Identifié par

Métro-autobus

Découvrez P$ Service mobile de Stationnement de Montréal

Apps_SM
Crédits image @ Communauto

Nous savons déjà que vous êtes de grands utilisateurs des transports actifs et collectifs. Mais quand vient le temps d’utiliser notre service, il peut arrivée parfois que vous ayez besoin de stationner le véhicule ailleurs que dans un espace réservé à Communauto. Pour simplifier la vie de ses utilisateurs, Stationnement de Montréal a récemment lancé une application mobile pour faciliter le paiement à la borne.

Trouver du stationnement peut être parfois difficile et stressant, surtout quand viens le temps de payer ! Avec P$ Service mobilepayez votre place de stationnement à même votre téléphone intelligent, peu importe où vous êtes ! C’est simple, rapide, sécuritaire et l’inscription est gratuite. Vous pouvez même prolonger votre temps de stationnement si un imprévu se présente.

De plus, ça vous évitera des retards ou du stress inutile lors de votre réservation !
Pour savoir comment vous inscrire, cliquez ici.

iPhone2

Et n’oubliez pas que vous pouvez aussi utiliser Réservauto mobile, l’application mobile de Communauto, pour effectuer ou modifier vos réservations.

Bonne route !

La STM transporte les familles durant la semaine de relâche !

SortieFamille
Crédits image @ STM

Afin de permettre aux familles de profiter au maximum des activités de la semaine de relâche, la Société de transport de Montréal (STM) offrira son programme Sorties en famille tout au long du congé, soit du samedi 2 mars au dimanche 10 mars. Ainsi, durant cette période, un adulte muni d’un titre de transport valide dans le réseau de la STM pourra voyager avec jusqu’à cinq enfants de 11 ans et moins, et ce, sans frais supplémentaires. Les usagers du transport adapté peuvent également bénéficier de cette offre.

Cette offre arrive au bon moment. En effet, pourquoi donc s’embêter d’une auto lorsqu’on peut relaxer en se laissant conduire en bus ou en métro et que de nombreuses activités sont facilement accessibles en transport collectif? Pour les enfants, une sortie en bus ou en métro peut s’avérer une activité très divertissante. La STM les invite aussi à découvrir en famille une des plus grandes galeries d’art souterraine au monde, le métro de Montréal : http://www.stm.info/metro/art/index.htm.

Par ailleurs, en plus de permettre aux familles d’économiser sur les frais de déplacement, le programme Sorties en famille donne accès à des rabais exclusifs auprès d’une vingtaine de partenaires issus des secteurs touristique, culturel et des loisirs. La STM vous invite à vérifier au préalable l’horaire et les périodes de validité du rabais auprès du partenaire. Une liste complète des rabais peut être consultée à l’adresse suivante : www.stm.info/info/famille.htm.

Titres avantageux pour une visite à Montréal
Pour ceux qui profiteront de la semaine de relâche pour visiter Montréal, la STM vous permettra de vous déplacer de façon fiable et efficace partout en ville. La Société met à votre disposition plusieurs titres de transport avantageux, selon la durée de votre visite. Mentionnons notamment le titre Soirée illimitée (4 $), valide de 18 h à 5 h pour un nombre illimité de déplacements en bus et métro, ainsi que le titre Weekend illimité (12 $), valide du vendredi 18 h au lundi 5 h. Un adulte muni d’un de ces titres pourra profiter du programme Sorties en famille. La grille tarifaire peut être consultée ici : http://www.stm.info/tarification/grilletarif.htm

Bonne semaine !

Source : Communiqué STM

 

 

4 citoyens : 4 témoignages en faveur de la mobilité durable

À l’heure des grands débats sur l’environnement et les changements climatiques, des citoyens de tous les horizons changent leurs habitudes de vie par choix et convictions sans attendre la fin des grandes discussions. Fortement engagés, convaincus et fiers d’être des messagers, ils communiquent à leur manière leur bonheur d’avoir choisi de se déplacer autrement, d’avoir opté pour une mobilité dite « durable ». Une mobilité axée sur l’humain et son environnement au bénéfice de son bien-être et de sa santé.

Hugo nous parle de vélo, Danielle de transport en commun, Marie-Hélène de voiture électrique et Jean, d’autopartage. Espérons que cette mobilisation citoyenne soit contagieuse et se propage partout au Québec !

Bon visionnement !

Mobilité durable : un nouveau livre est sorti !

Livres_Mobilite
Crédits photo © Communauto

Qui n’a pas déjà entendu parler de mobilité durable ? Mais qu’est-ce que c’est la mobilité durable ? Et surtout, comment faire pour réaliser des projets efficaces de mobilité durable ? La récipiendaire de la première bourse Laure Waridel, Julie Guicheteau ainsi que Louise Millette, directrice du Département des génies civils, géologique et des mines de l’École Polytechnique de Montréal ont récemment sorti un livre « Projets efficaces pour une mobilité durable » afin de répondre à cette question.

Résumé

livreMoyen de transport pratique et confortable, l’automobile est omniprésente dans notre quotidien au point d’en affecter notre mode de vie. Or, ce choix n’est pas sans conséquences individuelles et collectives, surtout dans le contexte de l’accroissement constant du nombre de véhicules sur nos routes.

Appuyé sur une solide documentation, cet ouvrage dresse d’abord la liste des incidences de la surutilisation de l’automobile et explique pourquoi il est impératif de repenser nos façons de nous déplacer. Il définit ensuite la mobilité durable et précise la manière dont on peut l’appliquer concrètement. La deuxième partie du livre vise à outiller les personnes qui désirent contribuer à la mise en oeuvre de la mobilité durable en présentant et en expliquant les facteurs qui concourent à la réussite des projets qui la prennent pour objectif.

Ce livre s’adresse à tous ceux qui veulent en savoir plus sur les problèmes liés à la surutilisation de l’automobile et sur leurs solutions, qu’ils soient étudiants, chercheurs, promoteurs de projets en transport, intervenants au service d’une institution publique ou simples citoyens engagés.

_ _

D’autres livres sont aussi disponibles sur le sujet de la mobilité durable, voici deux suggestions :

Les transports, la planète et le citoyen
Ludovic Bu, Marc Fontanès, Olivier Razemon

The Straphanger (en anglais seulement)
Taras Grescoe

Bonne lecture !

 

Ski de fond en ville : des dizaines de kilomètres pour s’élancer !

skiFond
Crédits image @ Communauto

Les mordus de ski de fond de Montréal, Québec, Sherbrooke et Gatineau le savent : des sentiers les attendent tout près. Nul besoin de prendre la voiture ou de faire de longs préparatifs. La cerise sur le gâteau ? L’accès aux sites est gratuit. Alors, pour profiter de l’hiver pendant qu’il en est encore temps, suivez le guide !

À Montréal

Nombreux sont les sentiers où l’on peut s’élancer ! Avec ses 22 km de pistes pour pratiquer le pas classique ou le pas de patin, le parc du Mont-Royal est évidemment un incontournable. On s’y rend à bord de l’autobus 11 depuis la station de métro Mont-Royal et on passe par le pavillon du lac aux Castors pour y louer l’équipement nécessaire.

Les fondeurs de l’est de la ville prendront plaisir à découvrir les pistes du Jardin botanique, qui rejoignent celles du parc Maisonneuve. Au total, on y trouve 10 km de sentiers, dont 2,7 km pour le pas de patin. Attention : vous trouverez certains services au chalet d’accueil, mais pas la location d’équipement. Autobus : 132, 139, 197 ou 185; métro : stations Viau ou Pie-IX.

Au sud-ouest de la ville, le superbe parc Angrignon est idéal pour les débutants : les trois sentiers totalisant 10 km traversent un site bien plat, ce qui leur facilitera la tâche. Deux de ces pistes, réservées au pas classique, ceinturent un étang. Notez par ailleurs qu’il faut apporter son propre équipement. La station Angrignon étant située à proximité, on s’y rend en métro.

Pour d’autres idées de sites près de chez vous, consultez notre article Les grands parcs de Montréal, (re)découvrez-les !

À Québec

Deux sites se démarquent à Québec pour leur accessibilité. Les célèbres plaines d’Abraham offrent ainsi 12,6 km de sentiers pour débutants et intermédiaires avec, en prime, une vue imprenable sur le fleuve. Deux refuges chauffés accueillent les mordus du pas classique et du pas de patin, qui peuvent aussi profiter d’une salle de fartage et d’une boutique de location. Des cours sont même offerts le dimanche. Oubliez cependant les escapades en soirée : l’accès au site se termine à 16 h 30 chaque jour. L’écolobus de même que les lignes 11, 800 et 801 desservent le site. Conditions de ski : 418 648-4212.

En plein cœur de Limoilou, le très enchanteur Domaine de Maizerets permet de skier jusqu’à 16 h tous les jours. En famille, parcourez 11 km de pistes classiques faciles, puis réchauffez-vous auprès d’un bon feu de foyer ! Location d’équipement sur place. Visitez le site Web du Domaine pour vous informer de l’état des pistes, puis sautez à bord de l’autobus 53 pour vous y rendre.

À Gatineau

Véritable oasis de paix à proximité du centre-ville, le parc du Lac Beauchamp offre plusieurs sentiers entretenus, sur 8 km au total, à parcourir de jour comme de soir. Location d’équipement sur place. Accès au parc par le boulevard Maloney Est; les autobus 74, 96 ou 78 vous y mèneront. Conditions de ski : 819 669-2548.

À Sherbrooke

Autre site remarquable en milieu urbain, le parc du Mont-Bellevue est sillonné de nombreux sentiers entretenus totalisant 7 km. Les fondeurs peuvent se rendre au sommet de non pas un, mais deux monts, soit les monts Bellevue et John-S.-Bourque. De plus, une boutique de vente et de location, une cafétéria et un casse-croûte facilitent les escapades improvisées. On s’y rend en prenant les autobus 8, 9, 11 ou 14.

Le parc du Bois-Becket est aussi une belle option pour les amants de la nature. 6 km de pistes y parcourent une forêt ancienne (le plus vieil arbre aurait 270 ans) fréquentée par des chevreuils et de nombreuses espèces d’oiseaux. Outre vos jumelles, apportez votre équipement : aucun service de location n’est offert sur place. L’autobus 16 peut vous y déposer.

Découvrez deux autres sites en lisant notre article Raquette et ski de fond au cœur de Sherbrooke .

 

Le Lèche-Vitrine : actualités culturelles à partager !

LecheVitrine
Crédits photo @ La Vitrine

Restez informé des lancements à venir, suivez la trace des artistes et de leurs réalisations, participez à des concours, commentez des articles, planifiez votre prochaine sortie et bien plus encore ! Bref, découvrez le meilleur de l’actualité culturelle en quelques clics avec La Vitrine !

Carrefour de l’offre culturelle du Grand Montréal, guichet unique, virtuel et physique d’information, de promotion et de vente d’activités culturelles autour du grand Montréal, La Vitrine vous facilite l’accessibilité aux nombreux lieux de diffusion culturels du territoire avec son calendrier interactif et ses billets de dernières minutes.

Afin de vous partager ses passions, La Vitrine a créé un nouveau blogue : Le Lèche-Vitrine. Plateforme interactive adjacente au calendrier culturel de La Vitrine, ce blogue se veut un lieu où passions et échanges d’informations culturelles fusionnent. La publication des différents billets multidisciplinaires vise principalement à refléter positivement la culture à Montréal, de faire découvrir la nouveauté, l’émergence, l’unicité et le talent.

Le Lèche-Vitrine s’engage à transmettre les nouveautés, la splendeur et la diversité de l’offre culturelle et artistique par le biais de l’expertise de son équipe de blogueurs, collaborateurs, partenaires et artistes dans le milieu culturel du grand Montréal. Ses nombreuses rubriques vous offriront des rencontres à caractère intimiste avec les artistes et leurs univers de création.

Bonne découverte !

 

Préparez-vous pour l’hiver avec le FestiNeige de MEC !

Crédit photo © MEC

De Montréal à Québec, en passant par Longueuil, le FestiNeige de MEC est d’abord un événement familial qui s’adresse à tous les mordus de sports d’hiver. En vous inscrivant, vous pourrez participer à plusieurs ateliers, faire l’essai de nouveaux produits en démonstration et vendre votre équipement qui ne sert plus !

En plus de profiter de nombreux ateliers, vous pourrez participer à des séances d’informations, des conférences, des cliniques de fartage et des sorties-ateliers. Pour participer au FestiNeige, vous devez être membre de la coopérative. Au coût de 5 $ seulement, devenez membre dès aujourd’hui et faites la découverte de la plus grande coopérative de plein air au Canada.

Pour plus d’information, consultez les programmes par ville :

Montréal
FestiNeige MEC
samedi 17 novembre

Québec
FestiNeige MEC
dimanche 25 novembre

Longueuil
FestiNeige MEC
dimanche 18 novembre

Bon festival et bon début de saison !

 

Montréal gourmand : 110 restos, 52 épiceries fines et 10 recettes

Crédit photo © Communauto

Lancé officiellement le 11 septembre dernier au Birks Café de Montréal, le nouveau guide Le Montréal gourmand de Philippe Mollé est maintenant disponible. Chroniqueur gastronomique chevronné et passionné, Philippe Mollé dévoile, dans ce tout nouveau guide, une foule de savoureux trésors. Plus qu’un simple répertoire de restaurants, ce guide se veut un passeport alléchant pour découvrir le Montréal gourmand de l’auteur, toujours à l’affût de bonnes adresses.

Une sélection unique de restaurants
Philippe Mollé propose une sélection personnelle de 110 restaurants qui lui plaisent tout particulièrement, dans toutes les gammes de prix. « Ces établissements sont chargés, en plus de nous nourrir, de nous procurer du plaisir. Le décor, la qualité de la cuisine et la sélection des vins sont des éléments essentiels dans mes choix, mais l’originalité et la créativité de l’expérience gustative et le dosage de la musique peuvent aussi me séduire. »

Des palmarès thématiques pour mieux se retrouver
L’auteur dresse en outre la liste de ses plus agréables surprises de l’année… et de ses plus grandes déceptions, ainsi que des plus belles terrasses de restos à Montréal, des meilleurs établissements où l’on peut apporter son vin, de ceux qui disposent des meilleures caves à vins et autres palmarès bien personnels. Et puisqu’on ne peut tout de même pas aller au restaurant tous les soirs, Philippe Mollé suggère une dizaine de recettes de son cru avec sélection de vins, pour continuer à jouir des plaisirs de la table à la maison.

Dans le même esprit, l’auteur propose 52 adresses d’épiceries fines et d’artisans passionnés qui partagent leur amour pour les aliments de qualité au jour le jour avec les Montréalais. Qu’il s’agisse d’irrésistibles pâtisseries et boulangeries, de décadentes chocolateries ou de boucheries et traiteurs qui sortent des sentiers battus, Philippe Mollé fait saliver les lecteurs à chaque page.

Des cartes et index pour se repérer facilement
Le Montréal gourmand de Philippe Mollé contient plusieurs index pour se repérer facilement, ainsi qu’un cahier de plans de quartier qui permettent de localiser toutes les adresses décrites, et d’ainsi construire ses propres itinéraires gourmands. Voilà un guide de référence à garder à portée de main, pour un souper improvisé, une grande occasion ou une virée gourmande dans les différents quartiers de Montréal.

Visionnez la vidéo qui présente le nouveau guide !

Profitez également de la sortie de ce guide pour planifier vos découvertes restos à l’événement du mois de novembre : Montréal à table

Dans la foulée de la formule populaire adoptée par les destinations gastronomiques de la planète, la Semaine des restaurants de Montréal met à l’affiche de délectables menus à prix fixe dans une variété d’établissements aux quatre coins de la ville. Du chic restaurant cinq étoiles au chaleureux petit bistro, en passant par le resto « Apportez votre vin », Montréal a de quoi combler tous les appétits et ravir tous les palais.

Bon appétit !

 

Découvrez le meilleur de Boston le temps d’une longue fin de semaine !

Crédit photo © Guides voyage Ulysse

Boston, belle et sage capitale du Massachusetts, porte en ses murs plus de 375 ans d’une histoire bien palpable qui se découvre avec délice au gré des rencontres architecturales et culturelles.

Vous planifiez une longue fin de semaine à Boston ? Voici des suggestions pour vous aider à profiter au maximum de votre séjour.

Première journée
Le matin, commencez par une promenade à travers le Public Garden et le Boston Common. Pour connaître le rôle que les habitants de Boston ont joué dans la Révolution américaine, empruntez le Freedom Trail, qui passe par les cimetières que sont le Granary Burying Ground et le King’s Chapel Burying Ground, où plusieurs pierres tombales portent le nom de personnages notoires. Continuez jusqu’au Faneuil Hall, lieu de naissance de la rébellion, puis vers le North End pour la visite de la Paul Revere House et de l’Old North Church. Un déjeuner dans une trattoria s’impose ici car ce quartier est aussi la «Petite Italie» (Little Italy) de Boston.

L’après-midi sera consacré au quartier de Back Bay pour une tournée des boutiques et des galeries d’art de la célèbre Newbury Street et pour la montée jusqu’à l’observatoire du Skywalk, au 50e étage de la tour principale du Prudential Center, qui vous promet une vue imprenable s’il fait beau. Tout près, entre l’imposante Boston Public Library et l’extraordinaire Trinity Church, vous pouvez acheter un billet à moitié prix (BosTix) pour un concert, une partie des Bruins ou des Celtics. Dans le South End, rendez-vous sur la célèbre Restaurant Row, le long de Tremont Street, pour dîner dans un bon restaurant.

Deuxième journée
Si vous disposez d’un jour de plus, voici ce que nous vous proposons pour votre deuxième journée. Pour une double ration de culture, rendez-vous dans le Fenway, à l’Isabella Stewart Gardner Museum puis, non loin, au Museum of Fine Arts, où vous pourrez déjeuner à la terrasse du Courtyard Cafe. Sinon, dirigez-vous vers le port, où se trouvent le New England Aquarium, le Boston Children’s Museum et l’Institute of Contemporary Art.

L’après-midi, prenez la direction de Cambridge. Explorez l’immense Harvard University et un de ses musées, avant d’aller bouquiner dans une des nombreuses librairies de Harvard Square. Terminez votre journée par une soirée rock ou jazz dans un des nombreux bars étudiants de Cambridge.

Troisième journée
Si votre séjour dure trois jours, la troisième journée pourrait se présenter comme suit. Le matin, après une visite de l’Old State House, déambulez dans les étroites rues du quartier de Beacon Hill pour admirer les belles demeures conçues par l’architecte Charles Bulfinch, ou explorez le Black Heritage Trail. Profitez de la proximité des boutiques de Charles Street pour repérer l’accessoire de cuisine que vous avez toujours désiré. Pendant que vous y êtes, faites une pause au café-boulangerie Panificio.

L’après-midi, visitez l’Esplanade et son Hatch Memorial Shell. Vous pourrez ensuite faire une petite croisière sur la Charles River ou tout simplement regarder les bateaux passer. Enfin, dînez dans le Chinatown.

Quelques coups de cœur Ulysse

Les meilleurs attraits pour faire plaisir aux enfants
Boston Children’s Museum
Boston National Historical Park et USS Constitution
Franklin Park Zoo
Museum of Science and Charles
Hayden Planetarium
New England Aquarium

Les meilleurs endroits pour courir les boutiques
Charles Street
Downtown Crossing
Faneuil Hall Marketplace et Quincy Market
Newbury Street

Les meilleurs endroits pour profiter d’une belle vue
Bunker Hill Monument
Charles River Reservation
Institute of Contemporary Art
MIT
Skywalk
Tavern on the Water

Extraits du Guide de voyage Ulysse Boston

 

Vélo Québec en tandem avec la STM !

Crédits photo © Montage google images

En collaboration avec la Société de transport de Montréal (STM), Vélo Québec revient cette année avec le forfait Tandem VÉLO-STM. Pour ceux et celles qui entreposent leur vélo durant la saison froide, cette offre est pour vous !

À l’achat de 4 titres de transport mensuels consécutifs, valides du 1er décembre 2012 au 31 mars 2013, vous recevrez en prime 10 passages gratuits (valeur totale de 24$), que vous pourrez utiliser à votre guise dès le 1er avril 2013. Vous recevrez par la même occasion une nouvelle carte OPUS (gratuitement, valeur de 6 $), qui comprendra ces 4 titres de transport mensuels, valides du 1er décembre 2012 au 31 mars 2013, ainsi que les 10 passages valides à partir du 1er avril 2013.

Comment profiter de cette offre :

  • Si vous êtes déjà membre de Vélo Québec Association, visitez la rubrique Votre compte 
  • Si vous n’êtes pas encore membre de Vélo Québec Association, devenez-le, ce qui vous permettra de profiter du forfait Tandem VÉLO-STM.
  • Vous pouvez procéder également par téléphone: 514 521-8356, poste 504, ou 1 800 567-8356, poste 504.

Faites vite, adhérez avant le 9 novembre pour profiter de cette offre !

Pour plus d’information sur les conditions de l’offre, cliquez ici >

 

Vous voulez garder la forme ? Prenez les transports en commun!

Crédit photo © Communauto

« Les usagers du transport en commun marchent autant que ceux qui se rendent au travail à pied. »

Voilà une phrase bien surprenante à lire, mais selon Ugo Lachapelle, professeur au Département d’études urbaines et touristiques de l’ESG UQAM, elle représente bien la réalité.
« Les gens qui utilisent les transports publics (autobus, métro ou train de banlieue) pour se rendre au travail marchent davantage que ceux qui utilisent uniquement l’automobile ». Évidemment, c’est sans surprise, mais les recherches de M. Lachapelle, menée en collaboration avec l’Université Rutgers au New Jersey, démontrent également que prendre le transport en commun nous oblige à marcher davantage. En plus de marcher pour se rendre à notre station de métro ou notre arrêt d’autobus, il arrive très souvent que nous devions marcher à nouveau puisque le lieu de notre travail n’est pas toujours à la sortie du métro ou au coin de la rue.

Autrement dit, l’utilisation des transports en commun combiné à la marche nous oblige à bouger davantage. Toujours selon ses études, M. Lachapelle avance que les gens qui utilisent les transports en commun ont trois fois plus de chance d’atteindre les recommandations d’activité physique suggérées par la Fondation des maladies du cœur, soit environ 30 minutes par jour, cinq jours par semaine.

Une combinaison profitable à tous ! En plus de faire de l’activité physique en marchant au boulot, au resto, à l’épicerie ou pour aller chercher les enfants à la garderie, les utilisateurs du transport en commun contribuent à diminuer les émissions globales de gaz à effet de serre.

Vous voulez un truc pour garder la forme ? Prenez ou continuez de prendre le transport en commun !

Pour en apprendre davantage sur les études de M. Lachapelle, cliquez ici >

 

En ville… à pied, à vélo, en bus, en métro !

Crédits photo © Montage Google

Déjà septembre ! Avec la rentrée, les bouchons de circulation connaissent des sommets, et comme chaque année à la même période, La semaine des transports collectifs et actifs et En ville sans ma voiture ne pourraient mieux tomber ! De nombreuses activités se tiendront dans les grandes villes du Québec pour nous amener à réfléchir à nos habitudes de déplacement. Communauto participera à quelques-unes d’entre elles et nous vous invitons à faire de même, sans votre voiture ! Petit avant-goût de la programmation.

À Québec :
Du 16 au 22 septembre, ce sont des activités de toutes sortes qui sont organisées pour la population : Park(ing)Day, Question d’espace, Ciné-Vélo, concours et plus encore! Le 18 septembre, c’est aussi le Défi sans auto Au Boulot!, et le 22 septembre, le Défi de la Journée internationale sans voiture destiné à toute la population!

16 septembre : Le Park(ing) Day est de retour ! Allez voir les bonnes idées des équipes participantes qui tenteront de transformer, le temps d’une journée, des espaces de stationnement en petites oasis urbaines. Communauto y sera. Et vous ?

21 septembre : Communauto tiendra un kiosque à l’Université Laval au Pavillon H.-Biermans – L. Moraud, une voiture électrique sera sur place pour des essais routiers de 11h00 à 16h00.

22 septembre : À l’occasion de la Journée sans voiture, le transport en commun est gratuit pour tous à Québec et à Lévis. Dans Saint-Roch, de nombreuses activités vous attendent : kiosques, terrasses sur rue, animation, spinning, manifestations artistiques et plus.

Du 16 septembre au 22 septembre : Visitez le www.transportsviables.org/stca/ pour en savoir plus sur la programmation.

À Montréal :
21 septembre : Le CRE-Montréal organise la 1ère édition du Park(ing) Day à Montréal ! Communauto y sera, venez nous voir !

22 septembre : Cette année, l’événement se veut familial et aura lieu dans le Vieux-Port. Activité photo pour les enfants, prestation de Toc Toc Toc, quadricycles gratuits, rallye, Tai chi et spectacle des Respectables sont au programme.

Parmi les activités prévues, notons aussi le TranspoCamp organisé par le Living Lab de Montréal. Ce forum ouvert, dédié à toutes les personnes intéressées par les nouvelles technologies appliquées du domaine du transport urbain, sera l’occasion d’explorer des idées variées et de véritables solutions pour l’avenir. Il y a également un tout nouveau blogue qui permet d’échanger tout au long de l’année sur les expériences en transport collectif et actif.

N’oubliez pas de visiter le kiosque de Communauto !

Du 17 au 30 septembre : Regardez la programmation détaillée à envillesansmavoiture.com pour connaître les activités locales qui auront lieu près de chez vous, dans de nombreux arrondissements et villes.

À Sherbrooke :
Dans le cadre de la semaine sherbrookoise de la mobilité durable, des activités de sensibilisation auront lieu dans le but de favoriser l’utilisation de modes durable tels les transports actifs (marche et vélo), le transport en commun et interurbain ainsi que le covoiturage ou l’autopartage comme moyen de déplacement pour aller au travail et au Centre-ville.  Participez au concours « Semaine de la mobilité durable ». Plus de 3000 $ de prix à gagner.

20 septembre : Communauto participera à la Journée de l’autopartage. Tous les détails au www.mobilitedurable.qc.ca.

À Gatineau :
Le 18 septembre : Défi Vél-Auto-Bus : qui du vélo, de l’automobile ou de l’autobus rejoindra le premier sa destination ?  Relevez le Défi sans auto en troquant votre auto pour les transports durables tout au long de la journée ; de nombreux prix sont à gagner !

20 septembre : rejoignez le 5@7 rue Laval. Au programme: barbecue, défilé mobil’chic et dégustation de bières au Marché Vieux Hull ! Prix et rabais sur place aux utilisateurs des transports viables.

21 septembre : Park(ing) Day, événement international qui transforme des espaces de stationnement sur rue. Votez pour la place qui vous semble la mieux métamorphosée et courrez la chance de gagner un prix !

22 septembre : dans le cadre de la journée « En ville, sans ma voiture », venez participer au Rallye Urbain et (re)découvrez le centre-ville de Hull !

Rendez-vous au www.infostca.org/programmation-2012 pour en savoir plus.

 

Au mois d’août, c’est chez Émilie que ça se passe !

Crédits photo © Communauto

Depuis le 20 juin dernier, le Quartier des spectacles de Montréal anime la place Émilie-Gamelin avec une programmation à saveur estivale et créative. Lieu de rassemblement devenu historique avec les récents événements, vous serez surpris du décor et séduit par l’ambiance qui règne dans ce coin de ville agité et vivant !

Au menu : Série M pour Midi présenté par M pour Montréal, Série Midis Jazz Accès culture, Place au Doc ! Les soirées ONF et Série Midis arométissés de Vision Diversité. Pour ceux qui voudraient casser la croûte tout en restant au soleil ou à l’ombre sous un parasol, spécialement installés pour l’événement, les fameux « food trucks », ou camions de rue, seront au rendez-vous.

Pour tout le mois d’août et jusqu’au 30 septembre, redécouvrez cet espace public !

Pour plus d’information sur la programmation >

 

Un mois gratuit de transport en commun avec la STM !

Crédits photo © STM

Cette année encore, les nouveaux abonnés annuels au transport en commun de la STM à tarif ordinaire, obtiennent le 12e titre mensuel de leur abonnement gratuitement grâce à la campagne de Transport Québec visant à remédier aux problèmes de congestion liés aux différents travaux routiers.

L’offre est également valide pour les abonnés de Communauto qui décident de passer au DUO auto + bus (www.communauto.com/duo/stm.html) avant le 4 septembre 2012. Ceux-ci auront droit aux avantages déjà prévus par cette formule en plus de leur mois d’abonnement gratuit à la STM :

  • Ceux qui optent pour le DUO auto + bus forfait non-membre peuvent, en ajoutant 5 $ par mois au coût du titre de transport, accéder au Forfait C de Communauto sans avoir à débourser les droits d’adhésion de 500 $ et la cotisation annuelle de 39 $.
  • Ceux qui optent pour le DUO auto + bus forfait membre, qui versent donc les droits d’adhésion de 500 $ (100 % remboursables sur désistement), économisent 3 $/mois sur la cotisation annuelle à Communauto.

Les usagers s’étant abonnés au DUO après le 4 novembre 2011 seront automatiquement inscrits à la promotion. S’ils restent abonnés à la STM pendant 11 mois consécutifs, le mois d’août 2013 leur sera offert gratuitement.

Les plus fidèles, inscrits avant le 4 novembre 2011, recevront non seulement leur mois gratuit en septembre, en octobre ou en novembre 2012, mais de plus, Transport Québec leur offrira tous les mois de 2013 au tarif de 2012 s’ils restent abonnés à l’année. Aucune inscription n’est requise.

(Date limite d’inscription : le 4 septembre 2012)

Deux nouvelles stations à Laval et un grand concours !

Crédits photo © Communauto

Pour souligner l’arrivée de deux nouvelles stations d’autopartage à Laval, à la station de metro Montmorency et dans le quartier Vimont, Communauto et la Société de transport de Laval lancent un grand concours afin d’offrir aux Lavallois la chance de gagner un an de transport durable. (www.communauto.com/stl)

La première des deux nouvelles stations a été inaugurée au début juillet au métro Montmorency. Grâce à la collaboration de l’Agence Métropolitaine de Transport, une voiture Communauto est maintenant disponible dans la section P6 du stationnement extérieur du Terminus Montmorency.

Une seconde station ouvrira ses portes d’ici la fin du mois de juillet dans le quartier Vimont, dans le stationnement de la paroisse Saint-Elzéar, à l’angle du Boul. Saint-Elzéar Est et de la rue Bédard.

Pour ce qui est du concours, chaque participant ayant obtenu une bonne réponse se méritera automatiquement un abonnement gratuit au forfait Le Lièvre de Communauto ainsi que deux titres de courtoisie de la STL et courra la chance de remporter notre grand prix : un abonnement d’un an à la STL ainsi qu’un abonnement d’un an au forfait A de Communauto.

Bonne chance à tous !

 

Voyage olfactif au Jardin botanique de Montréal

Crédits photo © Espace pour la vie

Quand on parle du Jardin botanique de Montréal, on ne réalise pas à quel point il s’agit d’une attraction d’envergure internationale. À preuve, le site reçoit près d’un million de visiteurs par année. De ce nombre, près de la moitié sont des touristes étrangers, surtout des Américains et des Français.

Entrée : payante (incluant l’accès à l’Insectarium)
Services : boutique, mini-train durant l’été, restaurant
Horaire : tous les jours 9h à 17h (jusqu’à 18h en été et jusqu’à 21h en automne), sauf les lundis du début janvier à la mi-mai et du début novembre à la fin décembre (ouvert les jours fériés)

Plantes : 22 000 espèces et variétés
Arboretum : 2 000 espèces de partout dans le monde
Activités sur place : visite éducative

Circuit
Par où commencer votre visite? Pourquoi pas par les « jardins d’exposition », à l’ouest, en vous attardant aux plantes médicinales ? Peut-être y verrez-vous l’échinacée pourpre dont l’extrait donne de l’énergie aux humains. Plus au nord, des canards sauvages pataugent dans des étangs égayés par les grosses fleurs blanches et jaunes des nénuphars. Chemin faisant, vous traverserez la roseraie, d’où se dégage un parfum enivrant. Des rosiers, il y en a 10 000. Alors, imaginez le bouquet !

Balade dans les serres
Ouvertes en 1958, les 10 serres d’exposition couvrent une superficie de 4 000 m². Les visiter devient presque une expédition. C’est si grand qu’il est à peu près impossible de tout voir en une seule fois. En hiver, la végétation luxuriante et la chaleur humide donnent une atmosphère de tropiques instantanés. En été, vous retrouvez un abri contre la chaleur accablante ou contre la pluie. Vous y découvrez entre autres l’exotisme des penjings, ces petits arbres nains de la Chine. Chacune des serres vous entraîne dans une partie du monde différente.

Floraisons et plantes tropicales
Agrémentée d’une mezzanine et d’une cascade, la grande serre d’exposition se métamorphose au gré des saisons. Au printemps, les papillons virevoltent par milliers lors de l’événement « Papillons en liberté », suivi en été par de magnifiques floraisons, alors qu’octobre ramène le « Grand Bal des citrouilles ».

« Serre du Soleil », l’hacienda, grâce à son architecture d’influence espagnole, vous fait faire un voyage éclair au Mexique et en Amérique du Sud.  Sa cour est égayée de cactus et de plantes grasses de toutes sortes. Là, comme dans la serre des régions arides, vous retrouvez entre autres plusieurs espèces d’agaves, des plantes grasses avec lesquelles on fait la tequila au Mexique.

La serre des plantes tropicales alimentaires vous fait connaître à son tour caféier, figuier, etc., bref, 80 espèces qui fournissent nourriture, fibres pour tissus, épices ou médicaments. Décidément, explorer les serres, c’est aussi un voyage éclair au pays de la connaissance.

À voir ou à revoir
Le site est tellement grand qu’il est presque impossible de tout voir en une seule visite. Après tout, il y a une trentaine de jardins. Mais ne manquez surtout pas ce qui fait la renommée du Jardin botanique de Montréal, soit le Jardin de Chine, le Jardin japonais et le Jardin des Premières-Nations. Sans parler de l’Arboretum et de la Maison de l’arbre. Voilà sans doute pourquoi des visiteurs y sont déjà allés plusieurs fois !

Comment s’y rendre
Jardin botanique de Montréal, 4101 rue Sherbrooke E., 514-872-1400
www.ville.montreal.qc.ca/jardin
En transport en commun : métro Pie-IX ou Viau.
À vélo : par la piste cyclable de la rue Rachel.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Les marchés publics : proximité et produits frais !

Crédits photo © Google images

Redécouvrez vos marchés de quartiers ! Les marchés publics font aujourd’hui partie intégrante de notre paysage urbain.  Ils sont grands ou tout petits, quatre-saisons ou estivaux, intérieurs ou extérieurs. Mais peu importe leurs caractéristiques, ils sont là, au grand bonheur de tous !

Les avantages des marchés publics sont nombreux : apaisement de la circulation, accès à des produits frais et locaux à proximité, revitalisation des quartiers et amélioration de la qualité de vie. Ainsi, ces marchés contribuent de façon significative à une économie du partage fondée sur des principes qui priorisent l’expérience, l’accès et l’usage plutôt que la possession, la propriété et l’excès.

Allez-y à pied ou à vélo, en ami ou en famille, toutes les raisons sont bonnes pour aller au marché. Vous y rencontrerez vos voisins, des citoyens, des élus, des producteurs locaux, des fermiers de famille et des artisans du changement !

Depuis leur arrivée il ya des dizaines d’années, les marchés publics sont toujours aussi présents et d’autres initiatives voit le jour. Récemment, Fruixi et Équiterre se sont associés pour répondre à la demande et aux besoins toujours grandissants de manger des produits frais et locaux. L’agriculture urbaine à le vent dans les voiles partout au Québec ! De plus en plus de citoyens et de citoyennes engagés se mobilisent pour trouver des solutions originales pour mieux se nourrir et cultiver notre jardin urbain.

Voici quelques liens intéressants :

Faites votre marché à vélo >

Trouvez votre marché de quartier à Montréal >

Découvrez le marché du Vieux-Port de Québec >

Rendez-vous au marché de la gare à Sherbrooke >

 

Plage urbaine du Vieux-Port de Montréal : à vos maillots !

Crédits photo © SVPM

À pied, à vélo, en Bixi, en métro ou en autobus, les amateurs de plage et de soleil auront une nouvelle destination cet été !

Le Vieux-Port de Montréal a ouvert sa plage urbaine au grand bonheur de beaucoup de Montréalais ! L’entrée sera gratuite durant ces deux journées d’ouverture, avis aux intéressés.

Située à quelques pas du quartier historique, la plage urbaine du Vieux-Port de Montréal offre une ambiance de vacances avec son sable fin, ses chaises, ses parasols et la fraîcheur de ses brumisateurs. De plus, une buvette permet de se rencontrer entre amis autour d’un verre ou de casser la croûte jusqu’à la brunante.

Aménagée au pied de la Tour de l’Horloge, entrée spectaculaire du Vieux-Port, la Plage de l’Horloge offre une atmosphère sereine tout en étant branchée directement sur la ville et les attractions du Vieux-Port. La plage sera le nouveau rendez-vous incontournable du Vieux-Port cet été !

Pour connaître la programmation, l’horaire et les tarifs, consultez le site du Vieux-Port de Montréal au : www.vieuxportdemontreal.com

 

Envie de changer le monde ? Nouveau site d’emplois disponible !

Crédits photo © Engagés.ca

Il y a un an, les entreprises québécoises se donnaient sur Twitter un rendez-vous unique au monde : le mardi développement durable. 12 mois et 13 000 tweets plus tard, le mot-clic #mardiDD rassemble 365 organisations qui partagent leurs initiatives, faisant du développement durable l’un des sujets de conversation les plus populaires sur Twitter chaque semaine. Aujourd’hui, le #mardiDD fait des petits avec le lancement d’Engagés – le site d’emplois des professionnels du développement durable et de l’économie sociale.

Un site d’emplois pour le nouveau monde du travail
Au Québec, le secteur de l’économie sociale emploie plus de 125 000 personnes, tandis que les principes de développement durable génèrent de nouvelles opportunités au sein de milliers d’autres entreprises et organisations. Pour ces employeurs, le succès repose sur le recrutement d’une main-d’œuvre qui, au-delà de la formation et de l’expérience, incarne des valeurs telles que la responsabilité sociale et le respect de l’environnement.

Caractéristique digne de mention : Engagés innove en permettant aux employeurs d’indiquer l’accès au lieu de travail par métro, bus et vélo.

Lire le communiqué >

 

La rue Kitétonne : festival d’arts de rue pour toute la famille !

Crédits photo © Toxique Trottoir

Les 14, 15 et 16 juin, à partir de 18h, LA RUE KITÉTONNE invite les curieux de toutes générations  à découvrir des spectacles hors normes d’arts de rue au Technopôle Angus de Rosemont.

Au programme pour cette 3e édition, des spectacles de théâtre, marionnettes, cirque, danse, musique, arts visuels, conçus pour l’espace public par des artistes venus du Québec, de France, de Suisse et de Hollande.

Créativité, irrévérence, spontanéité et interactivité sont à l’honneur !

Également au programme : de nombreux projets de médiation culturelle, le OFF KITITILLE, des rencontres de professionnels, des jeux de kermesses, des expériences ludiques qui mettront en éveil tous les sens des festivaliers, plaisirs gourmands en prime…

Créée par l’originale compagnie de spectacles de rue, Toxique Trottoir, cette manifestation artistique et festive accueille gratuitement tous les publics. Venez nombreux et laissez-vous surprendre par les arts de la rue !

Pour un avant-goût du festival, découvrez en vidéo une partie de la programmation.
Rejoingnez l’évènement Facebook

 

Où allez-vous en vacances cet été ? Partagez avec nous vos idées de mobilité durable !

Crédits photo © Montage - Google images

C’est plus fort que nous. Sitôt la neige fondue, on s’imagine déjà en vacances. On commence à planifier, et on se met à rêver. Plage, camping, jardinage, voyage… Pour vous aider à organiser vos vacances sans mettre une croix sur vos principes écologiques, nous vous suggérons quelques pistes « hors des sentiers battus » pour vous déplacer autrement cet été.

Des vacances à pied ?
La Fédération québécoise de la marche regroupe une centaine d’organisations offrant des activités de randonnée pédestre partout au Québec. Que vous soyez seul, en couple ou en famille, joignez-vous à d’autres randonneurs pour une excursion d’un jour ou plus et découvrez des paysages à couper le souffle. Les coûts sont généralement modestes et le transport se fait en autobus ou en covoiturage.

À propos de covoiturage, Communauto a de nombreux partenaires : Amigo express, Allo stop, AlternativeAuto, Covoiturage Montréal, dont certains offrent des rabais aux membres de Communauto.

Kayak et canot en ville !
Bien des Montréalais en viennent à oublier qu’ils habitent une île tant l’accès aux rives a été limité par le passé. Des progrès ont heureusement été faits, notamment grâce à la Route bleue du Grand Montréal, dont les itinéraires nous permettent de voir la métropole sous un autre angle tout en pagayant.

Vive le cyclotourisme !
Le cyclotourisme s’est démocratisé ces dernières années de sorte qu’il est plus facile que jamais d’organiser petits et grands voyages à vélo. Et ce n’est pas nécessaire d’être au sommet de votre forme pour partir en escapade ! Informez-vous auprès de Vélo Québec des innombrables possibilités qui s’offrent à vous selon votre condition physique.

Le train, une formule romantique et pratique
Les romantiques s’imagineront prendre le Transsibérien ou monter dans l’Orient express… Les plus pragmatiques, eux, apprécieront sa simplicité, son confort et son faible coût. Envie de parcourir le pays d’est en ouest ou de vous évader le temps d’une petite escapade ? Via Rail propose de nombreux forfaits ainsi que des tarifs réduits pour les enfants, les jeunes adultes et les aînés. De plus, profitez d’un rabais de 10 % pour les mêmes de Communauto.

D’autres idées à ne pas négliger !
Membres de Communauto, n’oubliez pas que nos partenaires vous offrent des rabais exclusifs ! Si ce n’est pas déjà fait, profitez de l’été pour découvrir les écogîtes d’Entre Cîmes et Racines, les auberges Le Baluchon et Au Diable vert et les activités d’Aventure Écotourisme Québec, entre autres… Pensez aussi à combiner ces offres avec nos tarifs Longue distance pour des vacances avantageuses, sans souci et « comme sans auto » !

Enfin, si vos billets d’avion sont déjà achetés, pensez à faire un voyage carboneutre en finançant un projet vert dans un pays en développement. De nombreux organismes, comme Planetair, au Québec, vous permettent d’acheter des « crédits carbone », mais attention, tous les programmes ne s’équivalent pas. Nombre de voyagistes et de transporteurs offrent aussi à leurs clients la possibilité de voyager la conscience tranquille en échange d’un supplément. Informez-vous !

Et vous ? Pensez-vous à l’environnement quand vient le temps de planifier vos sorties estivales ? Que planifiez-vous faire cet été ? Quels sont vos trucs pour des vacances en mobilité durable ? Combinez-vous plusieurs moyens de transport ? Partagez avec nous vos bonnes idées !

 

Projet Écosphère Montréal : Foire de l’environnement et de l’écohabitation

Crédits photo © Montage - Projet Écosphère

Les 19 et 20 mai, Communauto invite tous ses abonnés à se rendre à la plus grande foire de l’environnement et de l’habitation saine à Montréal. Venez nous voir, nous serons parmi les exposants !

De plus, rencontrez Hubert Reeves, David Suzuki et Gilles Vigneault lors de la Soirée des Sages le vendredi 18 mai à 19 h à la salle Pierre-Mercure du centre Pierre-Péladeau. Réservez au plus vite vos billets en visitant le www.projetecosphere.org. Les places s’envolent vite !

Au programme :

  • 230 exposants;
  • 35 conférences;
  • Amylie en spectacle le samedi soir;
  • Des essais de voitures hybrides et électriques;
  • Visite de la maison Das Haus sur le site;
  • Animation pour les enfants et halte-garderie;
  • Expositions artistiques et spectacles;
  • Ateliers culinaires et restaurants santé;
  • Expo photo a la Biosphère d’Environnement Canada.

C’est la première année que la foire débarque à Montréal, une initiative du Groupe Écosphère, un OBNL voué à la préservation de l’environnement et au développement durable.

La Foire Écosphère se tiendra les 19 et 20 mai, au Technopôle Angus. Elle sera également organisée à Brome les 22 et 23 septembre prochains, ainsi qu’à Val-David en 2013.

Pour plus d’information >

 

Les grands parcs de Montréal, (re)découvrez-les !

Crédits photo © Parc Jean-Drapeau

1. Parc du Mont-Royal : une montagne urbaine à trois sommets
Activités : patin sur glace, ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, pédalo, observation de la flore et de la faune.
S’y rendre : en autobus (11, 80, 129, 165 et 435), en vélo, en BIXI, en voiture
Profitez de points de vue exceptionnels sur la métropole.

2. Parc Jean-Drapeau : un parc, deux îles
Activités : ski de fond, raquette, trottinette des neiges, marche, cyclisme, patin à roues alignées, escalade, glissade, observation de la flore et de la faune, patin sur glace, baignade, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (167 à partir du métro Jean-Drapeau), par la navette fluviale, en vélo, en BIXI, en voiture
Participez à des événements spéciaux toute l’année.

3. Parc Angrignon : un parc à l’anglaise et une forêt de 20 000 arbres
Activités : ski de fond, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune
S’y rendre : en métro (station Angrignon), en voiture
Prenez part à des activités éducatives pour toute la famille à la ferme et au fort Angrignon.

4. Parc des rapides : une zone écologique au pied des rapides
Activités : Ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, kayak
S’y rendre : en autobus (58), en voiture
Observez un panorama à couper le souffle.

5. Parc René-Lévesque : une presqu’île bordée par le fleuve
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (110, à partir du métro Angrignon), en vélo, en voiture
Visitez un musée en plein air.

6. Parc-nature de l’Anse-à-l’Orme : un endroit tout désigné pour la voile
Activités : pêche sur glace, observation de la faune, planche à voile, surf, voilier
S’y rendre : en autobus (68) puis en voiture, en voiture seulement
Profitez des vents dominants de l’Ouest.

7. Parc-nature du Cap-Saint-Jacques : un domaine champêtre
Activités : ski de fond, raquette, randonnée en traîneau ou en voiture à cheval, marche, cyclisme, observation de la faune, baignade, pêche, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (64 et 68), en voiture
Visitez une cabane à sucre traditionnelle et une ferme écologique.

8. Parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard : un parc composé de cédrières, d’érablières et de marais
Activités : ski de fond, raquette, marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore, pêche, baignade, canot, kayak
S’y rendre : par traversier (printemps-été), en voiture
Observez la migration des bernaches et des oies à l’automne.

9. Parc-nature du Bois-de-Liesse : une forêt centenaire, un ruisseau, des jardins
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, observation de la faune, pêche
S’y rendre : en autobus (215 et 68), en voiture
Posez toutes vos questions ! Une équipe de naturalistes est à votre service.

10. Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation : un parc historique au cœur du Sault-au-Récollet
Activités : ski de fond, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Visitez un musée historique, faites une visite guidée en train balade et flânez au superbe bistro-terrasse.

11. Parc du Ruisseau-De Montigny : un petit ruisseau, de grandes cascades
Activités : marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Observez de nombreuses espèces végétales et animales.

12. Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies : des champs, des marais, des boisés
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (183 et 186), en voiture
Emmenez les enfants, ils s’amuseront ferme sur la grosse butte aménagée pour la glissade.

13. Promenade Bellerive : un parc qui en relie quatre autres
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, baignade (piscine extérieure)
S’y rendre : en autobus (22, 28, 185), en voiture
Profitez des fêtes et soirées culturelles organisées par la Société d’animation de la promenade.

14. Parc Maisonneuve : une ambiance de fête au cœur de la Ville
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, golf
S’y rendre : en métro (stations Pie-IX ou Viau), en autobus (plusieurs lignes), en vélo, en BIXI, en voiture
Patinez en soirée sur la magnifique patinoire éclairée.

15. Parc Lafontaine : un joyau sur le Plateau
Activités : Raquette, glissade, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, baignade (piscine extérieure), tennis, volley-ball
S’y rendre : en métro (station Sherbrooke), en autobus (plusieurs lignes), en BIXI, en vélo, en voiture
Appréciez la programmation culturelle (gratuite !) du Théâtre de la Verdure.

16. Parc Jarry : du sport, du sport, et encore du sport
Activités : ski de fond, glissade, patin sur glace, marche, patin à roues alignées, planche à roulettes, baignade (piscine extérieure), tennis, soccer, base-ball, cricket, volley-ball
S’y rendre : en métro (stations Parc et De Castelnau), en autobus (55, 193), en BIXI, en vélo, en voiture
Laissez-vous dépayser ! Le Montréal multiethnique qui fréquente assidûment ce parc lui confère une touche d’exotisme

17. Complexe environnemental de Saint-Michel : un site d’enfouissement métamorphosé en un magnifique parc
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, visites commentées
S’y rendre : en autobus (94 et 193), en BIXI, en vélo et en voiture
Pour une sortie familiale hors de l’ordinaire, terminez la journée à la Tohu pour un spectacle de cirque ou au TAZ Roulodôme et Skatepark, où toute la famille peut pratiquer patin, planche et BMX en toute sécurité

Les amis de la montagne ont 25 ans !

Crédits photo © Amis de la montagne

Repère géographique et historique, poumon de la Ville, oasis urbaine, haut lieu d’activités… Le mont Royal revêt une importance capitale pour les Montréalais. Et l’immense parc à la biodiversité étonnante ne serait sans doute plus le même sans la vigilance et le dévouement des Amis de la montagne, qui célèbrent leur 25e anniversaire cette année.

Fondé à l’initiative d’une coalition de citoyens s’opposant à la construction d’une tour sur la montagne, l’organisme accomplit une grande mission : d’une part, protéger et mettre en valeur le mont Royal; de l’autre, promouvoir l’engagement communautaire et sensibiliser le public à l’environnement.

Nous saluons le travail des Amis et encourageons ceux qui aiment la vie « comme sans auto » à faire un don ou à devenir bénévoles pour marquer les 25 ans de l’organisme. Soulignons par ailleurs que la grande soirée-bénéfice annuelle au profit du mont Royal, qui aura lieu le 16 février prochain, souffle ses 15 bougies cet hiver. Amateurs de sports d’hiver, vous êtes donc invités à vous rendre, raquettes aux pieds, à la Célébration des Tuques bleues.

Pour en savoir plus sur les nombreuses façons de soutenir les amis de la montagne >

Pour prendre part à la 15e Célébration des Tuques bleues >

 

Des patinoires pour tous les goûts à Québec !

Crédits photo © Google images

Destination de choix pour les amateurs de plein air, la vaste région de Québec possède des attraits naturels fort riches et diversifiés, et plusieurs beaux parcs en parsèment le territoire. Si le cœur vous en dit, lors de votre séjour, vous aurez sûrement l’occasion de pratiquer plusieurs activités de plein air, entre autres le patin à glace.

Patiner aux portes du Vieux-Québec
Par les belles journées d’hiver, la place D’Youville offre un spectacle féerique avec la neige qui la recouvre, la porte Saint-Jean givrée, Le Capitole illuminé, les décorations de Noël suspendues à ses lampadaires et les patineurs. En effet, le centre de la place se pare d’une petite patinoire (entrée libre; location et aiguisage de patins sur place) qui reçoit les amateurs au son d’une musique d’ambiance. Si le courage vous manque pour embarquer dans la valse, vous pourrez toujours profiter du spectacle! Grâce à son système de réfrigération, la patinoire ouvre le plus tôt possible, soit vers la fin du mois d’octobre, et ferme le plus tard possible au printemps, pour permettre aux Québécois d’en profiter longtemps! Un vestiaire (apportez votre cadenas) où l’on trouve des toilettes permet aux gens de chausser leurs patins.

Patiner dans un jardin
Une belle patinoire (entrée libre; location de patins) qui s’étend sous les arbres est aménagée au Domaine Maizerets. On peut chausser ses patins et se réchauffer près du poêle à bois dans le petit chalet.

Patiner sur le site de la Pointe-aux-Lièvres
Venez découvrir les nombreuses possibilités de divertissement qu’offre le site. Patinez sur un sentier glacé et éclairé, d’environ 1,5 km ou sur une surface glacée . Glissez sur une pente d’environ 5 m de hauteur et marchez sur un sentier piétonnier éclairé de 7 km.

Comment s’y rendre

Patinoire de la place D’Youville, tout près de la porte Saint-Jean hors les murs, 418-641-6256, www.ville.quebec.qc.ca

Patinoire du Domaine Maizerets
, 2000 boul. Montmorency, 418-641-6335, www.domainemaizerets.com

En transport en commun : en partant près de la place D’Youville, autobus 53.

En voiture : en partant près de la place D’Youville, autoroute Dufferin-Montmorency vers le nord, sortie boulevard Henri-Bourassa vers l’ouest, rue de la Trinité à droite et avenue De La Vérendrye à droite.

Site des sports d’hiver de la Pointe-aux-Lièvres, 25 rue de la Pointe-aux-Lièvres, 418-691-4710, www.societerivierestcharles.qc.ca

En transport en commun : en partant près de la place D’Youville, autobus 3 et autobus 86 à l’angle des rues du Roi et de la Couronne.

En voiture : en partant près de la place D’Youville, côte d’Abraham, rue de la Couronne, autoroute 73 Nord, sortie 2, rue Lee à droite, rue de la Pointe-aux-Lièvres à gauche.

Tiré du guide Ulysse Ville de Québec.

Sept merveilleux spas urbains au cœur de Montréal

Crédits photo © Google images

Des professionnels de la santé vous offrent dans les spas différents soins en hydrothérapie, massothérapie, esthétique, etc. Se distinguant par leurs menus, activités ou services, en voici sept, situés au cœur de Montréal, pour vous permettre de choisir celui qui correspondra le mieux à vos objectifs de santé.


Bota Bota
Ce spa se distingue des autres par son emplacement: il est aménagé dans un ancien traversier apponté dans le Vieux-Port, transformé en un luxueux centre de soins flottant. Leur spécialité, le circuit d’eau, vous fait passer par des bassins de différentes températures, dans la tradition des bains nordiques. Le plus : la vue époustouflante sur le port et la ville depuis les ponts et terrasses. Massages et autres soins sont aussi offerts, et un comptoir gourmand permet de se restaurer.

358, rue de la Commune Ouest
514 284-0333
www.botabota.ca

Espace Nomad
Le grand boulevard Saint-Laurent s’est enrichi d’un espace inédit dédié au mieux-être des citadins désireux de larguer les amarres quelques heures. Soins et massages de qualité ne feront pas mentir la devise du lieu : Le temps que l’on prend pour soi aujourd’hui embellit celui de demain.

4650, boulevard Saint-Laurent
514 842-7279
www.espacenomad.ca

Le Spa de l’Hôtel Le St-James
Le Spa de l’Hôtel Le St-James se démarque par son atmosphère romantique, quasi magique, et son intimité inégalée. Les soins proposés incluent les massages aux pierres chaudes et sous la « pluie », des exfoliations complètes et l’enveloppement corporel au rassoul, une argile riche en oxyde de fer et en magnésium.

Hôtel Le St-James
355, rue Saint-Jacques
514 841-5030
www.hotellestjames.com

Rainspa
La décoration impeccable et naturelle du Rainspa, situé dans l’hôtel Le Place d’Armes, enveloppe la clientèle d’une chaleur méditerranéenne. Bien qu’il ne soit pas conçu de façon traditionnelle, le hammam du Rainspa, avec sa vapeur d’eucalyptus vivifiante, offre une expérience teintée d’exotisme.

Le Place d’Armes Hôtel & Suites
55, rue Saint-Jacques
514 282-2727
www.rainspa.ca

Scandinave Les Bains Vieux-Montréal
La thermothérapie, concept lié aux bains scandinaves, est simple et efficace : un réchauffement corporel dans un sauna sec ou humide suivi d’un refroidissement vivifiant à la douche ou dans un bain nordique qui se termine par un moment de langoureuse détente. Fidèle à la thématique des lieux, le design contemporain du Scandinave Les Bains réunit des éléments chauds (bois) et froids (pierre et marbre) pour créer un espace apaisant et distingué.

71, rue de la Commune Ouest
514 288-2009
www.scandinavemontreal.com

Spa Diva
Au milieu du centre-ville en ébullition, le Spa Diva inspire calme et relaxation. Situé aux Cours Mont-Royal, cet établissement haut de gamme propose de multiples soins pour le corps et le visage.

Cours Mont-Royal,
1455, rue Peel, 4e étage
514 958-9859
www.spadiva.ca

Spa Savanna
Une adresse audacieuse pour ce spa de grande qualité installé dans un quartier en pleine mutation. Le décor d’inspiration africaine et le bain vapeur ajoutent à la portée bienfaisante du lieu et des soins qu’on y donne.

4032, rue Notre-Dame Ouest
514 931-6544
www.spasavanna.com

Comment s’y rendre
Les spas urbains situés au cœur de Montréal sont facilement accessibles en transport en commun ou en voiture.

Tiré du guide Ulysse Montréal.

Communauto : complice de vos déplacements responsables

Crédits photo © Google images

Si vous habitez la région de Québec, vous avez peut-être déjà entendu parler du nouveau Programme complicité du Réseau de transport de la Capitale (RTC). De quoi s’agit-il ? D’une certification délivrée aux partenaires du RTC qui contribuent au développement durable en appuyant les transports en commun. Plus de 80 organismes et entreprises ont déjà reçu la certification complicité qui atteste qu’elles offrent l’abonne BUS à leurs employés. Le Programme complicité leur permet de se démarquer comme employeurs de choix auprès des travailleurs et comme acteurs socialement responsables auprès du public.

L’abonne BUS est un programme d’abonnement mensuel au RTC ou à la Société de transport de Lévis qui permet au personnel des entreprises et organismes partenaires d’économiser 10 % sur le tarif ordinaire des laissez-passer.

Entreprise bien établie dans la région de la Capitale-Nationale, Communauto fait bien sûr partie des partenaires du RTC ayant reçu la certification du Programme complicité. Tous les inscrits de l’abonne BUS peuvent d’ailleurs accéder à son parc automobile grâce au DUO auto + bus à tarif préférentiel.

Pour en savoir plus sur le DUO auto + bus, visitez le www.communauto.com/duo/rtc.html

 

Aménagement et écomobilité : un guide est publié !

Crédits photo © Google images

Le ministère québécois des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (MAMROT) a publié le 12 décembre dernier un guide pour favoriser l’écomobilité dans une optique d’aménagement urbain et de développement durable. L’objectif ultime ? Encourager l’utilisation de modes de déplacement variés pour permettre un changement dans les habitudes des citoyens. Ainsi, on souhaite qu’une meilleure planification urbaine amène les gens à délaisser l’auto pour emprunter les transports actifs (vélo, patin, marche) et collectifs (transport en commun, taxi collectif, covoiturage, autopartage).

Outre la planification urbaine (aménagement de villes « des courtes distances », soutien des déplacements actifs utilitaires et du transport collectif, etc.), on met l’accent sur l’importance de la réglementation, de la promotion et de la sensibilisation (participation publique, marketing social, technologies de l’information, etc.) et des incitatifs financiers et fiscaux pour faire évoluer les habitudes de déplacements au Québec. On souligne dans le guide les nombreux avantages de l’écomobilité, notamment la réduction de la congestion routière et des émissions de gaz à effet de serre, l’amélioration de la santé et de la sécurité des citoyens, une meilleure qualité de vie et une plus grande compétitivité économique.

Mentionnons enfin que l’autopartage fait partie des bonnes pratiques en matière d’écomobilité, parce qu’« il incite les usagers à utiliser la voiture seulement dans les cas où les autres modes sont adaptés ». Surtout présent dans les grandes villes, l’autopartage gagnerait à être implanté dans les villes de taille moindre et même en milieu rural, comme l’illustre l’exemple récent de la coopérative Kootenay CarShare en Colombie-Britannique.

Espérons que ce guide fera date et que de nombreuses municipalités s’en inspireront.

Pour consulter le guide L’aménagement et l’écomobilité au format PDF, cliquez ici.

 

TRANSIT : une alliance pour les transports collectifs

Crédits photos © Transit Québec, Googles images

L’Alliance pour le financement des transports collectifs au Québec, TRANSIT, a été lancée le 24 août 2011 dans le but de promouvoir un investissement massif dans les transports collectifs. Elle souhaite ainsi favoriser le développement et l’amélioration des services au bénéfice du plus grand nombre.

À l’instar de Communauto, une quarantaine d’organismes, d’entreprises et de regroupements ont décidé d’adhérer à TRANSIT. D’horizons très divers, tous ces membres partagent une même vision, celle d’un Québec se tournant massivement vers les transports collectifs. Concrètement, ils revendiquent l’atteinte d’objectifs ambitieux, comme de faire croître l’achalandage de ce type de transport de 40 % d’ici 2020 et de 100 % d’ici 2030. Pour y arriver, l’Alliance compte avoir droit au chapitre dans l’élaboration des politiques publiques et se propose de talonner les trois paliers de gouvernement afin qu’ils fassent des transports collectifs une priorité.

TRANSIT n’a d’ailleurs pas tardé à prendre part au débat public. Aux côtés de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et de l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ), l’Alliance a récemment lancé un véritable pavé dans la mare en exigeant des gouvernements qu’ils suspendent le développement de toute nouvelle infrastructure routière au profit de la réfection des routes et du développement des transports collectifs.

Pour nous parler de l’alliance TRANSIT, madame Florence Junca-Adenot, une des porte-paroles de TRANSIT, répond à nos questions :

1. Quelles ont été les réactions des instances gouvernementales et municipales depuis votre lancement ?

« C’est encore tôt pour voir des résultats concrets, de façon générale les réactions qu’on entend sont plutôt bien reçues. Les deux paliers au gouvernement apprécient qu’on documente beaucoup les propositions que l’on fait, mais on ne s’attend pas à ce que le gouvernement du Québec réponde à toutes nos demandes. Ce que nous essayons d’avoir c’est une approche pragmatique, positive et concrète. Au niveau municipal, les rétroactions sont bonnes et plutôt favorables. »

2. Vous avez récemment fait une surprenante sortie publique en diffusant un communiqué pour réclamer un moratoire sur le développement autoroutier. Concrètement, quelles sont vos autres revendications ?

« C’est en lien avec des recommandations précédentes, le gouvernement du Québec prévoit investir près de 18 milliards dans le réseau routier et autoroutier et près de 3 milliards dans les transports collectifs au Québec. Quand on décortique un peu, on se rend compte qu’une partie est pour l’entretien et la réfection du réseau routier et une autre partie est pour le développement du réseau autoroutier, notamment en milieu urbain. En ce qui concerne le transport en commun, c’est pour du renouvellement d’équipement et du développement. Dans une période où nous n’avons pas beaucoup d’argent et où il y a des besoins urgents de réfections, on demande de prioriser la réfection du réseau routier urbain, la réfection des infrastructures de transport en commun désuètes et un moratoire pour les prochaines années sur le développement routier et autoroutier, principalement dans les régions urbaines. Prendre l’argent qui est déjà prévu et l’appliquer sur la réfection du réseau routier et sur le développement du transport collectif. De façon générale, nos revendications ont été bien reçues un peu partout, on ne demande pas plus d’argent au gouvernement, mais de réallouer ces argents qui sont déjà prévus sur des points qui nous apparaissent plus urgents à court terme. »

3. Selon vous, quelle est la priorité actuelle du gouvernement du Québec en matière de transports ?

« Considérant que le gouvernement du Québec alloue un budget de 3 milliards pour tout le Québec pour le transport en commun et 18 milliards pour le réseau routier, il semble que la priorité ne soit pas le transport collectif. Juste dans la région de Montréal, la remise à niveau des infrastructures de transport en commun incluant le remplacement des voitures de métro, la rénovation des stations de métro, des gares de trains, des voitures de train, le remplacement des autobus, etc., il y a en a pour 10 milliards. Pour le Québec, le gouvernement prévoit 3 milliards pour les 5 prochaines années, c’est donc dire qu’il y a un problème. Il est bien que le gouvernement mette le transport collectif comme priorité dans son plan de transport, mais il faut que ça se traduise dans des choix budgétaires. »

4. Beaucoup d’associations vous soutiennent, espérez-vous que les sociétés de transport emboîtent le pas ?

« Les sociétés de transports défendent principalement les mêmes choses que nous proposons, nous sommes alignés dans les mêmes eaux, mais le fait que nous soyons neutres, nous pouvons aller un peu plus loin dans nos revendications. Notre objectif est sensiblement le même, nous voulons que les choses avancent et bougent afin d’éviter que nous ayons les mêmes débats l’automne prochain. »

5. À votre avis, quel rôle doivent jouer les administrations municipales en ce qui concerne les transports collectifs ?

« Les administrations municipales jouent un rôle fondamental, elles ont le pouvoir d’accepter ou de refuser le développement du transport collectif sur leur territoire, puisqu’ils en financent le déficit. Il n’y a pas assez d’utilisateur du transport en commun ici au Québec, donc tout projet a un déficit, comparativement à Shanghai ou on autofinancerait le transport collectif. Dans un premier niveau, les municipalités sont très impliquées puisqu’elles supportent les projets dont ceux à faveur du transport collectif, qui est une priorité pour elles. Dans un deuxième niveau, les municipalités peuvent intervenir sur l’aménagement du territoire pour faciliter les transports collectif et actif pour ainsi décourager l’utilisation de l’automobile et encourager les alternatives pour créer des milieux agréables à vivre .»

www.transitquebec.org

Vous avez envie de nous partager votre opinion ?
Quelle est selon vous la solution à la congestion routière ?
Participer à notre discussion >

 

Congestion routière : l’œuf, ou la poule ?

On le sait, le nombre de véhicules circulant dans le Grand Montréal ne cesse d’augmenter. Tous s’entendent sur le diagnostic : congestion des artères, hausse de la pollution, diminution de la qualité de vie. Cependant, le remède à appliquer est loin de faire consensus. Oui, les transports en commun doivent faire partie de la solution. Mais comment convaincre la population de les utiliser dans un contexte où l’offre peine parfois à répondre à la demande ?

La majorité des voix se lèvent contre des mesures dissuasives parce qu’elles ne serviraient qu’à exaspérer des automobilistes pris en otage parce que sans réelle solution de rechange. Pour ceux-ci, seul le développement du réseau de transports en commun d’abord saura convaincre les citoyens de laisser leur voiture à la maison. Le succès de l’introduction de l’offre de train de banlieue dans la dernière décennie démontre l’efficacité d’une solution basée sur l’amélioration de l’offre de transport.

D’autres exigent que la promotion des alternatives et du respect des conditions de vie de certains quartiers ne soit pas limitée par les conséquences ou les obstacles que cela pourrait provoquer aux utilisateurs de l’automobile. De plus, cela pourrait les inciter à abandonner la voiture en ville. Pensez à l’approche de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal ou encore à celle de l’ancien de Londres, quand il a institué un péage urbain en 2003 pour désengorger sa ville.

Malgré que Communauto ait toujours milité pour un nouvel urbanisme et un aménagement du territoire qui privilégie le transport actif et collectif, nous faisons appel à vous, qui en bonne partie ne possédez pas de voiture, pour démêler la question : l’œuf, ou la poule ?

Le débat est lancé… et déjà, nous pouvons lire des échanges sur la toile :

« Donner avant d’enlever », François Cardinal, La Presse, 21 septembre 2011
« Tendre l’autre joue », Luc Rabouin, Centre d’écologie urbaine, 26 septembre 2011

Comment désengorger Montréal ? Par quoi commencer ? Quelle approche souhaitez-vous voir mise en place par nos élus ?

À vous la parole !

 

De l'auto solo au transport durable avec Équiterre !

La station-service cocktail transport d’Équiterre est de retour !

Vous êtes un adepte du cocktail transport et avez des amis accros à leur auto ? Équiterre vous invite à parrainer un ami afin de le convaincre de réduire son utilisation de la voiture solo en optant pour le vélo, la marche, l’autobus, le covoiturage et l’autopartage. La Station-service cocktail transport vous propose quatre étapes faciles pour donner l’eau à la bouche, faciliter la vie, accompagner et applaudir votre ami.

Votre ami trouve le cocktail transport irréaliste, inconfortable, inaccessible ou compliqué ? Un grand nombre d’arguments et d’outils s’offrent à vous, en fonction de ses intérêts et réalités, dont de courtes vidéos expliquant la pertinence du cocktail transport pour la santé (François Reeves, cardiologue et auteur du livre Planète Coeur), l’économie de temps (Yves Desautels, chroniqueur circulation à Radio-Canada), le climat (Steven Guilbeault d’Équiterre) et même le style (Anne Williams de Cycle Chic).

Des évènements dans les grandes villes du Québec auront lieu pour féliciter les adeptes du cocktail transport. En ligne, des outils permettant de calculer les économies de temps et de gaz à effet de serre et d’avoir accès à une foule de trucs pratiques et de ressources. La Station-service cocktail transport propose également une plate-forme Facebook permettant aux parrains, amis et grand public de partager leurs expériences et leurs bons coups en ligne. Votre ami ne pourra résister ! Des prix sont à gagner chaque semaine, et le grand prix, soit un an de transport écolo sera tiré le 25 novembre 2011.

Soyez le moteur : www.equiterre.org/cocktail

 

Saga cité poursuit sa tournée !

Organisme indépendant, Vivre en Ville croit fermement que l’amélioration de notre qualité de vie et la préservation de notre environnement passent par l’urbanisme et par un aménagement optimal du territoire. Leur plus récent projet, Saga Cité, place les collectivités au cœur de la lutte contre les changements climatiques et s’inscrit dans une démarche d’information et d’action.

La tournée Saga Cité fait le tour du Québec depuis le printemps pour présenter son court métrage d’animation éponyme et pour inviter les citoyens à débattre de solutions adaptées à leur milieu. Communauto est heureuse de contribuer à faire connaître un projet qui propose des choix concrets et aborde des thèmes qui nous touchent tous comme la densité, la mixité, l’accessibilité, les transports collectifs et actifs… En septembre, la tournée Saga Cité s’arrête dans le village de Brome et dans la ville de Gatineau. Ne la manquez pas!

Visitez le www.sagacite.org pour visionner le court métrage Saga Cité et faire partie de la solution.

 

En ville… autrement !

L’événement, qui durait au départ un jour, s’étend maintenant sur une semaine et plus d’un millier de villes y participent de par le monde. De quoi s’agit-il ? On l’appelle « Semaine des transports collectifs et actifs » à Gatineau et à Québec, et « En ville sans ma voiture » à Montréal. C’est une programmation éclectique et emballante qui vise à nous sensibiliser tous aux effets néfastes de l’auto solo sur la qualité de vie en ville. Mais plus encore, c’est une ribambelle d’activités qui ont pour but de promouvoir des solutions de rechange.

Que vous souhaitiez démystifier les transports collectifs et actifs ou simplement montrer votre adhésion à ce mouvement international, Communauto vous encourage à prendre part à l’événement. C’est le moment de vous accorder une petite pause plaisir et réflexion en cette rentrée automnale !

Voici un aperçu des activités qui auront lieu au Québec :

Montréal (du 19 au 23 septembre)

– Communauto et la nouvelle Leaf 100 % électrique;
– La formation Arcade Fire en concert et de nombreuses autres prestations;
– Du cinéma, des ateliers et des conférences;
– Du yoga et du tai-chi à ciel ouvert;
– Des concours, des cadeaux et des activités dans plusieurs arrondissements.

Québec (du 16 au 22 septembre)

– Des métamorphoses ludiques d’espaces de stationnement;
– La grande randonnée à vélo « J’EMBARQUE »;
– Le Défi de la Journée sans voiture;
– Des activités sportives, des spectacles et de l’animation dans Saint-Roch.

Gatineau (du 16 au 22 septembre)

– Une compétition amusante entre différents modes de transport;
– Des métamorphoses ludiques d’espaces de stationnement;
– Le Défi sans auto;
– Des rallyes locaux pour découvrir le transport durable dans son quartier.

 

L’équipe S.W.A.P. au Piknic Electronik

Crédits photo © Équipe S.W.A.P.

L’équipe S.W.A.P. est de retour avec un nouvel événement d’échange de vêtements ! 

Venez échanger vos vêtements du 3 au 5 septembre prochain au Piknic Électronik à Montréal, lors de l’événement Déshabille-toi. Lors de cette édition spéciale sous le thème « J’aime Piknic-er », vous pourrez y dénicher tout le week-end des vêtements uniques, le tout, en plein air sur le rythme de DJ renommés.

L’Équipe S.W.A.P. est un organisme à but non lucratif fondé pour encadrer l’organisation des événements Take Off Your Clothes et Déshabille-toi. En mettant en valeur le partage comme antidote à la surconsommation, l’Équipe S.W.A.P. participe à la prise de conscience des ressources humaines et naturelles impliquées dans la création, le transport et la mise en marché des produits de masse.

Pour faire le dépôt de vos vêtements :  le 3 septembre de 16 h à 20 h
Rendez-vous pour l’échange : le 4 et le 5 septembre de 16h à 20 h

Tous les vêtements restants seront donnés à l’organisme Renaissance.

Pour vous y rendre >

Pour en savoir plus >

 

Des Aires libres et festives sur Sainte-Catherine Est

Crédits photo : Aires Libres

Nous tenons à partager avec vous la tenue d’un événement haut en couleur qui ne manquera pas de piquer la curiosité des adeptes de la vie libre de l’auto. Ainsi, depuis le 18 mai et jusqu’au 12 septembre 2011, la quatrième édition de la manifestation artistique et écologique Aires libres se déroule rue Sainte-Catherine Est à Montréal, transformant la zone piétonnière entre Berri et Papineau en un espace d’expression et de liberté résolument ludique.

Aires libres propose des installations urbaines éphémères, des rencontres avec des artistes de tous les horizons, une programmation riche et unique, des bazars pour dénicher de belles aubaines… Bref, Aires libres invite le public à investir la rue pour savourer l’été à pied.

Pas de doute, cet événement de rue vient insuffler un brin de fantaisie au centre-ville et cadre parfaitement avec notre idéal d’un style de vie sans auto.

Vous connaissez d’autres événements du genre ? Partagez-les avec nous !

Pour en savoir plus : www.aireslibres.com

Pique-nique au bord de la rivière Ouareau

Crédits photo : Tourisme Lanaudière, Marc-Olivier Guilbault

La popularité des chutes Dorwin, à Rawdon, ne se dément pas. Malgré une hauteur plutôt modeste de 20 m, elles demeurent spectaculaires. Encaissées dans une gorge de la rivière Ouareau, elles se jettent avec puissance sur les rochers. À même la falaise, en haut à droite, on croit voir le profil d’un visage. Selon la légende, c’est la tête du sorcier Nipissingue, changé en pierre après avoir jeté dans l’abîme l’infirmière qui soignait son ennemi juré, Arondack.

Sentiers : 2,5 km

Activités sur place : marche, pique-nique

Entrée : payante

Tourbillons dangereux

Ici, la beauté côtoie non seulement l’aspect mystique des lieux mais aussi le danger. Pas pour les visiteurs sur les passerelles, mais pour les jeunes téméraires osant défier les forces des tourbillons au creux du canyon. Dans les secteurs les plus turbulents se sont produites plusieurs noyades. On ne le dira jamais assez, un tel endroit est dangereux pour la baignade.

Chutes bavardes

Même depuis les sentiers, dans la forêt voisine, les chutes se font entendre. Cet écoulement incessant anime le site. À défaut de pique-niquer tout près, vous avez le loisir de vous installer sous de grands pins en guise de parasols, à deux pas du stationnement. Le site est enchanteur. Avec les enfants, c’est aussi plus sécuritaire de se trouver à une bonne distance des chutes pour casser la croûte.

Cascades fréquentées

Peu après avoir traversé le village de Rawdon, on découvre cette fois le parc des Cascades. Ici, la rivière Ouareau se transforme en un immense escalier fait de gros rochers plats. Durant la canicule, plein de monde s’y installe pour profiter du soleil et se rafraîchir un peu. Nombreux sont ceux qui défient l’interdiction de baignade. Sur la berge boisée, ce parc municipal se prête bien à un pique-nique. Puisque les week-ends de l’été sont très achalandés, dénicher une table n’est pas garanti. Mieux vaut apporter une couverture.

 Comment se rendre au parc des Chutes-Dorwin

3074 1re Avenue (route 337), Rawdon, www.rawdon.ca

En voiture : autoroute 25, route 125 et route 337 Nord.

En transport en commun : métro Radisson, puis autobus 125 de la CRT Lanaudière.

Comment se rendre au parc des Cascades

6669 boul. Pontbriand (route 341), Rawdon, www.rawdon.ca

En voiture : autoroute 25, route 125, route 337, rue Queen à gauche, 11e Avenue à gauche, route 341.

En transport en commun : métro Radisson, puis autobus 125 de la CRT Lanaudière.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

Une plage au pied des gratte-ciel au parc Jean-Drapeau

Photo : Vinod Sankar - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

Aller à la plage en métro, voilà qui n’est pas banal. Située sur l’île Notre-Dame, près du centre-ville de Montréal, la plage du parc Jean-Drapeau peut accueillir 5 000 personnes. Vous préférez y aller à vélo? Toutes les pistes cyclables, ou presque, mènent au parc Jean-Drapeau. Difficile donc de résister à l’appel de ce grand terrain de jeux au cœur du fleuve Saint-Laurent.

Trajet à vélo île Notre-Dame et île Sainte-Hélène

Distance totale : 21 km

Liens cyclables : axe Nord-Sud et rue de la Commune au Vieux-Port, canal de Lachine et écluses de Saint-Lambert sur la Rive-Sud

Activités sur place : baignade, canot, kayak, pédalo, volleyball, jeux pour enfants, vélo

Entrée : payante

Stationnement : payant

Service de location : canots, kayaks, pédalos deux ou quatre places

Autres services : casse-croûte, vestiaire, aire de jeux pour les enfants, terrains de volleyball

Horaire : mi-juin (après le Grand Prix F-1 du Canada) à la troisième semaine d’août (avant le NASCAR), tous les jours, 10h à 19h

Eau cotée A

Chose étonnante, la qualité de l’eau s’avère excellente pour la baignade. Comment cela est-il possible? L’eau en provenance du Saint-Laurent passe par des bassins filtreurs et par des bacs de sable. Comme un tel système ne serait sans doute pas suffisant pour empêcher la prolifération de coliformes à même les rives, la plage fait l’objet d’un contrôle des goélands. Ces oiseaux, à qui les baigneurs donnent souvent à manger pour s’amuser, s’avèrent très souvent la principale source de contamination des plages. Un système d’effarouchement a donc été installé. Il consiste à faire fuir les goélands par le bruit, à savoir par des cris de rapaces et par des détonations. Rassurez-vous, tout ce branle-bas de combat se fait en dehors des heures d’activité de la plage. Enfin, pour empêcher les goélands de se poser sur les rives, de nombreux fils ont été suspendus à l’horizontale.

Sur le lac

Sur les quais du Pavillon des activités nautiques, près du Casino, sont empilés et bien rangés kayaks et canots. Une impressionnante flotte de dériveurs et de pédalos y sont amarrés. Comme le centre de location se trouve un peu en retrait de la plage, beaucoup de gens en ignorent l’existence.

Une simple balade en pédalo constitue une source de découvertes, si vous vous donnez la peine de bien regarder autour de vous, en longeant lentement les rives. À travers les algues se faufilent des bancs de crapets-soleils. Des saules majestueux laissent ployer leurs branches jusqu’à la surface de l’eau. À même une structure de métal sont accrochés des nids d’hirondelles. Pour prolonger l’exploration, engagez-vous dans les lagunes qui s’étirent sur 2 km. Les canaux sillonnent les jardins exotiques des Floralies.

Un peu rigide

Une ombre au tableau : le zèle de certains patrouilleurs. En contournant le Casino, si vous passez sous les petites chutes, vous pourriez vous faire avertir des prétendus dangers de couler, même si vous portez votre gilet de sauvetage. De plus, ne pensez pas aller dans les lagunes durant l’heure qui précède la fermeture. Même si vous vous trouvez à seulement 10 min du quai, un patrouilleur pourrait bien venir vous voir en bateau motorisé pour vous rappeler qu’il est temps de revenir.

Autre point à souligner : contrairement à la majorité des plages situées dans des parcs, les appareils personnels de cuisson comme les barbecues portatifs y sont interdits. Ces petits inconvénients n’empêchent pas des milliers de personnes de venir se rafraîchir durant la période de canicule. Une plage propre à Montréal, facile d’accès par les transports en commun, c’est tout de même bienvenu.

Comment s’y rendre

Plage de l’île Notre-Dame, parc Jean-Drapeau, Montréal, www.parcjeandrapeau.com

En voiture : par l’autoroute Bonaventure, puis le pont de la Concorde; ou par le pont Jacques-Cartier, sortie parc Jean-Drapeau, à gauche sur l’île Sainte-Hélène (chemin Macdonald), puis la passerelle du Cosmos ou le pont des Îles.

En transport en commun : métro Jean-Drapeau, puis autobus 167.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

Le parc-nature de l’Île-de-la-Visitation : une oasis paisible pour la marche

Photo : Jean-Pierre Lavoie - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.
On ne se croirait pas à Montréal. Voilà le commentaire que font spontanément les gens qui vont marcher pour la première fois au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation. La petite île est reliée à l’île de Montréal par deux ponts empruntés seulement par quelques résidents et des marcheurs. On n’entend que le chant des oiseaux. Pourtant on se trouve près de l’avenue Papineau et du boulevard Henri-Bourassa. Chaque année, des milliers de cyclistes traversent le parc-nature par la piste cyclable sur la terre ferme. Mais bien peu s’arrêtent pour garer leur vélo derrière le pavillon d’accueil et parcourir à pied le sentier qui fait le tour de l’île (une heure ou deux).

Sentiers pédestres : 8 km

Piste cyclable : 3 km

Chiens : acceptés si tenus en laisse

Activités sur place : marche, ornithologie, pique-nique, visite éducative, vélo

Stationnement : payant

Service de location : jumelles, guide d’observation

Autres services : aires de pique-nique, restaurant (Bistro des Moulins)

Rivière des Prairies

Après avoir traversé un pittoresque pont de bois, vous arrivez à un belvédère qui donne sur la digue de la centrale hydroélectrique. De là, vous avez un point de vue sur la rivière des Prairies et le chenal bordé de peupliers. À vos pieds, il y a une butte autour de laquelle barbotent souvent des canards. Des canards, vous en rencontrez d’ailleurs un peu partout à partir du sentier qui longe la rivière. Vous croisez le plus souvent des colverts, mais aussi des canards huppés, deux espèces dont le plumage du mâle est fort coloré. Des tables de pique-nique sont disposées ici et là au bord de l’eau. Plusieurs sont isolées, de sorte que vous avez l’intimité désirée.

Sault-au-Récollet

À l’ouest de l’île de la Visitation, aussi accessible par un autre petit pont, vous aboutissez aux ruines restaurées des anciens moulins et bâtiments industriels exploités de 1726 à 1960. Vous voici au Site historique du Sault-au-Récollet, qui comprend aussi la maison du Meunier et la maison du Pressoir. C’est la Cité Historia qui en assume l’animation. Dans la maison du Meunier se tient régulièrement une nouvelle exposition à caractère historique. À quelques minutes de marche se trouve la maison du Pressoir, qui abritait deux anciens pressoirs à pommes. On y trouve aujourd’hui une exposition qui relate l’histoire du Sault-au-Récollet. Sans oublier le Bistro des Moulins et son agréable terrasse, qui surplombe la petite chute du moulin. Un arrêt des plus sympathiques. Voilà donc une belle occasion de marcher dans les sentiers et faire une halte pour remonter le cours de l’histoire.

Comment s’y rendre

Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation, 2425 boul. Gouin E., Montréal, www.ville.montreal.qc.ca/parcs-nature

Site des Moulins et maison du Meunier, 10897 rue du Pont, Montréal, www.citehistoria.qc.ca

En voiture : boulevard Henri-Bourassa (à l’est de l’avenue Papineau) puis rue De Lille (vers le nord).

En transport en commun : métro Henri-Bourassa, puis autobus 69 Est.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.