Identifié par

Urbain

Saison printanière : 20 % de rabais pour nos abonnés chez OÖM !

OOM
Crédits photo © OÖM

La première livraison de la collection printemps-été 2014 des vêtement OÖM est en ligne !

La réputation d’OÖM n’est plus à faire. Fondée en 2005, cette ligne de vêtements éthiques et urbains faits de coton biologique et de tissus éco-responsables est maintenant bien établie. Elle poursuit son bout de chemin avec la même mission en tête : « Nous vêtir de conscience ».

En tant que membres de Communauto, vous bénéficiez d’un rabais de 20 % sur les achats effectués en ligne. Pour profiter du rabais, vous devez d’abord être connecté à Communopolis et ensuite vous rendre à notre page rabais OÖM. Le code promotionnel vous sera alors dévoilé et vous pourrez l’inscrire dans la case à cet effet lors de vos achats sur la boutique en ligne OÖM.

Allez donc voir ça >

Bon printemps 🙂

 

7 octobre : Débat des chefs Transport et Environnement

Elections
Crédits image © Communauto

Dans le cadre des élections municipales, le CRE-Montréal organise un débat des chefs public sur le Transport et l’Environnement le lundi 7 octobre, de 18h30 à 21h, à l’UQAM (local SH-2800, 200, rue Sherbrooke Ouest). Richard Bergeron de Projet Montréal, Denis Coderre de l’Équipe Denis Coderre pour Montréal, Marcel Côté de la Coalition Montréal et Mélanie Joly de Montréal – Groupe Mélanie Joly, quatre candidats à la mairie de Montréal, sont invités à venir répondre à huit questions reçues à l’avance ainsi qu’à cinq questions provenant des personnes présentes au débat. Le débat sera animé par Steven Guilbeault, cofondateur et directeur principal d’Équiterre.

En remplissant le formulaire d’inscription, le CRE-Montréal vous encourage à soumettre une question que vous souhaiteriez poser aux chefs de partis le 7 octobre prochain. Cinq d’entre elles seront choisies pour être posées ce jour-là. Toutes les questions seront compilées puis acheminées aux chefs de partis.

le CRE-Montréal invite la population et les représentants d’organisations montréalaises préoccupées par les enjeux de Transport et d’Environnement à participer à cet évènement qui permettra d’entendre les représentants des quatre partis politiques sur les engagements qu’ils comptent prendre dans ce domaine. Venez en grand nombre !

 

Libre-service sans réservation : la Ville de Montréal doit exiger l’excellence et viser un parc automobile 100 % électrique

Montréal, 26 septembre 2013 – Communauto a dévoilé aujourd’hui les premiers résultats de son projet pilote de véhicules en libre-service sans réservation 100% électrique démarré en juin dernier sur le territoire du Plateau-Mont-Royal : le projet Auto-mobile.  L’objectif de ce projet est d’évaluer les impacts et les bénéfices de ce type de service afin que la Ville puisse, par la suite,  prendre une décision reposant sur une expérience concrète quant à l’implantation d’un tel service à Montréal.

Deux conclusions principales résultent de cette première analyse. La première est qu’Auto-mobile remplace par des déplacements en auto un nombre significatif de trajets qui auraient autrement été effectués par d’autres moyens de transport (taxi 11%, transport en commun 28%, autopartage avec réservation 19%, marche 10%, ou vélo 13% …).  Néanmoins, plusieurs constats supportent l’hypothèse que ce service pourrait avoir, au net, pour résultat de contribuer à consolider les offres de transport concurrentes à la propriété individuelle de l’automobile et permettre une réduction de la motorisation des ménages. Un suivi sur une plus longue période et la collecte de données complémentaires seront nécessaires pour confirmer ce potentiel.

La seconde conclusion qui découle du projet pilote est que ce service pourrait potentiellement constituer la clé du commencement de l’électrification du parc automobile dans une ville comme Montréal.  Même si la période d’activité couverte est relativement courte, l’utilisation de véhicules électriques nous est apparue comme une avenue potentiellement viable économiquement et constituerait une manière efficace de minimiser les impacts liés aux effets de cannibalisation de ce service sur les autres modes.

Plus de détails sur les résultats préliminaires du projet sont disponibles à l’adresse www.communauto.com/auto-mobile/rapport.pdf

L’une des spécificités du projet Auto-mobile a été d’utiliser la carte OPUS pour favoriser une identification plus grande de ce service avec l’offre des transports publics. Ce volet du service nous a permis non seulement de démontrer la fiabilité de la technologie embarquée des véhicules pour lire les cartes OPUS, mais a aussi permis aux utilisateurs d’avoir recours à un outil connu et efficace pour en faciliter l’accès.

Des décisions critiques à venir

Dès le lundi 30 septembre, les conseillers municipaux de plusieurs arrondissements seront appelés à voter des changements de règlements dans le but de permettre d’étendre l’implantation de systèmes de véhicules en libre-service sans réservation à Montréal.

Malheureusement, il semble, à cette étape, que les résolutions proposées ne fassent état d’aucune condition à respecter, à l’égard des opérateurs de ces services, quant à des critères à rencontrer ou de comptes à rendre pour permettre de poursuivre l’observation des impacts de ces services sur l’équilibre des modes à Montréal.

« Dans ce dossier, la Ville de Montréal a, selon nous, le devoir de faire preuve de vision. C’est à elle d’exprimer ses attentes et de tenter d’obtenir le mieux pour Montréal.  Si la filière des voitures électriques s’avère prometteuse, pourquoi ne pas en faire une exigence pour l’obtention des vignettes de stationnement qui permettront à ces véhicules de se garer ? » de demander M. Benoît Robert président fondateur de Communauto.

Ce matin, Communauto a envoyé une lettre aux conseillers municipaux des arrondissements concernés pour les sensibiliser à l’importance de la décision qu’ils s’apprêtent à prendre (www.communauto.com/auto-mobile/lettre.pdf). Contrairement à l’autopartage « traditionnel » beaucoup d’inconnus demeurent quant aux impacts du libre-service sans réservation sur les autres modes et sur le taux de motorisation de la population.  Il importe donc que la Ville exige également des prestataires de service, en contrepartie de son appui, une transparence dans le partage des données qui permettront de mieux comprendre la place occupée par ce nouveau service et d’en optimiser la contribution.

« Si la Ville et les arrondissements permettent dès le départ que ce service soit ouvert à des véhicules à essence, il sera difficile, même pour Communauto, de poursuivre le déploiement d’une offre reposant sur les véhicules électriques. Pourquoi diminuer déjà les attentes alors même que le projet pilote semble vouloir démontrer la faisabilité de la filière électrique et alors même que ce service ne coûterait pas un sou à la Ville de Montréal et qu’il pourrait constituer une excellente vitrine pour elle à l’étranger ?!? » se demande M. Robert.

Pour plus de détails sur le fonctionnement du service Auto-mobile consultez http://www.communauto.com/auto-mobile/

 

La Semaine des transports collectifs et actifs est de retour à Québec !

Semaine
Crédits photos © Montage Google images

Consultez la programmation de Montréal >
Consultez la programmation de Gatineau >
Consultez la programmation de Sherbrooke >

 

Du 16 au 22 septembre 2013, de nombreuses activités seront proposées aux résidents de la région de Québec : conférences, mobilisations, animations de rues, activités cyclistes, concours, et pour la première fois cette année le très attendu Bicycle Film Festival !

Embarquez dès maintenant dans la Semaine des transports collectifs et actifs et retrouvez toutes les informations utiles sur la programmation 2013 !

 

Programmation préliminaire :

Mardi 17 septembre 2013

  • Déjeuner-conférence organisé par Mobili-T ( sur invitation)

Mercredi 18 septembre 2013

  • Défi sans auto
  • 13h-18h : « Intermodalité et autopartage: la mobilité complète pour des villes de qualité », colloque organisée par Vivre en Ville en collaboration avec Communauto, auditorium de l’ÉNAP, 555 boul. Charest Est, Québec.

Vendredi 20 septembre 2013

Samedi 21 septembre 2013

Dimanche 22 septembre 2013

Dimanche 22 septembre : Journée Lorettaine du vélo

L’activité comporte deux parcours dont un de 20 km et un second de 30 km. Le lieu de rendez-vous est sur le site de l’école secondaire polyvalente de l’Ancienne-Lorette et l’heure du départ des groupes est prévue pour 10h. Les participants sont invités à se présenter au kiosque d’accueil 30 minutes avant l’heure du départ.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.lancienne-lorette.org

 

Pétition : Financer le transport en commun

TC_petition
Crédits image © Transit

Pétition adressée à l’Assemblée nationale jusqu’au 17 septembre 2013

Le transport en commun, c’est la solution ! Maintenir et améliorer nos services de transports collectifs, c’est la voie pour que nos milieux de vie deviennent des modèles de développement et de mobilité durables. Joignez le mouvement et signez la pétition Investir dans le transport en commun et demandez vous aussi d’y investir un milliard de plus par année. De quoi atteindre nos objectifs de changement de cap en transport urbain.

Un milliard d’investissements de plus, pour :

● Diminuer la congestion

● Améliorer la qualité de vie

● Avoir un environnement plus sain

● Soutenir le développement économique

Le transport en commun, c’est la solution. Signez ! Manifestez-vous sur les réseaux sociaux : #prioritéTC

Le 24 mai, de nombreux groupes, dont l’Union des municipalités, l’Ordre des architectes, le Réseau des ingénieurs, l’Association du transport urbain du Québec, TRANSIT, la Communauté métropolitaine de Montréal et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain ont lancé la Déclaration pour la mobilité durable, demandant de majorer de 1 milliard par année les investissements en infrastructures de transport en commun.

La Déclaration fait aujourd’hui l’objet d’une pétition, TRANSIT invite les citoyens à la signer sur le site de l’Assemblée nationale.

 

Gagnez un certificat-cadeau OÖM de 150$

Crédits photo © OÖM Ethikwear
Crédits photo © OÖM Ethikwear

Le concours est maintenant terminé. Merci à tous les participants ! Le gagnant(e) sera contacté par message courriel.

Pour sa collection printemps-été 2013, l’entreprise de vêtements éthiques et urbains OÖM Ethikwear propose de nouveaux modèles pour hommes et pour femmes ainsi que des imprimés originaux pour les tout-petits ! Elle introduit également un nouveau tissu, le Tencel, une matière naturelle et biodégradable qui correspond aux valeurs proposées par la ligne de vêtements. La réputation d’OÖM n’est plus à faire. Fondée en 2005, cette ligne de vêtements éthiques et urbains faits de coton biologique et de tissus écoresponsables est maintenant bien établie. Elle poursuit son bout de chemin avec la même mission en tête : « Nous vêtir de conscience ».

Saviez-vous qu’en tant que membre de Communopolis, vous bénéficiez d’un rabais de 20 % sur les achats effectués en ligne sur le site de la boutique OÖM. Renseignez-vous >

Pour participer au concours et gagner un chèque-cadeau d’une valeur de 150 $ :

1. Rendez-vous sur le site de OÖM et repérez la section : À propos de nous
2. À quelle friperie OÖM redistribue les vieux vêtements récupérés ?
3. Inscrivez-vous avant le 1er août 2013

Le prix d’une valeur de 150 $ inclut :
– un chèque-cadeau valide pour des achats sur la boutique en ligne de OÖM

Bonne chance à tous !

 

Communauto lance Auto-mobile : premier projet pilote de véhicules en libre-service sans réservation 100 % électrique au Canada

Montréal, 16 juin 2013 – Communauto inaugure aujourd’hui, sur le territoire de l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal, le premier système de véhicules 100% électriques en libre-service sans réservation au Canada. À partir d’aujourd’hui, une vingtaine de véhicules seront disponibles pour les citoyens, pour des trajets du point A au point B, au simple passage d’une carte OPUS préalablement enregistrée dans le système d’Auto-mobile.

L’objectif du projet pilote est d’évaluer les bénéfices et les impacts d’un tel service.

« La consultation publique du 11 juin au sujet du libre-service sans réservation nous confirme qu’il est nécessaire de mieux documenter les effets que ce service aura sur la mobilité des citoyens et sur les autres services de transport, et ce, en tenant compte des réalités montréalaises. Nous pensons qu‘un tel système devrait se positionner de manière à compléter l’offre de service existante pour les trajets de courte distance plutôt que de se placer en concurrence avec les autres acteurs du transport durable comme les taxis, la STM,  BIXI et l’autopartage avec réservation » a affirmé Benoît Robert, président-directeur général de Communauto.

« Le Plateau-Mont-Royal est ravi que Communauto l’ait choisi pour ce projet pilote et nous n’avons aucun doute que ce nouveau service sera accueilli avec enthousiasme par nos résidents, déjà exemplaires dans leurs choix de transport, et ce, à un degré sans égal au pays. Le recours à la voiture étant par moments incontournable, le système Auto-Mobile, qui s’ajoute à l’autopartage traditionnel, offre le maximum de bénéfices avec le minimum d’inconvénients pour les utilisateurs, comme pour la société. De son côté, l’arrondissement met en service une vignette universelle pour réduire autant que possible les contraintes liées au dépôt des voitures à proximité de la destination des utilisateurs » a ajouté Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal.

« Nous souhaitons connaître les effets réels d’un tel projet sur les habitudes de déplacements des Montréalais.  Les gains environnementaux pourraient être très significatifs sur nos émissions de gaz à effet de serre et de contaminants atmosphériques, si ce service remplace des déplacements motorisés à essence, et sur l’utilisation de l’espace urbain, si les utilisateurs délaissent leur deuxième voiture» mentionne Daniel Bouchard, responsable des campagnes sur le transport au Conseil régional de l’environnement de Montréal.

La recherche est soutenue par différents partenaires : les chercheurs de la Chaire de recherche Mobilité encadreront les sondages auprès des utilisateurs, et Taxi Diamond, le plus grand fournisseur de services de répartition de taxis au Québec, fournira son point de vue et des données relatives à l’utilisation du taxi. Le Conseil régional de l’environnement accompagne également Communauto dans cette démarche.  La technologie embarquée ainsi que les applications logicielles sont fournies par VULOG CarSharing, une PME française.

 

Auto-mobile, un complément aux autres modes de transport

Auto-mobile met également en place des actions concrètes pour renforcer et faciliter la complémentarité avec les autres modes de transport, notamment le transport en commun et le taxi.

Le partenariat annoncé par les Autorités organisatrices de transport (AOT) et Communauto en octobre dernier a permis d’équiper les véhicules électriques de Communauto d’un nouveau dispositif de lecture permettant d’authentifier l’abonné au simple passage de sa carte OPUS devant le lecteur placé sous le pare-brise. L’objectif est de rendre facile et attrayante l’utilisation combinée du transport en commun et de l’auto en libre-service afin d’améliorer les conditions de vie et la mobilité des citoyens de Montréal.

La collaboration avec le taxi est également essentielle au bon fonctionnement de l’offre d’Auto-mobile. Pour cette raison, l’application iPhone Auto-mobile,  à partir de laquelle il est possible d’identifier les véhicules en libre-service sans réservation à proximité, propose toujours l’option de commander un taxi à travers l’application mobile de Taxi Diamond.

Afin de faciliter l’utilisation de ce mode de transport, des coupons crédits de taxi seront remis aux usagers d’Auto-mobile. La valeur de ces coupons sera déterminée en fonction du temps d’utilisation avec Auto-mobile.

Lire la suite du communiqué >

 

Les 12 travaux de Colin Stetson 

Colin
Crédits photo @ La Vitrine

Pour Colin Stetson, les limites d’un instrument sont des portes à défoncer, des stimulateurs de créativité. Saxophone au bec, le colosse est comme sur un ring. Ça frappe, ça claque, ça hurle, les timbres se juxtaposent mystérieusement pour créer des ambiances denses et curieuses, comme s’il était entouré de quatre ou cinq autres instrumentistes. Acclamé pour ses deux premiers efforts solo, Colin Stetson clôt sa trilogie «New History Warfare» avec un chapitre intitulé «To See More Light», qui ferme la porte sur une éblouissante lumière. Celle de la mort et de l’amour.

Au centre de l’œuvre de Colin Stetson : l’isolement. Sa musique naît de longs tête-à-tête avec son instrument. «C’est une immersion totale dans les sons et les possibilités du saxophone. Je le laisse m’entraîner, puis je découvre où tout ça m’a emmené.» Souvent, les compositions débutent par un motif répété, un héritage des compositeurs minimalistes américains. «Il y a dans la répétition énormément de nuances et de subtils changements acoustiques. Les couleurs évoluent doucement, et on ne s’en rend compte que si on passe suffisamment de temps à les écouter.» Mais bien que ce fût effectivement le matériau de travail des minimalistes et que Colin Stetson ait fait masteriser le disque par Ben Frost, le compositeur en refuse le lien filial, tout comme il martèle dans ses entrevues n’avoir rien inventé. Affirmons tout de même que peu de compositeurs réussissent à intégrer autant d’histoire musicale pour en faire une œuvre si saisissante d’âme.

Son bagage musical est plus explicite que jamais sur ce dernier volume, et cela est dû en grande partie à son besoin constant de se dépasser physiquement. L’ancien athlète à la discipline de fer affirme avoir composé, pour To See More Light, des pièces qu’il aurait été techniquement incapable de jouer avant. Impressionnante en effet cette capacité de tenir une respiration circulaire pendant les 15 minutes que durent la pièce centrale. «Tout ça est lié à l’endurance. Je suis capable de pousser beaucoup plus d’air, et ce faisant je peux aller chercher une plus grande palette de sons.»

Il n’y a qu’à écouter la chanson «Brute» et ses incursions dans les musiques hardcore et industrielle pour s’en convaincre. Colin Stetson y isole certaines harmoniques pour créer un son particulièrement rêche, mettant la table pour les glapissements provocateurs de Justin Vernon (Bon Iver). «On écoutait beaucoup de métal dans l’autobus de tournée, explique celui qui est aussi membre à part entière de Bon Iver, et on avait envie d’explorer ce côté plus agressif, car Justin peut vraiment faire n’importe quoi avec sa voix.»

Sur «Among The Sef» le chanteur offre d’ailleurs l’une des performances les plus touchantes de sa discographie. Interprétée sans la partie vocale lors du dernier concert de Colin Stetson au Musée d’art contemporain de Montréal, la pièce fût un rare moment d’éternité, touchant à en pleurer. On aurait juré entendre Justin Vernon chanter. «Il a écrit ses textes à partir de mes compositions et beaucoup de ce qu’il chante trouve ses racines non seulement dans mes vocalises, mais aussi dans les harmoniques et les mélodies secondaires qui se créent naturellement dans le son qui est produit par le saxophone.»

« To See More Light » est définitivement l’apothéose de la trilogie «New History Warfare», une œuvre dans laquelle la virtuosité et un immense bagage musical sont au service d’une extraordinaire sensibilité.

New History Warfare Vol 3 : To See More Light est en magasin dès maintenant.

Ariane Gruet-Pelchat

 

Communauto et l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal lancent un projet pilote !

Luc_Benoit
Monsieur Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal et Monsieur Benoît Robert, président-directeur général de Communauto
Crédits photo © Communauto

Communauto et l’arrondissement Plateau-Mont-Royal ont annoncé aujourd’hui le démarrage d’un projet pilote mettant en service une flotte d’une vingtaine de véhicules 100% électriques en libre-service sans réservation, et ce à partir de la mi-juin. L’objectif du projet sur le territoire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal sera d’évaluer les bénéfices et les impacts d’un tel service.

Cette recherche sera encadrée par des chercheurs de la Chaire Mobilité de Polytechnique Montréal et compte sur la collaboration de Taxi Diamond, avec qui il sera possible de comparer les effets du service sur les comportements des usagers.

« Communauto est convaincue que beaucoup de données restent encore inconnues quant à l’impact et les bénéfices d’un système en libre-service sans réservation. Le projet Auto-mobile se veut un moyen d’éclaircir ces incertitudes et de contribuer positivement à la consultation publique déjà annoncée par la Ville de Montréal sur la question. Nous partagerons les résultats avec les autres acteurs impliqués : l’industrie du taxi et les sociétés de transport. Le choix des véhicules 100 % électriques apporte également de la pertinence au projet » a affirmé Benoit Robert, président-directeur général de Communauto.

M. Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement Plateau-Mont-Royal, a profité de l’occasion pour annoncer deux mesures qui ont pour but d’encourager l’autopartage, une pratique déjà répandue dans l’arrondissement.

La première mesure consiste en la création de 150 nouvelles places réservées de stationnement sur chaussée pour véhicules Communauto d’ici la fin de 2014, dont la moitié cette année. Ces espaces permettront aux résidents du Plateau d’avoir accès à plus de véhicules Communauto et augmenteront ainsi la commodité du service d’autopartage, dont les avantages sont importants pour un quartier central et densément peuplé comme le Plateau. (Présentement, Communauto dispose de 17 places réservées de stationnement sur chaussée au Plateau-Mont-Royal et paie annuellement 1035$, plus les taxes, par place. Un taux de tarification similaire est prévu pour les nouvelles places.)

La seconde mesure est la création d’une vignette universelle qui permettra aux utilisateurs de véhicules en autopartage de se garer dans les zones réservées aux résidents (SRRR). « Rappelons que l’arrondissement a augmenté de façon importante l’offre de places SRRR dans les secteurs les plus achalandés », a souligné M. Ferrandez. « De plus, les utilisateurs de l’autopartage n’ont aucun intérêt à laisser les véhicules en leur possession immobiles pour de longues périodes. »

Comme c’est le cas pour les véhicules commerciaux et de livraison en service, les véhicules en autopartage sans vignette universelle continueront de bénéficier du droit d’être garés dans les zones SRRR pour un maximum de 60 minutes.

« Tant pour la voiture électrique que pour le partage de véhicules, tous les éléments de la solution sont rassemblés. Le temps est venu de faire un grand bond en avant. Il est normal que ce soit sur le Plateau que ça se produise », résume M. Ferrandez.

Auto-mobile : comment ça fonctionne ?

À partir de la mi-juin, les personnes intéressées et les abonnés de Communauto pourront s’inscrire en ligne afin d’utiliser ce nouveau service.

Les personnes inscrites pourront rechercher la voiture la plus proche à l’aide de leur téléphone intelligent ou sur internet. Une fois un véhicule identifié, ils pourront le bloquer quelques minutes, le temps de s’y rendre, et l’utiliser immédiatement pour effectuer leur trajet du point A au point B.

Les voitures seront accessibles grâce à la carte OPUS dont le numéro devra être enregistré chezAuto-mobile. Arrivés à destination, il suffira de garer le véhicule sur la rue où la signalisation le permet, sur le territoire de l’arrondissement Plateau-Mont-Royal, et de le libérer.

Le stationnement sera permis sur toutes les zones non réglementées en bordure du trottoir et, pour le temps du projet pilote, l’arrondissement permettra l’utilisation des zones de stationnement pour résidents. Les usagers devront s’assurer de ne pas garer les véhicules dans des zones affectées prochainement par les opérations de balayage. Il sera interdit de laisser un véhicule dans une zone parcomètre ou un stationnement payant.

L’abonnement au service Auto-mobile sera offert à 0$ dans le cadre du projet pilote. La tarification sera de 0,38$/minute, 12$/heure et 50$/jour. Les véhicules électriques seront rechargés périodiquement par une équipe de Communauto afin de toujours assurer une bonne disponibilité des véhicules et des charges permettant de nombreux déplacements.

Pour plus d’information : www.communauto.com/auto-mobile

 

La STM lance une application pour récompenser ses usagers

STM_Merci
Crédits image © STM

La Société de transport de Montréal (STM) lance un projet pilote pour un programme de fidélité innovateur, prenant la forme d’une application iPhone nommée STM Merci. Développée conjointement par la STM et son partenaire technologique SAP (Systèmes, Applications, Produits pour le traitement de données), cette application proposera aux clients de la STM des offres exclusives et personnalisées à partir de leur profil et de leurs préférences dont ils pourront bénéficier immédiatement et non après avoir accumulé un certain nombre de points. Ce projet pilote sera d’une durée d’au moins six mois.

La STM innove pour récompenser ses clients
« Nos clients sont plus mobiles et branchés que jamais, a affirmé Michel Labrecque, président du conseil d’administration de la STM. Alors que la STM vise à atteindre 540 millions de déplacements en 2020, l’amélioration de l’expérience client est au cœur de nos stratégies et pour cela, l’innovation est la clé. Il était donc logique de miser sur une solution technologique et mobile pour récompenser nos clients de leur fidélité. Notre partenariat avec SAP nous a permis de disposer d’une technologie d’avant-garde et STM Merci est véritablement unique au monde dans le maillage qu’elle nous permet de réaliser entre les données clients, leur profil et leurs préférences et les offres de nos centaines de partenaires. J’invite tous nos clients à télécharger l’application et à en faire l’essai. »

Communauto est heureuse de soutenir cette initiative de la STM en offrant aux abonnés et aux non abonnés deux promotions alléchantes à travers l’application STM Merci.

Lire la suite du communiqué >

Envie de culture ? Rendez-vous à Métropolis Bleu !

MetropolisBleu
Crédits image @ Metropolis Bleu Festival

Métropolis Bleu est un évènement littéraire qui se déroule du 22 au 28 avril 2013, qui rassemble un grand nombre d’écrivains, traducteurs, d’illustrateurs et passionnés de lecture de différentes cultures afin de partager le plaisir de lire et écrire. Métropolis Bleu a pour mission d’amener à travers la lecture et l’écriture une éclosion de créativité et une compréhension interculturelle.

Cette année le festival Métropolis Bleu introduit un volet développement durable. Il y aura des ateliers sur le jardinage urbain, des parcours à travers des quartiers pour mieux connaître sa ville, ainsi que des écrivains qui traitent de transport durable. Taras Grescoe, un écrivain dont nous vous avons déjà souligné le travail, parlera de son dernier livre : Straphanger Il sera accompagné de Michel Labrecque, Président du conseil d’administration de la STM. De plus, le maire du Plateau Mont-Royal, Luc Ferrandez sera aussi présent pour une entrevue afin de parler de son projet d’un Montréal Durable.

Ce festival qui se déroule sur 5 jours comprend aussi des lectures publiques, des colloques, des ateliers et des tables rondes ainsi qu’un volet pour la jeunesse. De la culture pour tous les goûts et tous les âges ! La plus part des activités sont tiendront à l’Hôtel 10, situé proche du métro St-Laurent.

Communauto vous souhaite un bon événement !

Pour plus d’information : bluemetropolis.org

 

Le Défi nature 30×30 de la Fondation David Suzuki

DefiNature
Crédits photo @ Fondation David Suzuki

Ce printemps, la Fondation David Suzuki vous invite à participer au Défi nature 30X30 ! Pendant le mois de mai, les participants s’engageront à passer 30 minutes chaque jour dans la nature pendant 30 jours. Le défi a pour objectif de créer de nouvelles habitudes de vie saines chez les participants et que celles-ci deviennent pour eux une « seconde nature ».

Au cours des dix dernières années, plusieurs études ont confirmé ce que nous savions déjà : le contact avec la nature a des effets positifs sur notre santé et notre bien-être. Ces études ont aussi démontré que le fait de passer du temps en nature, comme dans un parc, un boisé ou une forêt, sur une base régulière, diminue le niveau d’anxiété et de stress tout en améliorant l’efficacité du système immunitaire. Les chercheurs ont aussi établi que les « Pauses vertes » aident à réduire la dépression et à apaiser les sentiments de colère. Elles donnent aussi de l’énergie, stimulent la créativité et augmentent la capacité à se concentrer. L’adhésion est gratuite et le Défi est facile à mettre en oeuvre !

Le Défi nature 30X30 sera officiellement lancé le Jour de la Terre, le lundi 22 avril 2013. Les organisations et personnes qui désirent participer au Défi peuvent le faire en communiquant avec la Fondation David Suzuki. Communauto sera de la partie et vous ? Ensemble, découvrons ce que la nature a de meilleur à nous offrir !

Toutes les informations au : www.davidsuzuki.org/fr/definature30x30

 

Mon PLAN offert gratuitement à Lévis et dans la MRC de Lotbinière

MP
Crédits photo @ Accès transports viables

Après deux ans d’offre de services dans la région de Québec, Accès transports viables a lancé, ce mercredi 13 février, le programme Mon PLAN dans les secteurs de la Ville de Lévis et de la MRC de Lotbinière. Dès cet hiver, les citoyens pourront ainsi connaître leurs alternatives de transport à l’auto-solo, en bus et à vélo, pour leurs déplacements spécifiques vers leur lieu de travail ou d’études sur ces territoires.

Entièrement gratuit, Mon PLAN sera offert jusqu’à la fin du mois d’octobre 2013, grâce au soutien de plusieurs collaborateurs et acteurs régionaux. Principal partenaire du projet, le Fonds d’action québécois pour le développement durable se réjouit d’ailleurs d’une telle mobilisation parmi les organismes du milieu. « Considérant ces appuis importants et l’effet levier que génèrera Mon PLAN parmi les résidents de Lévis et Lotbinière, ce projet exprime notre volonté : faire émerger des initiatives concrètes garantes de changements de comportements en développement durable. Aussi, le succès du premier volet et celui attendu dans cette seconde phase laissent entrevoir un déploiement futur ailleurs au Québec. Voilà un exemple brillant de méthodes novatrices afin que les citoyens utilisent les transports collectifs et actifs et réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) », explique madame Véronique Jampierre, directrice générale.

Madame Pauline D’Amboise, vice-présidente Soutien à la coopération, secrétaire générale du Mouvement Desjardins et porte-parole du projet Mon PLAN pour les régions de Lévis et de Lotbinière abonde également en ce sens : « Aujourd’hui, nous sommes tous soucieux d’économiser temps et argent, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’apporter des modifications à nos habitudes de vie. On se dit tous : « il faut que ça soit simple ». Dans cette perspective, Mon PLAN est une  solution innovante au Québec et est de nature à inciter les gens à découvrir d’autres modes de transport que l’auto en solo pour leurs déplacements réguliers. Nous sommes confiants que plusieurs citoyens de la région auront la curiosité de se procurer leur PLAN pour bénéficier de solutions sur mesure, adaptées à leur réalité, leur permettant à la fois d’économiser du temps et de l’argent, de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et même d’améliorer leur qualité de vie par une réduction du stress associé aux modes de transport », souligne-t-elle.

« De nombreuses personnes n’ont jamais essayé l’autobus ou le vélo pour leurs déplacements par méconnaissance des services existants. Mon PLAN répond à ce besoin d’informations en offrant un service entièrement clés en main, sans tracas ni perte de temps », mentionne Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables.

Les personnes intéressées à se procurer un PLAN ou à en savoir davantage sur ce programme peuvent consulter le site Internet www.jembarque.org ou contacter l’un de ses agents au 418 648-2841.

 

Le Santropol Roulant : organisme socialement engagé

SantropolRoulant_article
Crédits photo © Santropol Roulant

Connaissez-vous Le Santropol Roulant ? Depuis 1995, cet organisme utilise la nourriture comme véhicule pour briser l’isolement social et économique entre les générations et les cultures. De manière créative et collaborative, ils travaillent à renforcer et à nourrir la communauté locale par des approches novatrices sur les thèmes de l’engagement des jeunes, des systèmes alimentaires urbains, de la sécurité alimentaire et du maintien dans la communauté.

Après 17 ans au service de la communauté, Le Santropol Roulant à livré plus de 465 000 repas à des personnes en perte d’autonomie, majoritairement des aîné(e)s. Au fil des années, plus de 300 emplois et stages ont été offerts à des jeunes montréalais(ses)s.

Le Santropol Roulant c’est aussi des gens engagés, qui à tous les mois, travaillent à faire de cet endroit un véritable centre de changement social. Vous avez envie vous aussi de devenir un acteur de changement ? Plusieurs réunion d’information se tiennent régulièrement pour faire du bénévolat. Durant ces rencontres, vous en apprendrez plus sur l’histoire du Santropol Roulant et ses différents programmes.

De plus, vous serez invité à visiter tous les racoins de leur espace, du sous-sol avec les bacs à compost au toit aménagé pour l’agriculture urbaine. Pour assister à une séance d’information des bénévoles, appelez au 514-284-9335 ou envoyez un courriel à Ben, le responsable des bénévoles.

Chaque année, l’équipe du Santropol Roulant oriente près de 1000 nouveaux bénévoles et partage avec eux comment ils peuvent aider leur communauté en faisant du bénévolat au sein des différents programmes dans la cuisine, dans les sites de jardinage, dans l’atelier de vélo, et avec les projets et les événements spéciaux.

Pour vivre l’expérience et en connaître davantage sur le Santropol Roulant, rendez-vous au : www.santropolroulant.org

Bonne découverte !

 

Communauto arrive à Rivière-des-Prairies—Pointes-aux-Trembles !

De gauche à droite : Monsieur Pierre Roy, directeur général du Centre communautaire Roussin, M. Gilles Déziel, conseiller d’arrondissement, district de Pointe-aux-Trembles, M. Carlos Silva, ingénieur direction des travaux publics, Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles, M. Marco Viviani, directeur des relations publiques et développement, Communauto, Mme Chantal Rouleau, mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Mme Caroline Bourgeois, conseillère de la Ville, district de la Pointe-aux-Prairies, M. Mario Blanchet, conseiller d’arrondissement, district de la Pointe-aux-Prairies, Mme Cindy Leclerc, conseillère de la Ville, district de Rivière-des-Prairies, Mme Suzanne Décarie, conseillère de la Ville, district de Pointe-aux-Trembles.

Les résidents de Rivières-des-Prairies—Pointes-aux-Trembles seront heureux d’apprendre qu’une toute nouvelle station a ouvert ses portes tout près de chez eux. Une très bonne nouvelle pour les abonnés de Communauto qui demeurent dans l’arrondissement. Le véhicule en libre-service de Communauto sera disponible dans le stationnement du Centre communautaire Roussin, situé au 12125, rue Notre-Dame Est dès aujourd’hui.

Située à proximité des lignes d’autobus 86, 189 et 410, la station viendra bonifier l’offre du transport en commun en plus d’offrir aux citoyens une alternative viable et efficace à la possession d’une auto.

« Ce partenariat concret permet la promotion active de l’autopartage et de l’accessibilité au transport durable pour les citoyens .»  Madame Chantale Rouleau, mairesse de l’arrondissement.

Lire le communiqué >

 

Une première Vélostation AMT verra le jour au printemps 2013

Crédit image © AMT

Les abonnés de Communauto qui utilisent les services de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) seront contents d’apprendre qu’une première Vélostation sera construite à la gare Deux-Montages. Ainsi, l’AMT souhaite désengorger ses stationnements incitatifs pour faire plus de place aux cyclistes et encourager l’utilisation du vélo comme mode de transport combiné.

En construction dès cette semaine, cette station sera mise en service au printemps 2013. Elle permettra aux usagers de stationner leurs vélos à l’abri des intempéries et de façon plus sécuritaire avec des accès contrôlé réservée aux personnes inscrites. Le stationnement sera muni de 64 supports répartis sur deux étages avec de casiers individuels. Les usagers pourront utiliser leur carte OPUS pour accéder au stationnement.

Durant ce projet pilote, l’AMT sondera ses utilisateurs afin d’optimiser la Vélostation AMT en vue d’un déploiement sur d’autres sites. Pour l’instant, une autre station au terminus Longueuil est déjà planifiée pour l’été 2013.

Communauto, qui a déjà plusieurs stations dans les gares de l’AMT,  Métro Radisson, Métro Montmorency, Métro Henri-Bourassa et Terminus Panama, félicite l’AMT pour cette belle initiative qui fait aussi la promotion du transport collectifs et actifs !

Pour plus d’informations, cliquez ici.

 

Les usagers de l’autopartage contribuent à une meilleure gestion du stationnement

Le stationnement est un enjeu majeur pour toutes les grandes villes du monde. Tous les jours, des millions d’automobilistes quittent leurs résidences ou leurs stationnements personnels à bord de leur voiture pour se rendre au travail, et garer leur voiture dans un autre stationnement. Des millions d’espaces sont donc destinés à héberger des véhicules qui, bien souvent, restent immobiles. Pourtant, collectivement, nous pourrions bénéficier plus largement de ces espaces en les utilisant autrement.

Daniel Bouchard, spécialiste de la question du stationnement à Montréal, nous parle de la contribution positive des usagers de l’autopartage face aux nombreux problèmes du stationnement en milieu urbain.

Bon visionnement !

 

Voyageurs : tout ce que vous devez savoir pour réussir votre voyage

Crédit image © Communauto

Vous partez en voyage prochainement ou planifiez de le faire ? Avez-vous tout bien préparé ? Êtes-vous certain d’avoir pensé à tout ? Comment s’assurer de n’avoir rien oublié pour réussir votre voyage ? Voilà bien des questions qui méritent des réponses et des conseils.

Si vous cherchez des trucs et astuces pour mieux planifier votre voyage, le Guide pratique du voyageur de Protégez-Vous est une ressource essentielle !

Très complet, le Guide passe à travers plusieurs sujets :

  • Le tourisme et le développement durable
  • Bien choisir sa destination
  • Le budget de voyage : avant, pendant et après
  • Les hôtels, clubs, gîtes et auberges : comment faire le bon choix ?
  • Les items à ne pas oublier avant de partir
  • Les assurances voyage
  • Choisir le bon moyen de transport
  • Bien manger en voyage
  • Les maladies à surveiller

Le Guide offre également plusieurs conseils pour planifier vos déplacements. N’hésitez pas à faire du cocktail transport en voyage, en plus d’être pratique et économique, vous réduirez votre emprunte écologique !

Pour plus d’information, consultez l’article sur le Guide pratique du voyageur >

 

Le Lèche-Vitrine : actualités culturelles à partager !

LecheVitrine
Crédits photo @ La Vitrine

Restez informé des lancements à venir, suivez la trace des artistes et de leurs réalisations, participez à des concours, commentez des articles, planifiez votre prochaine sortie et bien plus encore ! Bref, découvrez le meilleur de l’actualité culturelle en quelques clics avec La Vitrine !

Carrefour de l’offre culturelle du Grand Montréal, guichet unique, virtuel et physique d’information, de promotion et de vente d’activités culturelles autour du grand Montréal, La Vitrine vous facilite l’accessibilité aux nombreux lieux de diffusion culturels du territoire avec son calendrier interactif et ses billets de dernières minutes.

Afin de vous partager ses passions, La Vitrine a créé un nouveau blogue : Le Lèche-Vitrine. Plateforme interactive adjacente au calendrier culturel de La Vitrine, ce blogue se veut un lieu où passions et échanges d’informations culturelles fusionnent. La publication des différents billets multidisciplinaires vise principalement à refléter positivement la culture à Montréal, de faire découvrir la nouveauté, l’émergence, l’unicité et le talent.

Le Lèche-Vitrine s’engage à transmettre les nouveautés, la splendeur et la diversité de l’offre culturelle et artistique par le biais de l’expertise de son équipe de blogueurs, collaborateurs, partenaires et artistes dans le milieu culturel du grand Montréal. Ses nombreuses rubriques vous offriront des rencontres à caractère intimiste avec les artistes et leurs univers de création.

Bonne découverte !

 

Préparez-vous pour l’hiver avec le FestiNeige de MEC !

Crédit photo © MEC

De Montréal à Québec, en passant par Longueuil, le FestiNeige de MEC est d’abord un événement familial qui s’adresse à tous les mordus de sports d’hiver. En vous inscrivant, vous pourrez participer à plusieurs ateliers, faire l’essai de nouveaux produits en démonstration et vendre votre équipement qui ne sert plus !

En plus de profiter de nombreux ateliers, vous pourrez participer à des séances d’informations, des conférences, des cliniques de fartage et des sorties-ateliers. Pour participer au FestiNeige, vous devez être membre de la coopérative. Au coût de 5 $ seulement, devenez membre dès aujourd’hui et faites la découverte de la plus grande coopérative de plein air au Canada.

Pour plus d’information, consultez les programmes par ville :

Montréal
FestiNeige MEC
samedi 17 novembre

Québec
FestiNeige MEC
dimanche 25 novembre

Longueuil
FestiNeige MEC
dimanche 18 novembre

Bon festival et bon début de saison !

 

Montréal gourmand : 110 restos, 52 épiceries fines et 10 recettes

Crédit photo © Communauto

Lancé officiellement le 11 septembre dernier au Birks Café de Montréal, le nouveau guide Le Montréal gourmand de Philippe Mollé est maintenant disponible. Chroniqueur gastronomique chevronné et passionné, Philippe Mollé dévoile, dans ce tout nouveau guide, une foule de savoureux trésors. Plus qu’un simple répertoire de restaurants, ce guide se veut un passeport alléchant pour découvrir le Montréal gourmand de l’auteur, toujours à l’affût de bonnes adresses.

Une sélection unique de restaurants
Philippe Mollé propose une sélection personnelle de 110 restaurants qui lui plaisent tout particulièrement, dans toutes les gammes de prix. « Ces établissements sont chargés, en plus de nous nourrir, de nous procurer du plaisir. Le décor, la qualité de la cuisine et la sélection des vins sont des éléments essentiels dans mes choix, mais l’originalité et la créativité de l’expérience gustative et le dosage de la musique peuvent aussi me séduire. »

Des palmarès thématiques pour mieux se retrouver
L’auteur dresse en outre la liste de ses plus agréables surprises de l’année… et de ses plus grandes déceptions, ainsi que des plus belles terrasses de restos à Montréal, des meilleurs établissements où l’on peut apporter son vin, de ceux qui disposent des meilleures caves à vins et autres palmarès bien personnels. Et puisqu’on ne peut tout de même pas aller au restaurant tous les soirs, Philippe Mollé suggère une dizaine de recettes de son cru avec sélection de vins, pour continuer à jouir des plaisirs de la table à la maison.

Dans le même esprit, l’auteur propose 52 adresses d’épiceries fines et d’artisans passionnés qui partagent leur amour pour les aliments de qualité au jour le jour avec les Montréalais. Qu’il s’agisse d’irrésistibles pâtisseries et boulangeries, de décadentes chocolateries ou de boucheries et traiteurs qui sortent des sentiers battus, Philippe Mollé fait saliver les lecteurs à chaque page.

Des cartes et index pour se repérer facilement
Le Montréal gourmand de Philippe Mollé contient plusieurs index pour se repérer facilement, ainsi qu’un cahier de plans de quartier qui permettent de localiser toutes les adresses décrites, et d’ainsi construire ses propres itinéraires gourmands. Voilà un guide de référence à garder à portée de main, pour un souper improvisé, une grande occasion ou une virée gourmande dans les différents quartiers de Montréal.

Visionnez la vidéo qui présente le nouveau guide !

Profitez également de la sortie de ce guide pour planifier vos découvertes restos à l’événement du mois de novembre : Montréal à table

Dans la foulée de la formule populaire adoptée par les destinations gastronomiques de la planète, la Semaine des restaurants de Montréal met à l’affiche de délectables menus à prix fixe dans une variété d’établissements aux quatre coins de la ville. Du chic restaurant cinq étoiles au chaleureux petit bistro, en passant par le resto « Apportez votre vin », Montréal a de quoi combler tous les appétits et ravir tous les palais.

Bon appétit !

 

ENvironnement JEUnesse lance sa campagne de promotion et d’initiation au vélo quatre saisons

Le nombre de cyclistes à circuler durant la saison froide a explosé… Et ce n’est qu’un début ! C’est dans le cadre de la deuxième édition du 5 à 7 Cocktail transport qu’ENvironnement JEUnesse et ses partenaires ont lancé la campagne de promotion et d’initiation au vélo quatre saisons, 2 roues, 4 saisons.

Ces dernières années, le vélo a beaucoup gagné en popularité et il est désormais évident qu’il s’agit d’un moyen de transport tout à fait envisageable à l’année. Malgré tout, encore trop de cyclistes ne savent comment s’y prendre ni par où commencer à l’approche de la saison froide et se voient contraints de remiser leur vélo. « C’est dans le but de corriger cette situation et de répondre à un manque d’information qu’ENvironnement JEUnesse et ses partenaires, par l’entremise de 2 roues, 4 saisons, annoncent la mise en ligne d’outils d’initiation au vélo quatre saisons ludiques et interactifs », explique Jérôme Normand, directeur général d’ENvironnement JEUnesse.

Lors de la soirée, plus de 130 convives étaient présents pour l’inauguration d’une application web permettant d’assembler un vélo virtuel adapté à la saison froide et d’un « wiki » regroupant une foule de trucs et d’astuces pour circuler à vélo de manière sécuritaire et agréable tout au long de l’année. Enfin, le public a assisté à la projection de la première d’une série de trois capsules vidéo de sensibilisation au vélo quatre saisons. Celle-ci portait sur l’importance d’être visible à vélo à l’approche de l’automne et sur les différentes options vestimentaires permettant d’assurer le confort d’un cycliste quatre saisons.

Communauto, partenaire de longue date d’ENvironnement JEUnesse, salue cette initiative originale et motivante pour le développement du transport durable. C’est avec grand plaisir que nous invitons tous nos abonnés à consulter les outils d’initiation au vélo quatre saisons. Aussi, participez au concours d’ENvironnement JEUnesse, et vous pourriez gagner un vélo spécialement adapté à la conduite hivernale ! Visitez le : www.2roues4saisons.org.

Lire l’intégralité du communiqué >
Source : ENvironnement JEUnesse

 

Réduisez votre facture d’essence grâce à l’écoconduite !

Crédit photo © ecomobile.ca

Autopartage et écoconduite font bon ménage. Les utilisateurs de l’autopartage contribuent déjà à améliorer l’environnement, à apaiser la circulation routière en plus de réduire le nombre de véhicules dans le parc automobile québécois. En adoptant les techniques de l’écoconduite, vous pourrez limiter davantage l’impact de vos déplacements sur l’environnement, vous améliorerez la sécurité sur les routes en adoptant un comportement plus calme et vous réaliserez de sérieuses économies sur vos factures d’essences.

Chaque année au Québec, nous parcourons l’équivalent de 75 milliards de kilomètres. Cela représente une consommation de 7,6 milliards de litres de carburant. En appliquant les techniques de l’écoconduite, nous pourrions facilement réduire de 10 % notre consommation de carburant et diminuer d’autant nos émissions de CO2. Deux millions de tonnes d’émissions pourraient ainsi être évitées.(1)

Qu’est-ce que l’écoconduite ?

Réduite à sa plus simple expression, l’écoconduite est la saine gestion de la pédale d’accélération. Néanmoins, pour mieux comprendre les techniques d’écoconduite et prioriser leur application, il est nécessaire de connaître les forces physiques qui s’appliquent à un véhicule en mouvement. C’est à partir de ces principes que l’on peut identifier les comportements les plus susceptibles de nous faire économiser du carburant

Pour en apprendre plus sur les principes et techniques de l’écoconduite, visitez le site ecomobile.gouv.qc.ca.

Très bien fait, ce site vous donnera également de l’information sur les formations offertes ainsi que de précieux conseils pour adopter l’écoconduite dans vos habitudes de conduite.

(1) Source : Bureau de l’efficacité et de l’innovation énergétiques, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune

 

(Re)découvrez Vivre en Ville !

Crédit photo © Communauto

Le 15 octobre dernier, l’organisme Vivre en Ville dévoilait sa nouvelle image au grand bonheur de ses partenaires, amis et collaborateurs. Après des mois de réflexion et de travail, les nouvelles couleurs de l’organisation illustrent clairement son élan actuel. Avec des projets qui se multiplient et une solide assise, l’équipe d’experts qui a doublé au cours des deux dernières années, avait à cœur de revoir son identité pour mieux répondre aux défis variés auxquels font face les collectivités. L’intérêt pour l’urbanisme et le design urbain étant plus fort que jamais, l’équipe de Vivre en Ville a décidé de saisir l’occasion. Ainsi, avec cette énergie, renforcée par ce changement organisationnel, par la qualité de son équipe et par l’implication de ses membres, Vivre en Ville poursuit ses projets.

Organisation d’intérêt public, Vivre en Ville contribue, partout au Québec, au développement de collectivités viables, œuvrant tant à l’échelle du bâtiment qu’à celle de la rue, du quartier et de l’agglomération. Par ses actions, Vivre en Ville stimule l’innovation et accompagne les décideurs, les professionnels et les citoyens dans le développement de milieux de vie de qualité, prospères et favorables au bien-être de chacun, dans la recherche de l’intérêt collectif et le respect de la capacité des écosystèmes.

Devenez membre et associez-vous à sa mission. Votre appui permettra à Vivre en Ville de prendre le virage nécessaire pour un meilleur aménagement de nos milieux de vie.

Pour plus d’information, rendez-vous au : www.vivreenville.org

 

Trois des plus belles vues à Chicago !

Credit photo © Guides voyage Ulysse

Ville aux inépuisables ressources, Chicago ne peut être décrite en quelques lignes, ne peut être visitée en quelques heures. La richesse de cette grande métropole du monde sur les plans architectural, culturel, historique, commercial, ethnique, etc., est si grande qu’il faut lui consacrer du temps, beaucoup de temps, avant de pouvoir prétendre en saisir l’essence et la grandeur.

Voici déjà trois lieux de choix pour l’observer sous ses plus belles facettes et vous en mettre plein la vue !

La vue depuis le Skydeck Ledge, à l’observatoire de la Willis Tower (ex-Sears Tower)

La Willis Tower, mieux connue sous son nom d’origine de Sears Tower est le plus haut gratte-ciel de Chicago. Il fut longtemps le plus haut du monde! Construite entre 1968 et 1974, cette monumentale sculpture moderne en verre et en acier culmine à 442 m.

Au 103e étage de la Willis Tower a été aménagé un observatoire où il faut se rendre par temps clair : le Skydeck. Un ascenseur ultra-rapide y conduit les visiteurs, d’où la vue est saisissante. On raconte que, quand le ciel est dégagé, il est possible d’apercevoir le paysage de quatre États différents. À l’été 2009 fut inauguré The Skydeck Ledge, une série de boîtes de verre rétractables qui s’avancent hors de la structure pour offrir une vue sans obstruction sur tous les côtés… et même sous vos pieds. Cœurs sensibles s’abstenir.

Le centre-ville et les abords du lac Michigan depuis l’observatoire du John Hancock Center
Depuis sa construction, en 1969, le John Hancock Center symbolise Chicago par son allure costaude, sa silhouette noire et les célébrissimes renforts croisés qu’arbore sa structure extérieure. Ceux-ci, avec les colonnes et les poutres également apparentes, composent un système structurel d’une remarquable efficacité qui assure la grande stabilité du gratte-ciel.

L’observatoire, de cet obélisque de 100 étages (338 m), le quatrième gratte-ciel le plus élevé de la ville, situé au 94e étage, est accessible au moyen d’un ascenseur ultra-rapide qui s’y rend en 39 secondes! De là, la vue est saisissante de tous les côtés. Grâce au SkyWalk, il est même possible de sortir à l’extérieur, ce qui permet d’entendre les bruits de la ville et de ressentir le souffle du vent.

La silhouette des gratte-ciel de la ville depuis le parvis du John G. Shedd Aquarium
Le John G. Shedd Aquarium est superbement installé aux abords du lac Michigan. On y a une vue saisissante sur les grands immeubles du centre-ville. Le grandiose édifice Beaux-Arts de forme octogonale a été conçu en 1929 de façon à bien s’harmoniser avec le Field Museum, voisin rapproché. Sur ce plan, la réussite est complète, avec la splendide façade à colonnade dorique qui fait brillamment écho à celle du musée d’histoire naturelle. En 1991, un océanarium s’avançant dans le lac Michigan fut construit à l’arrière du bâtiment. Le Shedd Aquarium, le plus grand du monde dit-on, est une des attractions les plus populaires de la ville.  Plus de 8 000 animaux marins représentant 650 espèces différentes résident ici.

Extrait du guide Ulysse Escale à Chicago, par Claude Morneau

 

Découvrez le meilleur de Boston le temps d’une longue fin de semaine !

Crédit photo © Guides voyage Ulysse

Boston, belle et sage capitale du Massachusetts, porte en ses murs plus de 375 ans d’une histoire bien palpable qui se découvre avec délice au gré des rencontres architecturales et culturelles.

Vous planifiez une longue fin de semaine à Boston ? Voici des suggestions pour vous aider à profiter au maximum de votre séjour.

Première journée
Le matin, commencez par une promenade à travers le Public Garden et le Boston Common. Pour connaître le rôle que les habitants de Boston ont joué dans la Révolution américaine, empruntez le Freedom Trail, qui passe par les cimetières que sont le Granary Burying Ground et le King’s Chapel Burying Ground, où plusieurs pierres tombales portent le nom de personnages notoires. Continuez jusqu’au Faneuil Hall, lieu de naissance de la rébellion, puis vers le North End pour la visite de la Paul Revere House et de l’Old North Church. Un déjeuner dans une trattoria s’impose ici car ce quartier est aussi la «Petite Italie» (Little Italy) de Boston.

L’après-midi sera consacré au quartier de Back Bay pour une tournée des boutiques et des galeries d’art de la célèbre Newbury Street et pour la montée jusqu’à l’observatoire du Skywalk, au 50e étage de la tour principale du Prudential Center, qui vous promet une vue imprenable s’il fait beau. Tout près, entre l’imposante Boston Public Library et l’extraordinaire Trinity Church, vous pouvez acheter un billet à moitié prix (BosTix) pour un concert, une partie des Bruins ou des Celtics. Dans le South End, rendez-vous sur la célèbre Restaurant Row, le long de Tremont Street, pour dîner dans un bon restaurant.

Deuxième journée
Si vous disposez d’un jour de plus, voici ce que nous vous proposons pour votre deuxième journée. Pour une double ration de culture, rendez-vous dans le Fenway, à l’Isabella Stewart Gardner Museum puis, non loin, au Museum of Fine Arts, où vous pourrez déjeuner à la terrasse du Courtyard Cafe. Sinon, dirigez-vous vers le port, où se trouvent le New England Aquarium, le Boston Children’s Museum et l’Institute of Contemporary Art.

L’après-midi, prenez la direction de Cambridge. Explorez l’immense Harvard University et un de ses musées, avant d’aller bouquiner dans une des nombreuses librairies de Harvard Square. Terminez votre journée par une soirée rock ou jazz dans un des nombreux bars étudiants de Cambridge.

Troisième journée
Si votre séjour dure trois jours, la troisième journée pourrait se présenter comme suit. Le matin, après une visite de l’Old State House, déambulez dans les étroites rues du quartier de Beacon Hill pour admirer les belles demeures conçues par l’architecte Charles Bulfinch, ou explorez le Black Heritage Trail. Profitez de la proximité des boutiques de Charles Street pour repérer l’accessoire de cuisine que vous avez toujours désiré. Pendant que vous y êtes, faites une pause au café-boulangerie Panificio.

L’après-midi, visitez l’Esplanade et son Hatch Memorial Shell. Vous pourrez ensuite faire une petite croisière sur la Charles River ou tout simplement regarder les bateaux passer. Enfin, dînez dans le Chinatown.

Quelques coups de cœur Ulysse

Les meilleurs attraits pour faire plaisir aux enfants
Boston Children’s Museum
Boston National Historical Park et USS Constitution
Franklin Park Zoo
Museum of Science and Charles
Hayden Planetarium
New England Aquarium

Les meilleurs endroits pour courir les boutiques
Charles Street
Downtown Crossing
Faneuil Hall Marketplace et Quincy Market
Newbury Street

Les meilleurs endroits pour profiter d’une belle vue
Bunker Hill Monument
Charles River Reservation
Institute of Contemporary Art
MIT
Skywalk
Tavern on the Water

Extraits du Guide de voyage Ulysse Boston

 

BIXI occasionnel : rabais exclusif pour les abonnés de Communauto

Crédit photo © Communauto

Vous utilisez BIXI occasionnellement ?

L’abonnement occasionnel est un nouvel abonnement au système BIXI. Il permet un accès 24h facile et rapide au système avec une clé BIXI. Fini les transactions à la borne et le dépôt de sécurité de 250 $ ! En tant qu’abonné de Communauto, épargnez les 5 $ normalement exigés pour l’envoi de votre clé lorsque vous vous abonnez au forfait Membre occasionnel. Un autre avantage d’être un abonné de Communauto !

Comment ça fonctionne ?

Cet abonnement permet un accès 24h au système pour 5 $ au lieu de 7 $. Un nouvel accès 24h s’ajoute à votre compte chaque fois que vous insérez votre clé BIXI dans un point d’ancrage et que vous n’avez pas d’abonnement en cours. Le montant de 5 $ sera prélevé sur votre carte de crédit liée à votre compte pour chaque nouvel abonnement 24h.

Vous avez les mêmes privilèges que les membres soit les 45 premières minutes d’utilisation de chaque déplacement. Des frais d’utilisation s’appliquent pour des déplacements plus longs.

Cet abonnement vous alloue un espace personnel en ligne où vous pourrez consulter vos relevés et déplacements. Ce dernier est aussi transférable en abonnement mensuel ou annuel à n’importe quel moment.

Pour plus d’informations ou pour vous abonner, contacter le service à la clientèle de BIXI au 514-789-2494.

 

Vous voulez garder la forme ? Prenez les transports en commun!

Crédit photo © Communauto

« Les usagers du transport en commun marchent autant que ceux qui se rendent au travail à pied. »

Voilà une phrase bien surprenante à lire, mais selon Ugo Lachapelle, professeur au Département d’études urbaines et touristiques de l’ESG UQAM, elle représente bien la réalité.
« Les gens qui utilisent les transports publics (autobus, métro ou train de banlieue) pour se rendre au travail marchent davantage que ceux qui utilisent uniquement l’automobile ». Évidemment, c’est sans surprise, mais les recherches de M. Lachapelle, menée en collaboration avec l’Université Rutgers au New Jersey, démontrent également que prendre le transport en commun nous oblige à marcher davantage. En plus de marcher pour se rendre à notre station de métro ou notre arrêt d’autobus, il arrive très souvent que nous devions marcher à nouveau puisque le lieu de notre travail n’est pas toujours à la sortie du métro ou au coin de la rue.

Autrement dit, l’utilisation des transports en commun combiné à la marche nous oblige à bouger davantage. Toujours selon ses études, M. Lachapelle avance que les gens qui utilisent les transports en commun ont trois fois plus de chance d’atteindre les recommandations d’activité physique suggérées par la Fondation des maladies du cœur, soit environ 30 minutes par jour, cinq jours par semaine.

Une combinaison profitable à tous ! En plus de faire de l’activité physique en marchant au boulot, au resto, à l’épicerie ou pour aller chercher les enfants à la garderie, les utilisateurs du transport en commun contribuent à diminuer les émissions globales de gaz à effet de serre.

Vous voulez un truc pour garder la forme ? Prenez ou continuez de prendre le transport en commun !

Pour en apprendre davantage sur les études de M. Lachapelle, cliquez ici >

 

Le Jardin botanique vous invite à un banquet céleste !

Crédits photo © Montage Google images

À l’occasion de son 20e anniversaire, La Magie des lanternes revient cette année avec un nouveau thème : le banquet des pêches organisé par la divinité Xi Wang Mu, Reine-mère de l’Occident. Toujours plus belles et magiques, les nouvelles lanternes vous amèneront dans un voyage féérique au banquet de la vieille dame d’Occident présentant à ses convives les pêches d’immortalité qui arrivent à maturité une fois tous les 3000 ans. Ce sont près de 1 000 lanternes, créées à Montréal et construite en Chine qui illumineront le jardin de couleurs vives.

En plus de célébrer le 20e anniversaire de La Magie des lanternes au Jardin de Chine, les visiteurs découvriront un Jardin japonais magnifié par une mise en lumière fine et subtile.

Allez-y en métro, à pied, en vélo ou en Bixi ! Profitez de cette belle sortie pour découvrir à nouveau votre jardin de ville préféré.

Du 7 septembre au 4 novembre 2012 au Jardin botanique de Montréal.

Pour plus d’information >

 

En ville… à pied, à vélo, en bus, en métro !

Crédits photo © Montage Google

Déjà septembre ! Avec la rentrée, les bouchons de circulation connaissent des sommets, et comme chaque année à la même période, La semaine des transports collectifs et actifs et En ville sans ma voiture ne pourraient mieux tomber ! De nombreuses activités se tiendront dans les grandes villes du Québec pour nous amener à réfléchir à nos habitudes de déplacement. Communauto participera à quelques-unes d’entre elles et nous vous invitons à faire de même, sans votre voiture ! Petit avant-goût de la programmation.

À Québec :
Du 16 au 22 septembre, ce sont des activités de toutes sortes qui sont organisées pour la population : Park(ing)Day, Question d’espace, Ciné-Vélo, concours et plus encore! Le 18 septembre, c’est aussi le Défi sans auto Au Boulot!, et le 22 septembre, le Défi de la Journée internationale sans voiture destiné à toute la population!

16 septembre : Le Park(ing) Day est de retour ! Allez voir les bonnes idées des équipes participantes qui tenteront de transformer, le temps d’une journée, des espaces de stationnement en petites oasis urbaines. Communauto y sera. Et vous ?

21 septembre : Communauto tiendra un kiosque à l’Université Laval au Pavillon H.-Biermans – L. Moraud, une voiture électrique sera sur place pour des essais routiers de 11h00 à 16h00.

22 septembre : À l’occasion de la Journée sans voiture, le transport en commun est gratuit pour tous à Québec et à Lévis. Dans Saint-Roch, de nombreuses activités vous attendent : kiosques, terrasses sur rue, animation, spinning, manifestations artistiques et plus.

Du 16 septembre au 22 septembre : Visitez le www.transportsviables.org/stca/ pour en savoir plus sur la programmation.

À Montréal :
21 septembre : Le CRE-Montréal organise la 1ère édition du Park(ing) Day à Montréal ! Communauto y sera, venez nous voir !

22 septembre : Cette année, l’événement se veut familial et aura lieu dans le Vieux-Port. Activité photo pour les enfants, prestation de Toc Toc Toc, quadricycles gratuits, rallye, Tai chi et spectacle des Respectables sont au programme.

Parmi les activités prévues, notons aussi le TranspoCamp organisé par le Living Lab de Montréal. Ce forum ouvert, dédié à toutes les personnes intéressées par les nouvelles technologies appliquées du domaine du transport urbain, sera l’occasion d’explorer des idées variées et de véritables solutions pour l’avenir. Il y a également un tout nouveau blogue qui permet d’échanger tout au long de l’année sur les expériences en transport collectif et actif.

N’oubliez pas de visiter le kiosque de Communauto !

Du 17 au 30 septembre : Regardez la programmation détaillée à envillesansmavoiture.com pour connaître les activités locales qui auront lieu près de chez vous, dans de nombreux arrondissements et villes.

À Sherbrooke :
Dans le cadre de la semaine sherbrookoise de la mobilité durable, des activités de sensibilisation auront lieu dans le but de favoriser l’utilisation de modes durable tels les transports actifs (marche et vélo), le transport en commun et interurbain ainsi que le covoiturage ou l’autopartage comme moyen de déplacement pour aller au travail et au Centre-ville.  Participez au concours « Semaine de la mobilité durable ». Plus de 3000 $ de prix à gagner.

20 septembre : Communauto participera à la Journée de l’autopartage. Tous les détails au www.mobilitedurable.qc.ca.

À Gatineau :
Le 18 septembre : Défi Vél-Auto-Bus : qui du vélo, de l’automobile ou de l’autobus rejoindra le premier sa destination ?  Relevez le Défi sans auto en troquant votre auto pour les transports durables tout au long de la journée ; de nombreux prix sont à gagner !

20 septembre : rejoignez le 5@7 rue Laval. Au programme: barbecue, défilé mobil’chic et dégustation de bières au Marché Vieux Hull ! Prix et rabais sur place aux utilisateurs des transports viables.

21 septembre : Park(ing) Day, événement international qui transforme des espaces de stationnement sur rue. Votez pour la place qui vous semble la mieux métamorphosée et courrez la chance de gagner un prix !

22 septembre : dans le cadre de la journée « En ville, sans ma voiture », venez participer au Rallye Urbain et (re)découvrez le centre-ville de Hull !

Rendez-vous au www.infostca.org/programmation-2012 pour en savoir plus.

 

Nouvelle étude en faveur de l’autopartage !

Crédits photo © Communauto

Une nouvelle étude de l’École Polytechnique de Montréal, publiée dans l’International Journal of Sustainable Transportation (voir étude), compare pour la première fois les ménages des usagers de l’autopartage avec ceux des gens possédant une ou plusieurs autos, dans les mêmes quartiers de Montréal et pour des profils sociodémographiques similaires.

En respectant les proportions d’usagers selon leur fréquence d’utilisation du service, on remarque que les ménages d’un ou de deux adultes utilisateurs de l’autopartage ont recours à l’auto 3,7 fois moins pour leurs déplacements quotidiens de semaine que les ménages montréalais comparables possédant un véhicule. En effet, les personnes vivant seules utilisent l’auto pour seulement 17 % de leurs déplacements quand ils sont des abonnés actifs de Communauto, comparativement à 64 % pour les personnes possédant un véhicule. Pour les ménages composés de deux adultes, les taux d’utilisation de l’auto sont de 14 % pour les usagers de l’autopartage, de 52 % pour les ménages montréalais comparables possédant un véhicule et de 78 % pour ceux possédant deux véhicules.

Lire la suite >

 

Au mois d’août, c’est chez Émilie que ça se passe !

Crédits photo © Communauto

Depuis le 20 juin dernier, le Quartier des spectacles de Montréal anime la place Émilie-Gamelin avec une programmation à saveur estivale et créative. Lieu de rassemblement devenu historique avec les récents événements, vous serez surpris du décor et séduit par l’ambiance qui règne dans ce coin de ville agité et vivant !

Au menu : Série M pour Midi présenté par M pour Montréal, Série Midis Jazz Accès culture, Place au Doc ! Les soirées ONF et Série Midis arométissés de Vision Diversité. Pour ceux qui voudraient casser la croûte tout en restant au soleil ou à l’ombre sous un parasol, spécialement installés pour l’événement, les fameux « food trucks », ou camions de rue, seront au rendez-vous.

Pour tout le mois d’août et jusqu’au 30 septembre, redécouvrez cet espace public !

Pour plus d’information sur la programmation >

 

Saison des potagers : 180 recettes pour éviter le gaspillage

Crédits photo © Seminterrato

Bientôt, les potagers – et les paniers bios – déborderont de juteuses tomates et de légumes bien croquants. Vous ne savez plus qu’en faire tant la récolte a été abondante ? Nous avons quelques trucs et astuces pour vous.

Cuisinez la fraîcheur. Profitez de l’exubérance du jardin pour essayer le crudivorisme. Pour vous inspirer, jetez un coup d’œil au magnifique ouvrage du restaurant Crudessence, Crudessence – Plus de 180 recettes crues, croquantes et craquantes , ou visitez leur site Web. En plus d’être végétaliennes et sans gluten, les recettes que vous découvrirez ne requièrent aucune cuisson… À essayer en pleine canicule !

Congelez. Préparez vos recettes préférées en double et congelez des portions individuelles pour les lunchs ou une portion familiale pour les soirées pressées. En plus de gagner du temps, vous réduirez vos factures d’épicerie lorsque le potager s’essoufflera.

Apprenez la mise en conserve. Il n’y a pas que les betteraves et les cornichons qui s’y prêtent ! Pour découvrir dans l’humour le merveilleux monde du pot Mason, rien ne vaut une visite sur le blogue de Vincent le canneux, Recettes de conserves maison, dont le slogan affirme : « Rien ne sert de pourrir, il faut canner à temps ». Vous serez étonné !

Compostez si vous n’avez pas réussi à éviter le gaspillage. En plus de réduire vos déchets, vous réduirez la pollution de l’air. Si votre municipalité n’offre toujours pas ce service, mettez-vous au compostage domestique ou inscrivez-vous à Compost Montréal.

Bon appétit !

 

Un mois gratuit de transport en commun avec la STM !

Crédits photo © STM

Cette année encore, les nouveaux abonnés annuels au transport en commun de la STM à tarif ordinaire, obtiennent le 12e titre mensuel de leur abonnement gratuitement grâce à la campagne de Transport Québec visant à remédier aux problèmes de congestion liés aux différents travaux routiers.

L’offre est également valide pour les abonnés de Communauto qui décident de passer au DUO auto + bus (www.communauto.com/duo/stm.html) avant le 4 septembre 2012. Ceux-ci auront droit aux avantages déjà prévus par cette formule en plus de leur mois d’abonnement gratuit à la STM :

  • Ceux qui optent pour le DUO auto + bus forfait non-membre peuvent, en ajoutant 5 $ par mois au coût du titre de transport, accéder au Forfait C de Communauto sans avoir à débourser les droits d’adhésion de 500 $ et la cotisation annuelle de 39 $.
  • Ceux qui optent pour le DUO auto + bus forfait membre, qui versent donc les droits d’adhésion de 500 $ (100 % remboursables sur désistement), économisent 3 $/mois sur la cotisation annuelle à Communauto.

Les usagers s’étant abonnés au DUO après le 4 novembre 2011 seront automatiquement inscrits à la promotion. S’ils restent abonnés à la STM pendant 11 mois consécutifs, le mois d’août 2013 leur sera offert gratuitement.

Les plus fidèles, inscrits avant le 4 novembre 2011, recevront non seulement leur mois gratuit en septembre, en octobre ou en novembre 2012, mais de plus, Transport Québec leur offrira tous les mois de 2013 au tarif de 2012 s’ils restent abonnés à l’année. Aucune inscription n’est requise.

(Date limite d’inscription : le 4 septembre 2012)

Voyage olfactif au Jardin botanique de Montréal

Crédits photo © Espace pour la vie

Quand on parle du Jardin botanique de Montréal, on ne réalise pas à quel point il s’agit d’une attraction d’envergure internationale. À preuve, le site reçoit près d’un million de visiteurs par année. De ce nombre, près de la moitié sont des touristes étrangers, surtout des Américains et des Français.

Entrée : payante (incluant l’accès à l’Insectarium)
Services : boutique, mini-train durant l’été, restaurant
Horaire : tous les jours 9h à 17h (jusqu’à 18h en été et jusqu’à 21h en automne), sauf les lundis du début janvier à la mi-mai et du début novembre à la fin décembre (ouvert les jours fériés)

Plantes : 22 000 espèces et variétés
Arboretum : 2 000 espèces de partout dans le monde
Activités sur place : visite éducative

Circuit
Par où commencer votre visite? Pourquoi pas par les « jardins d’exposition », à l’ouest, en vous attardant aux plantes médicinales ? Peut-être y verrez-vous l’échinacée pourpre dont l’extrait donne de l’énergie aux humains. Plus au nord, des canards sauvages pataugent dans des étangs égayés par les grosses fleurs blanches et jaunes des nénuphars. Chemin faisant, vous traverserez la roseraie, d’où se dégage un parfum enivrant. Des rosiers, il y en a 10 000. Alors, imaginez le bouquet !

Balade dans les serres
Ouvertes en 1958, les 10 serres d’exposition couvrent une superficie de 4 000 m². Les visiter devient presque une expédition. C’est si grand qu’il est à peu près impossible de tout voir en une seule fois. En hiver, la végétation luxuriante et la chaleur humide donnent une atmosphère de tropiques instantanés. En été, vous retrouvez un abri contre la chaleur accablante ou contre la pluie. Vous y découvrez entre autres l’exotisme des penjings, ces petits arbres nains de la Chine. Chacune des serres vous entraîne dans une partie du monde différente.

Floraisons et plantes tropicales
Agrémentée d’une mezzanine et d’une cascade, la grande serre d’exposition se métamorphose au gré des saisons. Au printemps, les papillons virevoltent par milliers lors de l’événement « Papillons en liberté », suivi en été par de magnifiques floraisons, alors qu’octobre ramène le « Grand Bal des citrouilles ».

« Serre du Soleil », l’hacienda, grâce à son architecture d’influence espagnole, vous fait faire un voyage éclair au Mexique et en Amérique du Sud.  Sa cour est égayée de cactus et de plantes grasses de toutes sortes. Là, comme dans la serre des régions arides, vous retrouvez entre autres plusieurs espèces d’agaves, des plantes grasses avec lesquelles on fait la tequila au Mexique.

La serre des plantes tropicales alimentaires vous fait connaître à son tour caféier, figuier, etc., bref, 80 espèces qui fournissent nourriture, fibres pour tissus, épices ou médicaments. Décidément, explorer les serres, c’est aussi un voyage éclair au pays de la connaissance.

À voir ou à revoir
Le site est tellement grand qu’il est presque impossible de tout voir en une seule visite. Après tout, il y a une trentaine de jardins. Mais ne manquez surtout pas ce qui fait la renommée du Jardin botanique de Montréal, soit le Jardin de Chine, le Jardin japonais et le Jardin des Premières-Nations. Sans parler de l’Arboretum et de la Maison de l’arbre. Voilà sans doute pourquoi des visiteurs y sont déjà allés plusieurs fois !

Comment s’y rendre
Jardin botanique de Montréal, 4101 rue Sherbrooke E., 514-872-1400
www.ville.montreal.qc.ca/jardin
En transport en commun : métro Pie-IX ou Viau.
À vélo : par la piste cyclable de la rue Rachel.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Les ruelles du Plateau !

Crédits photo © Soverdi.org

Montréal compte environ 450 km de ruelles! Si plusieurs d’entre elles sont peu invitantes pour le marcheur, il s’en trouve tout de même une grande quantité, dans tous les quartiers de la ville, qui sauront étonner ceux qui s’y aventurent. Car tel est le mot d’ordre : aventure ! Lorsqu’il est question des ruelles montréalaises, il n’y a point d’itinéraires précis et de directions à suivre. Donc, il suffit d’explorer, de se perdre un peu, d’oser, bref, de laisser libre cours à son intuition. Parmi les différents arrondissements de la ville, celui du Plateau-Mont-Royal se révèle fort intéressant, car il renferme plusieurs ruelles fort bien aménagées, entretenues et propres. Or, il est relativement facile pour le promeneur d’en parcourir plusieurs afin d’élaborer un parcours agréable.

6 km / 2 heures

Randonnée urbaine
Le parcours que nous vous suggérons débute au square Saint-Louis et se termine au parc La Fontaine (6 km).

Ruelle Drolet/Henri-Julien
Du square Saint-Louis (0,0 km), empruntez la rue Drolet jusqu’à la ruelle située entre cette rue et l’avenue Henri-Julien (ruelle Drolet/Henri-Julien). Cette première section de ruelle se révèle fort jolie et très bien aménagée. Il s’agit d’une ruelle champêtre dont on a retiré l’asphalte pour le remplacer par de la pelouse et du gravier.

Rue Demers
Passé la rue Rachel, la ruelle s’aventure derrière l’imposante église Saint-Jean-Baptiste, érigée en 1874 et pouvant accueillir 3 000 personnes. Après avoir bifurqué dans un passage et traversé un petit parc, vous arriverez sur l’avenue Henri-Julien, à l’angle de la rue Villeneuve où, tout juste au nord, se trouve la charmante et originale rue Demers (1,8 km), qu’il vaut la peine d’admirer quelques instants. Fermée à la circulation automobile, cette toute petite rue, qui ressemble davantage à une ruelle, a des airs d’Italie et de Portugal.

Ruelle Saint-André/Mentana
Rebroussez chemin jusqu’à la rue Villeneuve, tournez à gauche, traversez la rue Saint-Denis et empruntez la rue Gilford jusqu’à la rue Saint-André. De là, empruntez la ruelle Saint-André/Mentana vers le sud, jusqu’à l’avenue du Mont-Royal (2,8 km).

Ruelle Brébeuf/Chambord
Tournez à gauche sur l’avenue du Mont-Royal et rendez-vous jusqu’à la rue Brébeuf. Empruntez la ruelle Brébeuf/Chambord vers le nord, jusqu’à l’avenue Laurier. Passé la rue Gilford, la ruelle porte le nom de ruelle Modigliani et présente plusieurs jolies murales. Tournez à droite sur l’avenue Laurier et continuez jusqu’à l’avenue Papineau.

Ruelle Papineau/Cartier
Tournez à droite sur l’avenue Papineau et, immédiatement, à gauche sur l’avenue Laurier. Tournez tout de suite à gauche dans la première entrée qui mène à la ruelle Papineau/Cartier. Empruntez cette ruelle jusqu’à la rue Masson et, de là, empruntez la ruelle Cartier/Chabot pour revenir sur l’avenue Laurier. À l’angle de l’avenue Laurier et de la rue Chabot (5 km) se trouve le mignon petit parc De Lorimier.

Ruelle Chabot/Cartier
Continuez dans la rue Chabot, traversez le boulevard Saint-Joseph, puis la rue Gilford, et empruntez la ruelle Chabot/Cartier jusqu’à l’avenue du Mont-Royal. Tournez à droite sur cette dernière et poursuivez jusqu’à la rue Marquette.

Ruelle Marquette/Fabre
Empruntez la ruelle Marquette/Fabre (vers le sud), traversez la rue Marie-Anne et reprenez la ruelle jusqu’à la rue Rachel et au parc La Fontaine (6 km).

Comment s’y rendre
Information : Arrondissement du Plateau-Mont-Royal, tél. 311
En transport en commun : métro Sherbrooke.

Tiré du guide Ulysse Marcher à Montréal et ses environs, par Yves Séguin.

 

Des balades sur les toits : découvrez les jardins secrets de Montréal !

Crédits photo © Montréal a cultiver

Les jardins sur les toits ont la cote, et pour cause. Très efficaces pour lutter contre les îlots de chaleur, ils contribuent aussi à préserver la biodiversité, captent le carbone émis dans l’atmosphère et parent les bâtiments de verdoyante beauté. Curieux de visiter de telles oasis en ville ? Le Cœur des sciences de l’UQAM invite petits et grands à une promenade de deux heures pour explorer des jardins « hauts » en couleur.

En compagnie d’Antoine Trottier, spécialiste de l’horticulture urbaine et, plus particulièrement, des toits verts, partez en famille à la découverte de toits verts autrement peu accessibles au grand public. Celui que vous avez peut-être déjà vu à l’émission Fermier urbain à la télévision de Radio-Canada vous permettra ainsi d’admirer les arbres quasi cinquantenaires du toit de l’hôtel Hilton Bonaventure, le mur végétal filtrant l’air sur cinq étages à la Maison du développement durable et le potager en hauteur du Palais des congrès.

L’activité aura lieu le 27 juillet et le 3 août en soirée ainsi que le 29 juillet et le 5 août en matinée. Dépêchez-vous de réserver votre place !

www.coeurdessciences.uqam.ca

 

Déménagement à zéro émission : entrevue avec Julien Myette

De retour à Montréal après avoir passé quelques années à Sherbrooke, Julien Myette se dit « et pourquoi pas ? » ! Son idée était toute simple : des déménagements à vélo. Presque quatre ans plus tard, l’entreprise Déménagement Myette peine à répondre à la demande et fait même des petits au Danemark et en Suède.

Mais détrompez-vous, c’est tout un travail de logistique que de gérer une compagnie de déménagement à vélo et plusieurs défis devaient être relevés pour y arriver. Heureusement, le choix fut évident pour des dizaines de personnes qui ont fait confiance à ce visionnaire en 2008. Fort d’une expérience des plus concluante, après plus de 1 100 déménagements, Julien reste humble et pense déjà à la suite.

Choisir de déménager à vélo a bien des avantages, et pas seulement financiers. Réduction de CO2, apaisement de la circulation, impacts sur la qualité de l’air et de notre environnement, en plus de créer des échanges sympathiques entre les clients, les déménageurs et la population du quartier ! Que voulez-vous de plus ?

Nous vous invitons donc à visionner une brève entrevue qui vous fera sourire et peut-être même changer vos habitudes de déplacement quand viendra le temps de déménager !

Bon visionnement !

www.demenagementmyette.ca

Erratum
Ce sont 10 tonnes de CO2 qui sont évitées et non 10 000, comme indiqué dans la vidéo. Nous sommes désolés pour cette erreur, merci de votre compréhension.

 

Des autos électriques en libre-service à Montréal

Crédits photo © Autolib’

Suite au Forum stratégique sur les grands projets de Montréal, François Cardinal, éditorialiste à La Presse, écrivait un billet à propos d’Autolib’ intitulé « Des autos électriques en libre-service à Montréal ? Le maire dit oui… ».

Présent lors du Forum, Communauto apporte ici quelques éléments de réflexion sur ce projet qui suscite un engouement important chez la population.

Mentionnons, pour fin de clarification, qu’il était question, ici, de Libre Service Intégral (LSI) et non pas du service d’autopartage déjà offert aux Montréalais par Communauto. Contrairement à l’autopartage qui constitue également une offre d’automobiles offertes en libre-service, le LSI permet d’utiliser un véhicule sans le réserver au préalable et de le laisser à la fin de sa course à un endroit autre que son point de départ :

1) Les retombées environnementales positives des systèmes de Libre Service Intégral dépendent strictement de la présence d’autres alternatives à l’auto pour les déplacements pendulaires ou de plus longue distance. En fait, l’incertitude liée à la disponibilité du véhicule, dont on ne connaît pas la localisation dans le futur, et le coût du trajet (environ 0,35 $/min pour Car2Go, 5-7 euros la demi-heure pour Autolib’) réduisent la capacité de ces systèmes de représenter à eux seuls une alternative à la propriété d’une auto. De cette réalité découle l’importance d’intégrer le LSI en complémentarité avec les offres des autres acteurs du transport durable : taxi, transport en commun, autopartage et BIXI.

2) Le LSI risque d’entrer en compétition directe avec l’industrie du taxi, une composante importante du cocktail transport montréalais. Il s’avère donc nécessaire, ici, de planifier une intégration qui met en valeur ces deux systèmes.

Fort de son expérience et de sa vision intégrée du LSI, Communauto a annoncé en 2011 sa volonté et sa capacité de mettre à la disposition des Montréalais un tel système, de façon à ce qu’il soit orienté à promouvoir la mobilité collective, le tout en collaboration avec tous les acteurs du transport durable, incluant les taxis.

3) Nul ne peut contredire le fait qu’une manière d’augmenter l’impact positif du Libre Service est par l’utilisation de la technologie électrique. Ceci constitue une opportunité particulièrement significative au Québec. La présence d’un opérateur d’autopartage comme Communauto, parmi les plus grands au monde dans ce secteur, ainsi que la présence d’une source d’énergie électrique renouvelable, abondante et peu couteuse, et d’un opérateur engagé dans l’électrification du transport comme Hydro-Québec garantit une certaine expertise dans les deux domaines principaux du projet.

4) Les contraintes liées au choix d’électrifier le réseau comme l’a fait Autolib’ sont toutefois non négligeables. À Paris, la nécessité d’avoir des stations de recharge disponibles au départ et à destination crée une rigidité importante par rapport à la flexibilité offerte par les solutions thermiques déployées par Car2Go, notamment à Vancouver, où les voitures peuvent être garées partout, légalement, à l’intérieur d’un certain secteur.

5) Qui plus est, à Paris, l’alimentation en chaussée des véhicules électriques a nécessité un investissement important de la part des administrations de l’île de France : 50 000 euros par station d’environ 5 véhicules, en échange d’un loyer d’environ 750 euros par année par véhicule. Les voitures de Communauto garées sur des espaces publics à Montréal rapportent des revenus similaires à la Ville sans que celle-ci n’ait eu à investir dans le déploiement de cette offre.

6) À Montréal, de plus, les opérations de déneigement ont empêché jusqu’à maintenant d’établir un réseau important de voitures en autopartage sur la chaussée. La chose serait compliquée d’autant par la nécessité du besoin de prévoir une recharge. La réalisation du projet d’Autolib’ à Paris repose sur une volonté ferme de la part de la Ville, qui a été prête à investir des sommes considérables (50 millions d’euros) pour le réaliser en plus de libérer les espaces en voirie nécessaire pour mettre en place un réseau de stations important.

Selon vous, y a-t-il un avenir pour le LSI électrique à Montréal ?

 

Envie de changer le monde ? Nouveau site d’emplois disponible !

Crédits photo © Engagés.ca

Il y a un an, les entreprises québécoises se donnaient sur Twitter un rendez-vous unique au monde : le mardi développement durable. 12 mois et 13 000 tweets plus tard, le mot-clic #mardiDD rassemble 365 organisations qui partagent leurs initiatives, faisant du développement durable l’un des sujets de conversation les plus populaires sur Twitter chaque semaine. Aujourd’hui, le #mardiDD fait des petits avec le lancement d’Engagés – le site d’emplois des professionnels du développement durable et de l’économie sociale.

Un site d’emplois pour le nouveau monde du travail
Au Québec, le secteur de l’économie sociale emploie plus de 125 000 personnes, tandis que les principes de développement durable génèrent de nouvelles opportunités au sein de milliers d’autres entreprises et organisations. Pour ces employeurs, le succès repose sur le recrutement d’une main-d’œuvre qui, au-delà de la formation et de l’expérience, incarne des valeurs telles que la responsabilité sociale et le respect de l’environnement.

Caractéristique digne de mention : Engagés innove en permettant aux employeurs d’indiquer l’accès au lieu de travail par métro, bus et vélo.

Lire le communiqué >

 

Le design au service de la mobilité durable : entrevue avec Michel Dallaire

 

Depuis la naissance de la bicyclette, il y a maintenant en peu plus de 200 ans, les innovations technologiques n’ont cessé de repousser les limites de la mobilité à deux roues. Avec des millions d’utilisateurs dans le monde, le vélo est certainement devenu plus qu’un sport ou un loisir, mais un moyen de transport durable. Du modèle complexe de compétitions du Tour de France en passant par les VTT et les vélos électriques, le design a su prendre sa place dans l’histoire comme levier de motivation et de dépassement.

Devant un parc automobile toujours plus important, les grandes villes de ce monde ont sonné l’alarme. Il est devenu impératif de développer d’autres systèmes et modes de déplacements fiables et efficaces qui seront séduire et convaincre une clientèle habituée au confort individuel de l’auto-solo.

Avec l’aide de plusieurs partenaires et décideurs, Michel Dallaire acceptera de participer à un grand projet de vélo en libre-service. Au printemps 2008, le service de Bixi est lancé à Montréal et il s’en suivra une grande aventure de séduction planétaire.

L’équipe de Communauto a eu l’heureux plaisir de le rencontrer à son bureau de la rue Peel à Montréal.

Bon visionnement !

www.dallairedesign.com

 

Le coût élevé du stationnement gratuit : des pistes de solutions

Crédits photos © Google images

Le stationnement gratuit nuit aux villes et à l’économie selon Donald Shoup, sommité dans le domaine du stationnement urbain et professeur émérite à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). En visite au Québec, cet urbaniste visionnaire a présenté des pistes de solutions pour contrer les problèmes reliés au stationnement en ville.

Des solutions
Tout d’abord, il est important de charger le bon tarif de stationnement selon l’emplacement de celui-ci dans la ville. Une solution : le stationnement au tarif modulé, comme il le nomme,  a fait ses preuves et pourrait devenir un outil profitable aux villes et aux commerçants. La ville de San Francisco a implanté son propre système de stationnement modulé (SFpark) et ça fonctionne. Jouant sur le principe de l’offre et de la demande selon l’achalandage d’une rue, le tarif est alors modulé obligeant les occupants à rester moins longtemps ou à choisir un autre emplacement. Ainsi, les espaces moins occupés deviennent moins chers et ainsi de suite.

Des bornes intelligentes
C’est grâce à un système de borne intelligente qui indique la disponibilité des espaces de stationnement libre et le coût en temps réel que les automobilistes peuvent ainsi gagner du temps et moins faire tourner leur moteur inutilement. Effectivement, selon M. Shoup, près d’un tiers du trafic automobile en ville est causé par les personnes qui cherchent une place de stationnement.

La modulation n’est pas tout, il faut aussi éviter les grandes aires de stationnement privées qui profitent seulement aux propriétaires, sans redonner à la population des villes.

Le problème du stationnement en ville n’est pas nouveau, des organismes comme le Centre d’écologie urbaine de Montréal, le CRE de MontréalVivre en ville et Accès transports viables, sont depuis longtemps d’avis qu’il faut revoir notre façon de penser la ville et ses espaces publics.

 

STL Solution mobilité durable : Le CSSS de Laval s’inscrit !

LAVAL, QC, le 22 mai 2012 /CNW Telbec/ – Dans le but de protéger l’environnement et de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Laval veut promouvoir, auprès de son personnel, des modes de transport beaucoup moins polluants que le voiturage en solo. C’est pourquoi il vient d’adhérer à STL Solution mobilité durable.

Ce nouveau service, offert par la Société de transport de Laval (STL), s’adresse aux entreprises et organismes soucieux d’une gestion plus efficiente des déplacements de leurs employés.

« Nous souscrivons pleinement aux principes des transports actif et collectif dans une perspective de développement durable, explique France Ferron, directrice adjointe aux ressources techniques du CSSS de Laval. Avec l’aide de la STL, nous voulons faire  évoluer les habitudes et comportements de nos employés pour les inciter à utiliser davantage l’autobus, le métro et le vélo, ou à se tourner vers le covoiturage. »

Les spécialistes de la STL accompagneront les autorités du CSSS tout au long de cette démarche, depuis l’établissement du diagnostic jusqu’à la mise en place des mesures retenues. Le CSSS de Laval compte pas moins de 7 000 employés, répartis dans 18 installations (hôpitaux, CLSC, CHSLD et autres).

« Nous sommes heureux et fiers de placer notre expertise au service d’un employeur aussi important, souligne Jean-Jacques Beldié, président de la STL. Ce sera pour nous l’occasion de tester nos méthodes et de les raffiner pour en maximiser la portée. »

La STL encourage les entreprises locales, grandes ou petites, publiques ou privées, à imiter le CSSS et à s’inscrire à leur tour.

La STL, faits et gestes

  • La STL, c’est plus de 20 millions de déplacements annuels.
  • La STL a déployé son système STLSynchro qui renseigne les usagers en temps réel sur les horaires et les déplacements des autobus.
  • La révision de son réseau d’autobus, rendue nécessaire par l’arrivée du métro, s’est traduite par une augmentation de service de 32 %, des déplacements plus rapides, des lignes plus directes et une fréquence de passage accrue en dehors des périodes de pointe, le soir et le week-end sur 12 lignes.
  • Elle s’associe également à l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, à Communauto et au Réseau de covoiturage pour favoriser le transport durable à Laval.
  • Tous les véhicules de son parc utilisent le biodiesel B5.
  • Elle possède sa page sur Facebook, où elle diffuse des avis de service, et est abonnée à Twitter.
  • Elle offre à l’usager la possibilité de s’inscrire à MaSTL pour recevoir des avis touchant les lignes d’autobus qu’il a l’habitude d’emprunter.
  • Depuis le déploiement en 2009 de son Système d’aide à l’exploitation, elle enregistre un taux croissant de ponctualité, dépassant 92 %.
  • La STL a reçu plusieurs prix de distinction dont celui de l’AQTR en 2010; le Grand prix d’excellence en transport en commun la positionnant comme une Société performante.
  • En 2011, la STL est lauréate du prix AQTR Communication Grand Public pour son programme Alerte au smog.
  • En 2011, la STL entreprenait une étude de faisabilité visant l’implantation d’un tramway aérien sur son territoire. Ce projet s’ajoute aux mesures inscrites dans le Plan de mobilité durable. Cette démarche est appuyée par la Ville de Laval, l’Agence métropolitaine de transport et Hydro-Québec.

Renseignements :

Marie-Céline Bourgault, directrice
Communications et marketing
Société de transport de Laval
450 662-5429
mcbourgault@stl.laval.qc.ca

 

Midi-Vélo Desjardins : c’est un rendez-vous !

Communauto invite ses abonnés à se rendre à la Grande-Place du complexe Desjardins pour un midi 100 % vélo. Cette activité, organisée par Desjardins en tandem avec l’équipe de Vélo Québec, en est à sa deuxième édition. Venez nous voir, nous tiendrons un kiosque sur place !

Au programme :

Des réponses à vos questions, aux kiosques des partenaires, sur le vélo-boulot, le cocktail transport, le transport actif et collectif, le cyclotourisme, le vélo de montagne et les événements cyclistes de l’été.

Des ateliers interactifs de 12 h à 13 h au kiosque Opération vélo-boulot de Vélo Québec :

– Protéger son vélo du vol : trucs et astuces.
– Ajuster son vélo à sa taille : l’importance d’être bien positionné pour pédaler heureux.

Des prix à gagner :

– Au kiosque de Vélo Québec : un forfait familial à la Petite Aventure Desjardins.
– Au kiosque de SOS vélo : un ÉCOVÉLO.
– Au kiosque de Desjardins : 3 000 $ en prix voyage à gagner !

Des mises au point mécaniques offertes gratuitement. Inscrivez-vous au kiosque mécanique de Vélo Québec entre 11 h et 12 h 30, afin de réserver votre créneau horaire, et présentez-vous, muni de votre vélo, à l’heure convenue.

Pour plus d’information >

 

Conférence sur la mobilité urbaine : Gabe Klein sera à Montréal !

Crédits photos © Washington Post

Gabe Klein est considéré comme LA star du transport urbain aux États-Unis. Directeur des transports à Washington entre 2008 et 2010, il a innové en élaborant une approche résolument tournée vers les usagers, basée sur les technologies 2.0. Il a également mis Washington sur la carte des villes cyclables, en déployant les premières pistes protégées du District de Columbia ainsi que le premier et plus important système de vélos en libre-service au pays.

Depuis mai 2011, Gabe Klein fait équipe avec le maire Rahm Emanuel, à titre de commissaire aux transports, pour faire de Chicago la ville la plus novatrice en matière de mobilité et de transports publics, notamment en créant un réseau cyclable d’envergure internationale. Au cours de sa conférence, Gabe Klein nous exposera sa vision des transports et de la ville de demain.

Pour plus d’information >

Vendredi 1er juin, 10 h 30
Auditorium de la Grande Bibliothèque
475, boulevard de Maisonneuve Est, à Montréal
Entrée libre. Conférence en anglais.

 

Opération vélo-boulot 2012 : une saison au paradis !

Crédits photos © Vélo Québec

Indéniablement, le vélo gagne en popularité. Chez de plus en plus de gens comme vous, c’est « Le » moyen de transport. La façon rapide, santé, écolo quotidienne d’aller au boulot. De Saint-Antoine à Saint-Zotique, de Saint-Henri à Saint-Michel et de partout à Montréal. Belle façon aussi de faire le vide après le travail.

Chez ses fidèles, on remarque même une forme de recueillement, un détachement de toute préoccupation terrestre – certains parlent d’une ascension! – à commencer par celle des bouchons de circulation automobile! Se déplacer n’a jamais été aussi zen. Enfourchez donc votre vélo chaque jour. Vous vivrez toute une saison au paradis !

Journée vélo-boulot
Mercredi, 30 mai, parc La Fontaine, de 7 h à 18 h

  • Rouge Café, émission matinale du 107,3 Rouge fm, en compagnie de Marie-Élaine Proulx et Jean-François Baril, le matin endirect du site, de 5 h 30 à 8 h 30
  • Contenant de LAIT NATREL
  • Massage vivifiant à l’Espace détente JEAN COUTU
  • Récupération de vélos usagés par SOS Vélo en collaboration avec GAZ MÉTRO. Donnez un vélo et participez automatiquement au concours.
  • Voyages à gagner à la Zone DESJARDINS
  • Démonstration du nouveau support à vélos sur bus de la STM
  • Exemplaire de LA PRESSE

Pour plus d’information >


Vous n’avez pas encore adopté le vélo-boulot ? Voici quelques trucs et astuces :

 

Vélo : Le grand fleuve !

Crédits photos © Google images

35 km / 3 à 4 heures

Itinéraire
Boucle à partir du square Victoria en passant par Pointe-Saint-Charles, Verdun, les berges du fleuve, le parc René-Lévesque et le canal de Lachine.

Empruntez la piste cyclable de la rue McGill vers le sud. Traversez la rue de la Commune et prenez la piste cyclable à droite. Rendu au pont, empruntez la piste qui le chevauche. Quelque 700 m plus loin, la piste part dans deux directions : prenez à droite. Après cette intersection, roulez 1 km sur la piste qui longe le canal de Lachine, puis tournez à gauche dans la rue De Montmorency. Soyez vigilant car le début de la piste n’est pas bien indiqué. Pour vous repérer, sachez qu’au début la rue De Montmorency est flanquée de deux immeubles : l’un est recouvert d’une tôle brune, et l’autre revêtu de briques rouges.

La piste de la rue De Montmorency bifurque vers la rue De Condé. Rue Wellington, prenez à droite et roulez environ 1,7 km. Vous passerez sous une autoroute qui délimite Pointe-Saint-Charles et Verdun. Après l’autoroute, comptez 100 m et prenez la rue Henri-Duhamel à gauche. Suivez la piste cyclable.

Quelque 3 km après le parc des Rapides, soit environ 14 km depuis le départ, vous croiserez une intersection de pistes cyclables au pied d’un pylône. Prenez à gauche en suivant les indications vers le canal de Lachine. Vous passerez sous le pont Mercier puis sous un pont ferroviaire.

Faites 700 m sur la piste cyclable jusqu’à une intersection où trois pistes cyclables vont respectivement vers le parc René-Lévesque, Lachine et le Vieux-Montréal.

Revenez jusqu’à l’intersection, à 300 m à l’est du parc. Suivez les panneaux qui indiquent le Vieux-Montréal (à 12,5 km).

Arrivée au niveau de deux ponts adjacents, la piste traverse le canal du sud au nord. Suivez-la. Quelque 5 km plus loin, la piste se scinde en deux et va soit à droite sur un pont ou droit devant : ne prenez pas le pont et continuez tout droit.

Une alternative s’offre à vous pour terminer cette balade : selon que vous préfériez profiter du soleil sur la terrasse et rentrer en métro, ou bien continuer jusqu’au centre-ville afin de boucler la boucle.

Comment s’y rendre

En voiture : la station de métro Square-Victoria se trouve au cœur du Quartier international de Montréal. Dans les environs de la station, plusieurs stationnements payants sont disponibles.

En transport en commun : il est possible de transporter son vélo dans le métro jusqu’à la station Square-Victoria.

Tiré du guide Ulysse Balades à vélo à Montréal, par Gabriel Béland.

 

Mon PLAN : déplacements sur mesure pour les citoyens de Québec !

Accès transport viables est fier de nous partager une vidéo-témoignage mettant en scène Marie-Line Curadeau, une citoyenne de Québec qui a reçu son Plan de déplacement l’été dernier, ce qui lui a permis d’effectuer plusieurs changements dans sa façon de se déplacer et de vivre au quotidien ! Le témoignage est frappant et démontre combien adopter de saines habitudes de déplacement peut être bénéfique sur la santé et le portefeuille !

MON PLAN est un service de conseil personnalisé gratuit en transport proposé par Accès transports viables, le Regroupement des utilisateurs et utilisatrices des transports collectifs et actifs du Québec métropolitain.

Grâce à l’expertise d’un conseiller expert en déplacement, découvrez quelles solutions de transport sur mesure vous permettraient d’économiser de l’argentdu temps et de réduire vos émissions de gaz à effet de serre.

Remplissez dès maintenant le questionnaire et courez la chance de gagner 300 $ en certificat-cadeau chez Mountain Equipement Co-op. Chaque demande admissible donne une chance de gagner au tirage. Il est possible d’augmenter ses chances en proposant des ami(e)s, membres de la famille et/ou de l’entourage susceptibles d’être intéressé(e)s à connaître leurs options alternatives de transport.

Pour rendre vos options de mobilité plus accessibles, retrouvez les différents outils qui vous donneront accès à l’ensemble des possibilités de déplacement.

 

Amants à vélo dans le parc de la Gatineau

Crédits photos © Google images

Une joyeuse randonnée
À quelques minutes des villes d’Ottawa et de Gatineau, l’immense parc de la Gatineau s’étend sur près de 360 km2 dans une forêt luxuriante truffée de collines, de grottes, de lacs et de rivières. Le Moulin Wakefield constitue un excellent point de départ pour une joyeuse randonnée à vélo dans le parc.

Deux sentiers officiels, bien aménagés, sont aisément accessibles depuis l’auberge et permettent de faire une boucle en trois à cinq heures, selon les arrêts.

Une belle nature sauvage
Choisissez d’abord le sentier qui débouche, à mi-parcours, sur la très jolie plage située près de l’extrémité du lac Philippe. Après de nombreuses montées et descentes sur les pistes vallonnées, une saucette dans la pure et douce eau du lac est une vraie bénédiction! Le parcours contourne ensuite le lac et aboutit dans un sentier plus en douceur, mais toujours en beauté, qui vous mènera jusqu’au point de départ. Mis à part une petite portion d’une quinzaine de minutes sur une route tranquille qui serpente à travers des emplacements de camping, vous roulerez à tout instant dans une belle nature sauvage entre forêt, champs et tourbières.

Au Moulin Wakefield
De retour au moulin, la suite des événements est pure délectation: bain bénéfique dans la cuve thermale au pied de la chute MacLaren qui actionnait jadis la roue du moulin, massage de qualité dans des salles de soins aux murs de pierres centenaires, dîner romantique au savant mélange de cuisine gastronomique et de saveurs du terroir, causerie digestive, partie de billard ou lecture dans le chaleureux salon, avant de gagner la chambre qui respire le luxe confortable et naturel des boiseries d’époque et des petites attentions d’aujourd’hui. Le Moulin Wakefield est un véritable coup de cœur dans la région. Le lieu ne disposant que d’une trentaine de chambres, vous vous y sentirez véritablement choyé et privilégié.

Un sentier jusqu’à la caverne Lusk
Les sentiers accessibles aux cyclistes sont en fait à usage combiné pour la randonnée pédestre et le vélo de montagne, et ils totalisent 90 km. Le réseau complet de sentiers et de pistes du parc compte plus de 200 km. Tout près de la plage située à l’extrémité du lac Philippe, un sentier pédestre mène à la caverne Lusk avec ses 400 m de galeries qu’il ne faut pas manquer d’explorer. Creusée dans le marbre, la caverne a été formée par l’action de l’eau issue de la fonte des glaciers il y a 12 500 ans.

Comment s’y rendre

Parc de la Gatineau, 33 ch. Scott, Chelsea, 819-827-2020 ou 800-465-1867, www.capitaleducanada.gc.ca

En voiture : à partir de Montréal, suivez la route 148 en direction de Gatineau, où vous prendrez l’autoroute 5 Nord puis la route 105 jusqu’à Wakefield; tournez à gauche dans le chemin Riverside, puis de nouveau à gauche dans le chemin Mill (du Moulin). À 2h de Montréal et à 5h de Québec.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Les promenades de Jane : marchez votre quartier!

Crédits photo © CEUM

Quoi de mieux que de marcher pour découvrir ou redécouvrir votre quartier ! Les 5 et 6 mai prochain, la Promenade de Jane offre 50 visites de quartier guidées gratuites. C’est la 4e édition de la Promenade de Jane organisée à Montréal à l’initiative du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM).

« Nous avons une quarantaine de guides qui animeront ces visites dans 12 arrondissements ou villes sur l’île de Montréal. Les parcours de deux heures permettront d’explorer des thèmes liés à l’histoire des quartiers, à la nature en ville et au développement urbain, et il y a aussi plusieurs visites de places publiques à découvrir », explique Tristan Bougie, coordonnateur de l’événement au CEUM.

Pour s’inscrire aux visites et pour consulter le programme complet, visitez le site www.ecologieurbaine.net/promenade 

Communauto, de par sa mission environnementale, urbanistique et sociale, croit en ces idées originales et innovatrices de redécouverte de la ville. Le 5 et 6 mai prochain, déplacez-vous en grand nombre pour marcher votre quartier !

 

Le taxi-partage, bientôt près de chez vous !

Crédits photo © Jour de la Terre

MONTRÉAL, le 27 avril 2012 /CNW Telbec/ – C’est ce matin, lors d’une conférence de presse réunissant Pierre Arcand, ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Hubert Bolduc, président du C.A. du Jour de la Terre Québec (JTQ), Pierre Lussier, vice-président directeur du JTQ, Dominique Roy, président et chef de la direction chez Taxi-Diamond, David Mahfouda, co-fondateur de Weeels, ainsi que plusieurs collaborateurs qu’a été annoncé le financement de 300 000 $ provenant du Fonds vert du gouvernement du Québec pour le projet de taxi-partage du Jour de la Terre Québec.

Le Jour de la Terre Québec travaille depuis 2008 à une solution en transport qui permettrait de répondre à ses préoccupations environnementales. « Nous avons imaginé le projet de taxi-partage comme un moyen d’améliorer l’offre en transport durable sur l’île de Montréal et de réduire les impacts de l’industrie du taxi sur l’environnement; Un mode de transport durable complémentaire à l’offre existante, qui permet aux individus de réduire l’empreinte environnementale de leurs déplacements au quotidien », a déclaré fièrement Pierre Lussier, vice-président directeur du Jour de la Terre Québec.

Ce service de taxi-partage sera offert sous le nom de Tous les Jours (tjrs.org) en français et Every Day (everyd.org)en anglais et sera accessible à partir d’une plateforme Web et sur téléphone intelligent. Essentiellement, selon des points de départ et d’arrivée spécifiques, chaque usager pourra se déplacer avec un, deux ou même trois autres usagers du service de taxi.

Ce système de jumelage a ainsi pour objectif de faire compétition à l’utilisation de la voiture solo. Ultimement, ce projet a pour but de réduire l’impact environnemental du transport des personnes, d’améliorer la santé publique et de générer des économies auprès de ses utilisateurs.

Pierre Arcand, ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, rappelle que le gouvernement a comme objectif d’appuyer les projets en transport durable puisqu’ils s’inscrivent dans l’objectif de réduction des émissions de GES de 20 % en dessous du niveau de 1990 d’ici 2020. « Le gouvernement du Québec est fier de soutenir cette initiative porteuse sur le plan de la lutte contre les changements climatiques. Nous encourageons l’industrie du taxi à participer massivement au programme, puisqu’au-delà de la réduction des émissions de GES, c’est une occasion de prendre position à l’avant-plan dans le dossier de la mobilité durable », a déclaré le ministre Arcand.

Le service de taxi-partage sera offert grâce à un partenaire d’affaires dans l’industrie du taxi, soit Taxi-Diamond. « Lorsque l’équipe du Jour de la Terre Québec était à la recherche d’un partenaire d’action, nous étions les seuls qui avaient déjà un système de répartition automatisé. C’est dire à quel point nous étions visionnaires et voyons le rôle du taxi essentiel dans l’offre de l’intermodalité des transports. Nous sommes très fiers de travailler avec le Jour de la Terre Québec afin de mettre en place le premier service de taxi-partage au Canada », a indiqué Dominique Roy, président et chef de la direction chez Taxi-Diamond.

Le Jour de la Terre Québec s’est également associé à Weeels, une jeune entreprise New-Yorkaise qui a créé le logiciel dynamique de taxi-partage. « Nous sommes bien heureux de travailler avec une organisation québécoise afin de mettre en place un service de taxi-partage à Montréal qui fonctionne déjà très bien à New York », a expliqué David Mahfouda, co-fondateur de Weeels. « C’était une opportunité en or d’ouvrir nos horizons et nos marchés que nous ne pouvions que saisir avec enthousiasme. », a t-il ajouté.

Le Jour de la Terre Québec prévoit rendre le service accessible sur l’île de Montréal en juin 2012.

Pour plus d’information >

Communauto en nomination pour son projet électrique !

Crédits photo © Communauto

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal, la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal et la Ville de Montréal ont dévoilés les nominés pour la 6e éditions de son Gala de reconnaissance en environnement et développement durable. Communauto a été heureuse d’apprendre qu’elle est en nomination pour son projet de véhicules électriques dans la catégorie Entreprises et industries.

Le Gala de reconnaissance en environnement et développement durable de Montréal permet de souligner les réalisations des partenaires du Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015 qui mènent des projets novateurs pour la protection de l’environnement. Le Gala prend la forme d’une rencontre de réseautage, suivie d’un dîner animé par différents intervenants.

La 6e édition du Gala de reconnaissance en environnement et développement durable de Montréal se tiendra le 24 avril 2012 à 11h au Marché Bonsecours.

Pour plus d’information >

 

Entrevue avec Jean Lecompte : spécialiste du vélo pliant !

Juste à temps pour le printemps, l’équipe de Communauto a eu le grand plaisir de rencontrer Jean Lecompte, l’un des deux propriétaires de la boutique Dumoulin Bicyclettes. Fervent de vélo-boulot, et pour cause, Jean nous présente sa boutique et nous explique les avantages du vélo pliant, son produit vedette. Aussi au menu : comment ça fonctionne, les modèles et les gammes de prix, et des suggestions de vêtements pour le cycliste urbain.

 

1. Présentation de Dumoulin Bicyclettes


 

2. Les avantages et les mythes du vélo pliant

 

3. Comment fonctionne un vélo pliant, les modèles et les prix

 

4. Des vêtements pour un style de ville et nos remerciements

 

Située sur la rue Jean-Talon, près du métro, la nouvelle boutique donne le goût du vélo ! Elle a d’ailleurs gagné un prix de design pour son concept unique et créatif. Intrigué ? Rendez-vous à la boutique, ça vaut le coup de pédale !

De plus, les abonnés de Communauto ont droit à un rabais de 10 % en magasin.

Bon visionnement !

 

L’échange de maisons : une option voyage à découvrir !

crédits photo © Communauto

Soucieuse de toujours vous faire découvrir de nouvelles possibilités de partage, Communauto vous propose les services d’EchangeVacances.com, site web québécois d’échange de maisons, ici et à l’international. Avec presque 20 000 membres dans 150 pays, il vous sera possible de rayonner partout à travers le monde.

Désormais, tous les abonnés de Communauto bénéficient d’un rabais de 30 % lorsqu’ils s’abonnent au site EchangeVacances.com. Pour profiter de cette offre, il vous suffit de vous rendre à la page de réduction pour les abonnés de Communauto d’EchangeVacances.com.

L’échange de maison est une alternative à l’hébergement à l’hôtel. Vous habitez chez des personnes pendant que ces personnes habitent chez vous pour une période de temps convenue à l’avance. Vous êtes donc partout chez vous et réalisez ainsi des économies substantielles sur votre budget vacances. Les fidèles de la formule l’ont cependant adoptée parce qu’elle constitue une façon de voyager authentique et conviviale qui permet de rencontrer des gens formidables partout sur la planète et de sortir des sentiers touristiques habituels.

C’est aussi une façon de voyager qui s’inscrit dans une démarche de partage, d’échange et de tourisme durable. Alors même que beaucoup de maisons demeurent vides pendant les vacances de leurs propriétaires, occuper la maison de quelqu’un d’autre évite le bétonnage des lieux touristiques par la construction de nouveaux hôtels.

Joingnez-vous à une communauté dynamique de voyageurs !

Pour plus d’information sur l’échange de maison et sur EchangeVacances.com,
consultez l’article Échange de maison – Une autre façon de voyager >

Joignez-vous à la communauté Facebook d’EchangeVacances.com !

 

Évasions printanières avec Ulysse : 15 % de rabais jusqu’au 15 avril

Crédits photos © Librairies de voyage Ulysse

Communauto et les librairies de voyage Ulysse vous donnent un coup de pouce pour organiser vos prochaines escapades. Jusqu’au 15 avril, vous pouvez bénéficier d’un rabais de 15 % sur tous les guides de villes, de plein air et d’escapades.

Il suffit de visiter l’une des deux librairies Ulysse à Montréal, sur le Plateau-Mont-Royal ou au centre-ville, et de fournir le code de promotion : PACO15.

Encore mieux, si vous achetez pour 50 $ et plus, vous recevrez gratuitement le guide : Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec.

Cette promotion est valide pour tous les abonnés de Communauto et tous les membres de Communopolis.

Planifiez dès maintenant vos prochaines excursions !

Ulysse, le plaisir de mieux voyager.

Deux librairies à Montréal :
– 4176 rue St-Denis, coin Rachel
– 560 avenue du Président-Kennedy, coin Union

www.guidesulysse.com

 

BIXI-AUTO et BIXI-AUTO-BUS de retour en 2012 !

Crédits photo © Communauto

Communauto est fière de s’associer à nouveau à ses partenaires pour offrir encore une fois en 2012 un crédit de 10 $ aux abonnés de Communauto qui s’abonneront ou qui renouvelleront leur abonnement à BIXI.  Pour les abonnés du DUO auto+ bus, l’offre TRIO avec la STM permet d’obtenir un crédit de 59$ lors de l’abonnement à BIXI.

Tout crédit sera appliqué sur le compte Communauto lors de la facturation des trajets du mois.

Ces offres sont valides uniquement pour les abonnements d’un an souscrits sur le site internet de BIXI. Si vous étiez déjà inscrit à BIXI en 2011, vous devriez donc attendre de procéder au renouvellement de votre abonnement BIXI pour pouvoir profiter à nouveau de cette offre.

En attendant, bienvenue aux nouveaux BIXIclistes !

 

Spécial cafés : ces lieux qu’on aime !

Crédits photo © Minimal Medias

Il y a de ces petits cafés de quartier où l’on aime s’attarder. Accueil chaleureux, machines haut de gamme, mets irréprochables, confort… Chaque quartier recèle de telles perles. Nous vous en proposons quelques-unes :

Pikolo Espresso Bar
Un tout petit café très chaleureux où vous attend une pure passionnée du café. Haut lieu de dégustation. Un réel bonheur pour les vrais amateurs.

B-3418, avenue du Parc
(Au nord du quartier des spectacles à Montréal)
514 508-6800
www.facebook.com/pages/Pikolo-Espresso

St-Henri microtorréfacteur
Un autre endroit de choix pour Déguster avec un grand « D ». Le café est torréfié sur place en petites quantités et l’impressionnante machine La Strada révèle toutes les subtilités des différents grains. Coup de cœur assuré.

3632, rue Notre-Dame Ouest
(Quartier Saint-Henri à Montréal)
514 507-9696
www.sainthenri.ca

Fixe comptoir santé
On nous promet une expérience addictive et c’est mission accomplie. Outre les délicieuses doses de caféine qu’on nous propose, l’endroit se distingue par un menu qui sort des sentiers battus. À découvrir.

5985, rue Saint-Hubert
(Quartier La Petite-Patrie à Montréal)
514 270-6667
facebook.com/pages/Fixe-Comptoir-Sante

Le Shaman Café
Le secret du Shaman Café est sans aucun doute d’être parvenu à vivre dans un quasi-anonymat jusqu’ici. Caché dans un loft industriel de 850 pieds carrés à deux pas d’un stationnement Communauto, l’endroit est des plus surprenant : une micro torréfaction de 6 livres de café de qualité et d’origine variée (avec un faible pour le brésilien) est effectuée sur place aux 48 heures. La rumeur voudrait que certains amateurs, bien informés, soient prêts à faire de longs trajets pour venir s’y ravitailler. Dans un décor audacieux et chaleureux, les expressos, latté et autres macchiato – préparés sur une Astoria Rapallo à doubles leviers –  n’ont rien à envier aux lieux les plus renommés. L’ambiance est décontractée, un plat du jour est aussi au menu, avec un choix de paninis, de salades et même de biscuits sans gluten inégalables.

5563, rue Fullum, suite 206
(Quartier Rosemont)
Vente de café en grains ou moulu
514 526-8503

Le Lapin pressé
La spécialité de ce café-sandwicherie est sans conteste le grilled-cheese, qui se décline en plusieurs versions. Pressé ? Gageons que vous déciderez de prendre votre temps. Attention, c’est fermé le lundi !

1309, avenue Laurier Est
(Quartier Plateau Mont-Royal à Montréal)
514 903-3555
www.facebook.com/pages/Lapin-presse

Café Névé
L’un des meilleurs cafés où travailler à Montréal. Les cafés ne déçoivent jamais et les pâtisseries donnent l’eau à la bouche. De quoi se récompenser après de longues heures derrière votre portable !

151, rue Rachel Est
(Quartier Plateau Mont-Royal à Montréal)
514 903-9294
cafeneve.com

Blanc de blanc
Deux mots : buanderie et café. Vous avez bien lu ! Au blanc de blanc, on laisse les machines faire le gros du travail pendant qu’on passe un chouette moment sur la terrasse. Pourquoi pas ?! Beau choix de produits bio et équitables.

248, rue Villeneuve Ouest
(Quartier Mile-End à Montréal)
514 281-0690
blancdeblanc.ca

Lili & Oli
Douce atmosphère, jeux de société, terrasse ensoleillée et délicieux cafés. La superbe machine à espresso rouge et le décor rustique volent la vedette, mais les viennoiseries et les sandwichs ne sont pas en reste.

2515, rue Notre-Dame Ouest
(Quartier Griffintown à Montréal)
514-932-8961
liliandoli.ca

La tasse gamine
Vous êtes parent ? Vous pensez que l’époque des après-midi à flâner dans les cafés est bel et bien révolue ? Qu’à cela ne tienne, il y a La tasse gamine ! Menu et décor qui ravissent petits et grands. Mais, surtout, une salle de jeu de rêve où les bambins s’amusent en toute sécurité pendant que maman et papa se la coulent douce…

5658-A, avenue du Parc
(Quartier Mile-End à Montréal)
514 439-9950
latassegamine.com

Brûlerie St-Roch (Québec)
Sa réputation n’est plus à faire. On y va pour créer des liens – le café se donne pour mission de favoriser les rencontres –, lire un bon livre emprunté à la bibliothèque municipale de l’autre côté de la rue, et, bien sûr, pour l’excellent choix de sandwichs, de viennoiseries et de cafés.

375, rue St-Joseph Est
(Quartier St-Roch, à Québec)
418 704-4420
www.brulerie-st-roch.com

 

22 avril 2012 : on se fait un printemps !

Crédits photo © Google images

Cet appel au grand rassemblement lors du Jour de la Terre, organisé par 22avril.org, s’adresse aux hommes, femmes et enfants de bonne volonté qui ont à cœur la défense du bien commun, le partage de la richesse, les droits de tous les citoyens et le respect de l’environnement.

Nous nous ne rassemblons pas pour protester, cette mobilisation se veut purement citoyenne, non partisane et positive. Si nous atteignons notre objectif de réunir 100 000 personnes, ce sera le plus grand happening sur l’environnement de l’histoire du Québec.

Pour cet événement, une déclaration à été produite afin de lancer un message aux dirigeants des gouvernements. Pourquoi nous rassembler ? Allez lire et signer la déclaration >

Le 22avril.org c’est qui :

« Nous sommes artistes, environnementalistes, citoyens et organisations. Nous sommes des Québécois de tous horizons qui nous réunissons pour le bien commun, le partage de la richesse, le respect des droits de tous les citoyens et de l’environnement.

Les groupes œuvrant à l’organisation du mouvement : Alter Citoyens, Alternatives, Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Commun, Confédération des syndicats nationaux (CSN), Centre d’écologie urbaine de Montréal, Équiterre, FarWeb.tv, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Fondation David Suzuki, Greenpeace, Jour de la Terre Québec, Maison du développement durable, Nature Québec et Piknic Electronik. »

Pour plus d’information sur l’événement >

 

Concours : Se vêtir de conscience pour le printemps avec OÖM !

Crédits photo © OÖM Ethikwear

Le concours est maintenant terminé, merci de votre participation !

Félicitations à madame Geneviève Richard, notre grande gagnante !

Pour sa collection printemps-été 2012, l’entreprise de vêtements éthiques et urbains OÖM Ethikwear propose de nouveaux modèles pour hommes et pour femmes ainsi que des imprimés originaux pour les tout-petits ! Elle introduit également un nouveau tissu, le Tencel, une matière naturelle et biodégradable qui correspond aux valeurs proposées par la ligne de vêtements. La réputation d’OÖM n’est plus à faire. Fondée en 2005, cette ligne de vêtements éthiques et urbains faits de coton biologique et de tissus écoresponsables est maintenant bien établie. Elle poursuit son bout de chemin avec la même mission en tête : « Nous vêtir de conscience ».

Saviez-vous qu’en tant que membre de Communopolis, vous bénéficiez d’un rabais de 20 % sur les achats effectués en ligne sur le site de la boutique OÖM. Renseignez-vous >

Pour participer au concours et gagner un chèque-cadeau d’une valeur de 300 $ :

1. Rendez-vous sur le site de OÖM et repérez la section : À propos de nous
2. OÖM redistribue 1 % de ces ventes à des organismes, nommez-en deux
3. Inscrivez-vous avant le 1er mai 2012

Le prix d’une valeur de 300 $ inclut :
– un chèque-cadeau valide pour des achats sur la boutique en ligne de OÖM

Bonne chance à tous !

Lire les règlements >

 

 

Le Centre de mobilité durable de Sherbrooke : adoption du plan !

Bonne nouvelle ! Le 6 février dernier, le Plan de mobilité durable de Sherbrooke a été adopté par le Conseil municipal de Sherbrooke et par le Conseil d’administration de la Société de transport de Sherbrooke (STS). Étalé sur une période de 10 ans, le plan présente les différents objectifs du Centre de mobilité durable de Sherbrooke (CMDS) pour faire de Sherbrooke une ville encore plus verte.

Pour se faire, le CMDS a produit une vidéo résumant les grandes lignes du plan et des démarches qui ont été entreprises depuis mai 2010.

C’est avec plaisir que nous vous invitons à visionner la vidéo !

Voir la vidéo >
Consulter le plan de mobilité durable 2012-2021 >

 

Les grands parcs de Montréal, (re)découvrez-les !

Crédits photo © Parc Jean-Drapeau

1. Parc du Mont-Royal : une montagne urbaine à trois sommets
Activités : patin sur glace, ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, pédalo, observation de la flore et de la faune.
S’y rendre : en autobus (11, 80, 129, 165 et 435), en vélo, en BIXI, en voiture
Profitez de points de vue exceptionnels sur la métropole.

2. Parc Jean-Drapeau : un parc, deux îles
Activités : ski de fond, raquette, trottinette des neiges, marche, cyclisme, patin à roues alignées, escalade, glissade, observation de la flore et de la faune, patin sur glace, baignade, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (167 à partir du métro Jean-Drapeau), par la navette fluviale, en vélo, en BIXI, en voiture
Participez à des événements spéciaux toute l’année.

3. Parc Angrignon : un parc à l’anglaise et une forêt de 20 000 arbres
Activités : ski de fond, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune
S’y rendre : en métro (station Angrignon), en voiture
Prenez part à des activités éducatives pour toute la famille à la ferme et au fort Angrignon.

4. Parc des rapides : une zone écologique au pied des rapides
Activités : Ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, kayak
S’y rendre : en autobus (58), en voiture
Observez un panorama à couper le souffle.

5. Parc René-Lévesque : une presqu’île bordée par le fleuve
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (110, à partir du métro Angrignon), en vélo, en voiture
Visitez un musée en plein air.

6. Parc-nature de l’Anse-à-l’Orme : un endroit tout désigné pour la voile
Activités : pêche sur glace, observation de la faune, planche à voile, surf, voilier
S’y rendre : en autobus (68) puis en voiture, en voiture seulement
Profitez des vents dominants de l’Ouest.

7. Parc-nature du Cap-Saint-Jacques : un domaine champêtre
Activités : ski de fond, raquette, randonnée en traîneau ou en voiture à cheval, marche, cyclisme, observation de la faune, baignade, pêche, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (64 et 68), en voiture
Visitez une cabane à sucre traditionnelle et une ferme écologique.

8. Parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard : un parc composé de cédrières, d’érablières et de marais
Activités : ski de fond, raquette, marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore, pêche, baignade, canot, kayak
S’y rendre : par traversier (printemps-été), en voiture
Observez la migration des bernaches et des oies à l’automne.

9. Parc-nature du Bois-de-Liesse : une forêt centenaire, un ruisseau, des jardins
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, observation de la faune, pêche
S’y rendre : en autobus (215 et 68), en voiture
Posez toutes vos questions ! Une équipe de naturalistes est à votre service.

10. Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation : un parc historique au cœur du Sault-au-Récollet
Activités : ski de fond, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Visitez un musée historique, faites une visite guidée en train balade et flânez au superbe bistro-terrasse.

11. Parc du Ruisseau-De Montigny : un petit ruisseau, de grandes cascades
Activités : marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Observez de nombreuses espèces végétales et animales.

12. Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies : des champs, des marais, des boisés
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (183 et 186), en voiture
Emmenez les enfants, ils s’amuseront ferme sur la grosse butte aménagée pour la glissade.

13. Promenade Bellerive : un parc qui en relie quatre autres
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, baignade (piscine extérieure)
S’y rendre : en autobus (22, 28, 185), en voiture
Profitez des fêtes et soirées culturelles organisées par la Société d’animation de la promenade.

14. Parc Maisonneuve : une ambiance de fête au cœur de la Ville
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, golf
S’y rendre : en métro (stations Pie-IX ou Viau), en autobus (plusieurs lignes), en vélo, en BIXI, en voiture
Patinez en soirée sur la magnifique patinoire éclairée.

15. Parc Lafontaine : un joyau sur le Plateau
Activités : Raquette, glissade, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, baignade (piscine extérieure), tennis, volley-ball
S’y rendre : en métro (station Sherbrooke), en autobus (plusieurs lignes), en BIXI, en vélo, en voiture
Appréciez la programmation culturelle (gratuite !) du Théâtre de la Verdure.

16. Parc Jarry : du sport, du sport, et encore du sport
Activités : ski de fond, glissade, patin sur glace, marche, patin à roues alignées, planche à roulettes, baignade (piscine extérieure), tennis, soccer, base-ball, cricket, volley-ball
S’y rendre : en métro (stations Parc et De Castelnau), en autobus (55, 193), en BIXI, en vélo, en voiture
Laissez-vous dépayser ! Le Montréal multiethnique qui fréquente assidûment ce parc lui confère une touche d’exotisme

17. Complexe environnemental de Saint-Michel : un site d’enfouissement métamorphosé en un magnifique parc
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, visites commentées
S’y rendre : en autobus (94 et 193), en BIXI, en vélo et en voiture
Pour une sortie familiale hors de l’ordinaire, terminez la journée à la Tohu pour un spectacle de cirque ou au TAZ Roulodôme et Skatepark, où toute la famille peut pratiquer patin, planche et BMX en toute sécurité

Libre-service intégral : les dernières nouvelles

Partout dans le monde, l’auto en libre-service gagne en popularité. Dans certaines villes, on choisit d’implanter le libre-service intégral, ou LSI (pensez au mode de location du BIXI), en plus de l’autopartage classique. Regard sur trois approches différentes de ce qu’on appelle de plus en plus « l’auto servicielle ».

Après le Vélib’, voilà que des Autolib’circulent à Paris depuis décembre. Le service, géré par le groupe industriel Bolloré, offre pour l’heure un parc d’environ 400 véhicules électriques et compte 8000 abonnés. Le nombre de voitures à la disposition du public devrait croître, pour atteindre 3 000 à la fin de 2012. La Ville de Paris a appuyé, financièrement (50 millions d’euros) et politiquement, la mise en service de l’autopartage, comme l’avait promis le maire Bertrand Delanoë lors des élections de 2008. On a retenu la formule du LSI, qui se veut souple : accès aux Autolib’ en libre-service et en « trace directe », c’est-à-dire sans retour obligé du véhicule au point de départ; on prend possession d’un véhicule à l’une des (bientôt) 1 120 stations et on le ramène à une autre, pourvue qu’elle soit disponible. Le coût est de 7 euros la demi-heure.
Filiale de Mercedes, Car2goa été implantée à Vancouver en juin 2011. En octobre dernier, l’entreprise disait compter plus de 5 000 membres et les petites smart fortwo retenues comme véhicules par l’entreprise avaient été empruntées plus de 40 000 fois. La location fonctionne sensiblement comme pour les Autolib’, mais les voitures peuvent être partout dans le secteur central de la ville. Des espaces de stationnement réservés n’ont été prévus que dans les secteurs où il est difficile de se garer. Les membres peuvent louer un véhicule de façon spontanée, mais aussi en en plaçant une réservation jusqu’à 24 heures avant la prise de possession. Dans ce cas également, la Ville est impliquée, ayant assoupli les règles du stationnement afin de facturer de façon forfaitaire le stationnement des petites smart. Le coût d’utilisation est de 0,35 $ la minute. www.car2govancouver.com
Communauto se passe de présentation, vous en conviendrez ! Vous connaissez son service d’autopartage qui a fait ses preuves en ce qui a trait à son impact environnemental et à son rôle crucial dans le monde de la mobilité durable. Mais saviez-vous que l’entreprise serait prête à offrir aussi le LSI un jour ? L’entreprise québécoise observe du côté de Paris et de Vancouver et souhaite proposer une approche différente, axée sur la complémentarité avec le transport en commun, le taxi, le vélo libre-service et l’autopartage. Mais évidemment seulement si les collectivités où Communauto opère décident d’ajuster leurs règles du stationnement à la nouvelle réalité de l’autopartage.

Article de La Presse qui parle du LSI > 

 

Restos santé : à vos fourchettes !

Crédits photo © Lola Rosa

Vous avez pris la résolution de manger mieux en 2012, mais vos résolutions ne durent généralement guère plus d’un mois ? Nous venons à votre rescousse en vous suggérant quelques destinations restos pour manger mieux et vivre mieux. De quoi tenir jusqu’en avril… En prime, ce sont des restos abordables, alors vous faites une pierre deux résolutions : bien manger et ne pas trop dépenser !

Lola Rosa : Bien connu des étudiants de McGill, l’endroit est super sympathique et la qualité est au rendez-vous. On y sert de bons plats végétariens inspirés de la cuisine du monde et les desserts valent le détour ! Ah oui, n’hésitez pas à partager ces derniers pour que ce soit vraiment santé…

545, rue Milton à Montréal
www.lola-rosa.ca

Café Santropol : Véritable institution montréalaise, le Café Santropol existe depuis 1976. Les sandwichs, toujours frais et santé, y sont à l’honneur. L’ambiance on ne peut plus relaxe donne le goût de s’y attarder, surtout en été, sur la très coquette terrasse (une bonne raison de tenir votre résolution encore plus longtemps !).

3990, rue Saint-Urbain à Montréal
www.santropol.com

Aux vivres : L’un des restos vegan les plus en vogue à Montréal, et pour cause : le service y est efficace et les plats, vraiment succulents. La fin de semaine, on y sert un brunch qui change des œufs-bacon. On y va aussi pour le bar à jus et la magnifique carte des thés et tisanes.

4631, boulevard Saint-Laurent à Montréal
www.auxvivres.com/fr/accueil

ChuChai et Chuch : Ces petits restos thaïlandais servent des viandes… végétariennes ! Ce sont en fait des imitations étonnantes et savoureuses de bœuf, de poulet ou de canard faites de seitan ou de soya. Le ChuChai offre une carte des vins alors que son petit frère voisin, le Chuch, offre la possibilité d’apporter son vin. Mais bien sûr, les plus résolus se contenteront d’un verre d’eau…

4088-4094, rue Saint-Denis à Montréal
www.chuchai.com

 

 

Les amis de la montagne ont 25 ans !

Crédits photo © Amis de la montagne

Repère géographique et historique, poumon de la Ville, oasis urbaine, haut lieu d’activités… Le mont Royal revêt une importance capitale pour les Montréalais. Et l’immense parc à la biodiversité étonnante ne serait sans doute plus le même sans la vigilance et le dévouement des Amis de la montagne, qui célèbrent leur 25e anniversaire cette année.

Fondé à l’initiative d’une coalition de citoyens s’opposant à la construction d’une tour sur la montagne, l’organisme accomplit une grande mission : d’une part, protéger et mettre en valeur le mont Royal; de l’autre, promouvoir l’engagement communautaire et sensibiliser le public à l’environnement.

Nous saluons le travail des Amis et encourageons ceux qui aiment la vie « comme sans auto » à faire un don ou à devenir bénévoles pour marquer les 25 ans de l’organisme. Soulignons par ailleurs que la grande soirée-bénéfice annuelle au profit du mont Royal, qui aura lieu le 16 février prochain, souffle ses 15 bougies cet hiver. Amateurs de sports d’hiver, vous êtes donc invités à vous rendre, raquettes aux pieds, à la Célébration des Tuques bleues.

Pour en savoir plus sur les nombreuses façons de soutenir les amis de la montagne >

Pour prendre part à la 15e Célébration des Tuques bleues >

 

Vivre sans posséder une auto : utopie ou style de vie ?

Événement photo pour illustrer les bienfaits de l'autopartage combiné au transport en commun et au vélo libre-service. Ce sont près de 200 personnes qui ont répondu à l'invitation de Communauto, le samedi 5 septembre 2009 à Montréal, pour célébrer les 15 ans d'existence de la plus ancienne entreprise d'autopartage en Amérique. © Nathanaël Corre

Affirmons-le sans détour : oui, vivre sans posséder une auto, c’est possible ! Pour de plus en plus de ménages, se passer d’une voiture (la première pour la plupart, pour certain la deuxième) est tout simplement devenu un style de vie. Il faut dire qu’aujourd’hui, en ville, il existent de nombreuses solutions de rechange pour se déplacer de façon efficace, rapide et écologique. À l’heure où vous lisez ces lignes, ce sont quelque 25 000 personnes à travers le Québec, abonnés de Communauto, qui ont choisi d’adopter la voiture libre-service et les autres moyens de transport actifs et collectifs, plutôt que leur auto. Certes, nos villes doivent se réinventer, mais nous aussi !

Ainsi, plusieurs personnes adoptent quotidiennement un style de vie qui ne dépend pas d’une voiture personnelle et ils en découvrent de nombreux d’avantages (pensons seulement aux jours après les tempêtes hivernales !). Bien sûr, il faut s’organiser en conséquence, mais même avec la venue d’un enfant, par exemple, certains choisissent d’investir dans un nouveau chariot de vélo plutôt que dans une voiture. On valorise davantage la proximité, on se rapproche de son lieu de travail ou de la garderie, on va planifier ses déplacements en transport en commun ou en Communauto en fonction de ses besoins. En fait, les bénéfices pour l’environnement, la santé et le compte en banque dépassent les inconvénients.

Et vous ? Nous sommes curieux d’entendre vos témoignages ! Avez-vous adopté ce style de vie graduellement, ou du jour au lendemain ? Cela a été une décision longuement réfléchie ou une évolution naturelle ? Existe-t-il des raisons qui pourraient vous faire décider d’acheter une voiture ? Quels bénéfices tirez-vous du fait de ne pas posséder une auto ? Et surtout… à quels modes de transport ne renonceriez-vous pour rien au monde ?

Participez à notre concours !
Livrez-nous votre témoignage en faisant un commentaire (minimum 50 mots) et courez la chance de gagner un renouvellement au forfait «B» de Communauto. Pour connaître tous les détails de notre concours, cliquez ici.