Identifié par

taxi collectif

Le taxi-partage, bientôt près de chez vous !

Crédits photo © Jour de la Terre

MONTRÉAL, le 27 avril 2012 /CNW Telbec/ – C’est ce matin, lors d’une conférence de presse réunissant Pierre Arcand, ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Hubert Bolduc, président du C.A. du Jour de la Terre Québec (JTQ), Pierre Lussier, vice-président directeur du JTQ, Dominique Roy, président et chef de la direction chez Taxi-Diamond, David Mahfouda, co-fondateur de Weeels, ainsi que plusieurs collaborateurs qu’a été annoncé le financement de 300 000 $ provenant du Fonds vert du gouvernement du Québec pour le projet de taxi-partage du Jour de la Terre Québec.

Le Jour de la Terre Québec travaille depuis 2008 à une solution en transport qui permettrait de répondre à ses préoccupations environnementales. « Nous avons imaginé le projet de taxi-partage comme un moyen d’améliorer l’offre en transport durable sur l’île de Montréal et de réduire les impacts de l’industrie du taxi sur l’environnement; Un mode de transport durable complémentaire à l’offre existante, qui permet aux individus de réduire l’empreinte environnementale de leurs déplacements au quotidien », a déclaré fièrement Pierre Lussier, vice-président directeur du Jour de la Terre Québec.

Ce service de taxi-partage sera offert sous le nom de Tous les Jours (tjrs.org) en français et Every Day (everyd.org)en anglais et sera accessible à partir d’une plateforme Web et sur téléphone intelligent. Essentiellement, selon des points de départ et d’arrivée spécifiques, chaque usager pourra se déplacer avec un, deux ou même trois autres usagers du service de taxi.

Ce système de jumelage a ainsi pour objectif de faire compétition à l’utilisation de la voiture solo. Ultimement, ce projet a pour but de réduire l’impact environnemental du transport des personnes, d’améliorer la santé publique et de générer des économies auprès de ses utilisateurs.

Pierre Arcand, ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, rappelle que le gouvernement a comme objectif d’appuyer les projets en transport durable puisqu’ils s’inscrivent dans l’objectif de réduction des émissions de GES de 20 % en dessous du niveau de 1990 d’ici 2020. « Le gouvernement du Québec est fier de soutenir cette initiative porteuse sur le plan de la lutte contre les changements climatiques. Nous encourageons l’industrie du taxi à participer massivement au programme, puisqu’au-delà de la réduction des émissions de GES, c’est une occasion de prendre position à l’avant-plan dans le dossier de la mobilité durable », a déclaré le ministre Arcand.

Le service de taxi-partage sera offert grâce à un partenaire d’affaires dans l’industrie du taxi, soit Taxi-Diamond. « Lorsque l’équipe du Jour de la Terre Québec était à la recherche d’un partenaire d’action, nous étions les seuls qui avaient déjà un système de répartition automatisé. C’est dire à quel point nous étions visionnaires et voyons le rôle du taxi essentiel dans l’offre de l’intermodalité des transports. Nous sommes très fiers de travailler avec le Jour de la Terre Québec afin de mettre en place le premier service de taxi-partage au Canada », a indiqué Dominique Roy, président et chef de la direction chez Taxi-Diamond.

Le Jour de la Terre Québec s’est également associé à Weeels, une jeune entreprise New-Yorkaise qui a créé le logiciel dynamique de taxi-partage. « Nous sommes bien heureux de travailler avec une organisation québécoise afin de mettre en place un service de taxi-partage à Montréal qui fonctionne déjà très bien à New York », a expliqué David Mahfouda, co-fondateur de Weeels. « C’était une opportunité en or d’ouvrir nos horizons et nos marchés que nous ne pouvions que saisir avec enthousiasme. », a t-il ajouté.

Le Jour de la Terre Québec prévoit rendre le service accessible sur l’île de Montréal en juin 2012.

Pour plus d’information >

Dossier TAXI : nouvelle ère de collaboration et d’initiatives

Crédits photo © Google images

En octobre dernier, la Ville de Montréal annonçait « une nouvelle ère de collaboration » avec ses partenaires de l’industrie du taxi. Il faut dire que même si tous s’entendent pour dire que les taxis ont un rôle important à jouer (économie, réduction de la dépendance à l’automobile personnelle, transport adapté, sécurité routière), l’industrie a de nombreux défis à relever pour assurer son avenir.

Les initiatives, comme Cool taxi, sont cependant à l’avenant. L’idée de rendre l’accès au taxi simple, facile et sécuritaire pour les jeunes a germé dans l’esprit d’un père après que sa fille ait été grièvement blessée dans un accident routier causé par la vitesse et l’alcool. C’est ainsi que sont nés les coupons « Cool », acceptés par les chauffeurs de taxi partout au Québec. Les points de vente sont nombreux et comme les coupons ne servent qu’à couvrir les frais de courses de taxi, les parents peuvent les offrir à leurs jeunes sans craindre qu’ils ne les dépensent pendant la soirée et ne se retrouvent sans le sou au moment de crier « taxi ! ».

De son côté, Communauto croit à l’importance du taxi pour des villes plus durables. Voilà pourquoi elle offre à ses abonnés de Québec le forfait « Mon taxi dans la poche ». En commandant des coupons de taxi par son intermédiaire, les abonnés de l’entreprise économisent 5 % sur le prix des courses de taxi et s’évitent les tracas au moment de payer leur trajet.

Visitez les sites de Cool taxi et de Communauto pour en apprendre plus au sujet de ces initiatives.

 

Aménagement et écomobilité : un guide est publié !

Crédits photo © Google images

Le ministère québécois des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (MAMROT) a publié le 12 décembre dernier un guide pour favoriser l’écomobilité dans une optique d’aménagement urbain et de développement durable. L’objectif ultime ? Encourager l’utilisation de modes de déplacement variés pour permettre un changement dans les habitudes des citoyens. Ainsi, on souhaite qu’une meilleure planification urbaine amène les gens à délaisser l’auto pour emprunter les transports actifs (vélo, patin, marche) et collectifs (transport en commun, taxi collectif, covoiturage, autopartage).

Outre la planification urbaine (aménagement de villes « des courtes distances », soutien des déplacements actifs utilitaires et du transport collectif, etc.), on met l’accent sur l’importance de la réglementation, de la promotion et de la sensibilisation (participation publique, marketing social, technologies de l’information, etc.) et des incitatifs financiers et fiscaux pour faire évoluer les habitudes de déplacements au Québec. On souligne dans le guide les nombreux avantages de l’écomobilité, notamment la réduction de la congestion routière et des émissions de gaz à effet de serre, l’amélioration de la santé et de la sécurité des citoyens, une meilleure qualité de vie et une plus grande compétitivité économique.

Mentionnons enfin que l’autopartage fait partie des bonnes pratiques en matière d’écomobilité, parce qu’« il incite les usagers à utiliser la voiture seulement dans les cas où les autres modes sont adaptés ». Surtout présent dans les grandes villes, l’autopartage gagnerait à être implanté dans les villes de taille moindre et même en milieu rural, comme l’illustre l’exemple récent de la coopérative Kootenay CarShare en Colombie-Britannique.

Espérons que ce guide fera date et que de nombreuses municipalités s’en inspireront.

Pour consulter le guide L’aménagement et l’écomobilité au format PDF, cliquez ici.