nouveau Monde, d’un avenir qui se mettait à naître, avec intelligence et sentiment – Hugo Latulippe réussit à donner sens et espoir – un talent rare – on rigole, on est ému, rassemblé comme rarement. Passez le mot! C’est là que ça se passe! »
Dominic Champagne, metteur en scène

« En regardant République, j’ai aimé le Québec comme j’avais oublié qu’on pouvait aimer son pays… »
Josée Blanchette, Le Devoir

« J’exulte, je jubile, je capote : Gérald Filion à RDI parle de République, un abécédaire populaire, l’éclairant film de Hugo Latulippe. On parle sérieusement de décroissance économique à la télé d’État. Joie. Intense. »
Yannick B. Gélinas, documentariste

 

Congestion routière : l’œuf, ou la poule ?

On le sait, le nombre de véhicules circulant dans le Grand Montréal ne cesse d’augmenter. Tous s’entendent sur le diagnostic : congestion des artères, hausse de la pollution, diminution de la qualité de vie. Cependant, le remède à appliquer est loin de faire consensus. Oui, les transports en commun doivent faire partie de la solution. Mais comment convaincre la population de les utiliser dans un contexte où l’offre peine parfois à répondre à la demande ?

La majorité des voix se lèvent contre des mesures dissuasives parce qu’elles ne serviraient qu’à exaspérer des automobilistes pris en otage parce que sans réelle solution de rechange. Pour ceux-ci, seul le développement du réseau de transports en commun d’abord saura convaincre les citoyens de laisser leur voiture à la maison. Le succès de l’introduction de l’offre de train de banlieue dans la dernière décennie démontre l’efficacité d’une solution basée sur l’amélioration de l’offre de transport.

D’autres exigent que la promotion des alternatives et du respect des conditions de vie de certains quartiers ne soit pas limitée par les conséquences ou les obstacles que cela pourrait provoquer aux utilisateurs de l’automobile. De plus, cela pourrait les inciter à abandonner la voiture en ville. Pensez à l’approche de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal ou encore à celle de l’ancien de Londres, quand il a institué un péage urbain en 2003 pour désengorger sa ville.

Malgré que Communauto ait toujours milité pour un nouvel urbanisme et un aménagement du territoire qui privilégie le transport actif et collectif, nous faisons appel à vous, qui en bonne partie ne possédez pas de voiture, pour démêler la question : l’œuf, ou la poule ?

Le débat est lancé… et déjà, nous pouvons lire des échanges sur la toile :

« Donner avant d’enlever », François Cardinal, La Presse, 21 septembre 2011
« Tendre l’autre joue », Luc Rabouin, Centre d’écologie urbaine, 26 septembre 2011

Comment désengorger Montréal ? Par quoi commencer ? Quelle approche souhaitez-vous voir mise en place par nos élus ?

À vous la parole !

 

La Maison du développement durable ouvre ses portes

 

Les membres de la Maison du développement durable : Équiterre, Amnistie internationale – Canada francophone, le Conseil régional de l’environnement de Montréal, ENvironnement JEUnesse, Option consommateurs, le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec et Vivre en Ville, invitent le public à une grande semaine d’inauguration qui se tiendra dans leur nouvel édifice écologique situé en plein cœur du Quartier des spectacles dès le 17 octobre 2011.

Au menu :

  • des conférences, dont une avec Steven Guilbeault et une avec Laure Waridel
  • la projection des films Home et Sagacité
  • des visites de l’édifice
  • des ateliers pratiques
  • un 5 à 7
  • des rallyes-nature
  • des dégustations de produits équitables et biologiques

Ces activités gratuites touchent une variété de thèmes liés au développement durable, comme le transport écologique, les changements climatiques, le micro-crédit, l’urbanisme et le commerce équitable.

Pour plus d’information>