Catégorie

Témoignages

Concours : Les joies de l’hiver avec Ulysse !

Crédits photos © Ulysse © Google images

Le concours est maintenant terminé. Merci de votre participation !
Félicitations aux gagnants(es) : Mme Claire Dufour, Mme Christine King, Mme Diane Théberge, M. François Malo et M. Jean-Pierre Forget.

Vous êtes de ceux qui hibernent en hiver, le temps froid vous fige sur place, vous êtes à court d’idées quand vient le temps de planifier les congés ? Découvrez les joies de l’hiver avec Ulysse !

Le guide Les joies de l’hiver au Québec, conçu autant pour les personnes qui apprécient la blanche saison que pour celles qui pestent régulièrement contre l’hiver ou en nient carrément l’existence, propose plus d’une cinquantaine d’escapades hivernales dans toutes les régions du Québec, des escales douillettes, des pauses gourmandes et une foule de petits bonheurs hivernaux pour passer de beaux moments en famille ou entre amis.

Pour participer au concours et gagner l’un de 5 guides Les joies de l’hiver au Québec :

1. Consultez le sommaire et notez deux activités proposées dans le livre auxquelles vous vous adonnerez cet hiver !

Consultez le sommaire ici >
Feuilletez un extrait du livre ici >

2. Écrivez vos deux activités dans les champs à cet effet

3. Inscrivez-vous avant le 15 décembre 2011

Les prix sont d’une valeur de 14,95 $ chacun.
Bonne chance à tous !

Gagnez une soirée de grand classique pour deux personnes

Le concours est maintenant terminé. Merci pour votre participation !

 

Encore une fois cette année, Communauto a le plaisir de s’associer à la société de musique Les Idées heureuses en appuyant leur soirée-bénéfice qui se tiendra le lundi 7 novembre prochain. Pour vous en faire profiter, Communopolis a le plaisir de faire tirer une paire de billets pour cette soirée culturelle axée sur le baroque, qui marie musique, danse, théâtre et création. Les gagnants auront le privilège de visiter la nouvelle salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal ainsi que de participer à un encan silencieux sur des lots variés et originaux!

Grâce au travail de recherche de sa fondatrice, Geneviève Soly, Les Idées heureuses sont aujourd’hui associé à la redécouverte et à la diffusion de l’œuvre du compositeur allemand du XVIIIe siècle, Christoph Graupner.

Participez à notre concours, vous courez la chance de gagner une paire de billets pour la soirée-bénéfice des Idées heureuses, une valeur de 400 $.

Pour plus d’information >

Pour participer
Inscrivez-vous avant le 3 novembre 2011.

Voir les règlements >

Gagnez des billets pour le film Survivre au progrès

Le concours est maintenant terminé.

Merci de votre participation !

Survivre au progrès (Surviving Progress)

Présenté au dernier Festival international de films de Toronto, ce documentaire cinématographique, inspiré du best-seller A Short History of Progress de Ronald Wright, pose un diagnostic subversif sur le progrès de l’humanité et les pièges qu’il apporte. Le réalisateur Mathieu Roy et co-réalisateur Harold Crooks, par le biais de scènes mémorables et le regard lucide de grandes personnalités tels que David Suzuki, Jane Goodall, Margaret Atwood et Stephen Hawking, sondent la nature fondamentale et dérangeante de ce qui est qualifié de progrès.

Produit par Daniel Louis et Denise Robert, producteurs exécutifs Martin Scorsese, Mark Achbar, et Betsy Carson, coproduit avec l’Office national du film, productrice exécutive ONF Silva Basmajian, producteur ONF Gerry Flahive, et producteur associé François Girard, avec la musique de Michael Ramsey et Patrick Watson, Survivre au progrès (Surviving progress) est distribué par Alliance Vivafilm, et prendra l’affiche à Montréal et Québec le 4 novembre prochain.

Participez à notre concours, vous courez la chance de gagner une des 5 paires de billets pour aller voir le documentaire Survivre au progrès (Surviving Progress), une valeur de 20 $.

Pour participer
Inscrivez-vous avant le 31 octobre 2011.

La Maison du développement durable ouvre ses portes

 

Les membres de la Maison du développement durable : Équiterre, Amnistie internationale – Canada francophone, le Conseil régional de l’environnement de Montréal, ENvironnement JEUnesse, Option consommateurs, le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec et Vivre en Ville, invitent le public à une grande semaine d’inauguration qui se tiendra dans leur nouvel édifice écologique situé en plein cœur du Quartier des spectacles dès le 17 octobre 2011.

Au menu :

  • des conférences, dont une avec Steven Guilbeault et une avec Laure Waridel
  • la projection des films Home et Sagacité
  • des visites de l’édifice
  • des ateliers pratiques
  • un 5 à 7
  • des rallyes-nature
  • des dégustations de produits équitables et biologiques

Ces activités gratuites touchent une variété de thèmes liés au développement durable, comme le transport écologique, les changements climatiques, le micro-crédit, l’urbanisme et le commerce équitable.

Pour plus d’information>

Exploration viticole à vélo en Estrie

Crédits photos © Google images

Parcourir à vélo les coteaux vallonnés des Cantons-de-l’Est est un pur délice pour les yeux… et peut facilement devenir un pur délice pour les papilles! Le visiteur européen pourra trouver bien prétentieux d’entendre parler de «Route des vins» (route 202) pour décrire le parcours entre Dunham et Stanbridge East, mais l’expérience québécoise en matière de viticulture est tellement surprenante et la concentration de vignobles dans cette région si unique au Québec que l’enthousiasme l’a emporté sur la mesure. La région bénéficie tout de même d’un microclimat et d’un sol propice à la culture de la vigne (ardoise).

L’Orpailleur
Le vignoble de L’Orpailleur, un des premiers vignobles du Québec, est aussi l’un des plus réputés. Le lieu, en plus de ses vignes, de sa boutique et de son bistro, abrite un intéressant Économusée de la vigne. On y trouve un service de restauration dit de «table champêtre» dénommé le Tire-Bouchon.

Domaine des Côtes d’Ardoise
Le Domaine des Côtes d’Ardoise est le premier vignoble de Dunham, et l’un des seuls vignobles québécois à produire un vin rouge sec. Encore une fois, on a droit à l’accueil chaleureux du vigneron, et une exposition d’art sculptural moderne est présentée à travers le domaine.

Vignoble de la chapelle Sainte-Agnès
Situé au sud de Sutton, le Vignoble de la chapelle Sainte-Agnès, un peu éloigné d’autres cultures de la région, mérite fortement le détour. L’aménagement des lieux fait suite à une expérience complètement hallucinante ayant pour résultat la construction d’un vignoble en étage, dont la production est entièrement dédiée au vin de glace. Une des cuvées a par ailleurs gagné des prix dans plusieurs concours internationaux. La visite des caves vous laissera littéralement sans voix, avec ses innombrables salles, ses quatre niveaux souterrains et ses dédales labyrinthiques. Les propriétaires ont fait venir des compagnons maçons de France pour réaliser les ouvrages en pierre de taille.

Pour la soirée
Établi dans un joli bâtiment de briques rouges datant du XIXe siècle, Le P’tit Bacchus est un attrayant restaurant. À l’intérieur, les murs de briques ont été préservés et servent maintenant de support aux œuvres d’artistes des environs. Le menu comporte surtout des spécialités du sud de la France, comme la bouillabaisse et le cassoulet. En saison, profitez d’une terrasse dans la cour arrière, partagée avec la microbrasserie voisine, la Public House. Cette dernière est située à l’intérieur de l’ancien relais de diligence de Dunham, ce qui lui confère un charme très caractéristique et en fait un lieu tout indiqué pour les soirées entre amis. S’y attabler peut aussi servir de prétexte à l’apéro, avant d’aller manger.

Comment s’y rendre

En voiture : de Montréal, prenez l’autoroute 10 Est jusqu’à la route 139 sud, qui deviendra la route 202 (1h de trajet de Montréal et 3h30 de Québec).

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

 

Sortie familiale aux Vergers Denis Charbonneau

Crédits photos © Google images

Si vous allez cueillir des pommes aux Vergers Denis Charbonneau, au pied du mont Saint-Grégoire, ne soyez pas surpris si le stationnement dans le rang de la Montagne déborde loin dans le champ. Mais qu’est-ce qui amène autant de gens ? Après tout, ce ne sont pas les vergers qui manquent dans ce secteur entre Montréal et Granby. La réponse est simple: il y a beaucoup plus que la cueillette de pommes.

Navette : gratuite
Services : maison hantée, boutique, restaurant, petite ferme, aire de jeux
Saison : fin juillet à fin octobre

Activités sur place : autocueillette, pique-nique, maison hantée, dégustations, observation des animaux et aire de jeux.

Navette
À l’entrée des vergers, un petit resto charmant et rustique abrite sous le même toit la boutique où l’on vend des produits maison, comme des tartes, des confitures et des gelées. Notre suggestion : les crêpes aux asperges, avec jambon et sauce béchamel. Avec un mousseux du Fermier, fait à la cidrerie des Charbonneau, c’est délicieux.

Aux portes du resto, une navette se rend aux vergers toutes les 15 minutes. Il s’agit de voitures tirées par un tracteur ou encore d’une charrette avec chevaux. Le trajet passe en plein cœur des vergers. Les pommiers s’étendent à perte de vue, dominés par le mont Saint-Grégoire.

La navette s’arrête au Relais du verger, un grand bâtiment avec une aire de jeux pour les enfants à côté. De là, vous entrez dans le verger avec vos sacs, pour les remplir de pommes.

Attraits pour enfants
À deux pas se dresse la Maison hantée. Des enfants entrent, d’autres hésitent. Ceux qui sortent se font peur et en rient.
Une petite ferme abrite chèvres, lapins et autres animaux. Dans un étang s’ébattent oies et canards. Entre les bâtiments, glissoires et balançoires font la joie des enfants. Pour une sortie en famille, c’est génial.

Comment s’y rendre

Vergers Denis Charbonneau, 575 rang de la Montagne, Mont-St-Grégoire,
450-347-9184, www.vergersdc.qc.ca

En voiture : autoroute des Cantons-de-l’Est (10), sortie 37, et route 227 Sud; de là, suivre les indications inscrites sur les panneaux routiers bleus.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Invitation : Conférence publique sur la mobilité

Communauto a l’immense plaisir de vous convier à la conférence publique « Quel est le futur de la mobilité individuelle en ville » qui se tiendra à la Biosphère de Montréal le 3 octobre prochain, de 9 h 30 à 12 h 30.Cette rencontre se déroulera dans le cadre de la Conférence annuelle de la CarSharing Association (CSA), cette association d’autopartage dont nous annoncions l’avènement en janvier dernier.

Au menu de cette conférence gratuite, vous aurez le plaisir d’entendre Tim Papandreou, Directeur adjoint de la planification des transports, Division des rues durables de l’Agence municipale des transports de San Francisco, Susan Zielinski, Directrice générale de SMART (Sustainable Mobility & Accessibility Research & Transformation), Institut de la recherche en transport, Université du Michigan, Martin Trépanier et Catherine Morency, professeurs aux Département de mathématiques et de génie industriel et Département de génie civil, géologique et des mines, respectivement, École Polytechnique de Montréal et Chas Ball, Directeur général, Carplus, UK carsharing association.Inscrivez-vous dès maintenant

Si le cœur vous en dit, vous pourrez compléter votre journée de conférences par d’autres sessions publiques de la CSA prévues la même journée. Voir le programme complet

De l'auto solo au transport durable avec Équiterre !

La station-service cocktail transport d’Équiterre est de retour !

Vous êtes un adepte du cocktail transport et avez des amis accros à leur auto ? Équiterre vous invite à parrainer un ami afin de le convaincre de réduire son utilisation de la voiture solo en optant pour le vélo, la marche, l’autobus, le covoiturage et l’autopartage. La Station-service cocktail transport vous propose quatre étapes faciles pour donner l’eau à la bouche, faciliter la vie, accompagner et applaudir votre ami.

Votre ami trouve le cocktail transport irréaliste, inconfortable, inaccessible ou compliqué ? Un grand nombre d’arguments et d’outils s’offrent à vous, en fonction de ses intérêts et réalités, dont de courtes vidéos expliquant la pertinence du cocktail transport pour la santé (François Reeves, cardiologue et auteur du livre Planète Coeur), l’économie de temps (Yves Desautels, chroniqueur circulation à Radio-Canada), le climat (Steven Guilbeault d’Équiterre) et même le style (Anne Williams de Cycle Chic).

Des évènements dans les grandes villes du Québec auront lieu pour féliciter les adeptes du cocktail transport. En ligne, des outils permettant de calculer les économies de temps et de gaz à effet de serre et d’avoir accès à une foule de trucs pratiques et de ressources. La Station-service cocktail transport propose également une plate-forme Facebook permettant aux parrains, amis et grand public de partager leurs expériences et leurs bons coups en ligne. Votre ami ne pourra résister ! Des prix sont à gagner chaque semaine, et le grand prix, soit un an de transport écolo sera tiré le 25 novembre 2011.

Soyez le moteur : www.equiterre.org/cocktail

 

Partagez votre expérience 100 % électrique avec nous !

Crédits photo © Communauto

Après des centaines de réservations, une période de tests avec des testeurs chevronnés et des dizaines de commentaires, nous pouvons dire que nous avons mis à l’épreuve notre voiture électrique !

Vous faites partie des chanceux et des chanceuses qui ont déjà essayé la nouvelle Nissan Leaf de Communauto ? Comment avez-vous trouvez votre expérience ? Quel a été le meilleur moment de votre essai ? Avez-vous un conseil à donner aux prochains testeurs et abonnés de Communauto ?

Faites-nous part de vos impressions, suggestions, questionnement, idées, conseils, explications, histoires, anecdotes et commentaires !

Partagez votre expérience avec les membres de Communopolis !
Aussi, visitez notre page Facebook , d’autres commentaires y sont ponctuellement ajoutés !

Nous remercions aussi tous ceux et celles qui contribuent déjà depuis le début de l’aventure électrique. Merci de votre enthousiasme et de votre générosité, grâce à vous, nous améliorons l’expérience 100 % électrique de tous les membres de Communauto.


Les véhicules électriques sont là, les réactions aussi !

Benoît Robert, président-directeur général de Communauto

Bienvenue dans l’ère du véhicule tout électrique !

Depuis le 15 août dernier, Communauto a mis en service le plus important parc de véhicules électriques disponibles en libre-service. Ce projet est un des plus importants en Amérique du Nord et implique de multiples partenaires, dont Hydro Québec, le gouvernement du Québec et les villes de Montréal et Québec. D’ici le début de 2012, Communauto incorporera 50 voitures Nissan Leaf à son parc automobile.

Les réactions des médias ne se sont pas fait attendre, nous avons aussi reçu plusieurs commentaires d’abonnés suite aux essais routiers qui ont débuté au début septembre.


Les réactions des médias :

Communauto prend le virage électrique
Plusieurs voitures entièrement électriques sont en service depuis hier
Source : le Journal le Devoir

Communauto : des véhicules entièrement électriques
L’auto électrique arrive en ville
Source : Cyberpresse, Valérie Gaudreau

Des Nissan électriques pour Communauto
D’ici le début de 2012, une cinquantaine de véhicules rouleront à Québec et dans la métropole.
Source : Journal Métro, Mathias Marchal

 

Des témoignages d’abonnés :


Catherine Samson, 
première abonnée de Communauto à essayer la leaf :

«Au niveau de la conduite, c’est super confortable, super agréable, pas bruyant. On n’a pas l’impression d’être dans un véhicule qui est fait en carton, c’est solide. Ce sont des matériaux de qualité. J’apprécie le fait que ce soit silencieux. Il y a aussi une excellente suspension. Mais je serai curieuse de l’essayer sur une plus grande accélération, de tester ce que le moteur électrique peut faire. Utiliser cette voiture par l’entremise de Communauto où il y a des endroits prévus pour la recharge, c’est hyper simple. »

Source : La Presse, Sébastien Templier, Apprivoiser la voiture électrique

 

Michel Lavigueur, testeur de la Nissan Leaf dit :

« C’est une voiture très confortable pour les passagers, ergonomiques, la vision générale est vraiment bonne, un très bon éclairage intérieur, spacieuse, le coffre est très acceptable en dimension. Et la conduite, je l’ai trouvée très bonne, bonne tenue de route, et que dire de l’accélération hyper puissante, mais faut s’en méfier, car on peut atteindre une vitesse fulgurante en peu de temps, alors prudence de ce côté. Si le besoin de faire un dépassement rapide est nécessaire, et bien la puissance y est. Que dire du bruit, c’est tellement agréable d’entendre… pratiquement rien ! Et après quelques temps de conduite dans la circulation dense, on se rend compte comment les véhicules à essence nous pollue les oreilles, et les poumons ! Le seul côté négatif que j’ai trouvé, est bien sûr l’autonomie des piles, c’est certain que c’est une voiture pour faire de la ville, mais comme faire Montréal-Québec, ça peut être un problème. »


Alain Bolduc,
testeur de la Nissan Leaf dit :

« Je viens juste d’essayer la Leaf de Communauto ! Un peu déconcertant… Super expérience ! Voiture unique et 100 % électrique… Super ! »


Fabien Fourmanoit,
testeur de la Nissan Leaf dit :

« J’ai essayé la Nissan Leaf avec Communauto aujourd’hui, chouette véhicule, bien hâte de voir si ça tient ces promesses. Essai numéro deux demain ! »


Dominique Simard,
testeuse de la Nissan Leaf dit :

« C’est génial de conduire la voiture Nissan Leaf 100 % électriques ! »


Phillipe Côté,
testeur de la Nissan Leaf dit :

« Je viens de faire ma première sortie tout seul en Leaf. Disons que je me suis bien amusé avec l’accélérateur… Ça en a dedans !! Je me suis promené dans les rues de Westmount et d’Outremont et je n’ai eu aucun problème à garder une excellente accélération dans les grosses côtes. Prochaine fois, je l’emmène sur l’autoroute... »


Richard St-Onge ,
testeur de la Nissan Leaf dit :

« …j’aime bien la clé intelligente , il n’est pas necessaire de la sortir de ses poches , à part lorsque je quitte le véhicule, sait plus sécuritaire de le verrouiller avec la télécommande . Le confort de cette voiture est incroyable, j’en reviens tout simplement pas… une vraie Cadillac ! Merci a Communauto d’avoir ces belles voitures électriques, je l’emprunterais à tous les jours… »


Maxime Giguère,
membre Facebook Communauto dit :

« Je veux essayer la LEAF de Communauto, pour enfin rendre ma famille jalouse. Au lieu de me demander, elle est de quelle couleur cette fois-ci, ils me demanderont les raisons pour lesquelles ma voiture contribue à préserver l’environnement ! »


Jhonny Gamboa,
membre Facebook Communauto dit :

« Je vais essayer la Leaf de Communauto, pour entrer dans la nouvelle vague zéro pollution. »

 

100 % électrique, 100 % partagé, 100 % Communauto

Pour plus d’information, consultez notre page dédiée aux véhicules électriques.
Vous avez envie de nous partager votre expérience 100 % électrique, rendez-vous dans notre section Discussions.

 

Saga cité poursuit sa tournée !

Organisme indépendant, Vivre en Ville croit fermement que l’amélioration de notre qualité de vie et la préservation de notre environnement passent par l’urbanisme et par un aménagement optimal du territoire. Leur plus récent projet, Saga Cité, place les collectivités au cœur de la lutte contre les changements climatiques et s’inscrit dans une démarche d’information et d’action.

La tournée Saga Cité fait le tour du Québec depuis le printemps pour présenter son court métrage d’animation éponyme et pour inviter les citoyens à débattre de solutions adaptées à leur milieu. Communauto est heureuse de contribuer à faire connaître un projet qui propose des choix concrets et aborde des thèmes qui nous touchent tous comme la densité, la mixité, l’accessibilité, les transports collectifs et actifs… En septembre, la tournée Saga Cité s’arrête dans le village de Brome et dans la ville de Gatineau. Ne la manquez pas!

Visitez le www.sagacite.org pour visionner le court métrage Saga Cité et faire partie de la solution.

 

En ville… autrement !

L’événement, qui durait au départ un jour, s’étend maintenant sur une semaine et plus d’un millier de villes y participent de par le monde. De quoi s’agit-il ? On l’appelle « Semaine des transports collectifs et actifs » à Gatineau et à Québec, et « En ville sans ma voiture » à Montréal. C’est une programmation éclectique et emballante qui vise à nous sensibiliser tous aux effets néfastes de l’auto solo sur la qualité de vie en ville. Mais plus encore, c’est une ribambelle d’activités qui ont pour but de promouvoir des solutions de rechange.

Que vous souhaitiez démystifier les transports collectifs et actifs ou simplement montrer votre adhésion à ce mouvement international, Communauto vous encourage à prendre part à l’événement. C’est le moment de vous accorder une petite pause plaisir et réflexion en cette rentrée automnale !

Voici un aperçu des activités qui auront lieu au Québec :

Montréal (du 19 au 23 septembre)

– Communauto et la nouvelle Leaf 100 % électrique;
– La formation Arcade Fire en concert et de nombreuses autres prestations;
– Du cinéma, des ateliers et des conférences;
– Du yoga et du tai-chi à ciel ouvert;
– Des concours, des cadeaux et des activités dans plusieurs arrondissements.

Québec (du 16 au 22 septembre)

– Des métamorphoses ludiques d’espaces de stationnement;
– La grande randonnée à vélo « J’EMBARQUE »;
– Le Défi de la Journée sans voiture;
– Des activités sportives, des spectacles et de l’animation dans Saint-Roch.

Gatineau (du 16 au 22 septembre)

– Une compétition amusante entre différents modes de transport;
– Des métamorphoses ludiques d’espaces de stationnement;
– Le Défi sans auto;
– Des rallyes locaux pour découvrir le transport durable dans son quartier.

 

Concours Festival d'automne du Mont Sutton


Le concours est maintenant terminé.
Merci de votre participation !

Amoureux de la nature, visitez le Mont Sutton avec ses paysages à couper le souffle ! Toutes les fins de semaine du 17 septembre au 16 octobre, découvrez les plaisirs automnaux lors du Festival d’automne du Mont Sutton. Un festival totalement dédié à la randonnée et aux activités en plein air ! Profitez d’une nouvelle programmation avec plusieurs randonnées, ateliers et musiques au pied des pistes toutes les fins de semaine du Festival d’automne !

Participez à notre concours
, vous courrez la chance de gagner une des 4 paires de billets pour une balade en télésiège lors du Festival d’automne, une valeur de 20 $.

Pour participer
Inscrivez-vous avant le 22 septembre 2011.

Voir les règlements du concours.

 

Excursion Du Mont Rigaud à la rivière des Outaouais

Crédits photos © Tourisme Suroît

Tyrolienne à plus de 700 pieds dans les airs, plus de 100 jeux dans les arbres, 25 km de sentiers (débutant, expert et montagneuse)… c’est ce qui vous attend à Rigaud !

Excursion Du Mont Rigaud à la rivière des Outaouais

Le Mont Rigaud c’est la destination autant des amateurs de plein air et de nature que des amateurs de sensations fortes. Que vous soyez en famille avec de jeunes enfants, entres amis un peu casse-cou, ou à deux pour une balade détente, la foret d’érable luxuriante de Rigaud vous ouvre grand les bras.

Le Mont Rigaud se découvre au sol et dans les airs…

Les sentiers de l’Escapade c’est 25 km de sentiers accessibles gratuitement et réservés à la randonnée pédestre et à l’équitation en été. Le site compte de nombreux panneaux d’interprétation pour en apprendre et en comprendre toujours plus sur la faune et la flore environnante. Pour profiter pleinement de votre randonnée ne partez jamais sans votre carte des sentiers que vous pouvez obtenir dans les bureaux d’information touristique de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent ou télécharger sur le site web de la municipalité de Rigaud.

Prenez de l’altitude ! À Rigaud, deux sites vous accueillent pour de l’hébertisme aérien et plus encore :

– Arbraska Rigaud c’est avant tout la « Rafale », le plus long et le plus haut parcours extrême du Québec.

Plus de 100 jeux dans les arbres, tyroliennes, filets, ponts suspendus promettent sensations et émotions. Vous pourrez aussi participer à une chasse aux trésors, un rallye GPS.

– Mont Rigaud parc Acrobranche c’est Le parc pour la famille. Ici vous retrouverez 100 jeux d'hébertisme aérien dont 23 tyroliennes, 6 parcours d'escalade, 4 trampolines bungee pour plus de 3 heures de plaisir…

Planifiez votre excursion >
Du Mont Rigaud à la rivière des Outaouais


Formule séjour couple

Arbraska Rigaud

+ 1 nuitée Hôtel Howard Johnson

À partir de 60$
(par personne en occupation double + taxes)

Aurez-vous le cran de vous lancé à plus de 700 pieds à bout de tyrolienne ? De vivre des sensations fortes et de vaincre vos peurs ? Arbraska Rigaud, située dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, vous propose le plus long et le plus haut parcours aérien au Québec ! Un séjour totalement dépaysant au coeur d’un mont exceptionnel et à deux pas de Montréal !

Aussi disponible :

– Activité au Parc Acrobranche + 1 nuitée à l’Auberge des Gallant, à partir de 90$ (par personne en occupation double + taxes).
– Activité au Parc Acrobranche + 1 nuitée è Les Maisonnettes d’Antan, à partir de 105$ (par personne en occupation double + taxes).

Pour réserver >


Formule séjour famille

Mont Rigaud Parc Acrobranche

+ 1 nuitée Hôtel Howard Johnson

À partir de 170$
(par famille + taxes)

Jeux d’hébertisme, tyroliennes, escalade, trampoline bungee… une multitude d’activités pour petits et grands aventuriers vous attendent. Pour un séjour en famille à 2 pas de Montréal, direction Le Mont Rigaud Parc Acrobranche ! Qui seront les premiers à défier les parcours ? Qui seront les plus courageux ?

Aussi disponible :

– Activité au Parc Acrobranche + 1 nuitée è Les Maisonnettes d’Antan, à partir de 260$ par famille (+ taxes).
– Activité au Parc Acrobranche + 1 nuitée à l’Auberge des Gallant, à partir de 235$ par famille (+ taxes).

Pour réserver >

 

 

Le tour de l’Île Perrot

Crédits photo © Tourisme Suroît

Célèbres est le moulin à vent de l’île Perrot bordant le majestueux lac Saint-Louis, à deux pas de Montréal. Le meunier, personnage coloré, vous propose une visite guidée originale… une de celle qui vous entrainera au temps de la Nouvelle-France pour en apprendre d’avantage sur nos ancêtres !

Le tour de l’île Perrot

Ne manquez pas, en ce temps des pommes, de partir à la découverte du Verger Labonté. Au programme de cette autocueillette un peu spéciale : un labyrinthe de maïs et de tournesols.

Entre points de vue surprenants et attraits des plus amusants, l’île Perrot vous offre un dépaysement complet !

À deux pas de Montréal, le Parc historique de la Pointe-du-Moulin… Ce site naturel enchanteur au bord du lac Saint-Louis fait face à Montréal. Les pieds dans l’eau admirez l’oratoire Saint-Joseph alors, qu’à votre droite, le moulin à vent se dresse, imperturbable, toujours prêt à vous accueillir.

Initiez-vous à la vie traditionnelle du XVIIIe siècle avec le meunier et d’autres personnages historiques qui vous accompagnerons dans cette incursion historique tout droit sortie du régime Seigneurial !

Ne manquez pas la soirée casino qui a lieu le 9 septembre prochain ainsi que la multitude de d’événements spéciaux qui se déroulent toute au long de la saison estivale !

Poursuivez votre balade Le tour de l’île Perrot ! Sur votre route :

– Rallye GPS de Vaudreuil-Soulanges : Chasse aux trésors nouveau genre ! Partez découvrir l’île Perrot avec GPS à la main. Du plaisir assuré pour toute la famille !

– Circuit vélo : Amateur de vélo ? Partez faire le tour de l’île. Cette boucle de 28.9 km vous permet de découvrir toutes les attractions de cette île.

– Verger Labonté : Avec les labyrinthes de maïs et de tournesols géants que propose le verger Labonté votre journée s’annonce  mémorable ! Bien-sûr couplez cette activité à la cueillette de pommes ou de citrouilles ou encore à la dégustation des produits maison et à la visite de la ferme !

– Club nautique de Notre-Dame-de-l’île-Perrot : Naviguer en kayak de mer sur lac Saint-Louis pour un vue imprenable sur Montréal et sur le moulin à vent. Location  de kayaks, de pédalos ou de canots sur place.

– Baladodiffusion « Parcours vers les ancêtres de l’île Perrot » : Nouveauté de 2011, grâce à cette audio guide plongez dans le passé de l’île. Activité familiale et multi-générationnelle idéale.

Planifiez votre excursion >

 

Le tour de l’île Perrot


Formule séjour couple

Quittez l’île pour une excursion sur la lac Saint-Louis.
Randonnée de kayak sur le lac Saint-Louis avec le club nautique de Notre-Dame-de-l’île-Perrot

+ 1 nuitée à l’Auberge du Vieux Kitzbühel (en occupation double)

À partir de 70$
(par personne en occupation double + taxes)

Cette belle escapade promet une totale évasion au duo que vous êtes. Après une balade en kayak sur le lac Saint-Louis, diriger vous vers l’Auberge Vieux Kitzbuhel. Après un cocktail au bord de l’eau, autour de la table d’hôte à saveur autrichienne, l’amusement est au rendez-vous. Imaginez-vous emporté par le délirant folklore autrichien !

Pour réserver >

 

Formule séjour famille

Pour un voyage en Nouvelle-France en famille !
Visite au Parc historique de la Pointe-du-Moulin

+ 1 Nuitée à l’Auberge du Vieux Kitzbühel (2 adultes + 2 enfants)

À partir de 190$
(par famille + taxes)

Après une journée plein air au Parc historique, proposez à votre petite famille une soirée amusante au cœur du folklore autrichien. L’Auberge Vieux Kitzbühel vous promet un repas mais aussi une ambiance des plus typiques ! L’expérience, assurément originale vous promet de beaux souvenirs et des éclats de rire.

Pour réserver >

 

Au fil de l’eau dans le parc de la Rivière-des-Mille-Îles

Crédits photos © Bougex_Google images

Pour explorer l’archipel marécageux du parc de la Rivière-des-Mille-Îles, dans le quartier Sainte-Rose à Laval, il n’y a rien comme une petite embarcation. Un canot ou un kayak convient très bien, mais si vous craignez d’y prendre place, louez alors un pédalo. Vous parcourrez moins de distance, mais vous pourrez tout de même découvrir quelques îles. Du quai de location, mettez le cap vers l’ouest, histoire de foncer tout de suite contre le courant et le vent, plutôt qu’en fin de journée quand vous êtes fatigué. Vous passerez alors dans un tunnel, sous la rue qui mène à l’île Gagnon.

Entrée : gratuite

Service de location : canots, pédalos, kayaks simples ou tandems, chaloupes, rabaskas de 12 places

Autres services : aires de pique-nique, centre d’interprétation de la nature
Circuits nautiques : 20 km
Sentiers pédestres : 5 km

Activités sur place : kayak, pédalo, pique-nique, randonnée guidée en rabaska, croisières en ponton, pêche

Parcours

En longeant les côtes de l’île, vous vous retrouverez devant l’immense maison de Céline et René. En kayak comme en pédalo, des promeneurs s’arrêtent un instant devant, sur la rivière. À vrai dire, comme on ne voit pas grand-chose et qu’il n’y a à peu près jamais personne sur le terrain, la halte est de courte durée. Ne manquez pas d’aborder dans l’île Kennedy, juste au nord. Quel endroit magnifique pour faire une halte! On a aménagé une aire de pique-nique, en laissant de gros arbres en guise de parasol. Apportez une couverture, car il y a seulement quelques tables.

Petit chenal

En mettant à nouveau le cap vers l’ouest, il faut remonter vent et courant dans le tout petit chenal entre l’île Kennedy et l’île aux Fraises. Heureusement, il y a seulement quelques mètres à parcourir avant de s’engouffrer dans l’entrée de la passe étroite.

Le long de ce chenal paisible, aux abords de l’île des Juifs, vous croisez le secteur d’une plante rare et particulière à la région, comme l’indique la carte du parc. Il s’agit de la lézardelle penchée, reconnaissable par ses feuilles en forme de cœur et sa tige rappelant le bambou. Peu après une hutte de castor se trouve une épave énigmatique. Selon la description qu’en fait la carte du parc, certains croient qu’il s’agit d’un bac ayant servi au transport de matériaux de construction, mais d’autres prétendent que ce fut une scène d’orchestre flottante.

Passerelle

En sortant du petit chenal, longez l’île des Juifs jusqu’au quai. Un sentier mène à une passerelle surplombant un marais. Pour éviter d’être harcelé par les moustiques, enduisez-vous de répulsif à la citronnelle.

Regardez bien autour de vous, car vous pourriez voir des choses étonnantes. Peut-être apercevrez-vous des grands pics en train de picorer sur de vieux érables morts. Dans les arbres sont accrochés des abris à chauve-souris, un peu à la manière des cabanes d’oiseaux.

Retour sans détour

Pour revenir, mettez le cap vers le sud, sans détour. Puis empruntez le chenal entre l’île Gagnon et la terre ferme. Les berges sont bordées de saules et de végétation aquatique. Ce jardin sauvage est un pur ravissement, jusqu’au dernier coup d’aviron.

 

Comment s’y rendre

Parc de la Rivière-des-Mille-Îles, 345 boul. Ste-Rose, Laval,

www.parc-mille-iles.qc.ca

En voiture : autoroute 15 Nord, sortie 16 (à droite), puis boulevard Sainte-Rose (1 km à l’est).

En transport en commun : métro Cartier, puis autobus 73 de la Société de transport de Laval (STL).

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers

 

L’accueillante plage d’Oka, à un jet de pierre de Montréal !

Crédits photos © Sepaq

Une longue étendue de sable fin se prête généralement bien à la promenade, au volleyball ou simplement au bain de soleil, une pratique courante chez les estivants qui visitent le parc national d’Oka et sa célèbre plage.

Autres activités : baignade, randonnée pédestre, camping


Au lac des Deux Montagnes

La plage est située sur les rives du lac des Deux Montagnes, convergence des rivières des Mille-Îles et des Outaouais, dont une partie se déverse aussi dans le fleuve Saint-Laurent. On peut aussi y louer des canots, des planches à voile et des pédalos. Une aire de pique-nique, une salle à manger et des toilettes sont évidemment disponibles, et pour ceux qui auraient oublié leur maillot de bain, une petite boutique principalement axée sur les accessoires de plage y est aussi aménagée.

En camping ou en « glamping »

Et comme le parc national d’Oka compte par ailleurs de très beaux emplacements de camping, pourquoi ne pas en profiter et y passer la nuit, dans votre tente ou dans une des quatre tentes Huttopia offertes en location? Il faudra seulement vous arrêter au marché local, à Oka (quelques kilomètres après le parc), question de vous pourvoir en nourriture. Agréable et dépaysant !

Les frais de location pour les tentes Huttopia sont pour un séjour d’au moins deux nuitées les fins de semaine, avec frais en supplément pour la literie. N’oubliez pas votre nourriture et une bonne bouteille de vin ! Comme le parc dispose de plusieurs milieux humides et autres marécages, il est tout à fait pertinent de prévoir une bonne lotion chasse-moustiques.

Sur le sentier du Calvaire d’Oka

Pour ceux que quelques heures de plage suffisent, un beau sentier de randonnée pédestre de 4,5 km est aussi tracé dans le parc : le sentier du Calvaire d’Oka. Il s’agit d’un ancien chemin de pèlerinage bordé d’un chemin de croix qui mène à un calvaire. Au sommet du sentier, trois chapelles impressionnent par leur emplacement… De là haut, la vue est splendide: on peut apercevoir toute l’étendue du lac des Deux Montagnes.

Comment s’y rendre

Parc national d’Oka, 2020 chemin d’Oka, Oka, www.sepaq.com/pq/oka

En voiture : à partir de Montréal, suivez l’autoroute 15 Nord, et une vingtaine de kilomètres plus loin, prenez l’autoroute 640 Ouest (l’autoroute se termine littéralement dans le parc national d’Oka !). Il vous suffit de continuer tout droit!

En transport en commun : à la Gare centrale de Montréal, prenez le train de banlieue sur la ligne Montréal/Deux-Montagnes jusqu’à la gare de Deux-Montagnes, puis l’autobus qui se rend aux portes du parc national d’Oka, soit l’Express d’Oka.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

 

L’équipe S.W.A.P. au Piknic Electronik

Crédits photo © Équipe S.W.A.P.

L’équipe S.W.A.P. est de retour avec un nouvel événement d’échange de vêtements ! 

Venez échanger vos vêtements du 3 au 5 septembre prochain au Piknic Électronik à Montréal, lors de l’événement Déshabille-toi. Lors de cette édition spéciale sous le thème « J’aime Piknic-er », vous pourrez y dénicher tout le week-end des vêtements uniques, le tout, en plein air sur le rythme de DJ renommés.

L’Équipe S.W.A.P. est un organisme à but non lucratif fondé pour encadrer l’organisation des événements Take Off Your Clothes et Déshabille-toi. En mettant en valeur le partage comme antidote à la surconsommation, l’Équipe S.W.A.P. participe à la prise de conscience des ressources humaines et naturelles impliquées dans la création, le transport et la mise en marché des produits de masse.

Pour faire le dépôt de vos vêtements :  le 3 septembre de 16 h à 20 h
Rendez-vous pour l’échange : le 4 et le 5 septembre de 16h à 20 h

Tous les vêtements restants seront donnés à l’organisme Renaissance.

Pour vous y rendre >

Pour en savoir plus >

 

Le circuit du paysan

Crédits photos © Tourisme Suroît

Premier circuit touristique signalisé au Québec, le Circuit du Paysan vous invite à une découverte gourmande des produits du terroir de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent. En longeant la frontière américaine, découvrez le décor champêtre ainsi que ses attraits où vous apprendrez davantage sur les traditions et l’histoire de la région.

Le Circuit du Paysan

Plaisirs simples, paysages champêtres, produits du terroir et patrimoine hérité de la colonisation irlandaise et écossaise se retrouvent sur les routes du Circuit du Paysan. Ne manquez pas la promenade dans les vergers, l’autocueillette et la visite des fermes.

Envie de savoureuses et délectables découvertes ? Le Circuit du Paysan, situé au sud-ouest de la Montérégie vous offre des heures de plaisir à vivre en famille, en couple ou entre amis. Vous apprécierez, au détour de belles routes de campagnes sinueuses, les vergers s’étendant à perte de vue et la vaste gamme de produits du terroir qui vous attendent, de la classique tarte aux pommes au prisé vin de glace !

La Vallée-du-Haut-Saint-Laurent rassemble des terres fertiles dont savent vous faire profiter chaleureusement et avec talent les artisans,  vignerons, maîtres cidriculteurs, agriculteurs, éleveurs, chefs cuisiniers et aubergistes de la région. Ces passionnés partagent avec plaisir leur connaissance ainsi que leur savoir-faire bien souvent issu de traditions ancestrales !

Le Circuit du Paysan vous propose aussi de suivre la route des vins et des cidres ! Sur votre retour découvrez des produits inusités comme le Poirier de glace mais aussi des cidres de glace, des vins artisanaux, des vendanges tardives et plus encore.

Enfin, sur votre parcours arrêtez-vous au sommet de la Covey Hill et sur la montée Stevenson afin d’admirer les nombreux points de vue panoramiques. Paysages champêtres et bucoliques avec Montréal en toile de fond !

Pour plus d’infomation, rendez-vous au www.balades.ca/circuit-du-paysan/excursion_dun_jour
Le Circuit du Paysan

Formule séjour couple

Sur la route des cidres du Sud-Ouest visitez jusqu’à 3 cidreries

+ Sur la route des cidres du Sud-Ouest visitez jusqu’à 5 vignobles
+ 1 nuitée au Best Western (en occupation double)

À partir de 41$
(par personne en occupation double + taxes)

Un rendez-vous gourmand au cœur de ce que le Québec fait de meilleur ! La route des cidres et des vins de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent sillonne entre de multiples saveurs.

Pour réserver : www.balades.ca/circuit-du-paysan/sejour_couple

 

Formule séjour famille

Journée familiale au Parc Safari

+ 1 nuitée au Camping de la Frontière Enchantée (en occupation double)

À partir de 130$
(par famille + taxes)

Girafe, éléphant, lion ! La savane est dans le sud du Québec !

Pour réserver : www.balades.ca/circuit-du-paysan/sejour_famille

Concours Faites-vous une nouvelle garde-robe avec oöm

Le concours est maintenant terminé.
Merci de votre participation !

Vous avez à coeur la protection de l'environnement ? Vous rêvez de vous vêtir de conscience ? Participez à notre concours, vous courrez la chance de gagner un certificat-cadeau de la boutique en ligne OÖM, une valeur de 300 $.

La réputation d’OÖM n’est plus à faire. Fondée en 2005, cette ligne de vêtements éthiques et urbains faits de coton biologique et de tissus éco-responsables est maintenant bien établie. Un bouton rouge à la fois, cette marque engagée a fait son bout de chemin pour offrir aujourd’hui plusieurs collections de vêtements distribuées à travers le Canada, dans plus de 70 boutiques.

Vous magasinez déjà en ligne pour vos vêtements ? Saviez-vous qu'en tant que membre de Communopolis, vous profitez d'un rabais de 20 % sur vos achats effectués sur la boutique OÖM ! Pour plus d'information, consultez notre section Rabais exclusifs.

Pour participer
Inscrivez-vous avant le 30 septembre 2011.

Voir les règlements du concours.

Balade historique de l’Est

Crédits photo : © Tourisme Suroît

Derrière les boulevards achalandés de Saint-Constant à La Prairie se cachent des trésors de découvertes. Le secteur Est de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent recèle tout d’abord le plus grand musée canadien ferroviaire et un arrondissement historique, Le Vieux LaPrairie, des plus enchanteurs. Voilà une balade qui stimulera votre imagination, vos neurones et vos papilles !

Mesdames et messieurs, c’est le temps d’embarquer à bord de cette escapade qui stimulera tous vos sens ! Entendez-vous d’ailleurs le bruit du train ? Il est prêt à vous emmener dans un voyage temporel très amusant. À Exporail, les petits comme les grands s’amusent entre les locomotives d’un autre temps pour lever le voile sur l’impressionnante et la fascinante histoire du train.

Vous ne pouvez pas passer à La Prairie sans faire un arrêt au Marché des Jardiniers ! Là, entre fleurs et saveurs, ce sont vos papilles et vos sens qui seront stimulés. Salivez d’avance en pensant aux nombreux produits régionaux que vous pourrez y découvrir et acquérir. Poursuivez votre chemin. Il vous conduira dans le Vieux La Prairie. Cet arrondissement historique, par son style architectural et ses restaurants, fait le bonheur des amoureux. Vous serez charmés par une promenade entres rues champêtres et maisons anciennes ? Et si il fait chaud et que vous cherchez un peu de repos ensoleillé, terminez la journée à la plage…

Montez à bord de la Balade historique de l’Est !

Arrondissement historique du Vieux La Prairie : Un rallye GPS qui vous fera explorer l’une des plus anciennes villes du Canada. Des rues champêtres, de petites boutiques…bref, une visite pleine de charme!

Marché des Jardiniers : Quoi de mieux que d’avoir l’opportunité de choisir ses produits frais et de qualité dans une ambiance énergisante ? L’idée d’un succulent pique-nique vient rapidement en tête…

Exporail : Le Musée ferroviaire canadien : Connaissez-vous bien l’histoire ferroviaire canadienne ? Non ? N’attendez plus! Bien plus qu’un musée, nous vous proposons de monter à bord d’un univers fascinant!

Récré-o-parc : Amateur de nature, ce lieu vous attend! Profitez de kilomètres de sentier qui s’offrent à vous et, si la chaleur vous accable, finissez le tout par une bonne baignade à la plage!

Pour planifier votre excursion, cliquez ici.
Balade historique de l’Est

Formule séjour couple

Le rendez-vous des amoureux et des gourmands… une panoplie de tables vous attendent.

Promenade guidée et Rallye GPS dans le Vieux La Prairie, l’une des plus anciennes ville du Canada

+ 1 nuitée au camping la Clé des champs Rv Resort

À partir de 45$
(par personne en occupation double + taxes)

Quoi de mieux qu’une promenade romantique dans un environnement enchanteur pour raviver la flamme ? Vous avez la possibilité de continuer votre sortie de couple soit dans un camping, pour vous retrouver loin du bruit et des soucis, ou encore de prolonger votre exploration historique en logeant au Manoir D’Youville, sur l’Île St-Bernard!

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/balade-historique-de-lest/sejour_couple


Formule séjour famille

N’avez-vous jamais rêvé d’être conducteur de train ? Bienvenue à bord de cette visite historique inattendue !

Visite guidée d’Exporail Musée ferroviaire canadien

+ 1 nuitée au camping la Clé des champs Rv Resort

À partir de 83$
(par famille + taxes)

Embarquez en famille dans une découverte des plus enrichissantes pour émerveillera jeunes et moins jeunes ! Vous avez la possibilité de jumeler votre visite soit avec un camping, pour continuer de passer du bon temps en famille ou encore de prolonger votre exploration historique en logeant au Manoir D’Youville, sur l’Île St-Bernard!

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/balade-historique-de-lest/sejour_famille

Concours Entre Cîme et Racines : gagnez une nuitée en forêt

Le concours est maintenant terminé.
Merci de votre participation !

Vous êtes amoureux de la nature ? Vous rêver de vous endormir aux cîmes des arbres ? Participez à notre concours, vous courrez la chance de gagner une nuitée dans un écogîte d’Entre Cîmes et Racines, une valeur de 110 $.

À une heure de Montréal, dans les Cantons-de-l’Est, les 11 écogîtes d’Entre Cîmes et Racines favorisent la détente, l’évasion et un contact unique avec la nature. Décrochez et ressourcez-vous en toute saison sur un domaine forestier de 175 acres.

Pour participer
Inscrivez-vous avant le 31 août 2011.

Voir les règlements du concours.

Entrevue avec l'équipe S.W.A.P.

L’Équipe S.W.A.P. est un organisme à but non lucratif fondé pour encadrer l’organisation des événements Take Off Your Clothes et Déshabille-toi. En mettant en valeur le partage comme antidote à la surconsommation, l’Équipe S.W.A.P. participe à la prise de conscience des ressources humaines et naturelles impliquées dans la création, le transport et la mise en marché des produits de masse.

Leur mission :
1. donner des vêtements de bonne qualité à des charités qui les distribueront à ceux qui en ont le plus besoin
2. lutter contre la surconsommation
3. encourager la consommation de vêtements écolos et responsables
4. developper des vêtements recyclés du rebus de l’industrie textile

Communopolis a eu le plaisir de rencontrer la présidente et fondatrice de l’équipe S.W.A.P., Aleece Germano ainsi que quelques membres de son équipe lors de la sixième édition de l’événement Déshabille-toi qui prenait place au Grand Foyer culturel de la Place-des-Arts les 9 et 10 juillet derniers.

Vos idées pour améliorer les ententes avec les locateurs

Crédits photo : Google images

Depuis plusieurs mois déjà, Communauto s’affaire à améliorer les privilèges et les rabais qu’elle offre à ses usagers lorsque ceux-ci réservent un véhicule de location traditionnelle chez nos locateurs associés (Budget, Discount, Enterprise et Via Route). En effet, ces partenariats, qu’on appelle l’Inter-réseau, permettent aux abonnés de Communauto d’avoir accès, à tarifs négociés, à une plus grande offre de véhicules, en quantité et en modèles, qui s’ajoutent au parc automobile de Communauto.

Parmi ces améliorations, nous avons récemment annoncé de nouvelles grilles tarifaires, qui excluent le coût des assurances, qui permettront aux détenteurs de carte de crédit comprenant une assurance de dommages véhicule de faire encore plus d’économies sur leur location. Nous voulons aussi prochainement donner la possibilité à nos abonnés d’effectuer des réservations Inter-réseau en ligne, à même l’interface de notre module de réservation de véhicule, Réservauto.

Puisque nous travaillons activement sur ce dossier, nous considérons que le moment est idéal pour sonder votre opinion sur ces ententes, notamment :

– Saviez-vous que vous aviez accès à ces avantages ? Si oui, en profitez-vous et comment ?

– Quel est votre niveau de satisfaction de l’Inter-réseau ? Plus précisément, quelle est votre appréciation des tarifs offerts, du service que vous recevez chez les locateurs, de la facilité d’utilisation ?

– Est-ce que la possibilité de réserver en ligne vous-même un véhicule chez nos locateurs associés pourrait vous faire aimer davantage cette offre ?

– Auriez-vous d’autres suggestions à nous faire pour améliorer ces partenariats ?

C’est le temps d’émettre vos commentaires ! Nous sommes à l’écoute !

Concours « Vers des rues plus conviviales ». Soumettez votre projet !

Vous avez à cœur l’amélioration de la qualité de vie dans votre milieu urbain et vous avez relevé des défis par des initiatives novatrices qui répondent aux besoins des villes et arrondissements ? Le concours « Vers des rues plus conviviales : les meilleures mesures d’apaisement de la circulation à Montréal » est pour vous !

Différents types d’aménagement urbain peuvent être soumis au Concours tels que la piétonisation d’une rue, la création d’une voie cyclable, la mise en place de mesures de rétrécissement de la chaussée, l’aménagement d’une place publique, la revitalisation d’espace délaissé, etc. Les aménagements mis en candidature doivent s’inscrire dans le cadre d’une démarche de réduction ou d’apaisement de la circulation et avoir été réalisés au cours des deux dernières années. Les gagnants se verront remettre un prix de reconnaissance et auront l’occasion de contribuer à une plus large diffusion de leurs connaissances et de leur expérience.

Ce concours est l’initiative du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE Montréal) et la Coalition pour la réduction et l’apaisement de la circulation (C.R.A.C.), en collaboration avec la Direction de la santé publique de Montréal, Vélo Québec, le Centre d’écologie urbaine de Montréal, le Groupe de recherche interdisciplinaire mobilité, environnement, sécurité (GRIMES), la chaire MOBILITÉ de l’École Polytechnique de Montréal, Ruesécure Inc., Équiterre et la Table de concertation des aînés de l’île de Montréal.

Vous voulez participer ? Soumettez votre dossier avant le 26 septembre 2011 en remplissant le formulaire disponible à la fin de ce document. Pour plus d’information : www.cremtl.qc.ca

Communauto emprunte la route de l’autonomie !

Vous le saviez sans doute déjà, Communauto a lancé, le 13 juin dernier, sa nouvelle stratégie de communication, qui repose sur plusieurs nouveautés. D’abord, nous nous sommes dotés d’un logo plus actuel, à notre image. Nous avons également donné le coup d’envoi à une campagne publicitaire télévisée sur les ondes de Radio-Canada.

Du même coup, nous avons dévoilé la plateforme Web Communopolis, où convergent désormais ceux qui aiment la vie « comme sans auto ».

Toute notre stratégie s’articule autour de la conviction, exprimée dans un manifeste, que « L’autonomie pour celui qui a besoin d’une voiture ne devrait pas être réservée à ceux qui choisissent d’en posséder une ». Nous sommes très fiers de ce repositionnement et souhaitons qu’il contribue à communiquer au plus grand nombre les avantages de l’autopartage.

À votre tour de contribuer au renouveau de Communauto :

Participez à la discussion : « Qu’est-ce que vous voulez voir sur Communopolis.com ? »

Consultez notre manifeste de l’autonomie.

Votez pour votre publicité télé préférée de Communauto sur notre page Facebook.

Participez à notre débat « Une mission centrée sur la réalisation d’un idéal de société – partages vos opinions sur l’autonomie de Communauto »

La Voie maritime à vélo

Crédits photo : David McDougall

50 km / 4 à 5 heures
Rouler le long de la Voie maritime, quel bonheur! Loin des voitures, loin du vacarme de la ville, sans devoir mettre le pied à terre sur 10 km… Voici donc une balade sur la longue bande de terre, située en plein Saint-Laurent, entre Montréal et la Rive-Sud. Un parcours pour ceux qui veulent se délier les jambes et respirer l’air du large.

 

Itinéraire

Boucle à partir de la station de métro Square-Victoria, en passant par Verdun (île des Sœurs), puis la piste de la Voie maritime et enfin l’île Notre-Dame, avant de rejoindre Montréal par le pont de la Concorde.

À partir du square Victoria, empruntez la rue McGill vers le fleuve (sud). Rue de la Commune, empruntez la piste cyclable à droite. Roulez un peu plus de 200 m jusqu’à un petit pont que vous devez traverser en continuant de suivre la piste. Quelque 500 m plus loin, la piste cyclable se sépare en deux : prenez à droite. Vous longerez bientôt le canal de Lachine, bordé par une des plus belles pistes cyclables de Montréal.

Comptez un peu plus de 2 km avant d’arriver à un petit pont pour piétons, sur votre droite, qui traverse le canal de Lachine. Tournez à gauche en suivant le marquage au sol, qui suit tour à tour l’avenue Atwater, la rue Saint-Charles et la rue D’Argenson. Après avoir tourné à droite dans D’Argenson, comptez environ 600 m avant de tourner à gauche dans la piste cyclable de la rue Henri-Duhamel.

Roulez un peu plus de 600 m, jusqu’au bout de la rue Henri-Duhamel. Prenez la piste qui part à gauche, vers l’île des Sœurs. Roulez environ 1,4 km sur la piste avant d’arriver à un rond-point.

Au rond-point, continuez tout droit (en longeant le boulevard de l’Île-des-Sœurs) et suivez les indications vers l’estacade du pont Champlain.

Environ 500 m plus loin, à un second rond-point, prenez à gauche la piste cyclable qui longe le boulevard René-Lévesque. Moins de 1 km plus loin, tournez à droite en direction de l’estacade du pont Champlain.

Une fois l’estacade traversée, prenez la piste cyclable de la Voie maritime à droite.

Roulez environ 10 km sur la piste cyclable de la Voie maritime. Prenez à gauche le petit pont qui se rend à Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud. Roulez tout droit un peu plus de 300 m.

Boulevard Marie-Victorin, prenez la piste cyclable à gauche. Roulez un peu moins de 7 km, jusqu’à une passerelle qui traverse la route 132, que vous devez emprunter. De l’autre côte de la route 132, prenez la piste cyclable à gauche. Environ 1,4 km plus loin, à la fourche, prenez la piste à gauche.

Un peu plus de 1 km après la fourche, boulevard Matte, prenez la piste cyclable à gauche. Vous reconnaîtrez ce boulevard au terre-plein qui sépare les voies. Suivez cette piste sur environ 6 km, en longeant plus ou moins le fleuve. À un moment, la piste bifurque vers la droite, boulevard Simard, et croise la rue Riverside. Tournez à gauche dans la rue Riverside. Une piste cyclable se trouve sur le côté nord de cette large rue.

Roulez environ 2 km dans la rue Riverside, jusqu’à une fourche. Prenez à gauche la piste qui emprunte la passerelle au-dessus de la route 132. De l’autre côté, faites environ 200 m jusqu’à la passerelle du pont Victoria, que vous traverserez.

De l’autre côté, empruntez à droite la piste cyclable, qui longe le fleuve et passe sous le pont Victoria. Vous roulez ici sur l’île Notre-Dame. Les pistes cyclables s’entrecroisent dans un fouillis inouï dans l’île. Suivez cette simple règle : gardez votre gauche. Vous roulerez par moments sur le circuit Gilles-Villeneuve et devrez reprendre la piste à gauche.

Après avoir croisé le pont Victoria, comptez moins de 2 km avant d’atteindre le pont des Îles, qui mène en fait au pont de la Concorde. Empruntez-le sur environ 1 km avant d’atteindre l’île de Montréal.

Une fois sur la terre ferme, continuez sur la piste cyclable. Roulez environ 1 700 m jusqu’à une fourche : prenez à droite. Roulez environ 700 m et passez le pont. À quelques coups de pédales de là, rue McGill, prenez à gauche. À environ 800 m se trouve la station de métro Square-Victoria.

Comment s’y rendre

En voiture : la station de métro Square-Victoria se trouve au cœur du Quartier international de Montréal. Dans les environs de la station, plusieurs stationnements payants sont disponibles.
En transport en commun : il est possible de transporter son vélo dans le métro jusqu’à la station Square-Victoria.

Tiré du guide Ulysse Balades à vélo à Montréal, par Gabriel Béland.

Des Aires libres et festives sur Sainte-Catherine Est

Crédits photo : Aires Libres

Nous tenons à partager avec vous la tenue d’un événement haut en couleur qui ne manquera pas de piquer la curiosité des adeptes de la vie libre de l’auto. Ainsi, depuis le 18 mai et jusqu’au 12 septembre 2011, la quatrième édition de la manifestation artistique et écologique Aires libres se déroule rue Sainte-Catherine Est à Montréal, transformant la zone piétonnière entre Berri et Papineau en un espace d’expression et de liberté résolument ludique.

Aires libres propose des installations urbaines éphémères, des rencontres avec des artistes de tous les horizons, une programmation riche et unique, des bazars pour dénicher de belles aubaines… Bref, Aires libres invite le public à investir la rue pour savourer l’été à pied.

Pas de doute, cet événement de rue vient insuffler un brin de fantaisie au centre-ville et cadre parfaitement avec notre idéal d’un style de vie sans auto.

Vous connaissez d’autres événements du genre ? Partagez-les avec nous !

Pour en savoir plus : www.aireslibres.com

Du cap Tourmente au Massif

Crédits photo : Bonjour Québec

Tout de suite après la Côte-de-Beaupré, dans la région de Québec, commencent « les Caps », une formation géologique élevée qui a ceci de particulier qu’elle plonge directement dans le fleuve 800 m plus bas. Parcourez cette crête montagneuse à pied pendant quatre jours, pour le plaisir des sens, tout simplement !

Le sentier des Caps dans les nuages

La très belle région de Charlevoix attire les randonneurs avec son magnifique sentier des Caps. De Saint-Tite-des-Caps à Petite-Rivière-Saint-François, le sentier couvre 51 km sur des sommets de 500 m à 800 m d’altitude. Des refuges et des emplacements de camping parsèment le parcours et permettent de prendre le temps qu’on veut pour y déambuler. Il est à noter que ses dénivelés importants conviennent surtout aux marcheurs aguerris. Les vues qui s’ouvrent sur le fleuve tout au long du tracé, et particulièrement depuis les belvédères aménagés, sont littéralement époustouflantes.

Du cap Tourmente, paradis des oiseaux…

La réserve nationale de faune du Cap-Tourmente est un lieu pastoral et fertile dont les battures sont fréquentées chaque année par des nuées d’oies blanches (également connues sous le nom de «grandes oies des neiges»). Les oies s’y arrêtent pendant quelque temps, en automne et au printemps, afin de reprendre les forces nécessaires pour continuer leur voyage migratoire. La réserve dispose d’installations qui permettent de les observer. Au moins 250 autres espèces d’oiseaux et 45 espèces de mammifères y vivent.

…au Massif de Petite-Rivière-Saint-François

Un beau parcours est celui qui débute dans la réserve nationale de faune du Cap-Tourmente, et qui se termine, quatre jours plus tard, au sommet du Massif de Petite-Rivière-Saint-François. Les trois nuitées se passent en refuge rustique, et l’organisme qui gère le sentier s’occupe de transporter votre véhicule du point de départ au point d’arrivée. Plus précisément, au premier jour, on part de la réserve nationale de faune du Cap-Tourmente, pour terminer la journée 7,4 km plus loin, au refuge de La Faille. Le deuxième jour, on parcourt 8,6 km jusqu’au refuge du Cap Gribane. Le troisième jour est le plus ardu, avec 13,7 km à franchir jusqu’au refuge du Cap du Salut. La dernière et quatrième journée mène au sommet du Massif de Petite-Rivière-Saint-François en 9,3km, pour un total de 40 km. Une agréable promenade !

Une récompense bien méritée

Question de se récompenser après quatre jours de marche et quelques sommets plus tard, on descend à l’Auberge La Courtepointe, située tout près du Massif. L’aménagement général est très accueillant et sympathique. La table est bonne et le petit déjeuner particulièrement délicieux. Une belle collection de tableaux et la magnifique vue du fleuve agrémentent le lieu, ce qui termine en confort une excursion sur un des plus beaux sentiers de randonnée pédestre au Québec.

Comment s’y rendre

Sentier des Caps de Charlevoix, 2 rue Leclerc (angle route 138), Saint-Tite-des-Caps, www.sentierdescaps.com
Réserve nationale de faune du cap-Tourmente, 570 ch. du Cap-Tourmente, Saint-Joachim, www.captourmente.com
En voiture : à partir de Québec, prenez la route 138 Est. Suivez les indications vers Sainte-Anne-de-Beaupré et continuez jusqu’à Saint-Tite-des-Caps. L’accueil se trouve sur votre gauche, à l’angle de la rue Leclerc et de la route 138.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Au fil de la Châteauguay

Crédits photo © Tourisme Suroît

Connaissez-vous l’île Saint-Bernard ? L’on débarque sur cette île en prenant la navette fluviale du Lac Saint-Louis au départ de Lachine à Montréal. Une fois à bord l’aventure commence !

Prenez la direction de cette île aux mille et une découvertes ! Située dans le delta de la sinueuse rivière Châteauguay, l’île Saint-Bernard est un site protégé des plus inattendus à quelques pas de Montréal. Le refuge faunique, les sentiers de randonnées propices à l’ornithologie, le théâtre d’été, les balades en ponton, le bistrot aux saveurs régionales, le verger ou encore les visites avec le meunier autour de l’ancien moulin assurent le dépaysement !

Balade en ponton sur la rivière : prenez place à bord du Héron bleu en compagnie d’un guide naturaliste expérimenté d’Héritage Saint-Bernard qui animera, du 18 juin au 25 septembre, une fascinante excursion sur la rivière Châteauguay d’une durée d’environ une heure quinze. La balade retrace de façon originale les principaux attraits de la région et révèle des bribes de son histoire.

Les Secrets de l’île pour les passionnés d’histoire et les curieux de nature. Tous les dimanches d’été, vous êtes invités à venir rencontrer le meunier Joseph Primot et sa femme qui vous feront revivre un passé des plus colorés.

Refuge faunique Marguerite-D’Youville. Les sentiers se parcours aussi avec un audioguide qui agrémente la visite des sentiers du refuge. Voilà une façon facile d’en apprendre sur l’histoire, l’environnement, la faune et la flore ainsi que sur l’archéologie de l’île Saint-Bernard.

Pour plus d’information, rendez-vous au www.balades.ca/au-fil-de-la-chateauguay/excursion_dun_jour

Accès via la navette fluviale du lac Saint-Louis reliant Châteauguay et Lachine.

 

Poursuivez votre balade au fil de la Châteauguay ! Sur votre route :

Lieu historique national de la Bataille-de-laChâteauguay : le 26 octobre 1813, les troupes canadiennes commandées par Charles-Michel de Salaberry remportent une importante victoire sur l’armée d’invasion américaine du général Wade Hampton. Visitez le site théâtre de cet affrontement.

Kayak Safari : explorez en kayak la rivière Châteauguay et soyez charmé par la nature de cette rivière sinueuse aux rives verdoyantes. Idéal pour les novices.

Maison Lepailleur : construite en 1792, la maison abrite un musée qui présente des expositions d’arts et d’histoire en plus d’offrir des visites commentées sur le thème de l’histoire et la culture du Bas-Canada.

Formule séjour couple

Excursion en kayak sur la rivière Châteauguay avec Kayak Safari
+ 1 nuitée au Manoir D’Youville (île Saint-Bernard)
+ 3 repas
À partir de 70$ (par personne en occupation double + taxes)

Sinueuse et paisible rivière pour expédition romantique…

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/au-fil-de-la-chateauguay/sejour_couple

Formule séjour Famille

Croisière en ponton
+ Visite guidée Les secrets de l’île
+ 1 nuitée au Manoir D’Youville (île Saint-Bernard)
+ 3 repas
À partir de 135$ (par famille + taxes)

Moussaillon, vous débarquez sur l’île des aventures ! Découvrez les Secrets de l’île Saint-Bernard (visite historique guidée avec le meunier) et faites une excursion en ponton sur la rivière Châteauguay.

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/au-fil-de-la-chateauguay/sejour_famille

Le cimetière Notre-Dame-des-Neiges

 

Crédits photo : Cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, le plus vaste des cimetières montréalais (55 km de routes et de sentiers sillonnent les lieux), est une véritable « cité des morts », puisque près d’un million de personnes y ont été inhumées depuis 1855, date de son inauguration. Contrairement au cimetière Mont-Royal, qui reçoit différentes confessions religieuses, il présente des attributs qui identifient clairement son appartenance au catholicisme.

Une liste des personnages célèbres inhumés ici est disponible sur demande. Partez à la recherche des pierres tombales de Louis Fréchette, d’Alfred Laliberté, de Louis-Hippolyte La Fontaine, de Camillien Houde, d’Honoré Mercier, de Robert Bourassa, d’Olivier Guimond, de Jean-Louis Millette, de Guy Hoffmann, d’Yves Thériault, de Guy Sanche (Bobino), de Jean Rougeau, etc., ou de l’obélisque à la mémoire des Patriotes de la rébellion de 1837-1838.

Randonnée à caractère historique : 3,5 km / durée : 2h
Services et installations : toilettes, brochures, cartes

Parcours

Le parcours suggéré forme une boucle de 3,5 km qui permet d’effectuer une agréable visite du cimetière. Il suit en grande partie le chemin principal, puis les chemins de traverse. Le départ de la randonnée se fait du pavillon administratif (0,0 km), situé à côté de la chapelle de la Résurrection.

Du pavillon administratif (n’oubliez pas de vous munir de la carte du cimetière, car la signalisation y est quasi inexistante), allez rejoindre le chemin principal, dépassez l’intersection avec le chemin conduisant vers le parc du Mont-Royal et partez à la recherche de la pierre tombale du poète montréalais Émile Nelligan (0,8 km; section N, no 588) sur laquelle il est écrit : Ses mâts touchaient l’azur, sur des mers inconnues.

Après la pierre tombale de Nelligan, tournez à gauche, puis gardez la droite jusqu’à une intersection en Y. Tournez à gauche à cette intersection afin de passer devant les chapelles Notre-Dame et Saint-Antoine, le caveau de la Famiglia Alphonso Rizzuto et le mausolée Jean-Paul II. Passé ce dernier, le chemin de traverse (axe nord-sud) grimpe assez abruptement et mène à une intersection majeure (1,75 km; devant la section O 1-89).

Prenez à gauche et, plus loin, gardez la droite pour aller rejoindre le chemin de traverse (axe est-ouest) qui longe l’Université de Montréal. Beaux points de vue sur la tour du pavillon central (réalisation de style Art déco de l’architecte Ernest Cormier) de l’université, mais également sur l’oratoire Saint-Joseph.

Demeurez vigilant afin de trouver la pierre tombale de Jean Paul Riopelle (B 2431), située derrière celle de Kenehan. Cosignataire du manifeste Refus global (1948), Jean Paul Riopelle fut sans doute l’un des peintres les plus importants du Québec et celui jouissant de la plus grande renommée internationale parmi ses contemporains.

De là, continuez jusqu’à la première intersection à quatre chemins. Tournez à droite, traversez un premier chemin et arrêtez-vous au second où se dresse, sur le coin, la pierre tombale de Maurice Richard (ML-09), sur laquelle est inscrit : Ne jamais abandonner. S’y trouve également l’empreinte de sa main. Véritable héros national, Maurice « The Rocket » Richard joua pour les Canadiens de Montréal de 1942 à 1960.

Devant la pierre tombale de Maurice Richard, tournez à gauche et rendez-vous à l’intersection suivante, où repose Jean Drapeau (ML-01), maire de Montréal de 1954 à 1957 et de 1960 à 1986.

De là, tournez à droite où, quatre emplacements plus loin, est érigée la pierre tombale de Pierre Bourgault (ML-23), un célèbre communicateur, chroniqueur et indépendantiste. Revenez quelque peu sur vos pas et empruntez la voie cérémonielle qui vous ramènera rapidement (environ 100 m) au pavillon administratif (3,5 km).

Comment s’y rendre

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges, 4601 ch. de la Côte-des-Neiges, Montréal, www.cimetierenddn.org
En voiture : chemin de la Côte-des-Neiges, tout juste au nord du chemin Remembrance (parc du Mont-Royal).
En transport en commun : métro Guy-Concordia, autobus 165.

Tiré du guide Ulysse Marcher à Montréal et ses environs, par Yves Séguin.

Le Parc de la Gatineau s’ouvre à vous !

Crédits photo : Tourisme de l'Outaouais

Cet été encore, Communauto a le plaisir de vous offrir le Parc de la Gatineau ! En effet, des laissez-passer saisonniers se trouvent dans tous nos véhicules de Gatineau ainsi que dans certains des véhicules de Vrtucar à votre disposition à Ottawa. N’attendez plus et profitez tout à fait gratuitement des attraits du Bouclier canadien à seulement 15 minutes du Parlement !

Détente à la plage, baignade, observation de la faune et de la flore, randonnées à pied, à vélo et en patins, escalade… amusez-vous! Et si jamais ce laissez-passer vous donne envie de faire durer le plaisir, sachez que trois sites de camping vous permettent de louer des espaces pour passer la nuit en pleine nature, notamment au Lac Philippe, dont nous vous avons parlé précédemment dans la section « Sorties ».

Pour en savoir plus sur les activités du Parc de la Gatineau, rendez-vous sur le site www.capitaleducanada.gc.ca.
Vous ne pourrez résister à la tentation!

Le mouvement Cycle Chic gagne Montréal !

Fondé à Copenhague par Mikael Colville-Andersen, le mouvement Cycle Chic, qui s’inscrit dans un objectif de promotion du vélo comme moyen de transport urbain, gagne enfin Montréal après avoir essaimé à travers le monde. Ainsi, à l’initiative de Vélo Québec, une équipe de photoblogueurs célèbre les cyclistes de la métropole et leur mode de vie dans un blogue à saveur design. On y trouve des clichés de Montréalais pédalant avec style et on redécouvre la ville à deux roues avec eux. Du pur bonbon !

Communauto salue cette idée originale qui contribue à démocratiser l’utilisation du vélo comme mode de déplacement en ville. Cycle Chic démontre, preuves à l’appui, que tout un chacun peut enfourcher son vélo au quotidien – sans même renoncer à l’élégance – et ainsi participer à l’amélioration de son milieu de vie.

Montrealcyclechic.com constitue une source d’inspiration intarissable pour les passionnés de vélo urbain… ou de mode ! Et vous, comment vivez-vous votre vie chic à vélo ?

Choisissez la couleur de notre logo sur nos autos !

Communauto procède présentement aux changements de logo sur ses véhicules. Pour certaines voitures, le choix de couleur du logo est évident, mais nous aimerions avoir votre opinion sur la couleur à mettre sur nos autos de couleur plus foncée, soit « gris silex » et noire.

Aidez-nous à faire le bon choix ! Quelle couleur de logo préférez-vous : gris ou vert ?
Nous attendons vos commentaires !

Laval agit pour la mobilité durable !

A l’heure d’agir pour la mobilité durable, Laval favorisera l’autopartage et le covoiturage

La Ville de Laval et la Société de transport de Laval (STL) ont dévoilé le 14 juin dernier le premier Plan de mobilité durable de Laval. La voiture en libre-service est citée comme une des solutions pour atteindre l’ambitieux objectif de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre que produisent les Lavallois lors de leurs déplacements d’ici 2031.

Par ailleurs, Laval et la STL ne tardent pas à mettre en place ses propositions. Déjà le 29 juin, le projet-pilote CLIC annonce l’arrivée dès l’autonome du covoiturage en véhicule partiellement électrique sur le territoire. En partenariat avec l’AMT et à Hydro-Québec, une flotte de GM Volt sera mise à la disposition de dix équipes de covoitureurs afin qu’ils puissent rallier quotidiennement la gare ou le terminus le plus proche.

Le document propose ainsi une foule de mesures pour faire une belle place aux transports collectifs, au vélo et à la marche.

Bravo à la Ville de Laval et à la STL pour la richesse de ce plan !

Lire le résumé du Plan

Concours de lancement : gagnez un voyage avec VIA Rail ou Vélo Québec!

 

Crédits photos : Vélo Québec, Google images

 

Le concours est maintenant terminé.

Merci de votre participation ! 

Bienvenue à Communopolis ! Pour célébrer l’arrivée de notre toute nouvelle communauté Web, nous vous avons concocté un grand concours de lancement pour faire plaisir à nos premiers membres de Communopolis.com.

À gagner :
– Un certificat-cadeau Via Rail d’une valeur de 1 500 $, échangeable contre un ou des voyages en train pour la destination de votre choix;
– Un certificat-cadeau Vélo Québec Voyages d’une valeur de 600 $, échangeable contre un voyage de cyclotourisme;
– Un vélo pliant Dahon speed Uno de chez Dumoulin Bicyclettes, d’une valeur de 399,99 $;
– L’une des cinq cartes individuelles Ta carte, ton été ! de Balades.ca, d’une valeur de 49,15 $ chacune, valide pour l’année 2011;
– L’un des cinq tee-shirts OÖM, d’une valeur de 35 $ chacun.

Des prix qui sauront plaire à nos adeptes d’un style de vie « comme sans auto » !

Pour participer
Inscrivez-vous à Communopolis.com et entrez votre courriel dans le formulaire de participation ci-dessous avant le 31 juillet 2011.

Voir les règlements du concours.

Excursion sur la rive du lac St-François

Crédits photo : Tourisme Suroît

Au milieu de la campagne, devant vous, surgira une immense palissade. Elle protège les maisons-longues iroquoïennes des agresseurs potentiels. Vous êtes au site Droulers/Tsiionhiakwatha. Ce site archéologique, qui recèle encore bien des trésors, vous ouvrira ses portes pour un voyage dans le temps des plus réalistes. D’ailleurs, serez-vous assez curieux pour tester le traditionnel poisson séché ?

À quelques rangs, vous laisserez les terres agricoles derrière vous. Vous pénètrerez un site naturel envoutant dont les marais recèlent une faune et une flore exceptionnellement riche. À la Réserve nationale de faune du lac Saint-François, il faut être fin observateur. Vous pourrez vous y promener à pied mais une aventure plus grande vous est offerte. En kayak de mer ou en rabaska, accompagné d’un guide chevronné, partez à l’exploration de ces marais. Vous serez assurément bouche bée lorsque vous déboucherez sur le vaste et majestueux lac Saint-François réputé aussi pour son eau limpide et transparente.

Enfin, sur le chemin du retour, nous vous recommandons un arrêt à Saint-Anicet pour admirer, sur le lac, un coucher de soleil époustouflant. Le dépaysement ne pourrait être plus grand !

La Balade « Sur la rive du lac Saint-François » est l’un des 11 parcours proposés sur www.balades.ca, la référence, pour vos idées d’activités à deux pas de Montréal !

Formule séjour couple

Initiation en kayak de mer à la Réserve nationale de faune du lac St-François (demi-journée)
+ 1 nuitée au camping Le Dauphin
À partir de 50$ (par personne + taxes)

Décrochez et quittez la rive pour vivre une expédition nautique à travers marécages et paysages exceptionnels ! La Réserve nationale de faune du lac St-François, située dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, vous transporte dans un univers magique avec ses excursions guidée en kayak. Rabaska ou canot disponible.

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/sur-la-rive-du-lac-saint-francois/sejour_couple

Autre suggestion… Vous pouvez même vous lancer à l’aventure direction l’île Thompson pour une immersion en terre autochtone (2 jours et 1 nuitée) ! Les guides professionnels de la Réserve vous offrent une occasion unique de découvrir une culture méconnue, de voyager au rythme de votre pagaie et de décrocher !

Formule séjour famille

Nuitée en maison-longue au site Droulers/Tsiionhiakwatha
+ 1 nuitée au camping Le Dauphin
À partir de 35$ (par famille + taxes)

Jouez les aventuriers, les Indiana Jones durant tout un week-end. Le site Droulers/Tsiionhiakwatha, située dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, vous propose une expérience unique, hors du commun ! Passez une nuitée dans une maison-longue iroquoienne authentique, et ce en famille ou entre amis. En compagnie d'animateurs professionnels, l'activité comprend 2 ateliers, ainsi qu'une visite du centre d'interprétation, un souper amérindien, la nuitée en maison-longue, l'animation et un déjeuner iroquoien.

La reconstitution grandeur nature d'un village iroquoien, c'est un projet de taille qui a vu le jour à Saint-Anicet. Il s'agit d'un lieu qui permet à la population de se construire une représentation juste de cette société et de son mode de vie. Les aménagements du village, les artefacts, l'animation et les ateliers vous permettrons de vivre une expérience unique et inoubliable.

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/sur-la-rive-du-lac-saint-francois/sejour_famille

Une troisième saison pour BIXI !

BIXI nous est revenu cette année avec de belles nouveautés! Tout d’abord, BIXI élargit son réseau cette saison en comptant 400 stations, 5 000 vélos et 1 000 points d’ancrage de plus que l’an dernier. Quelques stations sont maintenant disponibles dans les secteurs de Notre-Dame-de-Grâce, Ahuntsic, Verdun et Westmount. De plus, les membres annuels et mensuels peuvent maintenant se déplacer pendant 45 minutes plutôt que pendant 30 minutes, ce qui était le cas lors des saisons précédentes. Aussi, le temps d’attente entre les locations de vélos diminue, pour passer de 5 à 2 minutes. Que du bonheur !

Une autre bonne nouvelle, c’est que les abonnés de Communauto peuvent profiter cette année encore d’un rabais sur l’abonnement annuel à BIXI. Ces derniers bénéficient de 10 $ de crédit sur leur compte Communauto s’ils s’abonnent à BIXI et à Communauto, ou de 59 $ de crédit s’ils s’abonnent à BIXI et au DUO auto+bus. Pour en profiter, choisissez l’option BIXI-AUTO ou BIXI-AUTO-BUS dans leur formulaire d’abonnement.

Enfourchez vos vélos et bonne saison BIXI ! Pour plus d’information : www.bixi.com

Communauto séduite par l'essai routier de la Nissan LEAF 100 % électrique à Montréal !

Le 26 mai dernier, quelques employés, partenaires et abonnés de Communauto ont fait l’essai de la Nissan LEAF 100 % électrique, ce véhicule sera graduellement intégré au parc automobile de Communauto à partir de cet été.

La conduite de la Nissan LEAF a charmé la vingtaine de participants de l’essai routier et leur a permis d’en apprendre plus sur le projet d’intégration des véhicules électriques à la flotte de Communauto. Les personnes présentes ont pu connaître l’évolution du partenariat entre Communauto et Nissan, le choix de quelques sites où les LEAF seront mises à la disposition du public, quelques innovations techniques du véhicule ainsi que les spécificités de quelques bornes de recharge.

N’oubliez pas ! Ces voitures seront livrées dès cet été à Communauto, ce qui fera des abonnés de Communauto les premiers à conduire la LEAF 100 % électrique au Canada !

En savoir plus sur le projet

Voir ce que nos trois abonnés invités, notre équipe et nos partenaires ont dit de la LEAF

Concours : gagnez des guides Ulysse Plein air et art de vivre au Québec

Le concours est maintenant terminé.

Merci de votre participation !

Vous êtes un amoureux du plein air ? Vous aimez la gastronomie ? Participez à notre concours, vous courrez la chance de gagner un des 4 guides Plein air et art de vivre au Québec – 125 séjours épicuriens. Plein air et art de vivre au Québec, c’est un guide qui allie les activités de plein air et l’art de vivre au Québec. La combinaison de la nature avec les beaux moments de la vie, parfois dans le luxe, parfois dans la simplicité, mais toujours de bon goût. Par exemple, une journée à vélo suivie d’un repas proposé par une bonne table régionale, une fin de semaine de randonnée pédestre avec détente dans un spa ou encore une jolie balade en kayak avant de déguster un bon plat de fruits de mer dans un site enchanteur. Voilà le genre d’expériences plein air que propose ce guide unique. Il marie des activités de plein air intéressantes, qui permettent un réel contact avec la nature environnante, avec des expériences hédonistes pour les sens et l’esprit. Tout en couleurs et parsemé de photographies attrayantes, ce guide présente des activités d’une journée ou de plusieurs jours au Québec et s’adresse autant aux gens seuls qu’aux couples, aux groupes d’amis ou aux familles, aux gens actifs ou non. Des encadrés informatifs viennent agrémenter chacune des activités proposées pour encore mieux marier le plein air avec l’art de vivre au Québec, en bon épicurien. Quatre guides seront tirés parmi les participants. Date limite du concours : 15 juillet 2011.

Entrevue avec Martin Trépanier de l'École Polytechnique de Montréal

Martin Trépanier est professeur titulaire du département de mathématiques et de génie industriel de la Polytechnique de Montréal et fait partie du comité de gestion de la chaire Mobilité. Cette Chaire, mise sur pied en mai 2010, se consacre aux recherches sur l’évaluation et la mise en œuvre de la durabilité en transport. L’autopartage, ou l’automobile libre-service, figure parmi les sujets identifiés par la Chaire, et représente aussi un sujet auquel la Polytechnique porte une attention particulière depuis plusieurs années.

Pour nous en parler, nous avons rencontré Monsieur Trépanier à l’école Polytechnique.


 

Pour en savoir plus

www.polymtl.com/mobilite

Entrevue avec OÖM

La réputation d’OÖM n’est plus à faire. Fondée en 2005, cette ligne de vêtements éthiques et urbains faits de coton biologique et de tissus éco-responsables est maintenant bien établie. Elle poursuit son bout de chemin avec la même mission en tête : « Nous vêtir de conscience ».  Un bouton rouge à la fois, cette marque engagée a fait son bout de chemin pour offrir aujourd’hui trois collections de vêtements distribuées à travers le Canada, dans plus de 70 boutiques.

Au lendemain de leur populaire vente d’atelier annuelle, nous avons eu la grande délectation de rencontrer Pascal Benaksas-Couture,  fondateur de OÖM, et Jean-Emmanuel Dubarry, responsable des ventes pour toutes les collections.


Pour en savoir plus

www.oom.ca
www.boutique.oom.ca


Qu'est-ce que vous voulez voir sur Communopolis.com ?

Ça y est, c’est lancé ! Communauto a maintenant ouvert Communopolis, sa toute nouvelle communauté en ligne !

D’accord, elle est le fruit d’une longue réflexion sur ce qu’elle pourrait contenir, sur ce que les adeptes de la vie sans auto au Québec aimeraient y retrouver. Dans la plupart des cas, elle répond indirectement ou directement à des besoins déjà exprimés par certains abonnés de Communauto.

Pour mettre en contexte, voici comment Communauto définit sa nouvelle communauté virtuelle :
Communopolis se veut un espace où se croisent et échangent ceux qui aiment une vie libre de l’auto au Québec. C’est un lieu d’échange visant à rendre plus accessible et plus attrayant ce mode de vie. Pour y parvenir, la plateforme suggère des suggestions d’escapades et de sorties avec ou sans auto, présente des entrevues avec des personnalités ayant opté pour ce style de vie, offre des rabais exclusifs, propose des concours et traite de nouvelles exclusives portant sur Communauto et sur la mobilité durable.

Mais est-ce suffisant ? Est-ce Communopolis vous donne ce que vous recherchez ? Dans vos rêves les plus fous, qu’auriez-vous souhaité retrouver dans le portail d’une vie sans auto au Québec ? Une section trucs et astuces ? Un forum ? Une section pour faire du troc et des échanges entre abonnés ?

Votre opinion est importante. Ce sont vos suggestions d’aujourd’hui qui façonneront l’évolution de cet espace ! Allez-y : émettez vos idées ! Nous sommes à l’écoute !

Une mission centrée sur la réalisation d’un idéal de société – vos opinions

Par le caractère unique de sa mission, Communauto a toujours été un acteur actif sur la scène publique. Le système politique et économique qui gouverne nos sociétés est imparfait. Mais pour autant qu’on ait pu l’expérimenter, il demeure le moins mauvais. C’est donc en tentant d’en maitriser les rouages que nous croyons avoir le plus de chance de réussir à l’améliorer de l’intérieur. C’est de cette vision optimiste de notre société qu’est née Communauto.

Notre approche consiste à utiliser les lois de l’économie pour mettre celles-ci au service de notre idéal sur les plans urbanistique, social et environnemental. Comment ? Tout simplement en tentant de concevoir des offres de mobilité susceptibles d’intéresser un public suffisamment large pour influencer significativement à la baisse le nombre de véhicules en circulation de même que notre dépendance vis-à-vis ce mode de transport. La population est ensuite invitée à adhérer librement à ces offres.

Malgré le caractère idéaliste de notre vision, Communauto a su se hisser parmi les joueurs de l’industrie qui ont le mieux réussi à trouver un équilibre entre, d’une part, leur mission, leur vision et leurs valeurs et, d’autre part, les préceptes liés à une gestion rigoureuse et efficace.

Pour poursuivre sur cette lancée, tout en souhaitant rendre nos services accessibles au plus grand nombre de personnes possibles, nous croyons qu’il est important que nous maintenions notre relative autonomie vis-à-vis l’industrie automobile (« relative », on s’entend, parce que nous devrons toujours compter sur l’industrie automobile pour nous doter en équipements…). De plus, nous croyons qu’il nous faudra continuer à innover pour trouver des moyens d’accroître notre accès au capital, mais en évitant le piège de nous trouver entraîné dans une dynamique qui nous forcerait à devoir adopter des critères décisionnels qui reposeraient, avant tout, sur la maximisation du profit plutôt que sur la recherche d’un équilibre optimal entre le besoin de rentabiliser nos opérations et la réalisation de nos idéaux.

Dans le contexte actuel où de plus en plus d’acteurs économiques s’intéressent à l’automobile libre-service, nous ressentons plus que jamais le besoin de savoir ce que la population pense de ces prémisses.

Par notre mode de vie, en tant que citoyens, par nos choix de consommation, nous exerçons, collectivement, une influence déterminante sur l’évolution de la société. Mais au-delà de ce précepte d’ordre général, c’est à un véritable débat public que nous vous convions.

L’orientation future du développement de Communauto, de même que l’évolution de notre structure de gouvernance, sans parler de la composition de notre actionnariat dépendront de l’aboutissement de cette réflexion.

Trois questions résument ces enjeux :

  • Est-il important, à votre avis, que Communauto maintienne son autonomie vis-à-vis l’industrie automobile ?
  • Nous sommes d’avis que l’état ne devrait pas subventionner les opérations de services comme le nôtre car nous ne souhaitons pas que l’automobile libre-service ouvre la porte à une de nouvelle manière de subventionner l’automobile. Qu’en pensez-vous ?
  • Croyez-vous qu’il est possible, pour une entreprise comme Communauto, d’ouvrir son capital au public (essentiellement d’aller en bourse) tout en préservant les valeurs qui l’ont vu naître ? Sinon, quelles avenues nous proposeriez-vous d’emprunter ?

Un débat de société à tenir

C’est sans prétention que nous faisons appel à un large public pour alimenter notre réflexion sur ces questions, mais bien parce que nous croyons que les décisions concernant nos choix collectifs dans le domaine du transport des personnes constituent un sujet d’intérêt public.

Il ne faut pas sous-estimer, non plus, l’importance des changements dans nos habitudes de déplacement que pourrait entraîner le développement toujours plus grand des offres de mobilité à la demande.

La mission originale que s’est donnée Communauto est ambitieuse et fait en sorte que nous ne sommes pas neutres dans ce débat. Il n’existe pas un moyen unique de concourir à l’atteinte des objectifs que nous nous sommes fixés. Mais quoi que l’on fasse, afin de guider nos choix, nous avons besoin de connaître les aspirations de même que les stratégies qui seraient acceptables aux yeux du public, car il est certain que nous aurons besoin de pouvoir compter sur cet appui pour faire tomber les barrières qui se dresseront immanquablement devant nous.

Lire l’éditorial du dernier numéro de notre bulletin de liaison (vol. XVII, no 1) pour en savoir davantage sur les enjeux de l’industrie.

Lire l’article « Not Just for Profit » de Marjorie Kelly qui aborde le sujet des Mission-controlled Companies et qui présente la notion de « for-benefit business » par opposition à « for-profit business ».

Quel est votre opinion concernant ces questions ?

 

Pique-nique au bord de la rivière Ouareau

Crédits photo : Tourisme Lanaudière, Marc-Olivier Guilbault

La popularité des chutes Dorwin, à Rawdon, ne se dément pas. Malgré une hauteur plutôt modeste de 20 m, elles demeurent spectaculaires. Encaissées dans une gorge de la rivière Ouareau, elles se jettent avec puissance sur les rochers. À même la falaise, en haut à droite, on croit voir le profil d’un visage. Selon la légende, c’est la tête du sorcier Nipissingue, changé en pierre après avoir jeté dans l’abîme l’infirmière qui soignait son ennemi juré, Arondack.

Sentiers : 2,5 km

Activités sur place : marche, pique-nique

Entrée : payante

Tourbillons dangereux

Ici, la beauté côtoie non seulement l’aspect mystique des lieux mais aussi le danger. Pas pour les visiteurs sur les passerelles, mais pour les jeunes téméraires osant défier les forces des tourbillons au creux du canyon. Dans les secteurs les plus turbulents se sont produites plusieurs noyades. On ne le dira jamais assez, un tel endroit est dangereux pour la baignade.

Chutes bavardes

Même depuis les sentiers, dans la forêt voisine, les chutes se font entendre. Cet écoulement incessant anime le site. À défaut de pique-niquer tout près, vous avez le loisir de vous installer sous de grands pins en guise de parasols, à deux pas du stationnement. Le site est enchanteur. Avec les enfants, c’est aussi plus sécuritaire de se trouver à une bonne distance des chutes pour casser la croûte.

Cascades fréquentées

Peu après avoir traversé le village de Rawdon, on découvre cette fois le parc des Cascades. Ici, la rivière Ouareau se transforme en un immense escalier fait de gros rochers plats. Durant la canicule, plein de monde s’y installe pour profiter du soleil et se rafraîchir un peu. Nombreux sont ceux qui défient l’interdiction de baignade. Sur la berge boisée, ce parc municipal se prête bien à un pique-nique. Puisque les week-ends de l’été sont très achalandés, dénicher une table n’est pas garanti. Mieux vaut apporter une couverture.

 Comment se rendre au parc des Chutes-Dorwin

3074 1re Avenue (route 337), Rawdon, www.rawdon.ca

En voiture : autoroute 25, route 125 et route 337 Nord.

En transport en commun : métro Radisson, puis autobus 125 de la CRT Lanaudière.

Comment se rendre au parc des Cascades

6669 boul. Pontbriand (route 341), Rawdon, www.rawdon.ca

En voiture : autoroute 25, route 125, route 337, rue Queen à gauche, 11e Avenue à gauche, route 341.

En transport en commun : métro Radisson, puis autobus 125 de la CRT Lanaudière.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

Randonnée dans la région de Saint-Donat

Crédits photo : Tourisme Saint Donat

La région de Saint-Donat est magnifiquement située. Constellée de superbes montagnes, dont quelques-unes avoisinent les 900 m d’altitude, ainsi que d’immenses lacs et de rivières, elle est un des petits coins de paradis de Lanaudière que les amants d’activités de plein air quatre-saisons fréquentent assidûment. Pas trop loin de Montréal, mais juste assez éloignée afin d’éviter l’envahissement touristique, la région offre des dizaines de kilomètres de sentiers de randonnée qu’il vaut la peine d’explorer.

Activités sur place : randonnée pédestre, raquette

Le mont Sourire, à faire en famille

Cette petite randonnée vers le mont Sourire (1,2 km aller-retour) offre une des plus belles vues sur la région pour très peu d’effort. Le sentier ne grimpe pas jusqu’au sommet du mont Sourire, mais plutôt jusqu’au belvédère d’observation. Du stationnement au point de vue, soit une distance de 1 km, le sentier monte modérément mais constamment. Il est large et facile à suivre. La montée ne demande que de 15 min à 20 min d’effort. Le belvédère est situé sur un rocher qui surplombe le lac Ouareau. D’ici, la vue est magnifique. On y distingue le village de Saint-Donat et son église, le lac Ouareau et ses îles, la vallée, ainsi que plusieurs montagnes à l’horizon. Le retour se fait par le même sentier.

La montagne Noire, pour les plus sportifs

La difficulté du sentier qui mène au sommet de la montagne Noire provient du fait qu’il grimpe continuellement et offre très peu d’occasions de se reposer ou de reprendre son souffle. Par contre, il permet d’accéder en un peu plus de 6 km à l’un des plus beaux sommets de Lanaudière, la montagne Noire (875 m). Du haut de la montagne, la vue sur les vallées, les lacs et les montagnes environnantes est tout à fait splendide. On aurait envie de monter encore plus haut! Du sommet, le retour se fait par le même sentier.

Comment s’y rendre

En voiture : autoroute 25, puis route 125 Nord jusqu’à Saint-Donat.

Information

Tourisme Saint-Donat, 536 rue Principale, Saint-Donat, www.saint-donat.ca

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

Au 17 au 19 juin, rendez-vous au festival La rue Kitétonne à Rosemont !

Communopolis vous invite à venir assister aux festivités de La rue Kitétonne, le festival international des arts de la rue qui se déroulera sur la rue Masson, entre la 5e et la 7e avenue. Des artistes de rue, échassiers, monstres de foire, acrobates, clowns et marionnettistes seront au rendez-vous pour nous offrir des spectacles hors normes.

Organisée par la compagnie Toxique Trottoir, La rue Kitétonne est un événement unique qui associe à son volet culturel une volonté de rencontre avec la communauté. Lors de ce festival, ce sont d'abord les citoyens qui prennent d'assaut la rue et qui vivent ensemble une expérience positive de partage à travers différents projets de médiations culturelles, une scénographie époustouflante et des jeux forains où l'insolite et l'imaginaire réinventent le quotidien. À ne pas manquer !

Pour plus de renseignements : www.toxique.ca/laruekitetonne/

Offrez-vous des options de déplacement sur mesure à Québec !

Vous avez une réalité qui vous est propre et les solutions de déplacements ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Devant toutes les options de mobilité qui s’offrent à nous, on peut facilement s’y perdre ou même faire de mauvais choix.

Heureusement, pour palier à la situation, Accès transports viables, le Regroupement des utilisateurs et utilisatrices des transports collectifs et actifs du Québec métropolitain a lancé MON PLAN, un service de conseils en transport, personnalisé et gratuit.

Avec MON PLAN, vous pourrez découvrir des solutions de mobilité adaptées à votre quotidien grâce aux conseils d’un expert en déplacement. Ce dernier analysera votre profil et votre trajet le plus fréquent pour vous présenter quelques alternatives.

Faites passer votre trajet le plus fréquent à la loupe en remplissant le formulaire en ligne.

Des prix encore plus avantageux chez les locateurs associés, avec ou sans assurance !

C’est chose connue, les locateurs automobiles traditionnels et Communauto proposent des services complémentaires. Voilà pourquoi depuis de nombreuses années, Communauto offre à ses abonnés des tarifs de location privilégiés auprès de ses partenaires : Discount, Via Route, Enterprise et Budget, assurances incluses.

Tout dernièrement, pour prendre en considération le nombre grandissant de clients qui tirent avantage de la couverture d’assurance fournie par leur carte de crédit Or éligible, Communauto et ses locateurs associés proposent une nouvelle grille de tarifs, excluant le coût des assurances, qui permettra à ces types d’utilisateurs de faire encore plus d’économies.

Consulter les nouvelles grilles tarifaires de l’Inter-Réseau.

Excursion du Mont Rigaud à la rivière des Outaouais

 

Crédits photo : Tourisme Suroît

Randonnée dans les sentiers de l’escapade ou tyrolienne à plus de 700 pieds, le Mont Rigaud et ses environs est une destination idéale pour un séjour en amoureux, en famille ou pour une sortie entre amis !

La Balade « du Mont Rigaud à la rivière des Outaouais » est l’un des 11 parcours proposés sur www.balades.ca, la référence pour vos idées d’activités à deux pas de Montréal !

Formule séjour famille

Jeux d’hébertisme, tyroliennes, escalade, trampoline bungee… une multitude d’activités pour petits et grands. Pour un séjour en famille à 2 pas de Montréal, direction Le Mont Rigaud Parc Acrobranche ! Qui seront les premiers à défier les parcours ? Qui seront les plus courageux ?

On vous met au défi ! Go et partez à l’aventure avec votre famille !

Activité au Parc Acrobranche
+ 1 nuitée à l’Hôtel Howard Johnson, à partir de 170$ par famille
+ 1 nuitée è Les Maisonnettes d’Antan, à partir de 260$ par famille
+ 1 nuitée à l’Auberge des Gallant, à partir de 235$ par famille

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/du-mont-rigaud-la-riviere-des-outaouais/sejour_famille

Formule séjour couple

Aurez-vous le cran de vous lancer à plus de 700 pieds à bout de tyrolienne ? De vivre des sensations fortes ? De vaincre vos peurs ? Arbraska Rigaud, située dans la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, vous propose le plus long et le plus haut parcours aérien au Québec ! Un séjour totalement dépaysant au centre d’un mont historique et exceptionnel !

Activité à Arbraska Rigaud
+ 1 nuitée à l’Hôtel Howard Johnson, à partir de 60$ par famille
+ 1 nuitée è Les Maisonnettes d’Antan, à partir de 105$ par famille
+ 1 nuitée à l’Auberge des Gallant, à partir de 90$ par famille

Pour réserver, rendez-vous au www.balades.ca/du-mont-rigaud-la-riviere-des-outaouais/sejour_couple

Une plage au pied des gratte-ciel au parc Jean-Drapeau

Photo : Vinod Sankar - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

Aller à la plage en métro, voilà qui n’est pas banal. Située sur l’île Notre-Dame, près du centre-ville de Montréal, la plage du parc Jean-Drapeau peut accueillir 5 000 personnes. Vous préférez y aller à vélo? Toutes les pistes cyclables, ou presque, mènent au parc Jean-Drapeau. Difficile donc de résister à l’appel de ce grand terrain de jeux au cœur du fleuve Saint-Laurent.

Trajet à vélo île Notre-Dame et île Sainte-Hélène

Distance totale : 21 km

Liens cyclables : axe Nord-Sud et rue de la Commune au Vieux-Port, canal de Lachine et écluses de Saint-Lambert sur la Rive-Sud

Activités sur place : baignade, canot, kayak, pédalo, volleyball, jeux pour enfants, vélo

Entrée : payante

Stationnement : payant

Service de location : canots, kayaks, pédalos deux ou quatre places

Autres services : casse-croûte, vestiaire, aire de jeux pour les enfants, terrains de volleyball

Horaire : mi-juin (après le Grand Prix F-1 du Canada) à la troisième semaine d’août (avant le NASCAR), tous les jours, 10h à 19h

Eau cotée A

Chose étonnante, la qualité de l’eau s’avère excellente pour la baignade. Comment cela est-il possible? L’eau en provenance du Saint-Laurent passe par des bassins filtreurs et par des bacs de sable. Comme un tel système ne serait sans doute pas suffisant pour empêcher la prolifération de coliformes à même les rives, la plage fait l’objet d’un contrôle des goélands. Ces oiseaux, à qui les baigneurs donnent souvent à manger pour s’amuser, s’avèrent très souvent la principale source de contamination des plages. Un système d’effarouchement a donc été installé. Il consiste à faire fuir les goélands par le bruit, à savoir par des cris de rapaces et par des détonations. Rassurez-vous, tout ce branle-bas de combat se fait en dehors des heures d’activité de la plage. Enfin, pour empêcher les goélands de se poser sur les rives, de nombreux fils ont été suspendus à l’horizontale.

Sur le lac

Sur les quais du Pavillon des activités nautiques, près du Casino, sont empilés et bien rangés kayaks et canots. Une impressionnante flotte de dériveurs et de pédalos y sont amarrés. Comme le centre de location se trouve un peu en retrait de la plage, beaucoup de gens en ignorent l’existence.

Une simple balade en pédalo constitue une source de découvertes, si vous vous donnez la peine de bien regarder autour de vous, en longeant lentement les rives. À travers les algues se faufilent des bancs de crapets-soleils. Des saules majestueux laissent ployer leurs branches jusqu’à la surface de l’eau. À même une structure de métal sont accrochés des nids d’hirondelles. Pour prolonger l’exploration, engagez-vous dans les lagunes qui s’étirent sur 2 km. Les canaux sillonnent les jardins exotiques des Floralies.

Un peu rigide

Une ombre au tableau : le zèle de certains patrouilleurs. En contournant le Casino, si vous passez sous les petites chutes, vous pourriez vous faire avertir des prétendus dangers de couler, même si vous portez votre gilet de sauvetage. De plus, ne pensez pas aller dans les lagunes durant l’heure qui précède la fermeture. Même si vous vous trouvez à seulement 10 min du quai, un patrouilleur pourrait bien venir vous voir en bateau motorisé pour vous rappeler qu’il est temps de revenir.

Autre point à souligner : contrairement à la majorité des plages situées dans des parcs, les appareils personnels de cuisson comme les barbecues portatifs y sont interdits. Ces petits inconvénients n’empêchent pas des milliers de personnes de venir se rafraîchir durant la période de canicule. Une plage propre à Montréal, facile d’accès par les transports en commun, c’est tout de même bienvenu.

Comment s’y rendre

Plage de l’île Notre-Dame, parc Jean-Drapeau, Montréal, www.parcjeandrapeau.com

En voiture : par l’autoroute Bonaventure, puis le pont de la Concorde; ou par le pont Jacques-Cartier, sortie parc Jean-Drapeau, à gauche sur l’île Sainte-Hélène (chemin Macdonald), puis la passerelle du Cosmos ou le pont des Îles.

En transport en commun : métro Jean-Drapeau, puis autobus 167.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

Le parc-nature de l’Île-de-la-Visitation : une oasis paisible pour la marche

Photo : Jean-Pierre Lavoie - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.
On ne se croirait pas à Montréal. Voilà le commentaire que font spontanément les gens qui vont marcher pour la première fois au parc-nature de l’Île-de-la-Visitation. La petite île est reliée à l’île de Montréal par deux ponts empruntés seulement par quelques résidents et des marcheurs. On n’entend que le chant des oiseaux. Pourtant on se trouve près de l’avenue Papineau et du boulevard Henri-Bourassa. Chaque année, des milliers de cyclistes traversent le parc-nature par la piste cyclable sur la terre ferme. Mais bien peu s’arrêtent pour garer leur vélo derrière le pavillon d’accueil et parcourir à pied le sentier qui fait le tour de l’île (une heure ou deux).

Sentiers pédestres : 8 km

Piste cyclable : 3 km

Chiens : acceptés si tenus en laisse

Activités sur place : marche, ornithologie, pique-nique, visite éducative, vélo

Stationnement : payant

Service de location : jumelles, guide d’observation

Autres services : aires de pique-nique, restaurant (Bistro des Moulins)

Rivière des Prairies

Après avoir traversé un pittoresque pont de bois, vous arrivez à un belvédère qui donne sur la digue de la centrale hydroélectrique. De là, vous avez un point de vue sur la rivière des Prairies et le chenal bordé de peupliers. À vos pieds, il y a une butte autour de laquelle barbotent souvent des canards. Des canards, vous en rencontrez d’ailleurs un peu partout à partir du sentier qui longe la rivière. Vous croisez le plus souvent des colverts, mais aussi des canards huppés, deux espèces dont le plumage du mâle est fort coloré. Des tables de pique-nique sont disposées ici et là au bord de l’eau. Plusieurs sont isolées, de sorte que vous avez l’intimité désirée.

Sault-au-Récollet

À l’ouest de l’île de la Visitation, aussi accessible par un autre petit pont, vous aboutissez aux ruines restaurées des anciens moulins et bâtiments industriels exploités de 1726 à 1960. Vous voici au Site historique du Sault-au-Récollet, qui comprend aussi la maison du Meunier et la maison du Pressoir. C’est la Cité Historia qui en assume l’animation. Dans la maison du Meunier se tient régulièrement une nouvelle exposition à caractère historique. À quelques minutes de marche se trouve la maison du Pressoir, qui abritait deux anciens pressoirs à pommes. On y trouve aujourd’hui une exposition qui relate l’histoire du Sault-au-Récollet. Sans oublier le Bistro des Moulins et son agréable terrasse, qui surplombe la petite chute du moulin. Un arrêt des plus sympathiques. Voilà donc une belle occasion de marcher dans les sentiers et faire une halte pour remonter le cours de l’histoire.

Comment s’y rendre

Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation, 2425 boul. Gouin E., Montréal, www.ville.montreal.qc.ca/parcs-nature

Site des Moulins et maison du Meunier, 10897 rue du Pont, Montréal, www.citehistoria.qc.ca

En voiture : boulevard Henri-Bourassa (à l’est de l’avenue Papineau) puis rue De Lille (vers le nord).

En transport en commun : métro Henri-Bourassa, puis autobus 69 Est.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

S’initier au monde de la nature et des sciences

Crédits photo : Musée de la Nature et des Sciences, Sherbrooke

Le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke propose des expositions qui susciteront l’intérêt des enfants.

Activités sur place : visite éducative, pique-nique

Services : boutique, café

Entrée : payante

Découvrir la faune du Québec

Dès l’arrivée au musée, on remarque des vivariums. Ici une mygale rose du Chili, là deux salamandres maculées qu’on retrouve dans la région. Un guide se fera d’ailleurs le plaisir d’en sortir une pour que vous puissiez la toucher.

L’exposition permanente Au fil des saisons nous fait passer par les quatre saisons pour nous faire découvrir la faune du Québec. C’est le printemps et ses chants d’oiseaux qui nous accueillent. Puis viennent l’été, l’automne et, finalement, l’hiver. Pour chaque saison, des animaux naturalisés sont présentés dans leur environnement. On peut donc admirer un magnifique cerf de Virginie (chevreuil) et ses deux petits, un orignal, un ours, un loup, plusieurs espèces d’oiseaux et de rongeurs. Les petits ne manqueront pas de visiter la grotte de l’ours où se cache un ourson. Le tout est très bien fait, et plusieurs interactions sont possibles avec les visiteurs : on peut entre autres toucher à différentes fourrures (renard, raton laveur et loup) et escalader un mur.

À ne pas manquer!

Quand à Terra Mutantès, il s’agit d’une expérience mémorable. Assis autour d’une grande table dotée de détecteurs de mouvements, on visionne un film d’environ 25 min qui présente la formation de la région des Cantons-de-l’Est. Les visiteurs sont invités à toucher la table comportant un écran tactile qui permet d’éteindre un feu ou encore d’arrêter un tremblement de terre. L’expérience est originale et, surtout, des plus surprenantes. Surtout lorsque vous recevrez de la neige, de la fumée provenant d’un volcan ou encore que vous vivrez la dernière glaciation. Les enfants adorent! Et les parents aussi!

À l’extérieur, on trouve plusieurs tables de pique-nique disposées autour d’un tipi. On peut s’y installer et profiter d’une vue sur la rivière Magog.

Comment s’y rendre

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke, 225 rue Frontenac, Sherbrooke, www.naturesciences.qc.ca

En voiture : autoroute 10, sortie 128

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

En camping au lac Philippe, sur le plus grand terrain du parc de la Gatineau

Photo : Geo - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

La région de la capitale canadienne, c’est aussi le plein air et la nature sauvage à seulement 15 min en voiture d’Ottawa. En effet, les politiciens de la région, motivés par un esprit de conservation de la flore du Bouclier canadien, amèneront l’idée de la création d’un parc dans les collines de la Gatineau vers le début du XXe siècle. On ajoutera progressivement des portions de terre pour en arriver à une superficie de 35 600 ha.

Services : prêt-à-camper, buanderie, dépanneur, recyclage, plage, accessibilité totale ou partielle aux personnes à mobilité réduite

Nombre d’emplacements : 258

Sur la route de la capitale canadienne

Les campeurs qui viennent aujourd’hui dans la région pour découvrir les charmes de la capitale du Canada peuvent séjourner pratiquement à l’ombre du Parlement, dans un terrain de camping en pleine nature : le camping du Lac Philippe, le plus grand terrain du parc de la Gatineau et de la région.

Pour tout type de campeurs

Aucun des emplacements du camping du Lac Philippe n’est muni de raccords pour l’eau, l’électricité ou l’égout. Par contre, on trouve plusieurs points d’eau à proximité. Environ la moitié des 258 emplacements peuvent être réservés à l’avance. Les autres sont offerts selon le principe du « premier arrivé, premier servi ». Il faut donc se présenter le matin même, à compter de 8h, pour essayer d’obtenir un emplacement.

Située à l’entrée du terrain de camping, la boucle A est réservée aux autocaravanes et aux caravanes à sellette qui bénéficient de la proximité de la station de vidange. Les campeurs sous la tente peuvent profiter à loisir d’une centaine d’emplacements conçus spécialement pour eux. La centaine d’autres emplacements convient soit aux tentes, aux tentes-caravanes ou aux petites caravanes. Pour les campeurs non expérimentés, il est maintenant possible de louer une yourte Wanakiwin.

Pour faire le plein d’activités

Le camping du Lac Philippe fera le bonheur des familles qui apprécieront la panoplie d’activités récréatives qu’on peut y pratiquer, notamment la randonnée pédestre, le vélo, la baignade et la pêche. Un amphithéâtre loge les activités d’interprétation.

Comment s’y rendre

Parc de la Gatineau, promenade du Lac-Philippe, Sainte-Cécile-de-Masham, www.parcdelagatineau.ca

De Montréal : autoroute 15 Nord, autoroute 50 Ouest, puis route 148 Ouest jusqu’à Buckingham, autoroute 50 Ouest, autoroute 5 Nord, route 105 Nord et route 366 Ouest.

De Québec : autoroute 40 Ouest et autoroute 640 Ouest, autoroute 15 Nord, autoroute 50 Ouest, puis route 148 Ouest jusqu’à Buckingham, autoroute 50 Ouest, autoroute 5 Nord, route 105 Nord et route 366 Ouest.

Tiré du guide Ulysse 100 campings coups de cœur au Québec, par Louise Gaboury et Louise Gagnon.

Descente de rapides sur la Jacques-Cartier

Photo : erwan.lher de Flickr - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

La rivière Jacques-Cartier sait depuis longtemps faire sauter et sursauter les braves qui s’y aventurent au printemps ou au début de l’été. On peut louer, dans le parc national de la Jacques-Cartier, une embarcation pneumatique (mini-raft) pouvant accueillir six personnes, ainsi que tout l’équipement nécessaire, puis partir à l’aventure sur cette belle rivière au cours tumultueux, mais jamais dangereux.

Autres activités : canot, randonnée pédestre, pêche, ski de fond, raquette.

Rivière patrimoniale

Longue de 177 km, la rivière Jacques-Cartier est la seule rivière du Québec à faire partie du Réseau des rivières du patrimoine canadien, tant pour sa valeur historique et géographique que pour son potentiel récréatif. À l’intérieur des limites du parc national de la Jacques-Cartier, elle compte 26 km de parcours navigable, avec le spectacle des parois escarpées qui s’élèvent à près de 500 m, pour créer un paysage particulièrement impressionnant.

En eau vive

Sauf quand l’eau est à 15°C et plus, la combinaison isotherme est obligatoire et fournie. Apportez tout de même des sous-vêtements de type athlétique, ajustés au corps. De bonnes chaussures à semelles antidérapantes que vous pourrez mouiller seront aussi de mise. Évitez le plus possible les vêtements de coton! Une fois mouillés, ils sèchent lentement et ne vous gardent plus au chaud.

N’oubliez pas votre crème solaire, une bouteille d’eau et une collation.

Des yourtes sont disponibles dans le parc, si vous voulez y passer la nuit.

Le repos du guerrier

Pour vous gâter un peu, offrez-vous un repas à la salle à manger de l’Auberge

Quatre Temps, Le Laké, située à Lac-Beauport et tout près du parc, qui propose un menu raffiné d’inspiration principalement française. La table d’hôte est un peu chère mais vaut le détour. Une terrasse ensoleillée avec vue sur le lac Beauport agrémente le séjour. Vous pouvez aussi jumeler le repas du soir en forfait avec un séjour au spa de l’auberge, très agréable par ailleurs.

Une petite bière?

Si vous vous sentez plus animé, la microbrasserie Archibald, toute de bois vêtue, également à Lac-Beauport, offre un service de resto-bar le midi et le soir. Sa belle terrasse avec foyer et bar extérieur est invitante. Le lieu brasse ses propres bières dont les noms évocateurs (La Matante, La Chippie, La Ciboire) laissent songeur… L’endroit se transforme en un bar très animé le soir, avec à l’occasion des musiciens sur scène.

 Comment s’y rendre

Parc national de la Jacques-Cartier, route 175 N., Stoneham-et-Tewkesbury, www.sepaq.com/pq/jac

À partir de Québec, prenez l’autoroute 73 Nord puis la route 175 vers la réserve faunique des Laurentides. L’entrée du parc se trouve un peu plus loin.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Balade sur la promenade Samuel-De Champlain avec vue sur le fleuve

Crédits photo: © CCNQ, Jonathan Robert

Par un beau dimanche après-midi, prenez votre vélo, chaussez vos patins à roues alignées ou marchez tout simplement, et descendez la côte Ross jusqu’à la promenade Samuel-De Champlain, un havre de paix et de tranquillité directement aux abords du Saint-Laurent.

Autres activités : vélo, patin à roues alignées.

Fenêtre imprenable sur le Saint-Laurent

L’objectif de cette initiative verte qu’est la promenade Samuel-De Champlain visait en effet à redonner l’accès au fleuve aux habitants de la ville de Québec. Et il faut admettre que c’est une réussite. Quelque 2,5 km de promenade directement au bord de l’eau ont été aménagés autant pour la marche et le vélo que pour le patin à roues alignées. Un casse-croûte ainsi qu’une rampe de mise à l’eau pour les embarcations légères s’y trouvent également.

Les Cageux

Parsemée de fontaines, d’œuvres d’art et de belvédères, la  promenade comprend aussi un centre multifonctionnel : la station des Cageux. Une courte exposition, agrémentée d’une projection sur écran, y traite des « cageux » et du commerce du bois. Le «cageux» était un homme qui conduisait sur l’eau une série de billes de bois attachées ensemble à la manière d’un immense radeau. Il s’agissait d’un travail extrêmement dangereux.

Se restaurer en haut de la côte de Sillery

Après votre promenade, remontez par l’autre extrémité sur la côte de Sillery qui mène à l’avenue Maguire, où le resto-club Montego offre une « expérience ensoleillée », comme le dit sa publicité. Le décor aux tons chauds, les grandes assiettes colorées et la présentation des mets sauront charmer vos yeux. La cuisine, quant à elle, réjouira vos papilles avec ses saveurs épicées et sucrées, inspirées de la cuisine californienne et d’autres gastronomies… ensoleillées!

Comment s’y rendre

La promenade Samuel-De Champlain se trouve entre la côte Ross et la côte de Sillery le long du boulevard Champlain, à Québec.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Alfa Rococo se livre à Communopolis !

Le groupe Alfa Rococo, composé de David Bussières et de Justine Laberge, a connu un succès monstre lors de la sortie de leur premier album « Lever l’ancre » en 2007. Leur deuxième album « Chasser le malheur » connaît déjà un succès tout aussi retentissant puisqu’il s’est déjà hissé en première place de l’album le plus vendu sur iTunes, section Musique franco, quelques jours seulement après son lancement.

Pour nous en parler, nous avons rencontré David Bussières et Justine Laberge, le duo d’Alfa Rococo, qui sont également des utilisateurs de Communauto.


Portrait robot

Noms : David Buissières et Justine Laberge (ensemble nous formons le groupe Alfa Rococo)
De fiers abonnés depuis : 2006
Résidents du quartier : Vieux Rosemont
Stations préférées : 6e avenue – Masson ou St-joseph – Henri Vallades
Nombre de réservations Communauto effectuées en moyenne par mois : Entre 10 et 20. Une 20aine, car des fois un peu le matin un peu le soir…. Pour les musiciens, c’est parfait parce qu’il y a souvent des équipements à transporter, et rarement des voitures, donc pour aller à des répétitions pour 3 à 4 heures, Communauto c’est vraiment parfait pour ça.

Pour en savoir plus

www.alfarococo.com

Entrevue avec Lily Thibeault, auteure du Couple.tv

La web télé Lecouple.tv a gagné dernièrement le prix coup de cœur du festival web télé qui s’est déroulé à La Rochelle en France. C’est Lily Thibeault, comédienne affirmée de la scène québécoise qui est l’artisane derrière cette série pleine d’humour et de cynisme, réalisée de peine et de misère par des artistes allumés. Communopolis tenait à rencontrer Lily, cette étoile montante d’un média négligé.


Portrait robot

Nom : Lily Thibeault
Abonnée depuis : 2005
Résidents du quartier : Saint-Henri (Montréal)
Stations préférées : Notre-Dame et Côte-St-Paul (anciennement nommée De Courcelle et Notre-Dame), Place Saint-Henri
Nombre de réservations Communauto effectuées en moyenne par mois : Entre 5 et 10

Pour en savoir plus
www.lecouple.tv
www.webtv-festival.tv/
www.facebook.com/pages/wwwlecoupletv/109342614060

Trois lieux de marche à découvrir dans les Laurentides

Photo : mattjiggins - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

Sans doute le plus réputé centre de villégiature du Québec, la belle région des Laurentides attire de nombreux visiteurs en toute saison. Depuis longtemps, on «monte dans le nord» pour s’y détendre et apprécier la beauté des paysages. Les couleurs automnales y sont particulièrement riches et éblouissantes. Les lacs, montagnes et forêts sont propices à la pratique d’activités sportives diverses et aux balades. Les quelques villages qui se trouvent au pied des montagnes sont très souvent coquets et agréables.

La région des Laurentides, parsemée de montagnes, offre des centaines de kilomètres de sentiers de randonnée pédestre. Voici quelques suggestions de sites où aller marcher qui gagnent à être connus.

Réseau Plein Air Saint-Adolphe-d’Howard

Le Club de Plein Air de Saint-Adolphe-d’Howard, qui gère le Centre d’activités de plein air (CAP), se veut des plus dynamiques et accueillants. Tout au cours de l’année, son vaste réseau de sentiers accueille les amants de la nature. Le Centre propose également diverses activités (randonnées guidées, sorties ornithologiques, découverte des champignons sauvages de la région, camping d’hiver, etc.).

De la simple balade en famille à la randonnée plus exigeante, le réseau de sentiers, qui ne cesse de s’agrandir, permet de découvrir ce superbe coin des Laurentides situé à seulement une heure de Montréal. Le village de Saint-Adolphe-d’Howard, perché à 370 m d’altitude, est entouré de magnifiques montagnes entre lesquelles s’étendent quelque 85 lacs. De plus, l’endroit s’est vite taillé une place de choix auprès des propriétaires de chiens, car ces derniers sont admis, et même les bienvenus! Le réseau de sentiers de randonnée pédestre compte 10 sentiers pour un total de 35 km. La carte des sentiers, très bien détaillée, se révèle indispensable. Plus d’une vingtaine de panneaux d’interprétation de la nature ont été disposés le long des sentiers.

Réseau Plein Air Saint-Adolphe-d’Howard
droits d’accès
1672 ch. du Village
Saint-Adolphe-d’Howard
http://www.stadolphedhoward.qc.ca/

L’Interval

L’Interval, c’est le nom d’une auberge de plein air située à Sainte-Lucie-des-Laurentides, aux abords du lac Legault. Grâce à son lac sauvage, ses montagnes, son canyon, sa paroi d’escalade, son marais, sa tourbière, ses petits ruisseaux, ses barrages de castors et son réseau de sentiers, le visiteur est assuré de vivre des expériences de plein air emballantes. Que ce soit en couple, en famille ou en solitaire (de nombreux forfaits sont proposés), l’ambiance est toujours à la camaraderie et à l’amusement. Que ce soit pour une journée de découverte ou un séjour de quelques jours (camping, auberge, dortoir), le randonneur est toujours chaleureusement accueilli, et l’équipe d’animateurs (été comme hiver) saura bien vous faire «sortir de vos bottines» pour tenter une petite aventure à la verticale (escalade) ou en eau douce (canot, planche à voile, voile, pédalo, etc.). Une jolie petite paroi d’escalade d’environ 7 m est située dans le petit canyon, à moins de 200 m de l’auberge.
Un club de parapente fréquente aussi la montagne. On peut donc souvent y admirer ces «fous du vide» virevolter dans les airs. En tout, le randonneur peut parcourir neuf sentiers balisés qui totalisent plus de 25 km. La plus belle randonnée est sans aucun doute celle qui mène au sommet du mont Kaaikop (830 m).

L’Interval
droits d’accès
3565 ch. du lac Legault
Ste-Lucie-des-Laurentides
www.interval.qc.ca

Le Centre touristique et éducatif des Laurentides

Autrefois appelé «Centre éducatif et forestier (CEF)», le Centre touristique et éducatif des Laurentides (CTEL) est, depuis 1993, administré par la municipalité de Saint-Faustin. Ayant également une vocation touristique, il propose des activités telles que le canot, le camping et la pêche, ce qui plaît énormément aux visiteurs.

Ce qui différencie le Centre touristique et éducatif des Laurentides de bon nombre de lieux de marche, c’est qu’on y trouve une foule de renseignements pertinents qui visent à faire apprécier davantage le milieu forestier québécois. Au centre d’interprétation, la salle des découvertes met l’accent sur la faune et la flore des lieux. On peut notamment, à l’aide de répliques de pattes d’animaux, reproduire dans du sable les traces de l’ours, du chevreuil ou de l’orignal, pour les reconnaître si celles-ci se présentent le long des sentiers.

D’autres découvertes, ateliers, expositions et documentaires complètent la visite. Des naturalistes répondent aux diverses interrogations et peuvent vous conseiller dans le choix d’une randonnée. L’automne venu, c’est un des bons endroits pour se balader au rythme des couleurs.

Le centre compte un réseau de sentiers de randonnée pédestre d’environ 36 km. On y retrouve huit sentiers de 1 km à 10 km. Le sentier Le Riverain (1 km) peut même accueillir les personnes en fauteuil roulant. Tous les sentiers sont impeccablement aménagés, avec passerelles, abris et points de vue.

Centre touristique et éducatif des Laurentides (CTEL)
droits d’accès
Lac du Cordon
Saint-Faustin
www.ctel.ca

Extraits du guide Ulysse Randonnée pédestre au Québec, par Yves Séguin

Suggérez-nous un abonné !

Vous considérez qu’une personne de votre entourage détient une expérience particulière avec Communauto, ou que celle-ci se démarque par la façon dont elle encourage l’utilisation des modes de transport durable ? Vous pensez qu’il serait intéressant que l’équipe de Communopolis la rencontre en entrevue pour publier la rencontre dans la section Témoignages de Communopolis ? Proposez-nous-la !

Les charmes de Baie-Saint-Paul

Photo : untipografico - Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.


On découvre l’ensemble de Baie-Saint-Paul au détour de la route. Une longue pente mène au cœur de la ville qui conserve un air vieillot, ce qui rend agréable la promenade dans les rues Saint-Jean-Baptiste, Saint-Joseph et Sainte-Anne, bordées de petites maisons de bois au toit mansardé qui abritent de nos jours boutiques et cafés. L’endroit attire depuis plus de 100 ans des artistes paysagistes nord-américains séduits par les montagnes et la lumière particulière de Charlevoix. Aussi trouve-t-on à Baie-Saint-Paul une grande concentration de galeries et centres d’art où l’on peut voir et même acheter des peintures et des gravures canadiennes.

Le Belvédère Baie-Saint-Paul, une halte routière, offre un point de vue des plus spectaculaires qui permet d’embrasser en un coup d’œil la vallée de la rivière du Gouffre, Baie-Saint-Paul et l’île aux Coudres. Vous pouvez vous y informer sur les attraits touristiques, l’hébergement, les activités et services de plein air, la restauration et les particularités de Charlevoix.

De l’art à la tonne

Baie-Saint-Paul est particulièrement intéressante pour son Circuit des galeries d’art. On y retrouve de tout, chaque boutique ayant sa spécialité. Huiles, pastels, aquarelles, eaux-fortes…, tableaux de grands noms et artistes à la mode, originaux et reproductions, sculptures et poésie…, l’idéal quoi! C’est un plaisir de chaque instant que de flâner dans les rues Saint-Jean-Baptiste, Sainte-Anne ou ailleurs, et de s’arrêter dans toutes ces galeries où le personnel ne demande pas mieux que de parler art.

Le Carrefour culturel Paul-Médéric, qui tient place dans un bâtiment moderne conçu en 1967 par l’architecte Jacques de Blois, présente quant à lui une sélection de toiles des artistes de Charlevoix. Il est complété par la salle René-Richard, où sont exposés plusieurs tableaux du peintre d’origine suisse René Richard. Un symposium de peinture au cours duquel on peut voir à l’œuvre de jeunes artistes est organisé tous les mois d’août.

Finalement, le Centre d’exposition de Baie-Saint-Paul, ce musée-galerie achevé en 1992 selon les plans de l’architecte Pierre Thi-bault, accueille des expositions temporaires provenant du monde entier.

Pour se mettre l’eau à la bouche

La Laiterie Charlevoix, fondée en 1948, a conservé le caractère artisanal des méthodes de fabrication du fromage cheddar. Elle abrite l’Économusée du fromage. Chaque jour, avant 11h, vous pouvez voir les fromagers en action et apprendre les rudiments de la fabrication du fromage ainsi que de son processus de maturation. Le savoureux Migneron de Charlevoix, gagnant de plusieurs prix, et le Ciel de Charlevoix, un délicieux bleu, sont vieillis et conduits à maturation à la Maison d’affinage Maurice Dufour, fondée en 1994.

Entre terre et mer

Une balade dans les rangs environnants permet d’apercevoir les quatre moulins à eau de Baie-Saint-Paul, notamment le moulin César, classé monument historique.

Un peu en retrait de la ville, au bord du ruisseau Michel, un vieux moulin de pierres attend votre visite. À ses côtés se trouvent un foulon à laine, un hangar à grain, un séchoir à tabac et encore bien d’autres secrets à découvrir. La visite guidée des Jardins secrets du Vieux-Moulin se transforme plutôt en jeu interactif dans lequel chaque visiteur jouera un rôle important qui en fera apprendre plus à tout le groupe au sujet des métiers traditionnels de la région.

Sur la route 362, en direction de Saint-Joseph-de-la-Rive, Les Éboulements et La Malbaie, une halte panoramique à flanc de montagne permet d’apprécier le paysage grandiose. Un peu plus loin, vous croiserez l’entrée du Domaine Charlevoix, qui offre l’occasion de pratiquer diverses activités de plein air telles que le ski de fond, la randonnée pédestre et le vélo de montagne.

Pour arpenter les méandres de la baie de Baie-Saint-Paul, pensez au kayak de mer! L’air du large, qui porte un très joli nom, loue des embarcations en plus d’organiser des excursions à la voile, des croisières sur le fleuve ou des descentes en kayak de la rivière du Gouffre. Installé au quai de Baie-Saint-Paul, L’air du large loue aussi des vélos et propose des initiations au cerf-volant acrobatique et au parapente. Avis aux amateurs d’eau et de vent!

L’itinéraire

De Québec, empruntez la route 138, qui constitue le principal axe routier de Charlevoix. Après avoir traversé les étendues horizontales des battures du fleuve Saint-Laurent, la route 138 grimpe soudainement dans les montagnes de Charlevoix à l’endroit précis où les Laurentides rejoignent le fleuve, refermant ainsi la vallée du Saint-Laurent à l’est.

Extraits du guide Ulysse Escapades et douces flâneries au Québec

À bicyclette entre les vergers de la Montérégie

Photo : Jean-Pierre Lavoie. Cette photo est disponible sous la license Paternité 2.0 de Creative Commons.

Un étalage de beaux fruits croquants, de jus de pomme désaltérant, de cidre enivrant ainsi que l’odeur des pommes qui mûrissent au soleil viendront titiller vos sens. Tout en pédalant, vous n’aurez qu’à tendre la main pour cueillir une belle pomme rouge.

Pommiers en fleurs au printemps, arbres aux branches lourdes de fruits mûrs à l’automne, le décor varie au gré des saisons sur la Route des champs. Baladez-vous dans les vergers et admirez les Montérégiennes.

S’étirant au pied des monts Rougemont et Yamaska, la piste cyclable, aménagée sur le tracé d’une ancienne voie de chemin de fer, traverse une région rurale où domine la culture de la pomme. Pour l’emprunter, choisissez la période de la floraison des pommiers en mai ou celle du festival des couleurs, à l’automne.

L’attrait particulier de cette piste réside dans son tracé passant au cœur des charmantes petites municipalités rurales de Marieville, Rougemont, Saint-Césaire et Saint-Paul d’Abottsford. La randonnée totalisant 56 km comporte un aller-retour sur un sentier en poussière de roche qui vous fera profiter de la vue des collines.

Marieville

Marieville, une petite ville de campagne paisible avec ses belles résidences rue Claude-de-Ramezay, constitue un excellent point de départ pour une randonnée. En arrivant de l’autoroute des Cantons-de-l’Est, on croise la piste à l’entrée de la ville.

Goûtez le plaisir de rouler en ligne droite en bordure des champs de maïs et des grandes fermes laitières. À droite, le mont Saint-Grégoire apparaît comme un gros caillou oublié au milieu des vergers. À gauche, le mont Rougemont fait le gros dos. De toutes les collines dispersées dans le décor de la Montérégie, le mont Rougemont se distingue la nuit par sa croix lumineuse. De jour, on le reconnaît à ses multiples sommets arrondis.

Amateurs de vélo et golfeurs font bon ménage aux abords du terrain de golf de Rougemont. Lescyclistes peuvent rouler près des verts en toute sécurité grâce à l’installation de filets protecteurs.

Rougemont

Arrivé à Rougemont, échappez-vous de la piste pour remonter la rue Principale. Des flèches
indiquent la localisation des vergers, des cidreries et des haltes gourmandes à visiter.

Les Jardins d’Émilie (1257, rg Double), la Fruiteraie des Gadbois (501, rue Principale) et le Verger Trois pommes (470, rue Principale) proposent des activités d’autocueillette.
Inscrite à l’itinéraire de La Route des Cidres de la Montérégie, La Cidrerie du Village (509, rue Principale) ouvre ses portes aux visiteurs. On peut y faire le tour des installations et y déguster par exemple un cidre artisanal, un cidre de glace, du jus de pomme naturel ou pétillant, du vinaigre de cidre et d’autres produits du terroir.

De la piste cyclable, on signale aussi la direction du rang de la Petite-Caroline. La cidrerie Michel Jodoin (1130, rg de la Petite-Caroline), une autre étape sur La Route des cidres, y a pignon sur rue. Pour y accéder, on doit franchir 2,5 km dans le rang de la Petite-Caroline. La vue surprenante sur le mont Yamaska et sur la plaine environnante vaut le détour et l’effort. Quant à la cidrerie, elle offre gratuitement une visite commentée. Un guide explique la transformation de la pomme en cidre et en brandy, propose une visite des chais, explique le remuage des bouteilles
et montre l’alambic à colonne, unique en son genre au Canada.

Pourquoi ne pas ranger le vélo pour une halte et une randonnée pédestre sur le sentier derrière la cidrerie. Long de 2,7 km, ce sentier mène le randonneur à 220 m d’altitude et permet d’embrasser du regard toute la région jusqu’aux Appalaches.

Le rang Petite-Caroline, renferme la maison-atelier La Claude (245, rg Petite-Caroline) située à quelques coups de pédale de la rue Principale. Il s’agit d’une ancienne grange peinte en mauve et décorée de manière à lui donner un petit air surréaliste. L’artiste, une peintre muraliste et sculpteure mosaïste, y habite et accueille les visiteurs dans son refuge.

Rougemont possède aussi des vignes. À moins d’un kilomètre de la rue Principale, dans le rang de la Montagne, le vignoble De Lavoie Poitevin (100, rg de la Montagne) accueillit ses premières vignes en 1997. Derrière les rangées de pommiers, au bout d’un chemin de terre, apparaissent les belles allées de vignes cultivées sur le versant sud de la montagne. Le vignoble produit des vins rouges, blancs et des cidres. L’accueil est chaleureux. Des visites guidées et des dégustations sont offertes.

Saint-Césaire

En regagnant la piste, continuez en direction de Saint-Césaire. Avant de franchir la rivière Yamaska, la piste traverse le cœur de la municipalité. Dans la rue Notre-Dame, l’ancien couvent
des sœurs de la Présentation de Marie, construit en 1857, fait face à l’ancien collège Saint Césaire érigé en 1867. Malgré leur architecture différente, les deux édifices forment avec les
maisons bourgeoises voisines un bel ensemble patrimonial.

Saint-Paul-d’Abbotsford

La piste cyclable se déroule ensuite parallèlement à la route 112 jusqu’à Saint-Paul d’Abbotsford, une autre localité où règne la pomiculture. En roulant vers le mont Yamaska, la piste grimpe légèrement pour arriver au village.

Selon la saison, les étals regorgent de beaux fruits rouges, de légumes verts et de grosses courges jaunes et orange. À l’entrée du village, le rang de la Montagne est à quelques coups de pédale. Il mène à deux petites églises voisines, la Saint-Paul Anglican Church et la United Church of Canada (165 et 180, rg de la Montagne), deux joyaux du patrimoine religieux. Ces dernières furent construites en 1822. Le rang de la Montagne est considéré comme le berceau de l’agriculture fruitière au Québec. Les loyalistes s’y installèrent vers 1790. Les pomiculteurs y possèdent toujours de beaux grands vergers et les cyclistes viennent y admirer le panorama qu’il recèle.

Après avoir visité le village de Saint-Paul-d’Abbotsford, rebroussez chemin en empruntant de nouveau la piste cyclable. Loin d’être monotone, le retour procurera des perspectives nouvelles des Montérégiennes.

Renseignements pratiques

Trajet aller-retour de 56 km
3h30-5h approximativement

Itinéraire

0 km: départ de Marieville
13,0 km: Rougemont
18,0 km: Saint-Césaire
28,0 km: Saint-Paul-d’Abbotsford
38,0 km: Saint-Césaire
43,0 km: Rougemont
56,0 km: Marieville

Pour s’y rendre sans mal

Autoroute 10, sortie 37 marieville/Mont-Saint-Grégoire, route 227 Nord vers Marieville. Vous croisez la piste cyclable dans la rue Claude-de-Ramsay (rte 227).

Extrait du Guide de voyage Ulysse Balades à vélo dans le sud du Québec, par Louise Bédard

wp_gdsr_render_article()

Suggérez-nous une sortie !

Photo : Jim Champion - Cette photo est disponible sous la license Paternité Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 Générique de Creative Commons.

Vous avez quelques idées de sorties à nous faire, avec ou sans auto ? Vous avez des propositions de randonnées à faire en vélo, à pied, ou en patin à roues allignées ? Nous voulons vos idées pour alimenter notre communauté ! Qui sait, peut-être serez-vous l’auteur de la destination qui sera la plus aimée !

Je veux suggérer une sortie.