Identifié par

Plein-air

Nouveau rabais pour nos membres : le gîte Au Chant de l’Onde !

Crédits photo © Au Chant de l’Onde

Les abonnés de Communauto aiment sortir de la ville pour profiter du grand air, c’est bien connu! Nous sommes heureux de pouvoir vous offrir un nouveau rabais avec le gîte Au Chant de l’Onde. En tant que membre de Communauto, vous bénéficiez d’un rabais de 10 $ par séjour de deux nuitées du dimanche au vendredi matin.

Au Chant de l’Onde, vos nuits seront bercées par le murmure de la rivière aux Brochets. Au matin, de copieux petits déjeuners santé vous seront servis dans la salle à manger ou sur la terrasse côté jardin. Chacune des trois chambres de leur couette et café est un témoignage des nombreux voyages que les propriétaires, Christine et Pierre, ont effectués de par le monde. Elles possèdent toutes leur salle de bain privée.

Un grand salon séjour dans lequel vous trouverez une imposante bibliothèque, des jeux, de la musique, une télévision. Un réseau internet haute vitesse sans fil (wi-fi) est également mis à votre disposition. Blotti au creux d’une luxuriante petite vallée au pied du mont Pinacle, dans le pays de la pomme et du cidre de glace,  Au Chant de l’Onde est au carrefour de trois routes panoramiques, de la Route des Vins et du Chemin des Cantons.

Régalez-vous des nombreux atouts qu’offre cette belle région et faites une pause sympathique Au Chant de l’Onde. Vous y serez choyés !

 

Voyage olfactif au Jardin botanique de Montréal

Crédits photo © Espace pour la vie

Quand on parle du Jardin botanique de Montréal, on ne réalise pas à quel point il s’agit d’une attraction d’envergure internationale. À preuve, le site reçoit près d’un million de visiteurs par année. De ce nombre, près de la moitié sont des touristes étrangers, surtout des Américains et des Français.

Entrée : payante (incluant l’accès à l’Insectarium)
Services : boutique, mini-train durant l’été, restaurant
Horaire : tous les jours 9h à 17h (jusqu’à 18h en été et jusqu’à 21h en automne), sauf les lundis du début janvier à la mi-mai et du début novembre à la fin décembre (ouvert les jours fériés)

Plantes : 22 000 espèces et variétés
Arboretum : 2 000 espèces de partout dans le monde
Activités sur place : visite éducative

Circuit
Par où commencer votre visite? Pourquoi pas par les « jardins d’exposition », à l’ouest, en vous attardant aux plantes médicinales ? Peut-être y verrez-vous l’échinacée pourpre dont l’extrait donne de l’énergie aux humains. Plus au nord, des canards sauvages pataugent dans des étangs égayés par les grosses fleurs blanches et jaunes des nénuphars. Chemin faisant, vous traverserez la roseraie, d’où se dégage un parfum enivrant. Des rosiers, il y en a 10 000. Alors, imaginez le bouquet !

Balade dans les serres
Ouvertes en 1958, les 10 serres d’exposition couvrent une superficie de 4 000 m². Les visiter devient presque une expédition. C’est si grand qu’il est à peu près impossible de tout voir en une seule fois. En hiver, la végétation luxuriante et la chaleur humide donnent une atmosphère de tropiques instantanés. En été, vous retrouvez un abri contre la chaleur accablante ou contre la pluie. Vous y découvrez entre autres l’exotisme des penjings, ces petits arbres nains de la Chine. Chacune des serres vous entraîne dans une partie du monde différente.

Floraisons et plantes tropicales
Agrémentée d’une mezzanine et d’une cascade, la grande serre d’exposition se métamorphose au gré des saisons. Au printemps, les papillons virevoltent par milliers lors de l’événement « Papillons en liberté », suivi en été par de magnifiques floraisons, alors qu’octobre ramène le « Grand Bal des citrouilles ».

« Serre du Soleil », l’hacienda, grâce à son architecture d’influence espagnole, vous fait faire un voyage éclair au Mexique et en Amérique du Sud.  Sa cour est égayée de cactus et de plantes grasses de toutes sortes. Là, comme dans la serre des régions arides, vous retrouvez entre autres plusieurs espèces d’agaves, des plantes grasses avec lesquelles on fait la tequila au Mexique.

La serre des plantes tropicales alimentaires vous fait connaître à son tour caféier, figuier, etc., bref, 80 espèces qui fournissent nourriture, fibres pour tissus, épices ou médicaments. Décidément, explorer les serres, c’est aussi un voyage éclair au pays de la connaissance.

À voir ou à revoir
Le site est tellement grand qu’il est presque impossible de tout voir en une seule visite. Après tout, il y a une trentaine de jardins. Mais ne manquez surtout pas ce qui fait la renommée du Jardin botanique de Montréal, soit le Jardin de Chine, le Jardin japonais et le Jardin des Premières-Nations. Sans parler de l’Arboretum et de la Maison de l’arbre. Voilà sans doute pourquoi des visiteurs y sont déjà allés plusieurs fois !

Comment s’y rendre
Jardin botanique de Montréal, 4101 rue Sherbrooke E., 514-872-1400
www.ville.montreal.qc.ca/jardin
En transport en commun : métro Pie-IX ou Viau.
À vélo : par la piste cyclable de la rue Rachel.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Les ruelles du Plateau !

Crédits photo © Soverdi.org

Montréal compte environ 450 km de ruelles! Si plusieurs d’entre elles sont peu invitantes pour le marcheur, il s’en trouve tout de même une grande quantité, dans tous les quartiers de la ville, qui sauront étonner ceux qui s’y aventurent. Car tel est le mot d’ordre : aventure ! Lorsqu’il est question des ruelles montréalaises, il n’y a point d’itinéraires précis et de directions à suivre. Donc, il suffit d’explorer, de se perdre un peu, d’oser, bref, de laisser libre cours à son intuition. Parmi les différents arrondissements de la ville, celui du Plateau-Mont-Royal se révèle fort intéressant, car il renferme plusieurs ruelles fort bien aménagées, entretenues et propres. Or, il est relativement facile pour le promeneur d’en parcourir plusieurs afin d’élaborer un parcours agréable.

6 km / 2 heures

Randonnée urbaine
Le parcours que nous vous suggérons débute au square Saint-Louis et se termine au parc La Fontaine (6 km).

Ruelle Drolet/Henri-Julien
Du square Saint-Louis (0,0 km), empruntez la rue Drolet jusqu’à la ruelle située entre cette rue et l’avenue Henri-Julien (ruelle Drolet/Henri-Julien). Cette première section de ruelle se révèle fort jolie et très bien aménagée. Il s’agit d’une ruelle champêtre dont on a retiré l’asphalte pour le remplacer par de la pelouse et du gravier.

Rue Demers
Passé la rue Rachel, la ruelle s’aventure derrière l’imposante église Saint-Jean-Baptiste, érigée en 1874 et pouvant accueillir 3 000 personnes. Après avoir bifurqué dans un passage et traversé un petit parc, vous arriverez sur l’avenue Henri-Julien, à l’angle de la rue Villeneuve où, tout juste au nord, se trouve la charmante et originale rue Demers (1,8 km), qu’il vaut la peine d’admirer quelques instants. Fermée à la circulation automobile, cette toute petite rue, qui ressemble davantage à une ruelle, a des airs d’Italie et de Portugal.

Ruelle Saint-André/Mentana
Rebroussez chemin jusqu’à la rue Villeneuve, tournez à gauche, traversez la rue Saint-Denis et empruntez la rue Gilford jusqu’à la rue Saint-André. De là, empruntez la ruelle Saint-André/Mentana vers le sud, jusqu’à l’avenue du Mont-Royal (2,8 km).

Ruelle Brébeuf/Chambord
Tournez à gauche sur l’avenue du Mont-Royal et rendez-vous jusqu’à la rue Brébeuf. Empruntez la ruelle Brébeuf/Chambord vers le nord, jusqu’à l’avenue Laurier. Passé la rue Gilford, la ruelle porte le nom de ruelle Modigliani et présente plusieurs jolies murales. Tournez à droite sur l’avenue Laurier et continuez jusqu’à l’avenue Papineau.

Ruelle Papineau/Cartier
Tournez à droite sur l’avenue Papineau et, immédiatement, à gauche sur l’avenue Laurier. Tournez tout de suite à gauche dans la première entrée qui mène à la ruelle Papineau/Cartier. Empruntez cette ruelle jusqu’à la rue Masson et, de là, empruntez la ruelle Cartier/Chabot pour revenir sur l’avenue Laurier. À l’angle de l’avenue Laurier et de la rue Chabot (5 km) se trouve le mignon petit parc De Lorimier.

Ruelle Chabot/Cartier
Continuez dans la rue Chabot, traversez le boulevard Saint-Joseph, puis la rue Gilford, et empruntez la ruelle Chabot/Cartier jusqu’à l’avenue du Mont-Royal. Tournez à droite sur cette dernière et poursuivez jusqu’à la rue Marquette.

Ruelle Marquette/Fabre
Empruntez la ruelle Marquette/Fabre (vers le sud), traversez la rue Marie-Anne et reprenez la ruelle jusqu’à la rue Rachel et au parc La Fontaine (6 km).

Comment s’y rendre
Information : Arrondissement du Plateau-Mont-Royal, tél. 311
En transport en commun : métro Sherbrooke.

Tiré du guide Ulysse Marcher à Montréal et ses environs, par Yves Séguin.

 

Des balades sur les toits : découvrez les jardins secrets de Montréal !

Crédits photo © Montréal a cultiver

Les jardins sur les toits ont la cote, et pour cause. Très efficaces pour lutter contre les îlots de chaleur, ils contribuent aussi à préserver la biodiversité, captent le carbone émis dans l’atmosphère et parent les bâtiments de verdoyante beauté. Curieux de visiter de telles oasis en ville ? Le Cœur des sciences de l’UQAM invite petits et grands à une promenade de deux heures pour explorer des jardins « hauts » en couleur.

En compagnie d’Antoine Trottier, spécialiste de l’horticulture urbaine et, plus particulièrement, des toits verts, partez en famille à la découverte de toits verts autrement peu accessibles au grand public. Celui que vous avez peut-être déjà vu à l’émission Fermier urbain à la télévision de Radio-Canada vous permettra ainsi d’admirer les arbres quasi cinquantenaires du toit de l’hôtel Hilton Bonaventure, le mur végétal filtrant l’air sur cinq étages à la Maison du développement durable et le potager en hauteur du Palais des congrès.

L’activité aura lieu le 27 juillet et le 3 août en soirée ainsi que le 29 juillet et le 5 août en matinée. Dépêchez-vous de réserver votre place !

www.coeurdessciences.uqam.ca

 

Randonnée pédestre au mont Mansfield, dans l’État du Vermont

Crédits photo © Google images

Le mont Mansfield (1 339 m) est le sommet le plus élevé du Vermont, dépassant de 95 m le mont Camel’s Hump (« bosse du chameau »). La controverse visant à déterminer lequel des deux sommets est le plus haut a duré longtemps. La question fut tranchée par un chasseur qui, un matin, décida de monter au sommet du mont Mansfield avec son fusil et un plomb. Au sommet, il mit le plomb dans le canon de son fusil et visa le sommet du mont Camel’s Hump. C’est alors qu’il vit le plomb rouler hors du canon, ce qui prouva une fois pour toutes que le mont Mansfield est le plus élevé.

The Chin (Sunset Ridge Trail)

Point de départ : stationnement de l’Underhill State Park Campground.

Ce magnifique sentier, qui présente un niveau de difficulté élevé avec un dénivelé de 790 m, permet d’atteindre le sommet du mont Mansfield (Chin). Il est situé en grande partie au-dessus de la limite supérieure des arbres. Cette randonnée, qui fait 10,6 km et dure 5h, permet de découvrir les changements que subit la végétation avec l’altitude.

Au début, la pente du sentier est assez raide, mais la montée devient moins abrupte à mesure que la végétation diminue. En grimpant dans la forêt, on croise un petit sentier de 350 m (Cantilever Rock). Si l’on dispose de plus de temps, on peut se rendre au bout de celui-ci pour y voir ce « bras de levier ». Il s’agit d’un obélisque horizontal coincé dans une paroi de rocher à environ 18 m du sol. L’aller-retour dure environ 15 min.

En montant, on trouve des endroits pour pique-niquer, le plus beau étant situé sur un rocher incliné où passe le sentier, juste sous la limite supérieure des arbres. Comme le sentier se trouve en grande partie au-dessus de la limite supérieure des arbres, il est important de porter des vêtements chauds.

Une fois arrivé au Long Trail, il ne reste plus qu’environ 350 m avant d’atteindre le sommet dénommé le « menton » (Chin). Le retour s’effectue par le même sentier.

Comment s’y rendre en voiture
De Montréal, rendez-vous au poste-frontière de Philipsburg par l’autoroute 10 (sortie 22) jusqu’à l’autoroute 35 et son prolongement, la route 133, qui, après la frontière, devient l’autoroute 89, que vous emprunterez jusqu’à North Fairfax. Ensuite, prenez la route 104 Sud jusqu’à Cambridge. Pour rejoindre l’Underhill State Park, prenez la route de Pleasant Valley, qui se trouve immédiatement sur votre droite après le magasin général de Cambridge.

Tiré du guide Ulysse Randonnée pédestre Nord-Est des États-Unis, par Yves Séguin.

 

Randonnée pédestre au mont Haystack, dans les Adirondacks, dans l’État de New York

Crédits photo © Google images

Surnommé les Adis, le parc des Adirondacks a une superficie de 2 430 000 ha, ce qui en fait le plus grand des États-Unis, en excluant les parcs de l’Alaska. Il est aussi vaste que tout l’État du Vermont! Situé dans le nord de l’État de New York et à près de 200 km au sud de Montréal, le parc n’attire pas que les amoureux de la randonnée pédestre. On peut également y pratiquer la bicyclette, le canot, l’ornithologie, l’escalade de rochers, l’escalade de glace, le ski de fond, la raquette, la chasse, la pêche, etc. Il s’agit d’un parc d’État (State Park) et non d’un parc national (National Park). Il est donc géré par l’État de New York.

Mont Haystack

Point de départ : stationnement Garden, à Keene Valley. Ce stationnement est situé à l’ouest du village de Keene Valley, soit entre les villages de Keene et de Saint Huberts. De Keene, prenez la route 73 jusqu’à Keene Valley, situé à environ 8 km au sud. Au centre de Keene Valley, un panneau indique Trail to the High Peaks. Prenez à droite et suivez l’Interbrook Road. Le stationnement payant est au bout du chemin, à 2,6 km du panneau.

Avec ses 1 512 m, le mont Haystack est le troisième sommet le plus élevé des Adirondacks. L’honneur de la première ascension du mont Haystack revient à M. Phelps, qui, en 1849, le gravit avec deux compagnons. Il trouva que le sommet dénudé de la montagne ressemblait à une meule de foin (haystack), d’où le nom de la montagne.

Ceux qui recherchent une montagne impressionnante et qui ont le goût d’être seuls seront bien servis, car le mont Haystack est situé tout près du mont Marcy, juste à l’est-sud-est de celui-ci. Cependant, la plupart des randonneurs le boudent pour aller plutôt fouler le plus haut sommet des Adirondacks. Il en résulte que le mont Haystack est l’un des deux plus hauts sommets les moins fréquentés avec le mont Skylight.

Il y a plusieurs façons de rejoindre le mont Haystack. Le sentier que nous vous proposons, qui présente un niveau de difficulté très élevé avec un dénivelé de 1 048 m, se fait en deux jours et passe par le Johns Brook Lodge. La randonnée fait 28,6 km.

Première journée (11 km) : le sentier est assez plat, car il suit le creux de la vallée. Il faut prendre la direction du Johns Brook Lodge, que l’on rejoint sans difficulté après 5,6 km. De là, on emprunte le sentier Phelps, qui mène à une intersection (8,2 km) située juste après le premier abri de Bushnell Falls. Prenez à gauche, où les balises sont dorénavant rouges. Le sentier passe près de plusieurs autres abris, puis traverse un ruisseau. Un peu plus loin, le sentier aboutit à Slant Rock (11 km). C’est près d’ici que l’on installe son campement (lean-to et emplacements de camping désignés).

Seconde journée (17,6 km) : il  faut se lever tôt, partir léger (sac à dos d’un jour) et prendre le sentier Shorey Short Cut, marqué de balises jaunes, en direction du Range Trail. À l’intersection suivante (12,5 km), il faut prendre la direction de Little Haystack, puis celle du mont Haystack. En partant de Slant Rock, il faut être très attentif, car repérer le sentier n’est pas des plus évident. Gardez l’oeil ouvert et ne vous dirigez pas vers le mont Marcy. De Slant Rock au sommet du mont Haystack, il y a 3,3 km aller. Il faut donc partir tôt puisqu’il faudra revenir prendre son sac à dos et redescendre vers le Johns Brook Lodge et le  stationnement Garden.

Comment s’y rendre en voiture
De Montréal (en passant par le pont Champlain), il faut compter près de 190 km. Après le pont Champlain, prenez la première sortie à droite en direction de New York (autoroute 15 Sud) jusqu’à la douane, où l’autoroute devient la 87 Sud. Empruntez la sortie 34 à Keeseville, rejoignez la 9N en direction sud jusqu’au village de Keene (164 km) et rendez-vous au stationnement Garden (voir Point de départ).

Tiré du guide Ulysse Randonnée pédestre Nord-Est des États-Unis, par Yves Séguin.

 

Randonnée pédestre au mont Sugarloaf, dans l’État du Maine

Crédits photo © Google images

La région du mont Sugarloaf s’étend entre les villages de Rangeley, Phillips, Kingfield et Stratton. Vaste territoire sauvage, peu peuplé et méconnu d’un grand nombre de randonneurs, cette région fut d’abord connue grâce aux deux stations de ski alpin qu’elle abrite, soit la Saddleback Ski Area et surtout le Sugarloaf Ski Resort. Il est vrai que le mont Sugarloaf (1 295 m), deuxième montagne la plus élevée du Maine, après le mont Katahdin, exerce depuis longtemps la fascination des amoureux de la glisse.

Mont Sugarloaf

Point de départ : petit stationnement de l’Appalachian Trail, situé sur la Caribou Valley Road, à 7 km de la route 27. Du panneau indiquant le Sugarloaf Ski Resort, faites 1,7 km sur la route 27 et, au sommet de la côte, prenez à gauche la Caribou Valley Road (non indiquée).

Cette randonnée fait 9,4 km et dure 4h15. L’Appalachian Trail (AT) et le Sugarloaf Mountain Trail présentent ici un niveau de difficulté élevé avec un dénivelé de 685 m.

Superbe et très réputée station de ski alpin, le mont Sugarloaf (1 295 m) est aussi une excellente destination pour les adeptes de la randonnée pédestre. D’ailleurs, l’AT passe à moins de 1 km du sommet, un sentier secondaire permettant de l’atteindre assez aisément.

Du petit stationnement, il faut faire environ 25 m avant d’apercevoir le début de l’AT. Soyez attentif car il n’y a aucune indication. Afin d’accéder au sommet du mont  Sugarloaf, il faut prendre l’AT du côté gauche du chemin (du côté droit, l’AT mène au mont South Crocker).

Au départ, l’AT descend quelque peu et, rapidement, il faut traverser la rivière Carrabasset, ce qui, au printemps, peut se révéler très difficile. Par la suite, le sentier devient beaucoup plus abrupt, et la progression s’effectue plus lentement que prévu.

Mais au bout d’un certain temps, le sentier redevient facile et conduit rapidement à l’intersection avec le Sugarloaf Mountain Trail (3,7 km). Empruntez ce dernier à gauche, lequel grimpe directement jusqu’au sommet du mont Sugarloaf (4,7 km). La vue qu’on y découvre est tout simplement renversante. Dans toutes les directions, il est possible de distinguer une grande quantité de sommets et de lacs. Le retour s’effectue par le même sentier.

Comment s’y rendre en voiture
Du Québec, il faut d’abord se rendre jusqu’au sud du lac Mégantic, au village de Woburn, puis traverser la frontière canado-américaine à Coburn Gore. De Coburn Gore, empruntez la route 27 Sud et rendez-vous au petit stationnement (voir Point de départ).

Tiré du guide Ulysse Randonnée pédestre Nord-Est des États-Unis, par Yves Séguin.

 

Plage urbaine du Vieux-Port de Montréal : à vos maillots !

Crédits photo © SVPM

À pied, à vélo, en Bixi, en métro ou en autobus, les amateurs de plage et de soleil auront une nouvelle destination cet été !

Le Vieux-Port de Montréal a ouvert sa plage urbaine au grand bonheur de beaucoup de Montréalais ! L’entrée sera gratuite durant ces deux journées d’ouverture, avis aux intéressés.

Située à quelques pas du quartier historique, la plage urbaine du Vieux-Port de Montréal offre une ambiance de vacances avec son sable fin, ses chaises, ses parasols et la fraîcheur de ses brumisateurs. De plus, une buvette permet de se rencontrer entre amis autour d’un verre ou de casser la croûte jusqu’à la brunante.

Aménagée au pied de la Tour de l’Horloge, entrée spectaculaire du Vieux-Port, la Plage de l’Horloge offre une atmosphère sereine tout en étant branchée directement sur la ville et les attractions du Vieux-Port. La plage sera le nouveau rendez-vous incontournable du Vieux-Port cet été !

Pour connaître la programmation, l’horaire et les tarifs, consultez le site du Vieux-Port de Montréal au : www.vieuxportdemontreal.com

 

Duluth en’Arts : un événement au service de la collectivité !

Crédits photo © Duluth en’Arts

Du 17 juin au 12 août, vous êtes tous conviés au petit parc à l’angle de l’avenue Laval et Duluth pour l’événement Duluth en’Arts.

Gilles Bédard, le fondateur et directeur de Duluth en’Arts, vous invite à redécouvrir l’avenue Duluth, non seulement pour déjeuner ou souper, mais pour visiter la panoplie de boutiques des différents coins du monde, vous allez y faire des trouvailles, c’est sûr !

L’avenue, unique grâce à ses jardinières, relie le Mont-Royal au parc La Fontaine. Pour ceux qui viennent de plus loin, le métro Sherbrooke est à 5 minutes et le réseau d’autobus est à proximité. L’invitation s’étend aussi au festival « Duluth en’Arts », le but de ce festival est de rendre l’art accessible à tous et d’inviter la population à venir sur l’avenue.

Vous allez y rencontrer des peintres à l’œuvre, des musiciens de jazz, de musique classique qui seront au rendez-vous tout l’été, venez profiter d’une ambiance agréable !

Pour plus d’information sur la programmation, consulter la page Facebook de Duluth en’Arts !

 

La rue Kitétonne : festival d’arts de rue pour toute la famille !

Crédits photo © Toxique Trottoir

Les 14, 15 et 16 juin, à partir de 18h, LA RUE KITÉTONNE invite les curieux de toutes générations  à découvrir des spectacles hors normes d’arts de rue au Technopôle Angus de Rosemont.

Au programme pour cette 3e édition, des spectacles de théâtre, marionnettes, cirque, danse, musique, arts visuels, conçus pour l’espace public par des artistes venus du Québec, de France, de Suisse et de Hollande.

Créativité, irrévérence, spontanéité et interactivité sont à l’honneur !

Également au programme : de nombreux projets de médiation culturelle, le OFF KITITILLE, des rencontres de professionnels, des jeux de kermesses, des expériences ludiques qui mettront en éveil tous les sens des festivaliers, plaisirs gourmands en prime…

Créée par l’originale compagnie de spectacles de rue, Toxique Trottoir, cette manifestation artistique et festive accueille gratuitement tous les publics. Venez nombreux et laissez-vous surprendre par les arts de la rue !

Pour un avant-goût du festival, découvrez en vidéo une partie de la programmation.
Rejoingnez l’évènement Facebook

 

Où allez-vous en vacances cet été ? Partagez avec nous vos idées de mobilité durable !

Crédits photo © Montage - Google images

C’est plus fort que nous. Sitôt la neige fondue, on s’imagine déjà en vacances. On commence à planifier, et on se met à rêver. Plage, camping, jardinage, voyage… Pour vous aider à organiser vos vacances sans mettre une croix sur vos principes écologiques, nous vous suggérons quelques pistes « hors des sentiers battus » pour vous déplacer autrement cet été.

Des vacances à pied ?
La Fédération québécoise de la marche regroupe une centaine d’organisations offrant des activités de randonnée pédestre partout au Québec. Que vous soyez seul, en couple ou en famille, joignez-vous à d’autres randonneurs pour une excursion d’un jour ou plus et découvrez des paysages à couper le souffle. Les coûts sont généralement modestes et le transport se fait en autobus ou en covoiturage.

À propos de covoiturage, Communauto a de nombreux partenaires : Amigo express, Allo stop, AlternativeAuto, Covoiturage Montréal, dont certains offrent des rabais aux membres de Communauto.

Kayak et canot en ville !
Bien des Montréalais en viennent à oublier qu’ils habitent une île tant l’accès aux rives a été limité par le passé. Des progrès ont heureusement été faits, notamment grâce à la Route bleue du Grand Montréal, dont les itinéraires nous permettent de voir la métropole sous un autre angle tout en pagayant.

Vive le cyclotourisme !
Le cyclotourisme s’est démocratisé ces dernières années de sorte qu’il est plus facile que jamais d’organiser petits et grands voyages à vélo. Et ce n’est pas nécessaire d’être au sommet de votre forme pour partir en escapade ! Informez-vous auprès de Vélo Québec des innombrables possibilités qui s’offrent à vous selon votre condition physique.

Le train, une formule romantique et pratique
Les romantiques s’imagineront prendre le Transsibérien ou monter dans l’Orient express… Les plus pragmatiques, eux, apprécieront sa simplicité, son confort et son faible coût. Envie de parcourir le pays d’est en ouest ou de vous évader le temps d’une petite escapade ? Via Rail propose de nombreux forfaits ainsi que des tarifs réduits pour les enfants, les jeunes adultes et les aînés. De plus, profitez d’un rabais de 10 % pour les mêmes de Communauto.

D’autres idées à ne pas négliger !
Membres de Communauto, n’oubliez pas que nos partenaires vous offrent des rabais exclusifs ! Si ce n’est pas déjà fait, profitez de l’été pour découvrir les écogîtes d’Entre Cîmes et Racines, les auberges Le Baluchon et Au Diable vert et les activités d’Aventure Écotourisme Québec, entre autres… Pensez aussi à combiner ces offres avec nos tarifs Longue distance pour des vacances avantageuses, sans souci et « comme sans auto » !

Enfin, si vos billets d’avion sont déjà achetés, pensez à faire un voyage carboneutre en finançant un projet vert dans un pays en développement. De nombreux organismes, comme Planetair, au Québec, vous permettent d’acheter des « crédits carbone », mais attention, tous les programmes ne s’équivalent pas. Nombre de voyagistes et de transporteurs offrent aussi à leurs clients la possibilité de voyager la conscience tranquille en échange d’un supplément. Informez-vous !

Et vous ? Pensez-vous à l’environnement quand vient le temps de planifier vos sorties estivales ? Que planifiez-vous faire cet été ? Quels sont vos trucs pour des vacances en mobilité durable ? Combinez-vous plusieurs moyens de transport ? Partagez avec nous vos bonnes idées !

 

Amants à vélo dans le parc de la Gatineau

Crédits photos © Google images

Une joyeuse randonnée
À quelques minutes des villes d’Ottawa et de Gatineau, l’immense parc de la Gatineau s’étend sur près de 360 km2 dans une forêt luxuriante truffée de collines, de grottes, de lacs et de rivières. Le Moulin Wakefield constitue un excellent point de départ pour une joyeuse randonnée à vélo dans le parc.

Deux sentiers officiels, bien aménagés, sont aisément accessibles depuis l’auberge et permettent de faire une boucle en trois à cinq heures, selon les arrêts.

Une belle nature sauvage
Choisissez d’abord le sentier qui débouche, à mi-parcours, sur la très jolie plage située près de l’extrémité du lac Philippe. Après de nombreuses montées et descentes sur les pistes vallonnées, une saucette dans la pure et douce eau du lac est une vraie bénédiction! Le parcours contourne ensuite le lac et aboutit dans un sentier plus en douceur, mais toujours en beauté, qui vous mènera jusqu’au point de départ. Mis à part une petite portion d’une quinzaine de minutes sur une route tranquille qui serpente à travers des emplacements de camping, vous roulerez à tout instant dans une belle nature sauvage entre forêt, champs et tourbières.

Au Moulin Wakefield
De retour au moulin, la suite des événements est pure délectation: bain bénéfique dans la cuve thermale au pied de la chute MacLaren qui actionnait jadis la roue du moulin, massage de qualité dans des salles de soins aux murs de pierres centenaires, dîner romantique au savant mélange de cuisine gastronomique et de saveurs du terroir, causerie digestive, partie de billard ou lecture dans le chaleureux salon, avant de gagner la chambre qui respire le luxe confortable et naturel des boiseries d’époque et des petites attentions d’aujourd’hui. Le Moulin Wakefield est un véritable coup de cœur dans la région. Le lieu ne disposant que d’une trentaine de chambres, vous vous y sentirez véritablement choyé et privilégié.

Un sentier jusqu’à la caverne Lusk
Les sentiers accessibles aux cyclistes sont en fait à usage combiné pour la randonnée pédestre et le vélo de montagne, et ils totalisent 90 km. Le réseau complet de sentiers et de pistes du parc compte plus de 200 km. Tout près de la plage située à l’extrémité du lac Philippe, un sentier pédestre mène à la caverne Lusk avec ses 400 m de galeries qu’il ne faut pas manquer d’explorer. Creusée dans le marbre, la caverne a été formée par l’action de l’eau issue de la fonte des glaciers il y a 12 500 ans.

Comment s’y rendre

Parc de la Gatineau, 33 ch. Scott, Chelsea, 819-827-2020 ou 800-465-1867, www.capitaleducanada.gc.ca

En voiture : à partir de Montréal, suivez la route 148 en direction de Gatineau, où vous prendrez l’autoroute 5 Nord puis la route 105 jusqu’à Wakefield; tournez à gauche dans le chemin Riverside, puis de nouveau à gauche dans le chemin Mill (du Moulin). À 2h de Montréal et à 5h de Québec.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Les Amis de la montagne ont besoin de vous !

Crédits photo © Amis de la montagne

Lieu de rassemblement et d’histoire, le Mont-Royal est une richesse nationale pour tous les Montréalais et Montréalaises. On y va pour marcher, courir, pédaler ou apprécier sa faune et sa flore en compagnie d’un ami, d’amis ou de la famille. Mais sans l’aide de ses visiteurs et de ses amis, le Mont-Royal ne pourrait se faire une beauté pour l’arrivée du printemps.

Communauto vous invite à participer en grand nombre à la 21e corvée du Mont-Royal le dimanche 6 mai prochain !

Voici le détail de la journée :

Horaire

8 h 45 à 9 h 30

  • Inscriptions individuelles au Chalet du Mont-Royal

9 h 30 à 12 h

  • Ramassage de déchets en sous-bois
  • Plantation d’arbres et arbustes d’espèces indigènes
  • Coupe de plantes exotiques envahissantes
  • Évaluation des plantations précédentes

Premier arrivé, premier servi pour le choix d’activité. Les participants âgés de 6 à 12 ans doivent être accompagnés d’un adulte. Les bicyclettes, chiens et poussettes ne sont pas admis sur les sites d’activités. Apportez votre tasse et/ou bouteille réutilisable. Nous encourageons les participants à utiliser les transports en commun ou actif. (Métro Mont-Royal, autobus 11 ; métro Côte-des-Neiges, autobus 165 et 11).

12 h à 15 h

  • Dîner offert aux participants par Fontaine Santé
  • Animation et kiosques d’organismes environnementaux sous le thème « Cohabiter avec la faune en ville, est-ce possible? »
  • Kiosque d’animation des Amis de la montagne sur la biodiversité du mont Royal
  • Présentation d’oiseaux de proie de Faucon-Éduc
  • Spectacle Le Dixieband


Pour plus d’information >


CAMPAGNE ANNUELLE 2012-2013

Organisme né d’un mouvement citoyen, Les amis de la montagne a besoin de la générosité de donateurs privés pour réaliser sa mission.

« Mai 2012 : Mois du Mont-Royal » donne le coup d’envoi de la campagne annuelle dont l’objectif est d’amasser 750 000 $.

Votre appui contribue à la mise en œuvre de stratégies de protection, d’activités d’éducation et de conservation et de projets d’amélioration pour en assurer la pérennité.

Chaque année, Les amis de la montagne mobilisent des milliers de bénévoles pour planter des arbres, nettoyer les sous-bois et aider à conserver la biodiversité du mont Royal.

Chaque année, Les amis de la montagne partagent leurs connaissances et leur passion du mont Royal avec des milliers d’écoliers, de citoyens et de touristes.

Les amis de la montagne contribuent à l’accessibilité au mont Royal et à l’amélioration des services dans son parc.

Soutenez Les amis de la montagne : remplissez le formulaire en ligne sécurisé et faites un don AUJOURD’HUI !

Vous pouvez également transmettre votre don par courrier. Veuillez svp télécharger le formulaire de dons.

Merci de votre appui !

 

Au Diable Vert offre un rabais aux abonnés de Communauto !

Crédits photo © Au Diable Vert

Bonne nouvelle ! La station de montagne Au Diable Vert offre un rabais de 10 % par séjour aux membres de Communauto. Vous avez toujours rêvé de vous réveiller dans les arbres ou à plus de 300 mètres d’altitude avec des vaches Écossaises ?

Optez pour les appartements de montagne, le paradis perché ou ma cabane au Canada. Séparées de l’auberge, trois magnifiques suites ont été aménagées pour 2 ou 4 personnes. Chaque suite est composée d’une chambre à coucher, une salle de relaxation ou de lecture remplie de coussins, un salon vitré avec poêle à bois, une grande salle de bain et une cuisinette. Très intime pour un couple ou deux et idéal pour une famille.

Logez dans l’un des trois refuges d’arbres en forêt perchés à 12-15 pieds, et ce, en toute intimité. Ce moyen d’hébergement vous fera prendre contact avec la vie en forêt. Vous pourrez vivre au rythme de cette dernière. Les installations fournies sont un poêle à bois pour chauffer et cuisiner, une table et des chaises et deux lits doubles avec matelas.

La station de montagne Au Diable Vert vous offre également la possibilité de loger dans l’un de leurs refuges en bois rond en forêt, et ce, en toute intimité. Un séjour à la station de montagne restera gravé dans votre mémoire à tout jamais. La capacité de chacun des refuges est de 4 à 6 personnes ou 8 bons amis !

Pour plus d’information >

 

Une cabane à sucre western au Domaine Magaline

Crédits photo © Google images

Activités sur place : observation des animaux, cabane à sucre
Tarifs : tours de charrette gratuits, repas traditionnel à l’érable payants
Saison : fin février à fin avril

Ambiance de fête
Dès votre arrivée, vous vous retrouvez dans l’ambiance western. L’atmosphère demeure chaleureuse, car la cabane à sucre n’est pas trop grande, accueillant 250 convives. Cowboys et cowgirls assurent le service. Le week-end, la fin du repas est égayée par un spectacle de danse country. Bien entendu, vous êtes invité à vous joindre aux danseurs. Durant ces soirées, Magaline Maclean, copropriétaire, accueille les convives. Très élégante dans sa longue robe western, elle prend part à la fête en l’animant et en dansant.

Visite
Une partie de sucre au Domaine Magaline comprend la visite de la bouilloire de même que la visite des écuries abritant 40 chevaux et plusieurs petits animaux de ferme. Vous en avez vraiment pour votre argent.

Comment s’y rendre

Domaine Magaline
7091 montée Villeneuve,
Mirabel (secteur St-Augustin),
450-258-4132
www.domainemagaline.com

En voiture : autoroute 640 Ouest, puis route 148.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Gatineau Loppet : À vos skis !

Crédits photo © Gatineau Loppet

Communauto est fière de s’associer comme fournisseur officiel à la plus grande course canadienne faisant partie du circuit de la Worldloppet. Considéré également comme le plus grand événement de ski de fond au Canada, ce sont plus 20 pays qui y participent !

Malgré le temps doux de cette semaine, les conditions s’annoncent bonnes pour la Gatineau Loppet ce weekend. En effet, la couverture de neige sur les pistes est très suffisante pour accueillir les skieurs qui, cependant, devront bien choisir leur fart. Si les prévisions météo se maintiennent, aucun changement de tracé n’est prévu pour les courses de samedi et dimanche, une première depuis 5 ans! La Gatineau Loppet offre des parcours pour les skieurs de tous les niveaux avec 8 épreuves sur des distances de 51, 31, 16, 10 et 5 km, sans oublier la Mini 2 km Sport Échange Outaouais pour les enfants. Venez skier ce weekend!

(extrait tiré du communiqué du 17 février 2012)
Lire la suite du communiqué >

 

Les grands parcs de Montréal, (re)découvrez-les !

Crédits photo © Parc Jean-Drapeau

1. Parc du Mont-Royal : une montagne urbaine à trois sommets
Activités : patin sur glace, ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, pédalo, observation de la flore et de la faune.
S’y rendre : en autobus (11, 80, 129, 165 et 435), en vélo, en BIXI, en voiture
Profitez de points de vue exceptionnels sur la métropole.

2. Parc Jean-Drapeau : un parc, deux îles
Activités : ski de fond, raquette, trottinette des neiges, marche, cyclisme, patin à roues alignées, escalade, glissade, observation de la flore et de la faune, patin sur glace, baignade, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (167 à partir du métro Jean-Drapeau), par la navette fluviale, en vélo, en BIXI, en voiture
Participez à des événements spéciaux toute l’année.

3. Parc Angrignon : un parc à l’anglaise et une forêt de 20 000 arbres
Activités : ski de fond, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune
S’y rendre : en métro (station Angrignon), en voiture
Prenez part à des activités éducatives pour toute la famille à la ferme et au fort Angrignon.

4. Parc des rapides : une zone écologique au pied des rapides
Activités : Ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, kayak
S’y rendre : en autobus (58), en voiture
Observez un panorama à couper le souffle.

5. Parc René-Lévesque : une presqu’île bordée par le fleuve
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (110, à partir du métro Angrignon), en vélo, en voiture
Visitez un musée en plein air.

6. Parc-nature de l’Anse-à-l’Orme : un endroit tout désigné pour la voile
Activités : pêche sur glace, observation de la faune, planche à voile, surf, voilier
S’y rendre : en autobus (68) puis en voiture, en voiture seulement
Profitez des vents dominants de l’Ouest.

7. Parc-nature du Cap-Saint-Jacques : un domaine champêtre
Activités : ski de fond, raquette, randonnée en traîneau ou en voiture à cheval, marche, cyclisme, observation de la faune, baignade, pêche, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (64 et 68), en voiture
Visitez une cabane à sucre traditionnelle et une ferme écologique.

8. Parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard : un parc composé de cédrières, d’érablières et de marais
Activités : ski de fond, raquette, marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore, pêche, baignade, canot, kayak
S’y rendre : par traversier (printemps-été), en voiture
Observez la migration des bernaches et des oies à l’automne.

9. Parc-nature du Bois-de-Liesse : une forêt centenaire, un ruisseau, des jardins
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, observation de la faune, pêche
S’y rendre : en autobus (215 et 68), en voiture
Posez toutes vos questions ! Une équipe de naturalistes est à votre service.

10. Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation : un parc historique au cœur du Sault-au-Récollet
Activités : ski de fond, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Visitez un musée historique, faites une visite guidée en train balade et flânez au superbe bistro-terrasse.

11. Parc du Ruisseau-De Montigny : un petit ruisseau, de grandes cascades
Activités : marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Observez de nombreuses espèces végétales et animales.

12. Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies : des champs, des marais, des boisés
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (183 et 186), en voiture
Emmenez les enfants, ils s’amuseront ferme sur la grosse butte aménagée pour la glissade.

13. Promenade Bellerive : un parc qui en relie quatre autres
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, baignade (piscine extérieure)
S’y rendre : en autobus (22, 28, 185), en voiture
Profitez des fêtes et soirées culturelles organisées par la Société d’animation de la promenade.

14. Parc Maisonneuve : une ambiance de fête au cœur de la Ville
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, golf
S’y rendre : en métro (stations Pie-IX ou Viau), en autobus (plusieurs lignes), en vélo, en BIXI, en voiture
Patinez en soirée sur la magnifique patinoire éclairée.

15. Parc Lafontaine : un joyau sur le Plateau
Activités : Raquette, glissade, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, baignade (piscine extérieure), tennis, volley-ball
S’y rendre : en métro (station Sherbrooke), en autobus (plusieurs lignes), en BIXI, en vélo, en voiture
Appréciez la programmation culturelle (gratuite !) du Théâtre de la Verdure.

16. Parc Jarry : du sport, du sport, et encore du sport
Activités : ski de fond, glissade, patin sur glace, marche, patin à roues alignées, planche à roulettes, baignade (piscine extérieure), tennis, soccer, base-ball, cricket, volley-ball
S’y rendre : en métro (stations Parc et De Castelnau), en autobus (55, 193), en BIXI, en vélo, en voiture
Laissez-vous dépayser ! Le Montréal multiethnique qui fréquente assidûment ce parc lui confère une touche d’exotisme

17. Complexe environnemental de Saint-Michel : un site d’enfouissement métamorphosé en un magnifique parc
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, visites commentées
S’y rendre : en autobus (94 et 193), en BIXI, en vélo et en voiture
Pour une sortie familiale hors de l’ordinaire, terminez la journée à la Tohu pour un spectacle de cirque ou au TAZ Roulodôme et Skatepark, où toute la famille peut pratiquer patin, planche et BMX en toute sécurité

En raft sur neige au Village Vacances Valcartier

Crédits photo © Google images

La descente de l’Himalaya
Offrez-vous la descente de l’Himalaya, un secteur de quatre pentes au dénivelé plus qu’appréciable, à près de 80 km/h à bord d’un radeau pneumatique pouvant transporter 12 personnes ou dans une simple chambre à air. Au Village Vacances Valcartier, il n’y a que l’embarras du choix quant aux pistes à dévaler!

Le repos du guerrier à Wendake
Chassées de leurs terres ontariennes par les Iroquois au XVIIe siècle, 300 familles huronnes s’installent en divers lieux autour de Québec avant de se fixer définitivement, en 1700, à La Jeune-Lorette, aujourd’hui Wendake. Le visiteur sera charmé par le village aux rues sinueuses de cette communauté amérindienne sur les berges de la rivière Saint-Charles.

L’Hôtel-Musée des Premières Nations
Le village huron-wendat de Wendake se trouve à peu de distance de Valcartier. Profitez-en pour passer la soirée à l’Hôtel-Musée des Premières Nations, et payez-vous un repas de découverte gastronomique au restaurant La Traite, une table inspirée de la gastronomie autochtone, où sont apprêtés avec finesse les fruits de la chasse, de la pêche et de la cueillette, et ce, dans un cadre qui intègre la tradition ancestrale et le design moderne et épuré.

Onhoüa Chetek8e
Dans ce lieu magnifique et impressionnant, vous terminerez avec classe votre journée. Onhoüa Chetek8e est une reconstitution d’un village huron tel qu’il en existait au début de la colonisation. On y retrouve l’aménagement du village avec ses maisons longues en bois et ses palissades. Le site a pour but de faire découvrir aux visiteurs le mode de vie et d’organisation sociale de la nation huronne-wendat.

Comment s’y rendre

Village Vacances Valcartier, 1860 boul. Valcartier, Valcartier, 418-844-2200 ou

888-384-5524, www.valcartier.com

En voiture : autoroute 73, boulevard de la Faune à gauche, boulevard Valcartier à droite.

Hôtel-Musée Premières Nations, 5 place de la Rencontre, Wendake,

418-847-2222 ou 866-551-9222, www.hotelpremieresnations.ca

En voiture : autoroute 73, route 369 Ouest.

Village Huron Onhoüa Chetek8e, 575 rue Stanislas-Koska, Wendake,

418-842-4308, www.huron-wendat.qc.ca

En voiture : autoroute 73, route 369 Ouest.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Les amis de la montagne ont 25 ans !

Crédits photo © Amis de la montagne

Repère géographique et historique, poumon de la Ville, oasis urbaine, haut lieu d’activités… Le mont Royal revêt une importance capitale pour les Montréalais. Et l’immense parc à la biodiversité étonnante ne serait sans doute plus le même sans la vigilance et le dévouement des Amis de la montagne, qui célèbrent leur 25e anniversaire cette année.

Fondé à l’initiative d’une coalition de citoyens s’opposant à la construction d’une tour sur la montagne, l’organisme accomplit une grande mission : d’une part, protéger et mettre en valeur le mont Royal; de l’autre, promouvoir l’engagement communautaire et sensibiliser le public à l’environnement.

Nous saluons le travail des Amis et encourageons ceux qui aiment la vie « comme sans auto » à faire un don ou à devenir bénévoles pour marquer les 25 ans de l’organisme. Soulignons par ailleurs que la grande soirée-bénéfice annuelle au profit du mont Royal, qui aura lieu le 16 février prochain, souffle ses 15 bougies cet hiver. Amateurs de sports d’hiver, vous êtes donc invités à vous rendre, raquettes aux pieds, à la Célébration des Tuques bleues.

Pour en savoir plus sur les nombreuses façons de soutenir les amis de la montagne >

Pour prendre part à la 15e Célébration des Tuques bleues >

 

Le Mont Sutton, une destination 100 % nature!

Crédits photo © Mont Sutton

La protection de la nature : l’essence même du ski au Mont Sutton
Année après année, le Mont Sutton reçoit de nombreux prix et éloges pour son concept unique de sous-bois. Sutton, c’est un rendez-vous avec la nature, de longues descentes où vous pourrez contempler des panoramas à couper le souffle, des activités pour tous, des moments réconfortants dans un des quatre chalets rustiques, un bar « après-ski » des plus chaleureux et de la neige à perte de vue !

Pour appuyer l’importance de planter des arbres afin d’aider à la régénération de la forêt, le Mont Sutton a récemment lancé une campagne sur Facebook, « J’aime – Je plante ». Un projet qui s’inscrit dans la démarche écoresponsable du Mont Sutton.

Jusqu’au 22 mars, le Mont Sutton s’engage à planter un arbre pour chaque nouveau fan de sa page Facebook. Adhérer au mouvement, c’est appuyer le Mont Sutton dans sa démarche de développement durable. Plusieurs « J’aime » feront donc une différence considérable sur la préservation de la nature.

En plus d’avoir plusieurs avantages pour la nature, les arbres sur la montagne permettent d’avoir du plaisir en ski! « Les arbres protègent du vent, de l’érosion du sol et de la fonte rapide de la neige au printemps, explique Luc Boulanger, directeur des opérations au Mont Sutton. Certaines années, mon père, Réal Boulanger, a même planté des centaines et des centaines d’arbres afin de préserver les sous-bois, ajoute-t-il. Avec J’aime – Je plante, c’est maintenant aux gens de nous appuyer dans nos démarches! » Notons aussi que le Mont Sutton a également concédé des terrains à la préservation de la nature.

Le Mont Sutton : un acteur sensible au développement durable
Le Mont Sutton contribue à la préservation de l’environnement et au développement durable en posant plusieurs gestes écoresponsables. À ce sujet, le Mont Sutton a reçu le Prix d’Excellence de l’Association des stations de ski du Québec « Environnement et développement durable » et a été finaliste aux Prix Phénix de l’environnement dans la catégorie « Protection et mise en valeur de l’environnement et des écosystèmes » pour son Festival d’automne. Le Mont Sutton a aussi été cité à plusieurs reprises comme étant l’une des stations les plus écologiques au Canada.

Extrait de texte tiré du communiqué du 25 janvier 2012 

Pour en savoir plus >

 

Le parc de la Gatineau et ses environs, joyaux hivernaux

Crédits photo © Google images

Le parc de la Gatineau
Reconnu pour abriter l’un des plus grands réseaux de pistes de ski de fond en Amérique du Nord, avec ses 200 km linéaires, le parc de la Gatineau (droit d’entrée; refuges et yourtes; stationnement, carte des sentiers, location de raquettes, toilettes, distributrices d’aliments et de boissons) a beaucoup à offrir : de superbes paysages, des pistes bien entretenues dont plusieurs sont aménagées pour le pas de patin, ainsi que plusieurs relais où il est possible de se reposer, de se réchauffer (poêle à bois) et de casser la croûte. On retrouve également quelque 45 km de sentiers de raquettes (un des sentiers mène à la caverne Lusk, vieille de plus de 12 500 ans). Parmi les autres activités proposées dans le parc, retenons la marche hivernale (3 sentiers totalisant 7,5 km), les randonnées en raquettes sous les étoiles et le camping d’hiver (secteur du lac Philippe).

Située en plein cœur du parc de la Gatineau, la station de ski alpin familiale Ski Camp Fortune (droit d’entrée; chalets, cafétéria, bar, boutique, casiers, location d’équipement) présente un dénivelé de 167 m. On y trouve 20 pistes dont 2 de calibre extrême à l’inclinaison importante. Une forêt mixte, d’ailleurs réputée pour ses essences rares, est traversée par les pistes de la station. Pour les  planchistes, Ski Camp Fortune offre deux parcs de planche à neige dont un pour les novices.

Station Mont Cascades
La charmante et familiale Station Mont Cascades (gratuit pour la raquette; droit d’entrée pour le ski alpin; chalet, cafétéria, casse-croûte, resto-bar, boutique, casiers, location d’équipement), située à Cantley, dispose d’une vingtaine de pistes de ski alpin dont plus de la moitié est de niveau intermédiaire. Le domaine skiable est damé et compte également un parc de planche à neige parsemé de divers modules, bosses et autres rampes qui rendent la glisse amusante et variée. Depuis le sommet du versant nord, le point de vue sur la rivière Gatineau et le centre-ville d’Ottawa est formidable. On y trouve un sentier de raquettes (4 km).

Edelweiss
À Wakefield, la station de ski Edelweiss (droit d’entrée; chalet, cafétéria, bar, boutique, location d’équipement) présente pour sa part un dénivelé de 200 m et offre aux skieurs et planchistes un domaine skiable pourvu d’un parc de planche à neige et dont les pentes sont accessibles (80%) en soirée. La station dispose aussi d’un important parc pour la glissade sur chambre à air, en activité le jour comme le soir.

Aventures Nordik
À Val-des-Monts, les sportifs qui souhaitent effectuer une randonnée d’une demi-journée à trois jours en traîneau à chiens se tourneront vers l’entreprise Aventures Nordik (droit d’entrée), qui initie les randonneurs aux techniques de conduite d’attelage.

Comment s’y rendre

Parc de la Gatineau, accueil Chelsea, 33 ch. Scott, Chelsea, 819-827-2020 ou 800-465-1867, www.capitaleducanada.gc.ca/gatineau

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, autoroute 5, chemin Old Chelsea à droite.

Ski Camp Fortune, 300 ch. Dunlop, Old Chelsea, 819-827-1717, www.campfortune.com

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, autoroute 5, chemin Old Chelsea à gauche.

Station Mont Cascades, 448 ch. du Mont-Cascades, Cantley, 819-827-0301 ou 888-282-2722, www.montcascades.ca

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, autoroute 5, route 105 Nord, route 307 Nord.

Edelweiss, 538 ch. Edelweiss, Wakefield, 819-459-2328, www.skiedelweiss.com

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, autoroute 5, route 105 Nord, route 366.

Aventures Nordik, 85 ch. Perdrix, Val-des-Monts, 819-671-7273, www.siberkan.com

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, montée Paiement à droite.

Tiré du guide Ulysse Les joies de l’hiver au Québec, par Julie Brodeur.

Des patinoires pour tous les goûts à Québec !

Crédits photo © Google images

Destination de choix pour les amateurs de plein air, la vaste région de Québec possède des attraits naturels fort riches et diversifiés, et plusieurs beaux parcs en parsèment le territoire. Si le cœur vous en dit, lors de votre séjour, vous aurez sûrement l’occasion de pratiquer plusieurs activités de plein air, entre autres le patin à glace.

Patiner aux portes du Vieux-Québec
Par les belles journées d’hiver, la place D’Youville offre un spectacle féerique avec la neige qui la recouvre, la porte Saint-Jean givrée, Le Capitole illuminé, les décorations de Noël suspendues à ses lampadaires et les patineurs. En effet, le centre de la place se pare d’une petite patinoire (entrée libre; location et aiguisage de patins sur place) qui reçoit les amateurs au son d’une musique d’ambiance. Si le courage vous manque pour embarquer dans la valse, vous pourrez toujours profiter du spectacle! Grâce à son système de réfrigération, la patinoire ouvre le plus tôt possible, soit vers la fin du mois d’octobre, et ferme le plus tard possible au printemps, pour permettre aux Québécois d’en profiter longtemps! Un vestiaire (apportez votre cadenas) où l’on trouve des toilettes permet aux gens de chausser leurs patins.

Patiner dans un jardin
Une belle patinoire (entrée libre; location de patins) qui s’étend sous les arbres est aménagée au Domaine Maizerets. On peut chausser ses patins et se réchauffer près du poêle à bois dans le petit chalet.

Patiner sur le site de la Pointe-aux-Lièvres
Venez découvrir les nombreuses possibilités de divertissement qu’offre le site. Patinez sur un sentier glacé et éclairé, d’environ 1,5 km ou sur une surface glacée . Glissez sur une pente d’environ 5 m de hauteur et marchez sur un sentier piétonnier éclairé de 7 km.

Comment s’y rendre

Patinoire de la place D’Youville, tout près de la porte Saint-Jean hors les murs, 418-641-6256, www.ville.quebec.qc.ca

Patinoire du Domaine Maizerets
, 2000 boul. Montmorency, 418-641-6335, www.domainemaizerets.com

En transport en commun : en partant près de la place D’Youville, autobus 53.

En voiture : en partant près de la place D’Youville, autoroute Dufferin-Montmorency vers le nord, sortie boulevard Henri-Bourassa vers l’ouest, rue de la Trinité à droite et avenue De La Vérendrye à droite.

Site des sports d’hiver de la Pointe-aux-Lièvres, 25 rue de la Pointe-aux-Lièvres, 418-691-4710, www.societerivierestcharles.qc.ca

En transport en commun : en partant près de la place D’Youville, autobus 3 et autobus 86 à l’angle des rues du Roi et de la Couronne.

En voiture : en partant près de la place D’Youville, côte d’Abraham, rue de la Couronne, autoroute 73 Nord, sortie 2, rue Lee à droite, rue de la Pointe-aux-Lièvres à gauche.

Tiré du guide Ulysse Ville de Québec.

Vivez des aventures hivernales avec AEQ !

Crédits photos © Aventure Écotourisme Québec

Aventure Écotourisme Québec (AEQ) est reconnue par le ministère du Tourisme comme étant l’organisme principal en matière d’aventure et d’écotourisme au Québec en accréditant les entreprises selon des critères rigoureux.Vous pouvez pratiquer une activité en tourisme d’aventure ou d’écotourisme en toute sécurité lorsque vous choisissez une entreprise qui est accréditée par Aventure Écotourisme Québec.

Traîneau à chiens
Spécialiste du traîneau à chiens depuis plus de 12 ans, Descentes Malbaie propose des sorties d’une demi-journée, d’une journée ainsi que des expéditions de 3 à 5 jours, qui vous feront découvrir l’arrière-pays montagneux ainsi que le parc national des Hautes-Gorges-de-la-rivière Malbaie en conduisant votre attelage de Huskies. Vous pouvez également coucher en refuge. De la mi-décembre à la fin mars.

Lieu : La Malbaie (Québec)
Téléphone : 418 439-2265
www.descentemalbaie.com

Raquette de montagne
La Vallée Bras du Nord, Coop de solidarité est un site exceptionnel à découvrir et est situé à 45 minutes de Québec à Saint-Raymond de Portneuf. Venez parcourir les sentiers de raquette, tous accessibles pour la pratique de la raquette en hiver (courte, moyenne ou longue randonnée), avec coucher en refuge, chalet ou en yourte. Un service de location de raquettes vous est également offert.

Lieu : Portneuf (Québec)
Téléphone : 418 337-3635
Sans frais : 1 800 321-4992
www.valleebrasdunord.com

Via ferrata des neiges
Fondé en 1989, l’Ascensation organise des forfaits d’aventure et d’animation de groupe en escalade intérieure, de rocher et de glace. Les activités d’aventure (via ferrata et tyrolienne) se déroulent au canyon Ste-Anne et au Parc d’aventure en montagne « Les Palissades de Charlevoix ». Activité d’aventure originale et unique au Canada, la via ferrata des neiges vous permettra de faire l’ascension d’une falaise en montagne de plus de 200 m de hauteur en tout sécurité ! Explorez les paysages entrecoupés de terrasses et de balcons ensevelis de neige offrant des vues panoramiques exceptionnelles. Une activité accessible à tous.

Téléphone : 418 647-4422
Sans frais : 1 800 762-4967
www.aventurex.net

En tant que membre de Communauto, vous bénéficiez d’une escompte de 10 % sur l’achat de chèques-cadeaux chez AEQ. Profitez dès maintenant de votre rabais !

 

Entre Cîmes et Racines, des écogîtes en forêt

Crédits photos © Trip Advisor

Amoureux de la nature à la recherche de détente et de dépaysement, ressourcez-vous dans l’un des 11 écogîtes d’Entre Cîmes et Racines ! Situé à une heure de Montréal, ce domaine de 175 acres vous accueillera avec un concept de chalets en forêt tout à fait fascinant.

Faites la découverte du Troglo, premier habitat troglodytique (sous terre) en location au Québec. Inspiré du merveilleux monde de Tolkien, auteur du Seigneur des Anneaux, le Troglo vous émerveillera avec ses ouvertures circulaires, son toit végétal t son intérieur en pierre et en bois. Entièrement équipé, le Troglo peut accueillir une petite famille de hobbits avec sa salle à manger, la cuisinette et la chambre aménagées dans une même grande pièce.

Des activités 
Le domaine vous offre également des activités en tout genre, golf, ski de fond, cyclisme, randonnée en forêts, observation de la faune, raquette, dont le fameux labyrinthe en forêt. Cet étonnant labyrinthe composé d’environ 4 kilomètres de corridors a été créé dans une forêt de conifères pour vous faire vivre une excitante aventure. Tout au long du parcours, vous aurez la chance de découvrir quelques énigmes !

Des services
Pour votre confort, vous pourrez également avoir accès à plusieurs services comme le stationnement gratuit, des cuisines toute équipées pour cuisiner, un foyer extérieur et une table à pique-nique, des toilettes sèches à proximité, du bois de chauffage et de l’eau potable, des douches, des produits d’entretien biodégradable et un accès à Internet au chalet principal, le Campanile.

Des privilèges
Pour ceux et celles qui voudrait planifier leur séjour, sachez qu’en tant qu’abonné de Communauto, vous bénéficiez d’un rabais de 10 $ par nuitée sur le coût d’une réservation pour tous les écogîtes.

Pour plus d’information sur cette offre >

 

Le pont suspendu du Parc de la gorge de Coaticook

Crédits photos © Google images

Le Parc de la gorge de Coaticook protège une portion de la rivière Coaticook où une gorge impressionnante atteint par endroits jusqu’à 50 m de profondeur. Des sentiers sillonnent tout le territoire, permettant aux visiteurs d’apprécier la gorge sous tous ses aspects. La passerelle suspendue, qui a réussi à en faire frissonner plus d’un, traverse la gorge tout en la surplombant.

Entrée : payante
Services : restaurant
Chiens : acceptés si tenus en laisse
Activités sur place : randonnée pédestre, pique-nique, équitation, vélo de montagne, ornithologie, glissade, raquette, patinage

Des États-Unis aux Cantons-de-l’Est
La gorge de Coaticook est une formation géologique très spectaculaire. Mesurant 750 m de long avec des parois de 50 m de haut, elle reçoit les eaux tumultueuses de la rivière Coaticook. Cette rivière coule sur une distance de 47 km, soit du lac Norton, aux États-Unis, jusqu’à la rivière Massawippi et la rivière Saint-François.

L’un des plus longs ponts piétonniers suspendus au monde
Le réseau de sentiers de randonnée pédestre est composé de trois boucles (3 km, 7 km et 10 km). Les sentiers, faciles et agréables, conduisent aux principaux attraits du parc, le pont suspendu étant le clou du spectacle. Haut de 50 m et long de 169 m, c’est l’un des plus longs ponts piétonniers suspendus au monde! Les câbles de soutien, d’un diamètre de 5 cm, font près de 200 m de long. À ceux qui souffrent de vertige, il faut dire que ce pont peut supporter 1 000 personnes de 72 kg!

Des sentiers de découverte
Le long des sentiers, des panneaux d’interprétation (nature, histoire) guident le randonneur dans ses découvertes. Des kiosques informatifs portant sur la botanique et la minéralogie permettent d’en apprendre davantage sur ces sciences. Outre le pont suspendu, le visiteur découvrira la centrale hydroélectrique, la marmite, la grotte, la réplique d’un village abénaquis ainsi que deux tours d’observation, d’où la vue sur la municipalité de Coaticook et les superbes vallées environnantes est des plus splendides. Bien aménagé et comptant de jolis petits sentiers, le parc plaît beaucoup aux enfants.

Comment s’y rendre
Parc de la gorge de Coaticook, 135 rue Michaud ou 400 rue St-Marc, Coaticook, 819-849-2331 ou 1 888-524-6743, www.gorgedecoaticook.qc.ca

En voiture : autoroute des Cantons-de-l’Est (10), puis autoroute 55 Sud.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Un nouveau partenariat pour partir à l’aventure !

Bonne nouvelle pour nos abonnés : Communauto et Aventure Écotourisme Québec (AEQ) ont noué, juste à temps pour les fêtes, un partenariat vous donnant droit à un rabais de 10 % sur l’achat de chèques-cadeaux en ligne.

AEQ regroupe des entreprises offrant des activités d’écotourisme et de tourisme d’aventure partout au Québec. Il ne fait aucun doute que vous trouverez l’activité parfaite, parmi les dizaines d’aventures proposées, pour combler l’être cher – qu’il soit un néophyte ou un amateur averti. Sur l’eau ou sur terre, en été comme en hiver, les forfaits d’AEQ permettent de s’évader le temps de quelques heures ou même de quelques jours. Dépaysement garanti !

Il faut absolument visiter le site de l’AEQ pour constater à quel point le Québec est un paradis pour les amoureux de plein air et d’aventure. Raid en traîneau à chiens, écocroisière, luge d’eau, kayak de mer, randonnée pédestre et équestre, escalade de rocher, spéléologie, pêche blanche, course aventure… ce n’est là qu’un aperçu de ce qui vous attend !

Profitez de notre rabais exclusif dès maintenant >

Concours : Les joies de l’hiver avec Ulysse !

Crédits photos © Ulysse © Google images

Le concours est maintenant terminé. Merci de votre participation !
Félicitations aux gagnants(es) : Mme Claire Dufour, Mme Christine King, Mme Diane Théberge, M. François Malo et M. Jean-Pierre Forget.

Vous êtes de ceux qui hibernent en hiver, le temps froid vous fige sur place, vous êtes à court d’idées quand vient le temps de planifier les congés ? Découvrez les joies de l’hiver avec Ulysse !

Le guide Les joies de l’hiver au Québec, conçu autant pour les personnes qui apprécient la blanche saison que pour celles qui pestent régulièrement contre l’hiver ou en nient carrément l’existence, propose plus d’une cinquantaine d’escapades hivernales dans toutes les régions du Québec, des escales douillettes, des pauses gourmandes et une foule de petits bonheurs hivernaux pour passer de beaux moments en famille ou entre amis.

Pour participer au concours et gagner l’un de 5 guides Les joies de l’hiver au Québec :

1. Consultez le sommaire et notez deux activités proposées dans le livre auxquelles vous vous adonnerez cet hiver !

Consultez le sommaire ici >
Feuilletez un extrait du livre ici >

2. Écrivez vos deux activités dans les champs à cet effet

3. Inscrivez-vous avant le 15 décembre 2011

Les prix sont d’une valeur de 14,95 $ chacun.
Bonne chance à tous !

Au Diable Vert, du camping pour tous les goûts !

Crédits photos © Google images

Le camping Au Diable Vert est situé à proximité du joli village loyaliste de Sutton, avec ses boutiques, ses ateliers d’artistes et d’artisans, sa boulangerie, sa chocolaterie et ses bonnes tables. Le lieu est une oasis de paix enchâssée dans une belle forêt à l’orée de laquelle s’offre une vue magnifique sur les monts Sutton, Owl’s Head et Jay Peak.

Horaire : toute l’année
Heure de départ : 14h
Nombre d’emplacements : 35
Tarif journalier : 9$ à 28$
Services : prêt-à-camper, animaux domestiques admis, recyclage, accès Internet

Une station de montagne
Cette très belle station de montagne de 81 acres nichée à 300 mètres d’altitude propose aux campeurs des appartements équipés, des refuges dans les arbres (sans commodité) et un minuscule terrain de camping pour tentes. Les emplacements sont ombragés, bien espacés les uns des autres, et procurent toute l’intimité dont on rêve.

Des activités de plein air
Les amateurs de randonnée apprécieront le réseau de sentiers de 14 km qui communique avec le Sentier de l’Estrie. Plusieurs activités sont proposées sur place, dont le kayak sur la rivière Missisquoi, la pêche, le vélo et la randonnée, avec guides ou non, en plus des ateliers de photographie et de mycologie (champignons) et des cours d’équitation.

Du camping d’hiver
Ouverte toute l’année, la station permet également la pratique du camping d’hiver au cœur d’un réseau de pistes de ski de randonnée et de sentiers de raquettes. L’accès aux emplacements se fait à pied. Des brouettes sont disponibles pour le transport du matériel, et l’on peut aussi faire livrer son matériel en VTT ou en motoneige pour le coût de 10$. Six toilettes sèches se trouvent sur le terrain. Les emplacements qui portent les numéros de 5 à 20 et de 28 à 33 sont situés en bordure de la forêt et jouissent de la plus belle vue. Cieux étoilés et levers de soleil splendides.

Comment s’y rendre

Au Diable Vert, 169 chemin Staines, Glen Sutton, 450-538-5639, www.audiablevert.qc.ca

En voiture de Montréal : autoroute 10, sortie 68, route 139 Sud jusqu’à Abercorn, à gauche dans la rue Église, à droite dans le chemin Scenic, à gauche au stop dans le chemin de la vallée Missisquoi et à gauche dans le chemin Stairnes.

En voiture de Québec : autoroute 20 Ouest, sortie 173, puis autoroute 55 Sud, autoroute 10, sortie 106, route 245 Sud direction Mansonville, route 243 Sud direction Mansonville, route 105 en direction de Glen Sutton, chemin Staines à droite.

Tiré du guide Ulysse 100 campings coups de cœur au Québec, par Louise Gaboury et Louise Gagnon.

 

Sortie familiale aux Vergers Denis Charbonneau

Crédits photos © Google images

Si vous allez cueillir des pommes aux Vergers Denis Charbonneau, au pied du mont Saint-Grégoire, ne soyez pas surpris si le stationnement dans le rang de la Montagne déborde loin dans le champ. Mais qu’est-ce qui amène autant de gens ? Après tout, ce ne sont pas les vergers qui manquent dans ce secteur entre Montréal et Granby. La réponse est simple: il y a beaucoup plus que la cueillette de pommes.

Navette : gratuite
Services : maison hantée, boutique, restaurant, petite ferme, aire de jeux
Saison : fin juillet à fin octobre

Activités sur place : autocueillette, pique-nique, maison hantée, dégustations, observation des animaux et aire de jeux.

Navette
À l’entrée des vergers, un petit resto charmant et rustique abrite sous le même toit la boutique où l’on vend des produits maison, comme des tartes, des confitures et des gelées. Notre suggestion : les crêpes aux asperges, avec jambon et sauce béchamel. Avec un mousseux du Fermier, fait à la cidrerie des Charbonneau, c’est délicieux.

Aux portes du resto, une navette se rend aux vergers toutes les 15 minutes. Il s’agit de voitures tirées par un tracteur ou encore d’une charrette avec chevaux. Le trajet passe en plein cœur des vergers. Les pommiers s’étendent à perte de vue, dominés par le mont Saint-Grégoire.

La navette s’arrête au Relais du verger, un grand bâtiment avec une aire de jeux pour les enfants à côté. De là, vous entrez dans le verger avec vos sacs, pour les remplir de pommes.

Attraits pour enfants
À deux pas se dresse la Maison hantée. Des enfants entrent, d’autres hésitent. Ceux qui sortent se font peur et en rient.
Une petite ferme abrite chèvres, lapins et autres animaux. Dans un étang s’ébattent oies et canards. Entre les bâtiments, glissoires et balançoires font la joie des enfants. Pour une sortie en famille, c’est génial.

Comment s’y rendre

Vergers Denis Charbonneau, 575 rang de la Montagne, Mont-St-Grégoire,
450-347-9184, www.vergersdc.qc.ca

En voiture : autoroute des Cantons-de-l’Est (10), sortie 37, et route 227 Sud; de là, suivre les indications inscrites sur les panneaux routiers bleus.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Saga cité poursuit sa tournée !

Organisme indépendant, Vivre en Ville croit fermement que l’amélioration de notre qualité de vie et la préservation de notre environnement passent par l’urbanisme et par un aménagement optimal du territoire. Leur plus récent projet, Saga Cité, place les collectivités au cœur de la lutte contre les changements climatiques et s’inscrit dans une démarche d’information et d’action.

La tournée Saga Cité fait le tour du Québec depuis le printemps pour présenter son court métrage d’animation éponyme et pour inviter les citoyens à débattre de solutions adaptées à leur milieu. Communauto est heureuse de contribuer à faire connaître un projet qui propose des choix concrets et aborde des thèmes qui nous touchent tous comme la densité, la mixité, l’accessibilité, les transports collectifs et actifs… En septembre, la tournée Saga Cité s’arrête dans le village de Brome et dans la ville de Gatineau. Ne la manquez pas!

Visitez le www.sagacite.org pour visionner le court métrage Saga Cité et faire partie de la solution.

 

En ville… autrement !

L’événement, qui durait au départ un jour, s’étend maintenant sur une semaine et plus d’un millier de villes y participent de par le monde. De quoi s’agit-il ? On l’appelle « Semaine des transports collectifs et actifs » à Gatineau et à Québec, et « En ville sans ma voiture » à Montréal. C’est une programmation éclectique et emballante qui vise à nous sensibiliser tous aux effets néfastes de l’auto solo sur la qualité de vie en ville. Mais plus encore, c’est une ribambelle d’activités qui ont pour but de promouvoir des solutions de rechange.

Que vous souhaitiez démystifier les transports collectifs et actifs ou simplement montrer votre adhésion à ce mouvement international, Communauto vous encourage à prendre part à l’événement. C’est le moment de vous accorder une petite pause plaisir et réflexion en cette rentrée automnale !

Voici un aperçu des activités qui auront lieu au Québec :

Montréal (du 19 au 23 septembre)

– Communauto et la nouvelle Leaf 100 % électrique;
– La formation Arcade Fire en concert et de nombreuses autres prestations;
– Du cinéma, des ateliers et des conférences;
– Du yoga et du tai-chi à ciel ouvert;
– Des concours, des cadeaux et des activités dans plusieurs arrondissements.

Québec (du 16 au 22 septembre)

– Des métamorphoses ludiques d’espaces de stationnement;
– La grande randonnée à vélo « J’EMBARQUE »;
– Le Défi de la Journée sans voiture;
– Des activités sportives, des spectacles et de l’animation dans Saint-Roch.

Gatineau (du 16 au 22 septembre)

– Une compétition amusante entre différents modes de transport;
– Des métamorphoses ludiques d’espaces de stationnement;
– Le Défi sans auto;
– Des rallyes locaux pour découvrir le transport durable dans son quartier.

 

Au fil de l’eau dans le parc de la Rivière-des-Mille-Îles

Crédits photos © Bougex_Google images

Pour explorer l’archipel marécageux du parc de la Rivière-des-Mille-Îles, dans le quartier Sainte-Rose à Laval, il n’y a rien comme une petite embarcation. Un canot ou un kayak convient très bien, mais si vous craignez d’y prendre place, louez alors un pédalo. Vous parcourrez moins de distance, mais vous pourrez tout de même découvrir quelques îles. Du quai de location, mettez le cap vers l’ouest, histoire de foncer tout de suite contre le courant et le vent, plutôt qu’en fin de journée quand vous êtes fatigué. Vous passerez alors dans un tunnel, sous la rue qui mène à l’île Gagnon.

Entrée : gratuite

Service de location : canots, pédalos, kayaks simples ou tandems, chaloupes, rabaskas de 12 places

Autres services : aires de pique-nique, centre d’interprétation de la nature
Circuits nautiques : 20 km
Sentiers pédestres : 5 km

Activités sur place : kayak, pédalo, pique-nique, randonnée guidée en rabaska, croisières en ponton, pêche

Parcours

En longeant les côtes de l’île, vous vous retrouverez devant l’immense maison de Céline et René. En kayak comme en pédalo, des promeneurs s’arrêtent un instant devant, sur la rivière. À vrai dire, comme on ne voit pas grand-chose et qu’il n’y a à peu près jamais personne sur le terrain, la halte est de courte durée. Ne manquez pas d’aborder dans l’île Kennedy, juste au nord. Quel endroit magnifique pour faire une halte! On a aménagé une aire de pique-nique, en laissant de gros arbres en guise de parasol. Apportez une couverture, car il y a seulement quelques tables.

Petit chenal

En mettant à nouveau le cap vers l’ouest, il faut remonter vent et courant dans le tout petit chenal entre l’île Kennedy et l’île aux Fraises. Heureusement, il y a seulement quelques mètres à parcourir avant de s’engouffrer dans l’entrée de la passe étroite.

Le long de ce chenal paisible, aux abords de l’île des Juifs, vous croisez le secteur d’une plante rare et particulière à la région, comme l’indique la carte du parc. Il s’agit de la lézardelle penchée, reconnaissable par ses feuilles en forme de cœur et sa tige rappelant le bambou. Peu après une hutte de castor se trouve une épave énigmatique. Selon la description qu’en fait la carte du parc, certains croient qu’il s’agit d’un bac ayant servi au transport de matériaux de construction, mais d’autres prétendent que ce fut une scène d’orchestre flottante.

Passerelle

En sortant du petit chenal, longez l’île des Juifs jusqu’au quai. Un sentier mène à une passerelle surplombant un marais. Pour éviter d’être harcelé par les moustiques, enduisez-vous de répulsif à la citronnelle.

Regardez bien autour de vous, car vous pourriez voir des choses étonnantes. Peut-être apercevrez-vous des grands pics en train de picorer sur de vieux érables morts. Dans les arbres sont accrochés des abris à chauve-souris, un peu à la manière des cabanes d’oiseaux.

Retour sans détour

Pour revenir, mettez le cap vers le sud, sans détour. Puis empruntez le chenal entre l’île Gagnon et la terre ferme. Les berges sont bordées de saules et de végétation aquatique. Ce jardin sauvage est un pur ravissement, jusqu’au dernier coup d’aviron.

 

Comment s’y rendre

Parc de la Rivière-des-Mille-Îles, 345 boul. Ste-Rose, Laval,

www.parc-mille-iles.qc.ca

En voiture : autoroute 15 Nord, sortie 16 (à droite), puis boulevard Sainte-Rose (1 km à l’est).

En transport en commun : métro Cartier, puis autobus 73 de la Société de transport de Laval (STL).

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers

 

L’accueillante plage d’Oka, à un jet de pierre de Montréal !

Crédits photos © Sepaq

Une longue étendue de sable fin se prête généralement bien à la promenade, au volleyball ou simplement au bain de soleil, une pratique courante chez les estivants qui visitent le parc national d’Oka et sa célèbre plage.

Autres activités : baignade, randonnée pédestre, camping


Au lac des Deux Montagnes

La plage est située sur les rives du lac des Deux Montagnes, convergence des rivières des Mille-Îles et des Outaouais, dont une partie se déverse aussi dans le fleuve Saint-Laurent. On peut aussi y louer des canots, des planches à voile et des pédalos. Une aire de pique-nique, une salle à manger et des toilettes sont évidemment disponibles, et pour ceux qui auraient oublié leur maillot de bain, une petite boutique principalement axée sur les accessoires de plage y est aussi aménagée.

En camping ou en « glamping »

Et comme le parc national d’Oka compte par ailleurs de très beaux emplacements de camping, pourquoi ne pas en profiter et y passer la nuit, dans votre tente ou dans une des quatre tentes Huttopia offertes en location? Il faudra seulement vous arrêter au marché local, à Oka (quelques kilomètres après le parc), question de vous pourvoir en nourriture. Agréable et dépaysant !

Les frais de location pour les tentes Huttopia sont pour un séjour d’au moins deux nuitées les fins de semaine, avec frais en supplément pour la literie. N’oubliez pas votre nourriture et une bonne bouteille de vin ! Comme le parc dispose de plusieurs milieux humides et autres marécages, il est tout à fait pertinent de prévoir une bonne lotion chasse-moustiques.

Sur le sentier du Calvaire d’Oka

Pour ceux que quelques heures de plage suffisent, un beau sentier de randonnée pédestre de 4,5 km est aussi tracé dans le parc : le sentier du Calvaire d’Oka. Il s’agit d’un ancien chemin de pèlerinage bordé d’un chemin de croix qui mène à un calvaire. Au sommet du sentier, trois chapelles impressionnent par leur emplacement… De là haut, la vue est splendide: on peut apercevoir toute l’étendue du lac des Deux Montagnes.

Comment s’y rendre

Parc national d’Oka, 2020 chemin d’Oka, Oka, www.sepaq.com/pq/oka

En voiture : à partir de Montréal, suivez l’autoroute 15 Nord, et une vingtaine de kilomètres plus loin, prenez l’autoroute 640 Ouest (l’autoroute se termine littéralement dans le parc national d’Oka !). Il vous suffit de continuer tout droit!

En transport en commun : à la Gare centrale de Montréal, prenez le train de banlieue sur la ligne Montréal/Deux-Montagnes jusqu’à la gare de Deux-Montagnes, puis l’autobus qui se rend aux portes du parc national d’Oka, soit l’Express d’Oka.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

 

L’équipe S.W.A.P. au Piknic Electronik

Crédits photo © Équipe S.W.A.P.

L’équipe S.W.A.P. est de retour avec un nouvel événement d’échange de vêtements ! 

Venez échanger vos vêtements du 3 au 5 septembre prochain au Piknic Électronik à Montréal, lors de l’événement Déshabille-toi. Lors de cette édition spéciale sous le thème « J’aime Piknic-er », vous pourrez y dénicher tout le week-end des vêtements uniques, le tout, en plein air sur le rythme de DJ renommés.

L’Équipe S.W.A.P. est un organisme à but non lucratif fondé pour encadrer l’organisation des événements Take Off Your Clothes et Déshabille-toi. En mettant en valeur le partage comme antidote à la surconsommation, l’Équipe S.W.A.P. participe à la prise de conscience des ressources humaines et naturelles impliquées dans la création, le transport et la mise en marché des produits de masse.

Pour faire le dépôt de vos vêtements :  le 3 septembre de 16 h à 20 h
Rendez-vous pour l’échange : le 4 et le 5 septembre de 16h à 20 h

Tous les vêtements restants seront donnés à l’organisme Renaissance.

Pour vous y rendre >

Pour en savoir plus >

 

Concours Entre Cîme et Racines : gagnez une nuitée en forêt

Le concours est maintenant terminé.
Merci de votre participation !

Vous êtes amoureux de la nature ? Vous rêver de vous endormir aux cîmes des arbres ? Participez à notre concours, vous courrez la chance de gagner une nuitée dans un écogîte d’Entre Cîmes et Racines, une valeur de 110 $.

À une heure de Montréal, dans les Cantons-de-l’Est, les 11 écogîtes d’Entre Cîmes et Racines favorisent la détente, l’évasion et un contact unique avec la nature. Décrochez et ressourcez-vous en toute saison sur un domaine forestier de 175 acres.

Pour participer
Inscrivez-vous avant le 31 août 2011.

Voir les règlements du concours.

La Voie maritime à vélo

Crédits photo : David McDougall

50 km / 4 à 5 heures
Rouler le long de la Voie maritime, quel bonheur! Loin des voitures, loin du vacarme de la ville, sans devoir mettre le pied à terre sur 10 km… Voici donc une balade sur la longue bande de terre, située en plein Saint-Laurent, entre Montréal et la Rive-Sud. Un parcours pour ceux qui veulent se délier les jambes et respirer l’air du large.

 

Itinéraire

Boucle à partir de la station de métro Square-Victoria, en passant par Verdun (île des Sœurs), puis la piste de la Voie maritime et enfin l’île Notre-Dame, avant de rejoindre Montréal par le pont de la Concorde.

À partir du square Victoria, empruntez la rue McGill vers le fleuve (sud). Rue de la Commune, empruntez la piste cyclable à droite. Roulez un peu plus de 200 m jusqu’à un petit pont que vous devez traverser en continuant de suivre la piste. Quelque 500 m plus loin, la piste cyclable se sépare en deux : prenez à droite. Vous longerez bientôt le canal de Lachine, bordé par une des plus belles pistes cyclables de Montréal.

Comptez un peu plus de 2 km avant d’arriver à un petit pont pour piétons, sur votre droite, qui traverse le canal de Lachine. Tournez à gauche en suivant le marquage au sol, qui suit tour à tour l’avenue Atwater, la rue Saint-Charles et la rue D’Argenson. Après avoir tourné à droite dans D’Argenson, comptez environ 600 m avant de tourner à gauche dans la piste cyclable de la rue Henri-Duhamel.

Roulez un peu plus de 600 m, jusqu’au bout de la rue Henri-Duhamel. Prenez la piste qui part à gauche, vers l’île des Sœurs. Roulez environ 1,4 km sur la piste avant d’arriver à un rond-point.

Au rond-point, continuez tout droit (en longeant le boulevard de l’Île-des-Sœurs) et suivez les indications vers l’estacade du pont Champlain.

Environ 500 m plus loin, à un second rond-point, prenez à gauche la piste cyclable qui longe le boulevard René-Lévesque. Moins de 1 km plus loin, tournez à droite en direction de l’estacade du pont Champlain.

Une fois l’estacade traversée, prenez la piste cyclable de la Voie maritime à droite.

Roulez environ 10 km sur la piste cyclable de la Voie maritime. Prenez à gauche le petit pont qui se rend à Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud. Roulez tout droit un peu plus de 300 m.

Boulevard Marie-Victorin, prenez la piste cyclable à gauche. Roulez un peu moins de 7 km, jusqu’à une passerelle qui traverse la route 132, que vous devez emprunter. De l’autre côte de la route 132, prenez la piste cyclable à gauche. Environ 1,4 km plus loin, à la fourche, prenez la piste à gauche.

Un peu plus de 1 km après la fourche, boulevard Matte, prenez la piste cyclable à gauche. Vous reconnaîtrez ce boulevard au terre-plein qui sépare les voies. Suivez cette piste sur environ 6 km, en longeant plus ou moins le fleuve. À un moment, la piste bifurque vers la droite, boulevard Simard, et croise la rue Riverside. Tournez à gauche dans la rue Riverside. Une piste cyclable se trouve sur le côté nord de cette large rue.

Roulez environ 2 km dans la rue Riverside, jusqu’à une fourche. Prenez à gauche la piste qui emprunte la passerelle au-dessus de la route 132. De l’autre côté, faites environ 200 m jusqu’à la passerelle du pont Victoria, que vous traverserez.

De l’autre côté, empruntez à droite la piste cyclable, qui longe le fleuve et passe sous le pont Victoria. Vous roulez ici sur l’île Notre-Dame. Les pistes cyclables s’entrecroisent dans un fouillis inouï dans l’île. Suivez cette simple règle : gardez votre gauche. Vous roulerez par moments sur le circuit Gilles-Villeneuve et devrez reprendre la piste à gauche.

Après avoir croisé le pont Victoria, comptez moins de 2 km avant d’atteindre le pont des Îles, qui mène en fait au pont de la Concorde. Empruntez-le sur environ 1 km avant d’atteindre l’île de Montréal.

Une fois sur la terre ferme, continuez sur la piste cyclable. Roulez environ 1 700 m jusqu’à une fourche : prenez à droite. Roulez environ 700 m et passez le pont. À quelques coups de pédales de là, rue McGill, prenez à gauche. À environ 800 m se trouve la station de métro Square-Victoria.

Comment s’y rendre

En voiture : la station de métro Square-Victoria se trouve au cœur du Quartier international de Montréal. Dans les environs de la station, plusieurs stationnements payants sont disponibles.
En transport en commun : il est possible de transporter son vélo dans le métro jusqu’à la station Square-Victoria.

Tiré du guide Ulysse Balades à vélo à Montréal, par Gabriel Béland.

Du cap Tourmente au Massif

Crédits photo : Bonjour Québec

Tout de suite après la Côte-de-Beaupré, dans la région de Québec, commencent « les Caps », une formation géologique élevée qui a ceci de particulier qu’elle plonge directement dans le fleuve 800 m plus bas. Parcourez cette crête montagneuse à pied pendant quatre jours, pour le plaisir des sens, tout simplement !

Le sentier des Caps dans les nuages

La très belle région de Charlevoix attire les randonneurs avec son magnifique sentier des Caps. De Saint-Tite-des-Caps à Petite-Rivière-Saint-François, le sentier couvre 51 km sur des sommets de 500 m à 800 m d’altitude. Des refuges et des emplacements de camping parsèment le parcours et permettent de prendre le temps qu’on veut pour y déambuler. Il est à noter que ses dénivelés importants conviennent surtout aux marcheurs aguerris. Les vues qui s’ouvrent sur le fleuve tout au long du tracé, et particulièrement depuis les belvédères aménagés, sont littéralement époustouflantes.

Du cap Tourmente, paradis des oiseaux…

La réserve nationale de faune du Cap-Tourmente est un lieu pastoral et fertile dont les battures sont fréquentées chaque année par des nuées d’oies blanches (également connues sous le nom de «grandes oies des neiges»). Les oies s’y arrêtent pendant quelque temps, en automne et au printemps, afin de reprendre les forces nécessaires pour continuer leur voyage migratoire. La réserve dispose d’installations qui permettent de les observer. Au moins 250 autres espèces d’oiseaux et 45 espèces de mammifères y vivent.

…au Massif de Petite-Rivière-Saint-François

Un beau parcours est celui qui débute dans la réserve nationale de faune du Cap-Tourmente, et qui se termine, quatre jours plus tard, au sommet du Massif de Petite-Rivière-Saint-François. Les trois nuitées se passent en refuge rustique, et l’organisme qui gère le sentier s’occupe de transporter votre véhicule du point de départ au point d’arrivée. Plus précisément, au premier jour, on part de la réserve nationale de faune du Cap-Tourmente, pour terminer la journée 7,4 km plus loin, au refuge de La Faille. Le deuxième jour, on parcourt 8,6 km jusqu’au refuge du Cap Gribane. Le troisième jour est le plus ardu, avec 13,7 km à franchir jusqu’au refuge du Cap du Salut. La dernière et quatrième journée mène au sommet du Massif de Petite-Rivière-Saint-François en 9,3km, pour un total de 40 km. Une agréable promenade !

Une récompense bien méritée

Question de se récompenser après quatre jours de marche et quelques sommets plus tard, on descend à l’Auberge La Courtepointe, située tout près du Massif. L’aménagement général est très accueillant et sympathique. La table est bonne et le petit déjeuner particulièrement délicieux. Une belle collection de tableaux et la magnifique vue du fleuve agrémentent le lieu, ce qui termine en confort une excursion sur un des plus beaux sentiers de randonnée pédestre au Québec.

Comment s’y rendre

Sentier des Caps de Charlevoix, 2 rue Leclerc (angle route 138), Saint-Tite-des-Caps, www.sentierdescaps.com
Réserve nationale de faune du cap-Tourmente, 570 ch. du Cap-Tourmente, Saint-Joachim, www.captourmente.com
En voiture : à partir de Québec, prenez la route 138 Est. Suivez les indications vers Sainte-Anne-de-Beaupré et continuez jusqu’à Saint-Tite-des-Caps. L’accueil se trouve sur votre gauche, à l’angle de la rue Leclerc et de la route 138.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Au fil de la Châteauguay

Crédits photo © Tourisme Suroît

Connaissez-vous l’île Saint-Bernard ? L’on débarque sur cette île en prenant la navette fluviale du Lac Saint-Louis au départ de Lachine à Montréal. Une fois à bord l’aventure commence !

Prenez la direction de cette île aux mille et une découvertes ! Située dans le delta de la sinueuse rivière Châteauguay, l’île Saint-Bernard est un site protégé des plus inattendus à quelques pas de Montréal. Le refuge faunique, les sentiers de randonnées propices à l’ornithologie, le théâtre d’été, les balades en ponton, le bistrot aux saveurs régionales, le verger ou encore les visites avec le meunier autour de l’ancien moulin assurent le dépaysement !

Balade en ponton sur la rivière : prenez place à bord du Héron bleu en compagnie d’un guide naturaliste expérimenté d’Héritage Saint-Bernard qui animera, du 18 juin au 25 septembre, une fascinante excursion sur la rivière Châteauguay d’une durée d’environ une heure quinze. La balade retrace de façon originale les principaux attraits de la région et révèle des bribes de son histoire.

Les Secrets de l’île pour les passionnés d’histoire et les curieux de nature. Tous les dimanches d’été, vous êtes invités à venir rencontrer le meunier Joseph Primot et sa femme qui vous feront revivre un passé des plus colorés.

Refuge faunique Marguerite-D’Youville. Les sentiers se parcours aussi avec un audioguide qui agrémente la visite des sentiers du refuge. Voilà une façon facile d’en apprendre sur l’histoire, l’environnement, la faune et la flore ainsi que sur l’archéologie de l’île Saint-Bernard.

Pour plus d’information, rendez-vous au www.balades.ca/au-fil-de-la-chateauguay/excursion_dun_jour

Accès via la navette fluviale du lac Saint-Louis reliant Châteauguay et Lachine.

 

Poursuivez votre balade au fil de la Châteauguay ! Sur votre route :

Lieu historique national de la Bataille-de-laChâteauguay : le 26 octobre 1813, les troupes canadiennes commandées par Charles-Michel de Salaberry remportent une importante victoire sur l’armée d’invasion américaine du général Wade Hampton. Visitez le site théâtre de cet affrontement.

Kayak Safari : explorez en kayak la rivière Châteauguay et soyez charmé par la nature de cette rivière sinueuse aux rives verdoyantes. Idéal pour les novices.

Maison Lepailleur : construite en 1792, la maison abrite un musée qui présente des expositions d’arts et d’histoire en plus d’offrir des visites commentées sur le thème de l’histoire et la culture du Bas-Canada.

Formule séjour couple

Excursion en kayak sur la rivière Châteauguay avec Kayak Safari
+ 1 nuitée au Manoir D’Youville (île Saint-Bernard)
+ 3 repas
À partir de 70$ (par personne en occupation double + taxes)

Sinueuse et paisible rivière pour expédition romantique…

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/au-fil-de-la-chateauguay/sejour_couple

Formule séjour Famille

Croisière en ponton
+ Visite guidée Les secrets de l’île
+ 1 nuitée au Manoir D’Youville (île Saint-Bernard)
+ 3 repas
À partir de 135$ (par famille + taxes)

Moussaillon, vous débarquez sur l’île des aventures ! Découvrez les Secrets de l’île Saint-Bernard (visite historique guidée avec le meunier) et faites une excursion en ponton sur la rivière Châteauguay.

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/au-fil-de-la-chateauguay/sejour_famille

Le Parc de la Gatineau s’ouvre à vous !

Crédits photo : Tourisme de l'Outaouais

Cet été encore, Communauto a le plaisir de vous offrir le Parc de la Gatineau ! En effet, des laissez-passer saisonniers se trouvent dans tous nos véhicules de Gatineau ainsi que dans certains des véhicules de Vrtucar à votre disposition à Ottawa. N’attendez plus et profitez tout à fait gratuitement des attraits du Bouclier canadien à seulement 15 minutes du Parlement !

Détente à la plage, baignade, observation de la faune et de la flore, randonnées à pied, à vélo et en patins, escalade… amusez-vous! Et si jamais ce laissez-passer vous donne envie de faire durer le plaisir, sachez que trois sites de camping vous permettent de louer des espaces pour passer la nuit en pleine nature, notamment au Lac Philippe, dont nous vous avons parlé précédemment dans la section « Sorties ».

Pour en savoir plus sur les activités du Parc de la Gatineau, rendez-vous sur le site www.capitaleducanada.gc.ca.
Vous ne pourrez résister à la tentation!

Pique-nique au bord de la rivière Ouareau

Crédits photo : Tourisme Lanaudière, Marc-Olivier Guilbault

La popularité des chutes Dorwin, à Rawdon, ne se dément pas. Malgré une hauteur plutôt modeste de 20 m, elles demeurent spectaculaires. Encaissées dans une gorge de la rivière Ouareau, elles se jettent avec puissance sur les rochers. À même la falaise, en haut à droite, on croit voir le profil d’un visage. Selon la légende, c’est la tête du sorcier Nipissingue, changé en pierre après avoir jeté dans l’abîme l’infirmière qui soignait son ennemi juré, Arondack.

Sentiers : 2,5 km

Activités sur place : marche, pique-nique

Entrée : payante

Tourbillons dangereux

Ici, la beauté côtoie non seulement l’aspect mystique des lieux mais aussi le danger. Pas pour les visiteurs sur les passerelles, mais pour les jeunes téméraires osant défier les forces des tourbillons au creux du canyon. Dans les secteurs les plus turbulents se sont produites plusieurs noyades. On ne le dira jamais assez, un tel endroit est dangereux pour la baignade.

Chutes bavardes

Même depuis les sentiers, dans la forêt voisine, les chutes se font entendre. Cet écoulement incessant anime le site. À défaut de pique-niquer tout près, vous avez le loisir de vous installer sous de grands pins en guise de parasols, à deux pas du stationnement. Le site est enchanteur. Avec les enfants, c’est aussi plus sécuritaire de se trouver à une bonne distance des chutes pour casser la croûte.

Cascades fréquentées

Peu après avoir traversé le village de Rawdon, on découvre cette fois le parc des Cascades. Ici, la rivière Ouareau se transforme en un immense escalier fait de gros rochers plats. Durant la canicule, plein de monde s’y installe pour profiter du soleil et se rafraîchir un peu. Nombreux sont ceux qui défient l’interdiction de baignade. Sur la berge boisée, ce parc municipal se prête bien à un pique-nique. Puisque les week-ends de l’été sont très achalandés, dénicher une table n’est pas garanti. Mieux vaut apporter une couverture.

 Comment se rendre au parc des Chutes-Dorwin

3074 1re Avenue (route 337), Rawdon, www.rawdon.ca

En voiture : autoroute 25, route 125 et route 337 Nord.

En transport en commun : métro Radisson, puis autobus 125 de la CRT Lanaudière.

Comment se rendre au parc des Cascades

6669 boul. Pontbriand (route 341), Rawdon, www.rawdon.ca

En voiture : autoroute 25, route 125, route 337, rue Queen à gauche, 11e Avenue à gauche, route 341.

En transport en commun : métro Radisson, puis autobus 125 de la CRT Lanaudière.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

Randonnée dans la région de Saint-Donat

Crédits photo : Tourisme Saint Donat

La région de Saint-Donat est magnifiquement située. Constellée de superbes montagnes, dont quelques-unes avoisinent les 900 m d’altitude, ainsi que d’immenses lacs et de rivières, elle est un des petits coins de paradis de Lanaudière que les amants d’activités de plein air quatre-saisons fréquentent assidûment. Pas trop loin de Montréal, mais juste assez éloignée afin d’éviter l’envahissement touristique, la région offre des dizaines de kilomètres de sentiers de randonnée qu’il vaut la peine d’explorer.

Activités sur place : randonnée pédestre, raquette

Le mont Sourire, à faire en famille

Cette petite randonnée vers le mont Sourire (1,2 km aller-retour) offre une des plus belles vues sur la région pour très peu d’effort. Le sentier ne grimpe pas jusqu’au sommet du mont Sourire, mais plutôt jusqu’au belvédère d’observation. Du stationnement au point de vue, soit une distance de 1 km, le sentier monte modérément mais constamment. Il est large et facile à suivre. La montée ne demande que de 15 min à 20 min d’effort. Le belvédère est situé sur un rocher qui surplombe le lac Ouareau. D’ici, la vue est magnifique. On y distingue le village de Saint-Donat et son église, le lac Ouareau et ses îles, la vallée, ainsi que plusieurs montagnes à l’horizon. Le retour se fait par le même sentier.

La montagne Noire, pour les plus sportifs

La difficulté du sentier qui mène au sommet de la montagne Noire provient du fait qu’il grimpe continuellement et offre très peu d’occasions de se reposer ou de reprendre son souffle. Par contre, il permet d’accéder en un peu plus de 6 km à l’un des plus beaux sommets de Lanaudière, la montagne Noire (875 m). Du haut de la montagne, la vue sur les vallées, les lacs et les montagnes environnantes est tout à fait splendide. On aurait envie de monter encore plus haut! Du sommet, le retour se fait par le même sentier.

Comment s’y rendre

En voiture : autoroute 25, puis route 125 Nord jusqu’à Saint-Donat.

Information

Tourisme Saint-Donat, 536 rue Principale, Saint-Donat, www.saint-donat.ca

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

Une plage au pied des gratte-ciel au parc Jean-Drapeau

Photo : Vinod Sankar - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

Aller à la plage en métro, voilà qui n’est pas banal. Située sur l’île Notre-Dame, près du centre-ville de Montréal, la plage du parc Jean-Drapeau peut accueillir 5 000 personnes. Vous préférez y aller à vélo? Toutes les pistes cyclables, ou presque, mènent au parc Jean-Drapeau. Difficile donc de résister à l’appel de ce grand terrain de jeux au cœur du fleuve Saint-Laurent.

Trajet à vélo île Notre-Dame et île Sainte-Hélène

Distance totale : 21 km

Liens cyclables : axe Nord-Sud et rue de la Commune au Vieux-Port, canal de Lachine et écluses de Saint-Lambert sur la Rive-Sud

Activités sur place : baignade, canot, kayak, pédalo, volleyball, jeux pour enfants, vélo

Entrée : payante

Stationnement : payant

Service de location : canots, kayaks, pédalos deux ou quatre places

Autres services : casse-croûte, vestiaire, aire de jeux pour les enfants, terrains de volleyball

Horaire : mi-juin (après le Grand Prix F-1 du Canada) à la troisième semaine d’août (avant le NASCAR), tous les jours, 10h à 19h

Eau cotée A

Chose étonnante, la qualité de l’eau s’avère excellente pour la baignade. Comment cela est-il possible? L’eau en provenance du Saint-Laurent passe par des bassins filtreurs et par des bacs de sable. Comme un tel système ne serait sans doute pas suffisant pour empêcher la prolifération de coliformes à même les rives, la plage fait l’objet d’un contrôle des goélands. Ces oiseaux, à qui les baigneurs donnent souvent à manger pour s’amuser, s’avèrent très souvent la principale source de contamination des plages. Un système d’effarouchement a donc été installé. Il consiste à faire fuir les goélands par le bruit, à savoir par des cris de rapaces et par des détonations. Rassurez-vous, tout ce branle-bas de combat se fait en dehors des heures d’activité de la plage. Enfin, pour empêcher les goélands de se poser sur les rives, de nombreux fils ont été suspendus à l’horizontale.

Sur le lac

Sur les quais du Pavillon des activités nautiques, près du Casino, sont empilés et bien rangés kayaks et canots. Une impressionnante flotte de dériveurs et de pédalos y sont amarrés. Comme le centre de location se trouve un peu en retrait de la plage, beaucoup de gens en ignorent l’existence.

Une simple balade en pédalo constitue une source de découvertes, si vous vous donnez la peine de bien regarder autour de vous, en longeant lentement les rives. À travers les algues se faufilent des bancs de crapets-soleils. Des saules majestueux laissent ployer leurs branches jusqu’à la surface de l’eau. À même une structure de métal sont accrochés des nids d’hirondelles. Pour prolonger l’exploration, engagez-vous dans les lagunes qui s’étirent sur 2 km. Les canaux sillonnent les jardins exotiques des Floralies.

Un peu rigide

Une ombre au tableau : le zèle de certains patrouilleurs. En contournant le Casino, si vous passez sous les petites chutes, vous pourriez vous faire avertir des prétendus dangers de couler, même si vous portez votre gilet de sauvetage. De plus, ne pensez pas aller dans les lagunes durant l’heure qui précède la fermeture. Même si vous vous trouvez à seulement 10 min du quai, un patrouilleur pourrait bien venir vous voir en bateau motorisé pour vous rappeler qu’il est temps de revenir.

Autre point à souligner : contrairement à la majorité des plages situées dans des parcs, les appareils personnels de cuisson comme les barbecues portatifs y sont interdits. Ces petits inconvénients n’empêchent pas des milliers de personnes de venir se rafraîchir durant la période de canicule. Une plage propre à Montréal, facile d’accès par les transports en commun, c’est tout de même bienvenu.

Comment s’y rendre

Plage de l’île Notre-Dame, parc Jean-Drapeau, Montréal, www.parcjeandrapeau.com

En voiture : par l’autoroute Bonaventure, puis le pont de la Concorde; ou par le pont Jacques-Cartier, sortie parc Jean-Drapeau, à gauche sur l’île Sainte-Hélène (chemin Macdonald), puis la passerelle du Cosmos ou le pont des Îles.

En transport en commun : métro Jean-Drapeau, puis autobus 167.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

Le parc-nature de l’Île-de-la-Visitation : une oasis paisible pour la marche

Photo : Jean-Pierre Lavoie - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.
On ne se croirait pas à Montréal. Voilà le commentaire que font spontanément les gens qui vont marcher pour la première fois au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation. La petite île est reliée à l’île de Montréal par deux ponts empruntés seulement par quelques résidents et des marcheurs. On n’entend que le chant des oiseaux. Pourtant on se trouve près de l’avenue Papineau et du boulevard Henri-Bourassa. Chaque année, des milliers de cyclistes traversent le parc-nature par la piste cyclable sur la terre ferme. Mais bien peu s’arrêtent pour garer leur vélo derrière le pavillon d’accueil et parcourir à pied le sentier qui fait le tour de l’île (une heure ou deux).

Sentiers pédestres : 8 km

Piste cyclable : 3 km

Chiens : acceptés si tenus en laisse

Activités sur place : marche, ornithologie, pique-nique, visite éducative, vélo

Stationnement : payant

Service de location : jumelles, guide d’observation

Autres services : aires de pique-nique, restaurant (Bistro des Moulins)

Rivière des Prairies

Après avoir traversé un pittoresque pont de bois, vous arrivez à un belvédère qui donne sur la digue de la centrale hydroélectrique. De là, vous avez un point de vue sur la rivière des Prairies et le chenal bordé de peupliers. À vos pieds, il y a une butte autour de laquelle barbotent souvent des canards. Des canards, vous en rencontrez d’ailleurs un peu partout à partir du sentier qui longe la rivière. Vous croisez le plus souvent des colverts, mais aussi des canards huppés, deux espèces dont le plumage du mâle est fort coloré. Des tables de pique-nique sont disposées ici et là au bord de l’eau. Plusieurs sont isolées, de sorte que vous avez l’intimité désirée.

Sault-au-Récollet

À l’ouest de l’île de la Visitation, aussi accessible par un autre petit pont, vous aboutissez aux ruines restaurées des anciens moulins et bâtiments industriels exploités de 1726 à 1960. Vous voici au Site historique du Sault-au-Récollet, qui comprend aussi la maison du Meunier et la maison du Pressoir. C’est la Cité Historia qui en assume l’animation. Dans la maison du Meunier se tient régulièrement une nouvelle exposition à caractère historique. À quelques minutes de marche se trouve la maison du Pressoir, qui abritait deux anciens pressoirs à pommes. On y trouve aujourd’hui une exposition qui relate l’histoire du Sault-au-Récollet. Sans oublier le Bistro des Moulins et son agréable terrasse, qui surplombe la petite chute du moulin. Un arrêt des plus sympathiques. Voilà donc une belle occasion de marcher dans les sentiers et faire une halte pour remonter le cours de l’histoire.

Comment s’y rendre

Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation, 2425 boul. Gouin E., Montréal, www.ville.montreal.qc.ca/parcs-nature

Site des Moulins et maison du Meunier, 10897 rue du Pont, Montréal, www.citehistoria.qc.ca

En voiture : boulevard Henri-Bourassa (à l’est de l’avenue Papineau) puis rue De Lille (vers le nord).

En transport en commun : métro Henri-Bourassa, puis autobus 69 Est.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

En camping au lac Philippe, sur le plus grand terrain du parc de la Gatineau

Photo : Geo - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

La région de la capitale canadienne, c’est aussi le plein air et la nature sauvage à seulement 15 min en voiture d’Ottawa. En effet, les politiciens de la région, motivés par un esprit de conservation de la flore du Bouclier canadien, amèneront l’idée de la création d’un parc dans les collines de la Gatineau vers le début du XXe siècle. On ajoutera progressivement des portions de terre pour en arriver à une superficie de 35 600 ha.

Services : prêt-à-camper, buanderie, dépanneur, recyclage, plage, accessibilité totale ou partielle aux personnes à mobilité réduite

Nombre d’emplacements : 258

Sur la route de la capitale canadienne

Les campeurs qui viennent aujourd’hui dans la région pour découvrir les charmes de la capitale du Canada peuvent séjourner pratiquement à l’ombre du Parlement, dans un terrain de camping en pleine nature : le camping du Lac Philippe, le plus grand terrain du parc de la Gatineau et de la région.

Pour tout type de campeurs

Aucun des emplacements du camping du Lac Philippe n’est muni de raccords pour l’eau, l’électricité ou l’égout. Par contre, on trouve plusieurs points d’eau à proximité. Environ la moitié des 258 emplacements peuvent être réservés à l’avance. Les autres sont offerts selon le principe du « premier arrivé, premier servi ». Il faut donc se présenter le matin même, à compter de 8h, pour essayer d’obtenir un emplacement.

Située à l’entrée du terrain de camping, la boucle A est réservée aux autocaravanes et aux caravanes à sellette qui bénéficient de la proximité de la station de vidange. Les campeurs sous la tente peuvent profiter à loisir d’une centaine d’emplacements conçus spécialement pour eux. La centaine d’autres emplacements convient soit aux tentes, aux tentes-caravanes ou aux petites caravanes. Pour les campeurs non expérimentés, il est maintenant possible de louer une yourte Wanakiwin.

Pour faire le plein d’activités

Le camping du Lac Philippe fera le bonheur des familles qui apprécieront la panoplie d’activités récréatives qu’on peut y pratiquer, notamment la randonnée pédestre, le vélo, la baignade et la pêche. Un amphithéâtre loge les activités d’interprétation.

Comment s’y rendre

Parc de la Gatineau, promenade du Lac-Philippe, Sainte-Cécile-de-Masham, www.parcdelagatineau.ca

De Montréal : autoroute 15 Nord, autoroute 50 Ouest, puis route 148 Ouest jusqu’à Buckingham, autoroute 50 Ouest, autoroute 5 Nord, route 105 Nord et route 366 Ouest.

De Québec : autoroute 40 Ouest et autoroute 640 Ouest, autoroute 15 Nord, autoroute 50 Ouest, puis route 148 Ouest jusqu’à Buckingham, autoroute 50 Ouest, autoroute 5 Nord, route 105 Nord et route 366 Ouest.

Tiré du guide Ulysse 100 campings coups de cœur au Québec, par Louise Gaboury et Louise Gagnon.

Descente de rapides sur la Jacques-Cartier

Photo : erwan.lher de Flickr - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

La rivière Jacques-Cartier sait depuis longtemps faire sauter et sursauter les braves qui s’y aventurent au printemps ou au début de l’été. On peut louer, dans le parc national de la Jacques-Cartier, une embarcation pneumatique (mini-raft) pouvant accueillir six personnes, ainsi que tout l’équipement nécessaire, puis partir à l’aventure sur cette belle rivière au cours tumultueux, mais jamais dangereux.

Autres activités : canot, randonnée pédestre, pêche, ski de fond, raquette.

Rivière patrimoniale

Longue de 177 km, la rivière Jacques-Cartier est la seule rivière du Québec à faire partie du Réseau des rivières du patrimoine canadien, tant pour sa valeur historique et géographique que pour son potentiel récréatif. À l’intérieur des limites du parc national de la Jacques-Cartier, elle compte 26 km de parcours navigable, avec le spectacle des parois escarpées qui s’élèvent à près de 500 m, pour créer un paysage particulièrement impressionnant.

En eau vive

Sauf quand l’eau est à 15°C et plus, la combinaison isotherme est obligatoire et fournie. Apportez tout de même des sous-vêtements de type athlétique, ajustés au corps. De bonnes chaussures à semelles antidérapantes que vous pourrez mouiller seront aussi de mise. Évitez le plus possible les vêtements de coton! Une fois mouillés, ils sèchent lentement et ne vous gardent plus au chaud.

N’oubliez pas votre crème solaire, une bouteille d’eau et une collation.

Des yourtes sont disponibles dans le parc, si vous voulez y passer la nuit.

Le repos du guerrier

Pour vous gâter un peu, offrez-vous un repas à la salle à manger de l’Auberge

Quatre Temps, Le Laké, située à Lac-Beauport et tout près du parc, qui propose un menu raffiné d’inspiration principalement française. La table d’hôte est un peu chère mais vaut le détour. Une terrasse ensoleillée avec vue sur le lac Beauport agrémente le séjour. Vous pouvez aussi jumeler le repas du soir en forfait avec un séjour au spa de l’auberge, très agréable par ailleurs.

Une petite bière?

Si vous vous sentez plus animé, la microbrasserie Archibald, toute de bois vêtue, également à Lac-Beauport, offre un service de resto-bar le midi et le soir. Sa belle terrasse avec foyer et bar extérieur est invitante. Le lieu brasse ses propres bières dont les noms évocateurs (La Matante, La Chippie, La Ciboire) laissent songeur… L’endroit se transforme en un bar très animé le soir, avec à l’occasion des musiciens sur scène.

 Comment s’y rendre

Parc national de la Jacques-Cartier, route 175 N., Stoneham-et-Tewkesbury, www.sepaq.com/pq/jac

À partir de Québec, prenez l’autoroute 73 Nord puis la route 175 vers la réserve faunique des Laurentides. L’entrée du parc se trouve un peu plus loin.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Balade sur la promenade Samuel-De Champlain avec vue sur le fleuve

Crédits photo: © CCNQ, Jonathan Robert

Par un beau dimanche après-midi, prenez votre vélo, chaussez vos patins à roues alignées ou marchez tout simplement, et descendez la côte Ross jusqu’à la promenade Samuel-De Champlain, un havre de paix et de tranquillité directement aux abords du Saint-Laurent.

Autres activités : vélo, patin à roues alignées.

Fenêtre imprenable sur le Saint-Laurent

L’objectif de cette initiative verte qu’est la promenade Samuel-De Champlain visait en effet à redonner l’accès au fleuve aux habitants de la ville de Québec. Et il faut admettre que c’est une réussite. Quelque 2,5 km de promenade directement au bord de l’eau ont été aménagés autant pour la marche et le vélo que pour le patin à roues alignées. Un casse-croûte ainsi qu’une rampe de mise à l’eau pour les embarcations légères s’y trouvent également.

Les Cageux

Parsemée de fontaines, d’œuvres d’art et de belvédères, la  promenade comprend aussi un centre multifonctionnel : la station des Cageux. Une courte exposition, agrémentée d’une projection sur écran, y traite des « cageux » et du commerce du bois. Le «cageux» était un homme qui conduisait sur l’eau une série de billes de bois attachées ensemble à la manière d’un immense radeau. Il s’agissait d’un travail extrêmement dangereux.

Se restaurer en haut de la côte de Sillery

Après votre promenade, remontez par l’autre extrémité sur la côte de Sillery qui mène à l’avenue Maguire, où le resto-club Montego offre une « expérience ensoleillée », comme le dit sa publicité. Le décor aux tons chauds, les grandes assiettes colorées et la présentation des mets sauront charmer vos yeux. La cuisine, quant à elle, réjouira vos papilles avec ses saveurs épicées et sucrées, inspirées de la cuisine californienne et d’autres gastronomies… ensoleillées!

Comment s’y rendre

La promenade Samuel-De Champlain se trouve entre la côte Ross et la côte de Sillery le long du boulevard Champlain, à Québec.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Trois lieux de marche à découvrir dans les Laurentides

Photo : mattjiggins - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

Sans doute le plus réputé centre de villégiature du Québec, la belle région des Laurentides attire de nombreux visiteurs en toute saison. Depuis longtemps, on «monte dans le nord» pour s’y détendre et apprécier la beauté des paysages. Les couleurs automnales y sont particulièrement riches et éblouissantes. Les lacs, montagnes et forêts sont propices à la pratique d’activités sportives diverses et aux balades. Les quelques villages qui se trouvent au pied des montagnes sont très souvent coquets et agréables.

La région des Laurentides, parsemée de montagnes, offre des centaines de kilomètres de sentiers de randonnée pédestre. Voici quelques suggestions de sites où aller marcher qui gagnent à être connus.

Réseau Plein Air Saint-Adolphe-d’Howard

Le Club de Plein Air de Saint-Adolphe-d’Howard, qui gère le Centre d’activités de plein air (CAP), se veut des plus dynamiques et accueillants. Tout au cours de l’année, son vaste réseau de sentiers accueille les amants de la nature. Le Centre propose également diverses activités (randonnées guidées, sorties ornithologiques, découverte des champignons sauvages de la région, camping d’hiver, etc.).

De la simple balade en famille à la randonnée plus exigeante, le réseau de sentiers, qui ne cesse de s’agrandir, permet de découvrir ce superbe coin des Laurentides situé à seulement une heure de Montréal. Le village de Saint-Adolphe-d’Howard, perché à 370 m d’altitude, est entouré de magnifiques montagnes entre lesquelles s’étendent quelque 85 lacs. De plus, l’endroit s’est vite taillé une place de choix auprès des propriétaires de chiens, car ces derniers sont admis, et même les bienvenus! Le réseau de sentiers de randonnée pédestre compte 10 sentiers pour un total de 35 km. La carte des sentiers, très bien détaillée, se révèle indispensable. Plus d’une vingtaine de panneaux d’interprétation de la nature ont été disposés le long des sentiers.

Réseau Plein Air Saint-Adolphe-d’Howard
droits d’accès
1672 ch. du Village
Saint-Adolphe-d’Howard
http://www.stadolphedhoward.qc.ca/

L’Interval

L’Interval, c’est le nom d’une auberge de plein air située à Sainte-Lucie-des-Laurentides, aux abords du lac Legault. Grâce à son lac sauvage, ses montagnes, son canyon, sa paroi d’escalade, son marais, sa tourbière, ses petits ruisseaux, ses barrages de castors et son réseau de sentiers, le visiteur est assuré de vivre des expériences de plein air emballantes. Que ce soit en couple, en famille ou en solitaire (de nombreux forfaits sont proposés), l’ambiance est toujours à la camaraderie et à l’amusement. Que ce soit pour une journée de découverte ou un séjour de quelques jours (camping, auberge, dortoir), le randonneur est toujours chaleureusement accueilli, et l’équipe d’animateurs (été comme hiver) saura bien vous faire «sortir de vos bottines» pour tenter une petite aventure à la verticale (escalade) ou en eau douce (canot, planche à voile, voile, pédalo, etc.). Une jolie petite paroi d’escalade d’environ 7 m est située dans le petit canyon, à moins de 200 m de l’auberge.
Un club de parapente fréquente aussi la montagne. On peut donc souvent y admirer ces «fous du vide» virevolter dans les airs. En tout, le randonneur peut parcourir neuf sentiers balisés qui totalisent plus de 25 km. La plus belle randonnée est sans aucun doute celle qui mène au sommet du mont Kaaikop (830 m).

L’Interval
droits d’accès
3565 ch. du lac Legault
Ste-Lucie-des-Laurentides
www.interval.qc.ca

Le Centre touristique et éducatif des Laurentides

Autrefois appelé «Centre éducatif et forestier (CEF)», le Centre touristique et éducatif des Laurentides (CTEL) est, depuis 1993, administré par la municipalité de Saint-Faustin. Ayant également une vocation touristique, il propose des activités telles que le canot, le camping et la pêche, ce qui plaît énormément aux visiteurs.

Ce qui différencie le Centre touristique et éducatif des Laurentides de bon nombre de lieux de marche, c’est qu’on y trouve une foule de renseignements pertinents qui visent à faire apprécier davantage le milieu forestier québécois. Au centre d’interprétation, la salle des découvertes met l’accent sur la faune et la flore des lieux. On peut notamment, à l’aide de répliques de pattes d’animaux, reproduire dans du sable les traces de l’ours, du chevreuil ou de l’orignal, pour les reconnaître si celles-ci se présentent le long des sentiers.

D’autres découvertes, ateliers, expositions et documentaires complètent la visite. Des naturalistes répondent aux diverses interrogations et peuvent vous conseiller dans le choix d’une randonnée. L’automne venu, c’est un des bons endroits pour se balader au rythme des couleurs.

Le centre compte un réseau de sentiers de randonnée pédestre d’environ 36 km. On y retrouve huit sentiers de 1 km à 10 km. Le sentier Le Riverain (1 km) peut même accueillir les personnes en fauteuil roulant. Tous les sentiers sont impeccablement aménagés, avec passerelles, abris et points de vue.

Centre touristique et éducatif des Laurentides (CTEL)
droits d’accès
Lac du Cordon
Saint-Faustin
www.ctel.ca

Extraits du guide Ulysse Randonnée pédestre au Québec, par Yves Séguin

Les charmes de Baie-Saint-Paul

Photo : untipografico - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.


On découvre l’ensemble de Baie-Saint-Paul au détour de la route. Une longue pente mène au cœur de la ville qui conserve un air vieillot, ce qui rend agréable la promenade dans les rues Saint-Jean-Baptiste, Saint-Joseph et Sainte-Anne, bordées de petites maisons de bois au toit mansardé qui abritent de nos jours boutiques et cafés. L’endroit attire depuis plus de 100 ans des artistes paysagistes nord-américains séduits par les montagnes et la lumière particulière de Charlevoix. Aussi trouve-t-on à Baie-Saint-Paul une grande concentration de galeries et centres d’art où l’on peut voir et même acheter des peintures et des gravures canadiennes.

Le Belvédère Baie-Saint-Paul, une halte routière, offre un point de vue des plus spectaculaires qui permet d’embrasser en un coup d’œil la vallée de la rivière du Gouffre, Baie-Saint-Paul et l’île aux Coudres. Vous pouvez vous y informer sur les attraits touristiques, l’hébergement, les activités et services de plein air, la restauration et les particularités de Charlevoix.

De l’art à la tonne

Baie-Saint-Paul est particulièrement intéressante pour son Circuit des galeries d’art. On y retrouve de tout, chaque boutique ayant sa spécialité. Huiles, pastels, aquarelles, eaux-fortes…, tableaux de grands noms et artistes à la mode, originaux et reproductions, sculptures et poésie…, l’idéal quoi! C’est un plaisir de chaque instant que de flâner dans les rues Saint-Jean-Baptiste, Sainte-Anne ou ailleurs, et de s’arrêter dans toutes ces galeries où le personnel ne demande pas mieux que de parler art.

Le Carrefour culturel Paul-Médéric, qui tient place dans un bâtiment moderne conçu en 1967 par l’architecte Jacques de Blois, présente quant à lui une sélection de toiles des artistes de Charlevoix. Il est complété par la salle René-Richard, où sont exposés plusieurs tableaux du peintre d’origine suisse René Richard. Un symposium de peinture au cours duquel on peut voir à l’œuvre de jeunes artistes est organisé tous les mois d’août.

Finalement, le Centre d’exposition de Baie-Saint-Paul, ce musée-galerie achevé en 1992 selon les plans de l’architecte Pierre Thi-bault, accueille des expositions temporaires provenant du monde entier.

Pour se mettre l’eau à la bouche

La Laiterie Charlevoix, fondée en 1948, a conservé le caractère artisanal des méthodes de fabrication du fromage cheddar. Elle abrite l’Économusée du fromage. Chaque jour, avant 11h, vous pouvez voir les fromagers en action et apprendre les rudiments de la fabrication du fromage ainsi que de son processus de maturation. Le savoureux Migneron de Charlevoix, gagnant de plusieurs prix, et le Ciel de Charlevoix, un délicieux bleu, sont vieillis et conduits à maturation à la Maison d’affinage Maurice Dufour, fondée en 1994.

Entre terre et mer

Une balade dans les rangs environnants permet d’apercevoir les quatre moulins à eau de Baie-Saint-Paul, notamment le moulin César, classé monument historique.

Un peu en retrait de la ville, au bord du ruisseau Michel, un vieux moulin de pierres attend votre visite. À ses côtés se trouvent un foulon à laine, un hangar à grain, un séchoir à tabac et encore bien d’autres secrets à découvrir. La visite guidée des Jardins secrets du Vieux-Moulin se transforme plutôt en jeu interactif dans lequel chaque visiteur jouera un rôle important qui en fera apprendre plus à tout le groupe au sujet des métiers traditionnels de la région.

Sur la route 362, en direction de Saint-Joseph-de-la-Rive, Les Éboulements et La Malbaie, une halte panoramique à flanc de montagne permet d’apprécier le paysage grandiose. Un peu plus loin, vous croiserez l’entrée du Domaine Charlevoix, qui offre l’occasion de pratiquer diverses activités de plein air telles que le ski de fond, la randonnée pédestre et le vélo de montagne.

Pour arpenter les méandres de la baie de Baie-Saint-Paul, pensez au kayak de mer! L’air du large, qui porte un très joli nom, loue des embarcations en plus d’organiser des excursions à la voile, des croisières sur le fleuve ou des descentes en kayak de la rivière du Gouffre. Installé au quai de Baie-Saint-Paul, L’air du large loue aussi des vélos et propose des initiations au cerf-volant acrobatique et au parapente. Avis aux amateurs d’eau et de vent!

L’itinéraire

De Québec, empruntez la route 138, qui constitue le principal axe routier de Charlevoix. Après avoir traversé les étendues horizontales des battures du fleuve Saint-Laurent, la route 138 grimpe soudainement dans les montagnes de Charlevoix à l’endroit précis où les Laurentides rejoignent le fleuve, refermant ainsi la vallée du Saint-Laurent à l’est.

Extraits du guide Ulysse Escapades et douces flâneries au Québec

À bicyclette entre les vergers de la Montérégie

Photo : Jean-Pierre Lavoie. Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

Un étalage de beaux fruits croquants, de jus de pomme désaltérant, de cidre enivrant ainsi que l’odeur des pommes qui mûrissent au soleil viendront titiller vos sens. Tout en pédalant, vous n’aurez qu’à tendre la main pour cueillir une belle pomme rouge.

Pommiers en fleurs au printemps, arbres aux branches lourdes de fruits mûrs à l’automne, le décor varie au gré des saisons sur la Route des champs. Baladez-vous dans les vergers et admirez les Montérégiennes.

S’étirant au pied des monts Rougemont et Yamaska, la piste cyclable, aménagée sur le tracé d’une ancienne voie de chemin de fer, traverse une région rurale où domine la culture de la pomme. Pour l’emprunter, choisissez la période de la floraison des pommiers en mai ou celle du festival des couleurs, à l’automne.

L’attrait particulier de cette piste réside dans son tracé passant au cœur des charmantes petites municipalités rurales de Marieville, Rougemont, Saint-Césaire et Saint-Paul d’Abottsford. La randonnée totalisant 56 km comporte un aller-retour sur un sentier en poussière de roche qui vous fera profiter de la vue des collines.

Marieville

Marieville, une petite ville de campagne paisible avec ses belles résidences rue Claude-de-Ramezay, constitue un excellent point de départ pour une randonnée. En arrivant de l’autoroute des Cantons-de-l’Est, on croise la piste à l’entrée de la ville.

Goûtez le plaisir de rouler en ligne droite en bordure des champs de maïs et des grandes fermes laitières. À droite, le mont Saint-Grégoire apparaît comme un gros caillou oublié au milieu des vergers. À gauche, le mont Rougemont fait le gros dos. De toutes les collines dispersées dans le décor de la Montérégie, le mont Rougemont se distingue la nuit par sa croix lumineuse. De jour, on le reconnaît à ses multiples sommets arrondis.

Amateurs de vélo et golfeurs font bon ménage aux abords du terrain de golf de Rougemont. Lescyclistes peuvent rouler près des verts en toute sécurité grâce à l’installation de filets protecteurs.

Rougemont

Arrivé à Rougemont, échappez-vous de la piste pour remonter la rue Principale. Des flèches
indiquent la localisation des vergers, des cidreries et des haltes gourmandes à visiter.

Les Jardins d’Émilie (1257, rg Double), la Fruiteraie des Gadbois (501, rue Principale) et le Verger Trois pommes (470, rue Principale) proposent des activités d’autocueillette.
Inscrite à l’itinéraire de La Route des Cidres de la Montérégie, La Cidrerie du Village (509, rue Principale) ouvre ses portes aux visiteurs. On peut y faire le tour des installations et y déguster par exemple un cidre artisanal, un cidre de glace, du jus de pomme naturel ou pétillant, du vinaigre de cidre et d’autres produits du terroir.

De la piste cyclable, on signale aussi la direction du rang de la Petite-Caroline. La cidrerie Michel Jodoin (1130, rg de la Petite-Caroline), une autre étape sur La Route des cidres, y a pignon sur rue. Pour y accéder, on doit franchir 2,5 km dans le rang de la Petite-Caroline. La vue surprenante sur le mont Yamaska et sur la plaine environnante vaut le détour et l’effort. Quant à la cidrerie, elle offre gratuitement une visite commentée. Un guide explique la transformation de la pomme en cidre et en brandy, propose une visite des chais, explique le remuage des bouteilles
et montre l’alambic à colonne, unique en son genre au Canada.

Pourquoi ne pas ranger le vélo pour une halte et une randonnée pédestre sur le sentier derrière la cidrerie. Long de 2,7 km, ce sentier mène le randonneur à 220 m d’altitude et permet d’embrasser du regard toute la région jusqu’aux Appalaches.

Le rang Petite-Caroline, renferme la maison-atelier La Claude (245, rg Petite-Caroline) située à quelques coups de pédale de la rue Principale. Il s’agit d’une ancienne grange peinte en mauve et décorée de manière à lui donner un petit air surréaliste. L’artiste, une peintre muraliste et sculpteure mosaïste, y habite et accueille les visiteurs dans son refuge.

Rougemont possède aussi des vignes. À moins d’un kilomètre de la rue Principale, dans le rang de la Montagne, le vignoble De Lavoie Poitevin (100, rg de la Montagne) accueillit ses premières vignes en 1997. Derrière les rangées de pommiers, au bout d’un chemin de terre, apparaissent les belles allées de vignes cultivées sur le versant sud de la montagne. Le vignoble produit des vins rouges, blancs et des cidres. L’accueil est chaleureux. Des visites guidées et des dégustations sont offertes.

Saint-Césaire

En regagnant la piste, continuez en direction de Saint-Césaire. Avant de franchir la rivière Yamaska, la piste traverse le cœur de la municipalité. Dans la rue Notre-Dame, l’ancien couvent
des sœurs de la Présentation de Marie, construit en 1857, fait face à l’ancien collège Saint Césaire érigé en 1867. Malgré leur architecture différente, les deux édifices forment avec les
maisons bourgeoises voisines un bel ensemble patrimonial.

Saint-Paul-d’Abbotsford

La piste cyclable se déroule ensuite parallèlement à la route 112 jusqu’à Saint-Paul d’Abbotsford, une autre localité où règne la pomiculture. En roulant vers le mont Yamaska, la piste grimpe légèrement pour arriver au village.

Selon la saison, les étals regorgent de beaux fruits rouges, de légumes verts et de grosses courges jaunes et orange. À l’entrée du village, le rang de la Montagne est à quelques coups de pédale. Il mène à deux petites églises voisines, la Saint-Paul Anglican Church et la United Church of Canada (165 et 180, rg de la Montagne), deux joyaux du patrimoine religieux. Ces dernières furent construites en 1822. Le rang de la Montagne est considéré comme le berceau de l’agriculture fruitière au Québec. Les loyalistes s’y installèrent vers 1790. Les pomiculteurs y possèdent toujours de beaux grands vergers et les cyclistes viennent y admirer le panorama qu’il recèle.

Après avoir visité le village de Saint-Paul-d’Abbotsford, rebroussez chemin en empruntant de nouveau la piste cyclable. Loin d’être monotone, le retour procurera des perspectives nouvelles des Montérégiennes.

Renseignements pratiques

Trajet aller-retour de 56 km
3h30-5h approximativement

Itinéraire

0 km: départ de Marieville
13,0 km: Rougemont
18,0 km: Saint-Césaire
28,0 km: Saint-Paul-d’Abbotsford
38,0 km: Saint-Césaire
43,0 km: Rougemont
56,0 km: Marieville

Pour s’y rendre sans mal

Autoroute 10, sortie 37 marieville/Mont-Saint-Grégoire, route 227 Nord vers Marieville. Vous croisez la piste cyclable dans la rue Claude-de-Ramsay (rte 227).

Extrait du Guide de voyage Ulysse Balades à vélo dans le sud du Québec, par Louise Bédard

wp_gdsr_render_article()