Catégorie

Sorties

À deux pas de Montréal, rencontrez des géants !

Crédits photo © Balades.ca

Découvertes et initiation sont les maîtres mots de cette balade où culture et nature côtoient la fraîcheur des eaux du lac Saint-Louis. À deux pas de Montréal, rencontrez des géants, hommes, éléments et bâtiments qui ont fait avancer l’histoire du Québec et plus encore.

Le passage des Géants

Le fleuve Saint-Laurent a ordonné la vie le long de son cours. Dans l’étroitesse de son passage entre les lacs Saint-François et Saint-Louis, par la force de son débit amplifié par un dénivelé de 25 mètres, le fleuve a toujours représenté une source d’énergie et de richesse dont l’homme a tiré profit au fil de son histoire…

Majestueuse, immense et impressionnante autant de l’extérieur que de l’intérieur, la Centrale hydroélectrique de Beauharnois se visite gratuitement durant tout l’été et intrigue les petit comme les grands. Située à deux pas de Montréal, la Centrale de Beauharnois aux 38 turbines-alternateurs est longue d’un kilomètre !

Ensuite dirigez-vous vers la Pointe-du-Buisson/Musée québécois d’archéologie. Ce site préhistorique de 5000 ans d’histoire est, par son sol, un témoin exceptionnellement riche du passage des hommes sur ce point stratégique pour la pêche. En août vous pouvez y pratiquer de la vraie fouille archéologique !

Enfin terminer votre visite en découvrant le monde fascinant de la zooarchéologie, grâce à leur toute nouvelle exposition « Autour de l’os ».

Plus d’info >

Formule Séjour couple

Découvertes entre monument urbain et terres agricoles !
Visite de la Centrale hydroélectrique de Beauharnois
+ Dégustation au Vignoble J.O. Montpetit et fils
+ 1 nuitée au Manoir D’Youville

Pour une escapade à deux entre aventure, histoire et culture prenez la direction du secteur de Beauharnois. Visitez la Centrale Hydroélectrique de Beauharnois et complétez agréablement par une dégustation des plus instructives au Vignoble J.O. Montpetit et fils. Séjournez au Manoir D’Youville situé en bordure de la rivière Châteauguay et du Lac Saint-Louis dans un décor enchanteur et paisible où la nature et la culture sont omniprésentes.

Pour réserver >

Formule Séjour Famille

Devenez archéologue. Fouillez la terre et ses secrets.
Visitez la Pointe-du-Buisson/Musée québécois d’archéologie.
+ 1 nuitée à l’Hôtel Plaza Valleyfield

Combinez cette journée de fouilles à la Indiana Jones à un séjour, à l’hôtel Plaza Valleyfield. En somme un week-end d’activité à petit prix. Vous pouvez d’ailleurs ajouter la visite de la Centrale Hydroélectrique de Beauharnois qui est gratuite !

Pour réserver >

 

Une journée à s’activer en l’air et à se refroidir sous terre !

Crédits photo © montage images google

Offrez-vous du bon temps grâce aux cordages et autres filins qui vous font passer au-dessus d’un lac et entre de grands arbres, et retrouvez-vous peu de temps après à 45 m sous terre, dans la plus grande caverne granitique du Bouclier canadien.

Parcours d’aventure en forêt
Aventure Laflèche propose de beaux parcours dans les arbres, avec quelques tyroliennes d’une hauteur plutôt impressionnante, à tel point que l’on se demande bien naïvement, lorsqu’on est au sol, pourquoi ces « fils téléphoniques » sont si hauts…

Spéléologie
L’entreprise propose aussi la visite d’une caverne granitique, la plus grande de tout le Bouclier canadien. Le parcours sous terre débute au fond de ladite caverne (on y a creusé une entrée artificielle), et le guide vous y explique avec passion les recherches actuelles et la manière dont la grotte s’est formée. On y relate aussi certaines anecdotes, dont l’histoire du plongeur qui est passé par un trou d’eau juste assez grand pour lui tout au fond de la caverne, et en est ressorti presque une heure plus tard par le lac en contrebas. La caverne principale sert aussi de salle de réception et de concerts à l’occasion et, année après année, le dédale de galeries s’enrichit par les constantes découvertes que l’équipe de spéléologues effectue en hiver.

Tout l’équipement est fourni, mais n’oubliez pas un chandail chaud, car même en été, la température à l’intérieur de la grotte ne dépasse pas 6°C à 7°C.

Halte à l’orée du bois
Pour la gastronomie de fin de journée, le restaurant L’Orée du bois accueille les convives dans une maison rustique en plein cœur de la nature, dans le parc de la Gatineau. Le bois, la brique et les rideaux crochetés donnent au lieu un certain charme suranné. Le chef élabore une cuisine française qui met en valeur les excellents produits régionaux que l’on retrouve au Québec. La carte propose ainsi des plats à base de champignons des bois, de fromage de chèvre frais, de canard du Lac Brome, de cerf rouge et de poisson fumé sur place au bois d’érable. Une belle halte à l’orée du bois pour terminer une journée riche en péripéties!

Comment s’y rendre
Aventure Laflèche, 255 route Principale (route 307 Nord), Val-des-Monts,
819-457-4033 ou 877-457-4033, www.aventurelafleche.ca

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

 

OHNEKA : un théâtre d’eau multimédia gratuit !

Crédits photo © Tourisme Suroît

Un spectacle multimédia gratuit projeté sur un écran d’eau géant ? C’est possible, si vous venez découvrir Salaberry-de-Valleyfield, à deux pas de Montréal ! Un centre-ville unique au Québec, de par l’importance et l’omniprésence de l’eau !

OHNEKA, c’est l’histoire d’un capitaine et de son navire qui se trouvent pris au piège au cœur d’une violente tempête. Les eaux calmes et paisibles se transforment en torrents et vagues redoutables.

Venez vivre l’éblouissement d’une projection de lumières, d’images, de lasers et de fontaines sur un gigantesque écran d’eau, le tout supporté en musique, grâce à plus de 32 000 watts d’éclairage marin, un projecteur laser de 16 millions de couleur et plus de 2 km de câbles sous-marins. Une expérience qui émerveillera les gens de tous âges et, qui plus est, est gratuite! Ne passez pas à côté de l’opportunité d’admirer cette fable sur un mur d’eau de plus de 90 pieds de base par 30 pieds de hauteur, pouvant projeter plus de 6000 litres d’eau à la minute. OHNEKA vous convie du 19 juillet au 1er septembre, du jeudi au samedi en soirée, accessible par la rue Victoria ! Le développement maritime ayant toujours été et est encore aujourd’hui au cœur même de la ville de Salaberry-de-Valleyfield, il est plus que normal que les activités qui y sont proposées se rattachent à cet élément. Mais qui dit eau, dit environnement, et il est donc important de mentionner que ce spectacle est fait en respect avec cet aspect primordial et qu’il n’entraîne aucune pollution.

Poursuivez votre balade Destination Salaberry-de-Valleyfield ! Sur votre route :

Vieux Canal de Beauharnois : Les quais du Vieux Canal attendent à la fois les plaisanciers de même que les marcheurs prêts à s’arrêter prendre un verre à la terrasse pour profiter de l’ambiance animée de ce secteur. Des activités telles que le kayak et le pédalo vous y sont aussi offerts !

Mardis en musique : Dans le Parc Sauvé, qui donne sur le bord de la baie St-François, venez apprécier des concerts en plein air pendant certains mardis de l’été !

Chocolaterie La Petite Grange : Cette entreprise familiale renommée saura vous donner l’eau à la bouche de par ses nombreux produits qu’elle vous offre : chocolats, pâtisseries, sandwiches, fromages et bien plus !

Visite guidée du centre-ville – MUSO : Grâce au Musée des Deux-Rives, deux possibilités s’offrent à vous : vous pouvez choisir de partir en compagnie d’un guide pour faire une visite à pied du centre-ville de Salaberry-de-Valleyfield pour en apprendre son histoire ou encore être guidé par des citoyens afin d’explorer un ancien quartier d’ouvrier.

Planifiez votre excursion, cliquez ici >

Formule Séjour Couple

Spectacle multimédia : OHNEKA, Projetée des eaux – Théâtre d’eau multimédia
+ Consommation au bar-terrasse animé bordant le Vieux Canal de Beauharnois
+ 1 nuitée à l’Hôtel Plaza (en occupation double)

Passez un moment romantique en prenant un verre au bord du Vieux Canal, pour ensuite marcher quelques pas vers le fabuleux spectacle multimédia Ohneka, et terminer le tout en rentrant tranquillement à pied à l’Hôtel Plaza Valleyfield, cette ancienne usine de textile qui continuera de vous émerveiller de par son importance historique ainsi que par sa vue sur la baie St-François…

Pour réserver, c’est ici >

Formule Séjour Famille

Spectacle multimédia : OHNEKA, Projetée des eaux – Théâtre d’eau multimédia
+ Location de pédalos et de kayak au Vieux Canal de Beauharnois ($)
+ 1 nuitée à l’Hôtel Plaza

Terrasses, restaurants, boutiques, animation… Détendez-vous, amusez-vous et prenez le soleil au bord de l’eau ! Escale estivale rafraîchissante et pimentée par des événements en continu en plus d’être proposée à un tout petit prix !

Pour réserver, c’est ici >

+ Suivez Balades.ca, sur Facebook et sur Twitter pour participer au CONCOURS facebook et pour connaître toutes les suggestions d’activités !

 

Avide d’exotisme ? Visitez le nouveau pavillon de l’Aquarium du Québec !

Crédits photo © Aquarium de Québec

Voici une autre bonne raison de visiter la Vieille Capitale : l’Aquarium du Québec s’est refait une beauté et un tout nouveau pavillon est consacré aux espèces exotiques les plus étonnantes !

Outre les minuscules hippocampes, les raies et les requins marteaux, l’Aquarium permet de découvrir les fascinantes – et, disons-le, désagréables ! – méduses, qui font de plus en plus jaser en raison de leur prolifération. Parmi les causes, on note la surpêche et la pollution, qui nuisent aux prédateurs de la méduse, comme le thon. Le réchauffement climatique n’est pas en reste, puisqu’il favorise la reproduction du jelly fish. Pour mieux comprendre le phénomène et pour observer ces êtres qui inspirent à la fois crainte et curiosité, une visite à l’Aquarium du Québec s’impose.

On en profite pour dire bonjour aux ours blancs, aux morses et aux phoques qui ont fait la réputation de l’endroit, et on prolonge la sortie en prenant le temps de pique-niquer sur les lieux, de se rafraîchir dans les jeux d’eau ou de se dégourdir dans le parcours d’hébertisme de l’Aquarium.

: 1675, avenue des Hôtels, Québec (Québec)  G1W 4S3
Renseignements : www.sepaq.com ou 418 659-5264
Coupon Passeport Vacances à imprimer pour profiter d’un rabais >

 

Des chevreuils au parc-nature de la Pointe-aux-Prairies

Crédits photo © Google images

Rue Sherbrooke Est, passé les raffineries de pétrole, un panneau routier jaune avertit les automobilistes du passage nocturne des chevreuils. Ce n’est pas un canular. Il y a bel et bien des chevreuils (cerfs de Virginie) dans l’est de Montréal. Puisque les chevreuils préfèrent les boisés morcelés de la plaine du Saint-Laurent aux grandes forêts matures, vous avez plus de chances d’en voir dans le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies que dans la majorité des parcs nationaux.

Entrée : gratuite
Autres tarifs : excursions guidées avec les guides-interprètes du Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement (GUEPE), sur réservation seulement
Services : aires de pique-nique
Horaire : tous les jours, du lever au coucher du soleil

Sentiers pédestres : 15 km
Piste cyclable : 14,3 km
Chiens : acceptés si tenus en laisse
Activités sur place : randonnée pédestre, vélo, pique-nique, observation des chevreuils, ornithologie

D’où viennent-ils ?
Même ceux qui fréquentent déjà le parc-nature vont rarement dans le secteur entre la rue Sherbrooke et l’autoroute 40, là où se tiennent souvent les chevreuils. Malgré la proximité de la civilisation, ce milieu naturel correspond à l’habitat typique du chevreuil: des champs en friche et de petits boisés. Les bêtes proviennent vraisemblablement du parc national des Îles-de-Boucherville et de la Rive-Sud; elles auraient traversé le fleuve Saint-Laurent à la nage ou sur la glace. Au cours des 10 dernières années, plusieurs hivers peu enneigés ont favorisé la survie des chevreuils dans le sud du Québec, au point qu’ils se sont multipliés et se sont répandus là où l’on n’en voyait plus depuis longtemps.

Dans le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies, d’une superficie de 2,5 km², il y en aurait une bonne vingtaine selon les guides-interprètes des randonnées sur le site, organisées par le Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement (GUEPE). Mais il y en a sans doute beaucoup plus qui passent par là. Après tout, les bêtes ne sont pas captives, et elles peuvent provenir des boisés et des champs des alentours, malgré le développement résidentiel.

Signes de présence
En observant attentivement la flore le long des sentiers, vous décèlerez des signes de la présence des chevreuils. Autour du chalet d’accueil Héritage, les branches des sapins et des cèdres à la portée des chevreuils ont été broutées et dépouillées. Les conifères, rappelons-le, sont très recherchés comme nourriture par ces cervidés en hiver.

C’est en fin d’après-midi, au moment où ces bêtes sont plus actives, que vous avez le plus de probabilités d’en voir. En plein été, la végétation abondante permet aux bêtes de se camoufler. Mais avant la pousse des feuilles au printemps, ainsi qu’en automne et en hiver, votre champ de vision porte plus loin. En hiver, il est aussi plus facile de déceler des signes de présence, comme des pistes et du crottin. C’est pourquoi les randonnées guidées ont généralement lieu durant cette période.

Bien entendu, il faut toujours un peu de chance pour voir les chevreuils. Après tout, ce sont des bêtes sauvages. Mais marcher dans un petit boisé en sachant qu’il est habité par des chevreuils, c’est déjà quelque chose de formidable. Surtout dans l’est de Montréal!

Des étangs à l’ombre des raffineries
La situation frise l’ironie : les seuls étangs naturels préservés à Montréal se trouvent à l’ombre des raffineries de l’est de l’île. Situés dans le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies, ils sont faciles d’accès par un sentier.

Mieux encore, une passerelle s’avance au beau milieu d’un des marais. Vous avez le loisir de vous asseoir longuement sur un banc de bois, profondément marqué des initiales des amoureux de passage.

Devant, dans l’étang, il n’est pas rare de voir s’ébattre une bonne vingtaine de canards sauvages. De grands hérons viennent souvent se percher dans les arbres tout autour.

Pavillon des marais
Les étangs se trouvent à seulement quelques minutes de marche du Pavillon des marais, le chalet d’accueil de ce secteur du parc, situé près de la rivière des Prairies. Du haut d’une terrasse, vous avez une vue superbe sur les étangs entourés de champs et de petites forêts.

Comment s’y rendre
Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies, Pavillon des marais, 12300 boul. Gouin E., Montréal, 514-280-6688
Chalet d’accueil Héritage, 14905 rue Sherbrooke E., Montréal, 514-280-6691, www.ville.montreal.qc.ca/parcs-nature
GUEPE, 514-280-6829, www.guepe.qc.ca

En transport en commun : métro Honoré-Beaugrand, puis autobus 189 Est (chalet d’accueil Héritage); ou métro Henri-Bourassa, puis autobus 48 et autobus 183 (Pavillon des marais).
À vélo : par la piste cyclable de la rue Notre-Dame (chalet d’accueil Héritage); par la piste cyclable du boulevard Gouin Est (Pavillon des marais).

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Voyage olfactif au Jardin botanique de Montréal

Crédits photo © Espace pour la vie

Quand on parle du Jardin botanique de Montréal, on ne réalise pas à quel point il s’agit d’une attraction d’envergure internationale. À preuve, le site reçoit près d’un million de visiteurs par année. De ce nombre, près de la moitié sont des touristes étrangers, surtout des Américains et des Français.

Entrée : payante (incluant l’accès à l’Insectarium)
Services : boutique, mini-train durant l’été, restaurant
Horaire : tous les jours 9h à 17h (jusqu’à 18h en été et jusqu’à 21h en automne), sauf les lundis du début janvier à la mi-mai et du début novembre à la fin décembre (ouvert les jours fériés)

Plantes : 22 000 espèces et variétés
Arboretum : 2 000 espèces de partout dans le monde
Activités sur place : visite éducative

Circuit
Par où commencer votre visite? Pourquoi pas par les « jardins d’exposition », à l’ouest, en vous attardant aux plantes médicinales ? Peut-être y verrez-vous l’échinacée pourpre dont l’extrait donne de l’énergie aux humains. Plus au nord, des canards sauvages pataugent dans des étangs égayés par les grosses fleurs blanches et jaunes des nénuphars. Chemin faisant, vous traverserez la roseraie, d’où se dégage un parfum enivrant. Des rosiers, il y en a 10 000. Alors, imaginez le bouquet !

Balade dans les serres
Ouvertes en 1958, les 10 serres d’exposition couvrent une superficie de 4 000 m². Les visiter devient presque une expédition. C’est si grand qu’il est à peu près impossible de tout voir en une seule fois. En hiver, la végétation luxuriante et la chaleur humide donnent une atmosphère de tropiques instantanés. En été, vous retrouvez un abri contre la chaleur accablante ou contre la pluie. Vous y découvrez entre autres l’exotisme des penjings, ces petits arbres nains de la Chine. Chacune des serres vous entraîne dans une partie du monde différente.

Floraisons et plantes tropicales
Agrémentée d’une mezzanine et d’une cascade, la grande serre d’exposition se métamorphose au gré des saisons. Au printemps, les papillons virevoltent par milliers lors de l’événement « Papillons en liberté », suivi en été par de magnifiques floraisons, alors qu’octobre ramène le « Grand Bal des citrouilles ».

« Serre du Soleil », l’hacienda, grâce à son architecture d’influence espagnole, vous fait faire un voyage éclair au Mexique et en Amérique du Sud.  Sa cour est égayée de cactus et de plantes grasses de toutes sortes. Là, comme dans la serre des régions arides, vous retrouvez entre autres plusieurs espèces d’agaves, des plantes grasses avec lesquelles on fait la tequila au Mexique.

La serre des plantes tropicales alimentaires vous fait connaître à son tour caféier, figuier, etc., bref, 80 espèces qui fournissent nourriture, fibres pour tissus, épices ou médicaments. Décidément, explorer les serres, c’est aussi un voyage éclair au pays de la connaissance.

À voir ou à revoir
Le site est tellement grand qu’il est presque impossible de tout voir en une seule visite. Après tout, il y a une trentaine de jardins. Mais ne manquez surtout pas ce qui fait la renommée du Jardin botanique de Montréal, soit le Jardin de Chine, le Jardin japonais et le Jardin des Premières-Nations. Sans parler de l’Arboretum et de la Maison de l’arbre. Voilà sans doute pourquoi des visiteurs y sont déjà allés plusieurs fois !

Comment s’y rendre
Jardin botanique de Montréal, 4101 rue Sherbrooke E., 514-872-1400
www.ville.montreal.qc.ca/jardin
En transport en commun : métro Pie-IX ou Viau.
À vélo : par la piste cyclable de la rue Rachel.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Les marchés publics : proximité et produits frais !

Crédits photo © Google images

Redécouvrez vos marchés de quartiers ! Les marchés publics font aujourd’hui partie intégrante de notre paysage urbain.  Ils sont grands ou tout petits, quatre-saisons ou estivaux, intérieurs ou extérieurs. Mais peu importe leurs caractéristiques, ils sont là, au grand bonheur de tous !

Les avantages des marchés publics sont nombreux : apaisement de la circulation, accès à des produits frais et locaux à proximité, revitalisation des quartiers et amélioration de la qualité de vie. Ainsi, ces marchés contribuent de façon significative à une économie du partage fondée sur des principes qui priorisent l’expérience, l’accès et l’usage plutôt que la possession, la propriété et l’excès.

Allez-y à pied ou à vélo, en ami ou en famille, toutes les raisons sont bonnes pour aller au marché. Vous y rencontrerez vos voisins, des citoyens, des élus, des producteurs locaux, des fermiers de famille et des artisans du changement !

Depuis leur arrivée il ya des dizaines d’années, les marchés publics sont toujours aussi présents et d’autres initiatives voit le jour. Récemment, Fruixi et Équiterre se sont associés pour répondre à la demande et aux besoins toujours grandissants de manger des produits frais et locaux. L’agriculture urbaine à le vent dans les voiles partout au Québec ! De plus en plus de citoyens et de citoyennes engagés se mobilisent pour trouver des solutions originales pour mieux se nourrir et cultiver notre jardin urbain.

Voici quelques liens intéressants :

Faites votre marché à vélo >

Trouvez votre marché de quartier à Montréal >

Découvrez le marché du Vieux-Port de Québec >

Rendez-vous au marché de la gare à Sherbrooke >

 

Les ruelles du Plateau !

Crédits photo © Soverdi.org

Montréal compte environ 450 km de ruelles! Si plusieurs d’entre elles sont peu invitantes pour le marcheur, il s’en trouve tout de même une grande quantité, dans tous les quartiers de la ville, qui sauront étonner ceux qui s’y aventurent. Car tel est le mot d’ordre : aventure ! Lorsqu’il est question des ruelles montréalaises, il n’y a point d’itinéraires précis et de directions à suivre. Donc, il suffit d’explorer, de se perdre un peu, d’oser, bref, de laisser libre cours à son intuition. Parmi les différents arrondissements de la ville, celui du Plateau-Mont-Royal se révèle fort intéressant, car il renferme plusieurs ruelles fort bien aménagées, entretenues et propres. Or, il est relativement facile pour le promeneur d’en parcourir plusieurs afin d’élaborer un parcours agréable.

6 km / 2 heures

Randonnée urbaine
Le parcours que nous vous suggérons débute au square Saint-Louis et se termine au parc La Fontaine (6 km).

Ruelle Drolet/Henri-Julien
Du square Saint-Louis (0,0 km), empruntez la rue Drolet jusqu’à la ruelle située entre cette rue et l’avenue Henri-Julien (ruelle Drolet/Henri-Julien). Cette première section de ruelle se révèle fort jolie et très bien aménagée. Il s’agit d’une ruelle champêtre dont on a retiré l’asphalte pour le remplacer par de la pelouse et du gravier.

Rue Demers
Passé la rue Rachel, la ruelle s’aventure derrière l’imposante église Saint-Jean-Baptiste, érigée en 1874 et pouvant accueillir 3 000 personnes. Après avoir bifurqué dans un passage et traversé un petit parc, vous arriverez sur l’avenue Henri-Julien, à l’angle de la rue Villeneuve où, tout juste au nord, se trouve la charmante et originale rue Demers (1,8 km), qu’il vaut la peine d’admirer quelques instants. Fermée à la circulation automobile, cette toute petite rue, qui ressemble davantage à une ruelle, a des airs d’Italie et de Portugal.

Ruelle Saint-André/Mentana
Rebroussez chemin jusqu’à la rue Villeneuve, tournez à gauche, traversez la rue Saint-Denis et empruntez la rue Gilford jusqu’à la rue Saint-André. De là, empruntez la ruelle Saint-André/Mentana vers le sud, jusqu’à l’avenue du Mont-Royal (2,8 km).

Ruelle Brébeuf/Chambord
Tournez à gauche sur l’avenue du Mont-Royal et rendez-vous jusqu’à la rue Brébeuf. Empruntez la ruelle Brébeuf/Chambord vers le nord, jusqu’à l’avenue Laurier. Passé la rue Gilford, la ruelle porte le nom de ruelle Modigliani et présente plusieurs jolies murales. Tournez à droite sur l’avenue Laurier et continuez jusqu’à l’avenue Papineau.

Ruelle Papineau/Cartier
Tournez à droite sur l’avenue Papineau et, immédiatement, à gauche sur l’avenue Laurier. Tournez tout de suite à gauche dans la première entrée qui mène à la ruelle Papineau/Cartier. Empruntez cette ruelle jusqu’à la rue Masson et, de là, empruntez la ruelle Cartier/Chabot pour revenir sur l’avenue Laurier. À l’angle de l’avenue Laurier et de la rue Chabot (5 km) se trouve le mignon petit parc De Lorimier.

Ruelle Chabot/Cartier
Continuez dans la rue Chabot, traversez le boulevard Saint-Joseph, puis la rue Gilford, et empruntez la ruelle Chabot/Cartier jusqu’à l’avenue du Mont-Royal. Tournez à droite sur cette dernière et poursuivez jusqu’à la rue Marquette.

Ruelle Marquette/Fabre
Empruntez la ruelle Marquette/Fabre (vers le sud), traversez la rue Marie-Anne et reprenez la ruelle jusqu’à la rue Rachel et au parc La Fontaine (6 km).

Comment s’y rendre
Information : Arrondissement du Plateau-Mont-Royal, tél. 311
En transport en commun : métro Sherbrooke.

Tiré du guide Ulysse Marcher à Montréal et ses environs, par Yves Séguin.

 

Des balades sur les toits : découvrez les jardins secrets de Montréal !

Crédits photo © Montréal a cultiver

Les jardins sur les toits ont la cote, et pour cause. Très efficaces pour lutter contre les îlots de chaleur, ils contribuent aussi à préserver la biodiversité, captent le carbone émis dans l’atmosphère et parent les bâtiments de verdoyante beauté. Curieux de visiter de telles oasis en ville ? Le Cœur des sciences de l’UQAM invite petits et grands à une promenade de deux heures pour explorer des jardins « hauts » en couleur.

En compagnie d’Antoine Trottier, spécialiste de l’horticulture urbaine et, plus particulièrement, des toits verts, partez en famille à la découverte de toits verts autrement peu accessibles au grand public. Celui que vous avez peut-être déjà vu à l’émission Fermier urbain à la télévision de Radio-Canada vous permettra ainsi d’admirer les arbres quasi cinquantenaires du toit de l’hôtel Hilton Bonaventure, le mur végétal filtrant l’air sur cinq étages à la Maison du développement durable et le potager en hauteur du Palais des congrès.

L’activité aura lieu le 27 juillet et le 3 août en soirée ainsi que le 29 juillet et le 5 août en matinée. Dépêchez-vous de réserver votre place !

www.coeurdessciences.uqam.ca

 

Randonnée pédestre au mont Mansfield, dans l’État du Vermont

Crédits photo © Google images

Le mont Mansfield (1 339 m) est le sommet le plus élevé du Vermont, dépassant de 95 m le mont Camel’s Hump (« bosse du chameau »). La controverse visant à déterminer lequel des deux sommets est le plus haut a duré longtemps. La question fut tranchée par un chasseur qui, un matin, décida de monter au sommet du mont Mansfield avec son fusil et un plomb. Au sommet, il mit le plomb dans le canon de son fusil et visa le sommet du mont Camel’s Hump. C’est alors qu’il vit le plomb rouler hors du canon, ce qui prouva une fois pour toutes que le mont Mansfield est le plus élevé.

The Chin (Sunset Ridge Trail)

Point de départ : stationnement de l’Underhill State Park Campground.

Ce magnifique sentier, qui présente un niveau de difficulté élevé avec un dénivelé de 790 m, permet d’atteindre le sommet du mont Mansfield (Chin). Il est situé en grande partie au-dessus de la limite supérieure des arbres. Cette randonnée, qui fait 10,6 km et dure 5h, permet de découvrir les changements que subit la végétation avec l’altitude.

Au début, la pente du sentier est assez raide, mais la montée devient moins abrupte à mesure que la végétation diminue. En grimpant dans la forêt, on croise un petit sentier de 350 m (Cantilever Rock). Si l’on dispose de plus de temps, on peut se rendre au bout de celui-ci pour y voir ce « bras de levier ». Il s’agit d’un obélisque horizontal coincé dans une paroi de rocher à environ 18 m du sol. L’aller-retour dure environ 15 min.

En montant, on trouve des endroits pour pique-niquer, le plus beau étant situé sur un rocher incliné où passe le sentier, juste sous la limite supérieure des arbres. Comme le sentier se trouve en grande partie au-dessus de la limite supérieure des arbres, il est important de porter des vêtements chauds.

Une fois arrivé au Long Trail, il ne reste plus qu’environ 350 m avant d’atteindre le sommet dénommé le « menton » (Chin). Le retour s’effectue par le même sentier.

Comment s’y rendre en voiture
De Montréal, rendez-vous au poste-frontière de Philipsburg par l’autoroute 10 (sortie 22) jusqu’à l’autoroute 35 et son prolongement, la route 133, qui, après la frontière, devient l’autoroute 89, que vous emprunterez jusqu’à North Fairfax. Ensuite, prenez la route 104 Sud jusqu’à Cambridge. Pour rejoindre l’Underhill State Park, prenez la route de Pleasant Valley, qui se trouve immédiatement sur votre droite après le magasin général de Cambridge.

Tiré du guide Ulysse Randonnée pédestre Nord-Est des États-Unis, par Yves Séguin.

 

Randonnée pédestre au mont Haystack, dans les Adirondacks, dans l’État de New York

Crédits photo © Google images

Surnommé les Adis, le parc des Adirondacks a une superficie de 2 430 000 ha, ce qui en fait le plus grand des États-Unis, en excluant les parcs de l’Alaska. Il est aussi vaste que tout l’État du Vermont! Situé dans le nord de l’État de New York et à près de 200 km au sud de Montréal, le parc n’attire pas que les amoureux de la randonnée pédestre. On peut également y pratiquer la bicyclette, le canot, l’ornithologie, l’escalade de rochers, l’escalade de glace, le ski de fond, la raquette, la chasse, la pêche, etc. Il s’agit d’un parc d’État (State Park) et non d’un parc national (National Park). Il est donc géré par l’État de New York.

Mont Haystack

Point de départ : stationnement Garden, à Keene Valley. Ce stationnement est situé à l’ouest du village de Keene Valley, soit entre les villages de Keene et de Saint Huberts. De Keene, prenez la route 73 jusqu’à Keene Valley, situé à environ 8 km au sud. Au centre de Keene Valley, un panneau indique Trail to the High Peaks. Prenez à droite et suivez l’Interbrook Road. Le stationnement payant est au bout du chemin, à 2,6 km du panneau.

Avec ses 1 512 m, le mont Haystack est le troisième sommet le plus élevé des Adirondacks. L’honneur de la première ascension du mont Haystack revient à M. Phelps, qui, en 1849, le gravit avec deux compagnons. Il trouva que le sommet dénudé de la montagne ressemblait à une meule de foin (haystack), d’où le nom de la montagne.

Ceux qui recherchent une montagne impressionnante et qui ont le goût d’être seuls seront bien servis, car le mont Haystack est situé tout près du mont Marcy, juste à l’est-sud-est de celui-ci. Cependant, la plupart des randonneurs le boudent pour aller plutôt fouler le plus haut sommet des Adirondacks. Il en résulte que le mont Haystack est l’un des deux plus hauts sommets les moins fréquentés avec le mont Skylight.

Il y a plusieurs façons de rejoindre le mont Haystack. Le sentier que nous vous proposons, qui présente un niveau de difficulté très élevé avec un dénivelé de 1 048 m, se fait en deux jours et passe par le Johns Brook Lodge. La randonnée fait 28,6 km.

Première journée (11 km) : le sentier est assez plat, car il suit le creux de la vallée. Il faut prendre la direction du Johns Brook Lodge, que l’on rejoint sans difficulté après 5,6 km. De là, on emprunte le sentier Phelps, qui mène à une intersection (8,2 km) située juste après le premier abri de Bushnell Falls. Prenez à gauche, où les balises sont dorénavant rouges. Le sentier passe près de plusieurs autres abris, puis traverse un ruisseau. Un peu plus loin, le sentier aboutit à Slant Rock (11 km). C’est près d’ici que l’on installe son campement (lean-to et emplacements de camping désignés).

Seconde journée (17,6 km) : il  faut se lever tôt, partir léger (sac à dos d’un jour) et prendre le sentier Shorey Short Cut, marqué de balises jaunes, en direction du Range Trail. À l’intersection suivante (12,5 km), il faut prendre la direction de Little Haystack, puis celle du mont Haystack. En partant de Slant Rock, il faut être très attentif, car repérer le sentier n’est pas des plus évident. Gardez l’oeil ouvert et ne vous dirigez pas vers le mont Marcy. De Slant Rock au sommet du mont Haystack, il y a 3,3 km aller. Il faut donc partir tôt puisqu’il faudra revenir prendre son sac à dos et redescendre vers le Johns Brook Lodge et le  stationnement Garden.

Comment s’y rendre en voiture
De Montréal (en passant par le pont Champlain), il faut compter près de 190 km. Après le pont Champlain, prenez la première sortie à droite en direction de New York (autoroute 15 Sud) jusqu’à la douane, où l’autoroute devient la 87 Sud. Empruntez la sortie 34 à Keeseville, rejoignez la 9N en direction sud jusqu’au village de Keene (164 km) et rendez-vous au stationnement Garden (voir Point de départ).

Tiré du guide Ulysse Randonnée pédestre Nord-Est des États-Unis, par Yves Séguin.

 

Randonnée pédestre au mont Sugarloaf, dans l’État du Maine

Crédits photo © Google images

La région du mont Sugarloaf s’étend entre les villages de Rangeley, Phillips, Kingfield et Stratton. Vaste territoire sauvage, peu peuplé et méconnu d’un grand nombre de randonneurs, cette région fut d’abord connue grâce aux deux stations de ski alpin qu’elle abrite, soit la Saddleback Ski Area et surtout le Sugarloaf Ski Resort. Il est vrai que le mont Sugarloaf (1 295 m), deuxième montagne la plus élevée du Maine, après le mont Katahdin, exerce depuis longtemps la fascination des amoureux de la glisse.

Mont Sugarloaf

Point de départ : petit stationnement de l’Appalachian Trail, situé sur la Caribou Valley Road, à 7 km de la route 27. Du panneau indiquant le Sugarloaf Ski Resort, faites 1,7 km sur la route 27 et, au sommet de la côte, prenez à gauche la Caribou Valley Road (non indiquée).

Cette randonnée fait 9,4 km et dure 4h15. L’Appalachian Trail (AT) et le Sugarloaf Mountain Trail présentent ici un niveau de difficulté élevé avec un dénivelé de 685 m.

Superbe et très réputée station de ski alpin, le mont Sugarloaf (1 295 m) est aussi une excellente destination pour les adeptes de la randonnée pédestre. D’ailleurs, l’AT passe à moins de 1 km du sommet, un sentier secondaire permettant de l’atteindre assez aisément.

Du petit stationnement, il faut faire environ 25 m avant d’apercevoir le début de l’AT. Soyez attentif car il n’y a aucune indication. Afin d’accéder au sommet du mont  Sugarloaf, il faut prendre l’AT du côté gauche du chemin (du côté droit, l’AT mène au mont South Crocker).

Au départ, l’AT descend quelque peu et, rapidement, il faut traverser la rivière Carrabasset, ce qui, au printemps, peut se révéler très difficile. Par la suite, le sentier devient beaucoup plus abrupt, et la progression s’effectue plus lentement que prévu.

Mais au bout d’un certain temps, le sentier redevient facile et conduit rapidement à l’intersection avec le Sugarloaf Mountain Trail (3,7 km). Empruntez ce dernier à gauche, lequel grimpe directement jusqu’au sommet du mont Sugarloaf (4,7 km). La vue qu’on y découvre est tout simplement renversante. Dans toutes les directions, il est possible de distinguer une grande quantité de sommets et de lacs. Le retour s’effectue par le même sentier.

Comment s’y rendre en voiture
Du Québec, il faut d’abord se rendre jusqu’au sud du lac Mégantic, au village de Woburn, puis traverser la frontière canado-américaine à Coburn Gore. De Coburn Gore, empruntez la route 27 Sud et rendez-vous au petit stationnement (voir Point de départ).

Tiré du guide Ulysse Randonnée pédestre Nord-Est des États-Unis, par Yves Séguin.

 

Plage urbaine du Vieux-Port de Montréal : à vos maillots !

Crédits photo © SVPM

À pied, à vélo, en Bixi, en métro ou en autobus, les amateurs de plage et de soleil auront une nouvelle destination cet été !

Le Vieux-Port de Montréal a ouvert sa plage urbaine au grand bonheur de beaucoup de Montréalais ! L’entrée sera gratuite durant ces deux journées d’ouverture, avis aux intéressés.

Située à quelques pas du quartier historique, la plage urbaine du Vieux-Port de Montréal offre une ambiance de vacances avec son sable fin, ses chaises, ses parasols et la fraîcheur de ses brumisateurs. De plus, une buvette permet de se rencontrer entre amis autour d’un verre ou de casser la croûte jusqu’à la brunante.

Aménagée au pied de la Tour de l’Horloge, entrée spectaculaire du Vieux-Port, la Plage de l’Horloge offre une atmosphère sereine tout en étant branchée directement sur la ville et les attractions du Vieux-Port. La plage sera le nouveau rendez-vous incontournable du Vieux-Port cet été !

Pour connaître la programmation, l’horaire et les tarifs, consultez le site du Vieux-Port de Montréal au : www.vieuxportdemontreal.com

 

Duluth en’Arts : un événement au service de la collectivité !

Crédits photo © Duluth en’Arts

Du 17 juin au 12 août, vous êtes tous conviés au petit parc à l’angle de l’avenue Laval et Duluth pour l’événement Duluth en’Arts.

Gilles Bédard, le fondateur et directeur de Duluth en’Arts, vous invite à redécouvrir l’avenue Duluth, non seulement pour déjeuner ou souper, mais pour visiter la panoplie de boutiques des différents coins du monde, vous allez y faire des trouvailles, c’est sûr !

L’avenue, unique grâce à ses jardinières, relie le Mont-Royal au parc La Fontaine. Pour ceux qui viennent de plus loin, le métro Sherbrooke est à 5 minutes et le réseau d’autobus est à proximité. L’invitation s’étend aussi au festival « Duluth en’Arts », le but de ce festival est de rendre l’art accessible à tous et d’inviter la population à venir sur l’avenue.

Vous allez y rencontrer des peintres à l’œuvre, des musiciens de jazz, de musique classique qui seront au rendez-vous tout l’été, venez profiter d’une ambiance agréable !

Pour plus d’information sur la programmation, consulter la page Facebook de Duluth en’Arts !

 

La rue Kitétonne : festival d’arts de rue pour toute la famille !

Crédits photo © Toxique Trottoir

Les 14, 15 et 16 juin, à partir de 18h, LA RUE KITÉTONNE invite les curieux de toutes générations  à découvrir des spectacles hors normes d’arts de rue au Technopôle Angus de Rosemont.

Au programme pour cette 3e édition, des spectacles de théâtre, marionnettes, cirque, danse, musique, arts visuels, conçus pour l’espace public par des artistes venus du Québec, de France, de Suisse et de Hollande.

Créativité, irrévérence, spontanéité et interactivité sont à l’honneur !

Également au programme : de nombreux projets de médiation culturelle, le OFF KITITILLE, des rencontres de professionnels, des jeux de kermesses, des expériences ludiques qui mettront en éveil tous les sens des festivaliers, plaisirs gourmands en prime…

Créée par l’originale compagnie de spectacles de rue, Toxique Trottoir, cette manifestation artistique et festive accueille gratuitement tous les publics. Venez nombreux et laissez-vous surprendre par les arts de la rue !

Pour un avant-goût du festival, découvrez en vidéo une partie de la programmation.
Rejoingnez l’évènement Facebook

 

Midi-Vélo Desjardins : c’est un rendez-vous !

Communauto invite ses abonnés à se rendre à la Grande-Place du complexe Desjardins pour un midi 100 % vélo. Cette activité, organisée par Desjardins en tandem avec l’équipe de Vélo Québec, en est à sa deuxième édition. Venez nous voir, nous tiendrons un kiosque sur place !

Au programme :

Des réponses à vos questions, aux kiosques des partenaires, sur le vélo-boulot, le cocktail transport, le transport actif et collectif, le cyclotourisme, le vélo de montagne et les événements cyclistes de l’été.

Des ateliers interactifs de 12 h à 13 h au kiosque Opération vélo-boulot de Vélo Québec :

– Protéger son vélo du vol : trucs et astuces.
– Ajuster son vélo à sa taille : l’importance d’être bien positionné pour pédaler heureux.

Des prix à gagner :

– Au kiosque de Vélo Québec : un forfait familial à la Petite Aventure Desjardins.
– Au kiosque de SOS vélo : un ÉCOVÉLO.
– Au kiosque de Desjardins : 3 000 $ en prix voyage à gagner !

Des mises au point mécaniques offertes gratuitement. Inscrivez-vous au kiosque mécanique de Vélo Québec entre 11 h et 12 h 30, afin de réserver votre créneau horaire, et présentez-vous, muni de votre vélo, à l’heure convenue.

Pour plus d’information >

 

Projet Écosphère Montréal : Foire de l’environnement et de l’écohabitation

Crédits photo © Montage - Projet Écosphère

Les 19 et 20 mai, Communauto invite tous ses abonnés à se rendre à la plus grande foire de l’environnement et de l’habitation saine à Montréal. Venez nous voir, nous serons parmi les exposants !

De plus, rencontrez Hubert Reeves, David Suzuki et Gilles Vigneault lors de la Soirée des Sages le vendredi 18 mai à 19 h à la salle Pierre-Mercure du centre Pierre-Péladeau. Réservez au plus vite vos billets en visitant le www.projetecosphere.org. Les places s’envolent vite !

Au programme :

  • 230 exposants;
  • 35 conférences;
  • Amylie en spectacle le samedi soir;
  • Des essais de voitures hybrides et électriques;
  • Visite de la maison Das Haus sur le site;
  • Animation pour les enfants et halte-garderie;
  • Expositions artistiques et spectacles;
  • Ateliers culinaires et restaurants santé;
  • Expo photo a la Biosphère d’Environnement Canada.

C’est la première année que la foire débarque à Montréal, une initiative du Groupe Écosphère, un OBNL voué à la préservation de l’environnement et au développement durable.

La Foire Écosphère se tiendra les 19 et 20 mai, au Technopôle Angus. Elle sera également organisée à Brome les 22 et 23 septembre prochains, ainsi qu’à Val-David en 2013.

Pour plus d’information >

 

Vélo : Entre lacs et montagnes, de Granby à Waterloo !

Crédits photos © Google images

Le parfum de la forêt, la lumière filtrant sous le dôme des arbres colossaux, les fougères dentelées se balançant sous un vent léger, le craquement des feuilles mortes et le chant des oiseaux résonnant en écho. Pédaler dans le parc national de la Yamaska vous ramènera au temps des grandes vacances, de l’insouciance et du bonheur simple de communier avec la nature.

Boucle de 56,3 km / 3h30 à 4h30

0 km : Granby, vélogare (71, rue Denison Est)
10,2 km : halte Bromont, chemin Saxby, embranchement de la Villageoise (2,4 km)
21,1 km : halte du lac Waterloo, suivez les indications pour rejoindre La Campagnarde.
33,1 km : première entrée du parc national de la Yamaska
43,1 km : sortie du parc, continuez sur la piste du parc régional de la Haute-Yamaska.
46,7 km : La Granbyenne
56,3 km : vélogare

Un des plus beaux circuits cyclables du Québec
Du lac Boivin au lac Waterloo, entre les monts Shefford et Brome, vous roulerez sur un des plus beaux circuits cyclables du Québec. De l’eau, des montagnes, des bois et des champs, cette randonnée vous offrira cette combinaison exceptionnelle, dans une boucle totalisant 56 km. À l’exclusion de quelques petits vallonnements dans le parc national de la Yamaska, le terrain plat plaira aux randonneurs. Cependant, les vents viendront parfois vous surprendre.

Estriade, Campagnarde, Granbyenne et compagnie
Vous roulerez au départ sur l’Estriade, un long ruban asphalté s’étirant de Granby à Waterloo tout en vous donnant la possibilité d’un joli détour à Bromont. Arrivé au lac Waterloo et à la ville du même nom, vous suivrez La Campagnarde, un sentier rustique, jusqu’à l’entrée du parc national de la Yamaska. Sitôt sorti de cette oasis de fraîcheur et de calme, vous découvrirez le parc régional de la Haute-Yamaska greffé à La Granbyenne. Superbe piste, cette dernière vous permettra d’accéder au Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin tout en vous ramenant à proximité de la vélogare, à Granby, votre point de départ.

Comment s’y rendre
Granby : autoroute 10 vers Sherbrooke, sortie 74 (boul. Pierre-Laporte). Suivez la direction du Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin. À gauche, la rue Denison jusqu’à La Place de la gare, départ et arrivée.

Tiré du guide Ulysse Balades à vélo dans le sud du Québec, par Louise Bédard.

Vélo : Le grand fleuve !

Crédits photos © Google images

35 km / 3 à 4 heures

Itinéraire
Boucle à partir du square Victoria en passant par Pointe-Saint-Charles, Verdun, les berges du fleuve, le parc René-Lévesque et le canal de Lachine.

Empruntez la piste cyclable de la rue McGill vers le sud. Traversez la rue de la Commune et prenez la piste cyclable à droite. Rendu au pont, empruntez la piste qui le chevauche. Quelque 700 m plus loin, la piste part dans deux directions : prenez à droite. Après cette intersection, roulez 1 km sur la piste qui longe le canal de Lachine, puis tournez à gauche dans la rue De Montmorency. Soyez vigilant car le début de la piste n’est pas bien indiqué. Pour vous repérer, sachez qu’au début la rue De Montmorency est flanquée de deux immeubles : l’un est recouvert d’une tôle brune, et l’autre revêtu de briques rouges.

La piste de la rue De Montmorency bifurque vers la rue De Condé. Rue Wellington, prenez à droite et roulez environ 1,7 km. Vous passerez sous une autoroute qui délimite Pointe-Saint-Charles et Verdun. Après l’autoroute, comptez 100 m et prenez la rue Henri-Duhamel à gauche. Suivez la piste cyclable.

Quelque 3 km après le parc des Rapides, soit environ 14 km depuis le départ, vous croiserez une intersection de pistes cyclables au pied d’un pylône. Prenez à gauche en suivant les indications vers le canal de Lachine. Vous passerez sous le pont Mercier puis sous un pont ferroviaire.

Faites 700 m sur la piste cyclable jusqu’à une intersection où trois pistes cyclables vont respectivement vers le parc René-Lévesque, Lachine et le Vieux-Montréal.

Revenez jusqu’à l’intersection, à 300 m à l’est du parc. Suivez les panneaux qui indiquent le Vieux-Montréal (à 12,5 km).

Arrivée au niveau de deux ponts adjacents, la piste traverse le canal du sud au nord. Suivez-la. Quelque 5 km plus loin, la piste se scinde en deux et va soit à droite sur un pont ou droit devant : ne prenez pas le pont et continuez tout droit.

Une alternative s’offre à vous pour terminer cette balade : selon que vous préfériez profiter du soleil sur la terrasse et rentrer en métro, ou bien continuer jusqu’au centre-ville afin de boucler la boucle.

Comment s’y rendre

En voiture : la station de métro Square-Victoria se trouve au cœur du Quartier international de Montréal. Dans les environs de la station, plusieurs stationnements payants sont disponibles.

En transport en commun : il est possible de transporter son vélo dans le métro jusqu’à la station Square-Victoria.

Tiré du guide Ulysse Balades à vélo à Montréal, par Gabriel Béland.

 

Amants à vélo dans le parc de la Gatineau

Crédits photos © Google images

Une joyeuse randonnée
À quelques minutes des villes d’Ottawa et de Gatineau, l’immense parc de la Gatineau s’étend sur près de 360 km2 dans une forêt luxuriante truffée de collines, de grottes, de lacs et de rivières. Le Moulin Wakefield constitue un excellent point de départ pour une joyeuse randonnée à vélo dans le parc.

Deux sentiers officiels, bien aménagés, sont aisément accessibles depuis l’auberge et permettent de faire une boucle en trois à cinq heures, selon les arrêts.

Une belle nature sauvage
Choisissez d’abord le sentier qui débouche, à mi-parcours, sur la très jolie plage située près de l’extrémité du lac Philippe. Après de nombreuses montées et descentes sur les pistes vallonnées, une saucette dans la pure et douce eau du lac est une vraie bénédiction! Le parcours contourne ensuite le lac et aboutit dans un sentier plus en douceur, mais toujours en beauté, qui vous mènera jusqu’au point de départ. Mis à part une petite portion d’une quinzaine de minutes sur une route tranquille qui serpente à travers des emplacements de camping, vous roulerez à tout instant dans une belle nature sauvage entre forêt, champs et tourbières.

Au Moulin Wakefield
De retour au moulin, la suite des événements est pure délectation: bain bénéfique dans la cuve thermale au pied de la chute MacLaren qui actionnait jadis la roue du moulin, massage de qualité dans des salles de soins aux murs de pierres centenaires, dîner romantique au savant mélange de cuisine gastronomique et de saveurs du terroir, causerie digestive, partie de billard ou lecture dans le chaleureux salon, avant de gagner la chambre qui respire le luxe confortable et naturel des boiseries d’époque et des petites attentions d’aujourd’hui. Le Moulin Wakefield est un véritable coup de cœur dans la région. Le lieu ne disposant que d’une trentaine de chambres, vous vous y sentirez véritablement choyé et privilégié.

Un sentier jusqu’à la caverne Lusk
Les sentiers accessibles aux cyclistes sont en fait à usage combiné pour la randonnée pédestre et le vélo de montagne, et ils totalisent 90 km. Le réseau complet de sentiers et de pistes du parc compte plus de 200 km. Tout près de la plage située à l’extrémité du lac Philippe, un sentier pédestre mène à la caverne Lusk avec ses 400 m de galeries qu’il ne faut pas manquer d’explorer. Creusée dans le marbre, la caverne a été formée par l’action de l’eau issue de la fonte des glaciers il y a 12 500 ans.

Comment s’y rendre

Parc de la Gatineau, 33 ch. Scott, Chelsea, 819-827-2020 ou 800-465-1867, www.capitaleducanada.gc.ca

En voiture : à partir de Montréal, suivez la route 148 en direction de Gatineau, où vous prendrez l’autoroute 5 Nord puis la route 105 jusqu’à Wakefield; tournez à gauche dans le chemin Riverside, puis de nouveau à gauche dans le chemin Mill (du Moulin). À 2h de Montréal et à 5h de Québec.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Tour du Silence : hommage aux cyclistes décédés

Crédits photo © Tour du Silence

Les cyclistes montréalais de tous âges sont invités à se rassembler au chalet du parc Maisonneuve le 16 mai prochain, à 18 h 30, vêtus de noir, pour participer à la première édition du Tour du Silence à Montréal. Accompagnés du parrain de l’événement, le comédien Sébastien Delorme, des centaines de personnes rouleront en silence sur un parcours de 10 km pour rendre hommage aux cyclistes blessés ou décédés des suites d’un accident de la route.

Véritable happening international, le Tour du Silence a lieu chaque année, le 3e mercredi du mois de mai, sur quatre continents. Plus de 300 tours sont organisés simultanément, dont 30 au Québec, afin de rappeler les nombreux accidents entres cyclistes et automobilistes et de sensibiliser au respect mutuel. « Que le vélo soit pour vous un moyen de transport, un loisir ou un sport de haut niveau, je vous invite à venir rouler avec moi le 16 mai prochain », a déclaré Sébastien Delorme, comédien, cycliste et parrain de l’événement. « Nous voulons lancer un message clair à tous les cyclistes et automobilistes : il est possible de partager la route en toute sécurité! »

Organisé par le Club cycliste Cycle Pop (CCCP), en collaboration avec la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC) et la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), le Tour du Silence se veut une invitation à la sécurité routière et au partage harmonieux de la route en ce début de saison 2012.

Port du casque obligatoire.

www.tourdusilencemontreal.org
www.facebook.com/tourdusilencemontreal

 

Les promenades de Jane : marchez votre quartier!

Crédits photo © CEUM

Quoi de mieux que de marcher pour découvrir ou redécouvrir votre quartier ! Les 5 et 6 mai prochain, la Promenade de Jane offre 50 visites de quartier guidées gratuites. C’est la 4e édition de la Promenade de Jane organisée à Montréal à l’initiative du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM).

« Nous avons une quarantaine de guides qui animeront ces visites dans 12 arrondissements ou villes sur l’île de Montréal. Les parcours de deux heures permettront d’explorer des thèmes liés à l’histoire des quartiers, à la nature en ville et au développement urbain, et il y a aussi plusieurs visites de places publiques à découvrir », explique Tristan Bougie, coordonnateur de l’événement au CEUM.

Pour s’inscrire aux visites et pour consulter le programme complet, visitez le site www.ecologieurbaine.net/promenade 

Communauto, de par sa mission environnementale, urbanistique et sociale, croit en ces idées originales et innovatrices de redécouverte de la ville. Le 5 et 6 mai prochain, déplacez-vous en grand nombre pour marcher votre quartier !

 

Spécial cafés : ces lieux qu’on aime !

Crédits photo © Minimal Medias

Il y a de ces petits cafés de quartier où l’on aime s’attarder. Accueil chaleureux, machines haut de gamme, mets irréprochables, confort… Chaque quartier recèle de telles perles. Nous vous en proposons quelques-unes :

Pikolo Espresso Bar
Un tout petit café très chaleureux où vous attend une pure passionnée du café. Haut lieu de dégustation. Un réel bonheur pour les vrais amateurs.

B-3418, avenue du Parc
(Au nord du quartier des spectacles à Montréal)
514 508-6800
www.facebook.com/pages/Pikolo-Espresso

St-Henri microtorréfacteur
Un autre endroit de choix pour Déguster avec un grand « D ». Le café est torréfié sur place en petites quantités et l’impressionnante machine La Strada révèle toutes les subtilités des différents grains. Coup de cœur assuré.

3632, rue Notre-Dame Ouest
(Quartier Saint-Henri à Montréal)
514 507-9696
www.sainthenri.ca

Fixe comptoir santé
On nous promet une expérience addictive et c’est mission accomplie. Outre les délicieuses doses de caféine qu’on nous propose, l’endroit se distingue par un menu qui sort des sentiers battus. À découvrir.

5985, rue Saint-Hubert
(Quartier La Petite-Patrie à Montréal)
514 270-6667
facebook.com/pages/Fixe-Comptoir-Sante

Le Shaman Café
Le secret du Shaman Café est sans aucun doute d’être parvenu à vivre dans un quasi-anonymat jusqu’ici. Caché dans un loft industriel de 850 pieds carrés à deux pas d’un stationnement Communauto, l’endroit est des plus surprenant : une micro torréfaction de 6 livres de café de qualité et d’origine variée (avec un faible pour le brésilien) est effectuée sur place aux 48 heures. La rumeur voudrait que certains amateurs, bien informés, soient prêts à faire de longs trajets pour venir s’y ravitailler. Dans un décor audacieux et chaleureux, les expressos, latté et autres macchiato – préparés sur une Astoria Rapallo à doubles leviers –  n’ont rien à envier aux lieux les plus renommés. L’ambiance est décontractée, un plat du jour est aussi au menu, avec un choix de paninis, de salades et même de biscuits sans gluten inégalables.

5563, rue Fullum, suite 206
(Quartier Rosemont)
Vente de café en grains ou moulu
514 526-8503

Le Lapin pressé
La spécialité de ce café-sandwicherie est sans conteste le grilled-cheese, qui se décline en plusieurs versions. Pressé ? Gageons que vous déciderez de prendre votre temps. Attention, c’est fermé le lundi !

1309, avenue Laurier Est
(Quartier Plateau Mont-Royal à Montréal)
514 903-3555
www.facebook.com/pages/Lapin-presse

Café Névé
L’un des meilleurs cafés où travailler à Montréal. Les cafés ne déçoivent jamais et les pâtisseries donnent l’eau à la bouche. De quoi se récompenser après de longues heures derrière votre portable !

151, rue Rachel Est
(Quartier Plateau Mont-Royal à Montréal)
514 903-9294
cafeneve.com

Blanc de blanc
Deux mots : buanderie et café. Vous avez bien lu ! Au blanc de blanc, on laisse les machines faire le gros du travail pendant qu’on passe un chouette moment sur la terrasse. Pourquoi pas ?! Beau choix de produits bio et équitables.

248, rue Villeneuve Ouest
(Quartier Mile-End à Montréal)
514 281-0690
blancdeblanc.ca

Lili & Oli
Douce atmosphère, jeux de société, terrasse ensoleillée et délicieux cafés. La superbe machine à espresso rouge et le décor rustique volent la vedette, mais les viennoiseries et les sandwichs ne sont pas en reste.

2515, rue Notre-Dame Ouest
(Quartier Griffintown à Montréal)
514-932-8961
liliandoli.ca

La tasse gamine
Vous êtes parent ? Vous pensez que l’époque des après-midi à flâner dans les cafés est bel et bien révolue ? Qu’à cela ne tienne, il y a La tasse gamine ! Menu et décor qui ravissent petits et grands. Mais, surtout, une salle de jeu de rêve où les bambins s’amusent en toute sécurité pendant que maman et papa se la coulent douce…

5658-A, avenue du Parc
(Quartier Mile-End à Montréal)
514 439-9950
latassegamine.com

Brûlerie St-Roch (Québec)
Sa réputation n’est plus à faire. On y va pour créer des liens – le café se donne pour mission de favoriser les rencontres –, lire un bon livre emprunté à la bibliothèque municipale de l’autre côté de la rue, et, bien sûr, pour l’excellent choix de sandwichs, de viennoiseries et de cafés.

375, rue St-Joseph Est
(Quartier St-Roch, à Québec)
418 704-4420
www.brulerie-st-roch.com

 

La Sucrerie de la Montagne, une cabane à sucre chaleureuse

Crédits photo © Flickr

Tout ce que vous pouvez imaginer d’une authentique cabane à sucre se retrouve à la Sucrerie de la Montagne, au cœur de la forêt de Rigaud: des tours de charrette avec deux gros chevaux belges, un gros four à bois pour la cuisson du pain, des bouilloires fonctionnant à plein régime, des chansonniers musiciens, bref beaucoup d’ambiance d’autrefois. Chose rare, sinon unique, la cabane n’est pas seulement ouverte durant le temps des sucres, en mars et avril, mais bien toute l’année.

Sentiers de l’Escapade : 25 km pour le ski de fond ou la randonnée pédestre
Activités sur place : ski de fond, cabane à sucre, randonnée pédestre, balade en charrette, raquette
Tarifs : tours de charrette gratuits, visite guidée gratuite, festin du temps des sucres (30$ midi, 40$ soir)
Hébergement : cabanes (125$/pers./nuit), dîner et petit déjeuner inclus
Saison : toute l’année

Atmosphère authentique
Le propriétaire Pierre Faucher s’est toujours appliqué à ce que sa cabane à sucre conserve son cachet d’antan, malgré les agrandissements permettant aujourd’hui d’accueillir plus de 500 convives. Il fait lui-même partie du décor et de l’ambiance, si l’on peut dire. Solide gaillard aux allures de bûcheron, Pierre Faucher est l’âme de la place. Le personnage à la longue barbe blanche salue tout le monde, et il accepte de bon gré de se faire photographier par ceux qui lui demandent. Au magasin général, on vend du sirop d’érable dans des bouteilles de toutes les formes, ainsi que des camps de bois rond miniatures. On y déniche aussi des cuillers de bois pour marquer le rythme des rigodons.

Séjours coquins
Le long du chemin qui mène à la cabane se dressent quatre petites maisons.Construite en pièce sur pièce avec du cèdre blanc il y a deux siècles, la Maisonnette d’Amour, qui se trouvait dans le village, a été démontée pour être reconstruite et rattachée à la sucrerie. La chambre principale, dotée d’un lit double avec courtepointe, est chauffée avec un poêle à bois. Un plancher de pin rouge ajoute au cachet déjà chaleureux. Au grenier se trouvent deux lits simples.

Comment s’y rendre
Sucrerie de la Montagne,
300 rang St-Georges, Rigaud
450-451-0831
www.sucreriedelamontagne.com

En voiture : autoroute 40 Ouest, sortie 17, tourner à gauche, faire 2 km, puis prendre le rang Saint-Georges à droite et faire 6 km.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Le temps des sucres chez les Premières Nations

Crédits photo © Maison amérindienne

On a tendance à l’oublier, mais ce sont les Amérindiens qui ont fait connaître aux explorateurs et aux colons la transformation de l’eau d’érable en sirop. C’est justement ce que nous montre la Maison amérindienne, située sur la montée des Trente à Mont-Saint-Hilaire. Ce musée bien spécial raconte la tradition du temps des sucres chez les premiers habitants. Quand les érables commencent à couler, vers le début du mois de mars, des Amérindiens font une démonstration à l’orée de la forêt sur la façon dont l’eau d’érable était cueillie, bouillie et transformée. Durant le temps des sucres et même jusqu’à Pâques, l’établissement propose dans l’une des salles du musée, un repas typiquement amérindien, les produits de l’érable servant d’assaisonnement ou de base selon les mets. On est bien loin des cabanes à sucre traditionnelles.

Activités sur place : visite éducative, cabane à sucre, marche
Entrée : payante
Horaire : lundi-vendredi 9h à 17h, samedi-dimanche 13h à 17h

Attikamekws 
La visite de la Maison amérindienne débute par un petit documentaire. On y voit des familles d’Attikamekws dans leur campement à la réserve Manawan, au nord de Saint-Michel-des-Saints, lors de la sigon (prononcer « sigone »), la saison des sucres. Les femmes font des contenants en écorce de bouleau, qui seront ensuite placés au pied des érables pour en cueillir l’eau. Les hommes entaillent les érables, avec une lame de couteau qu’ils enfoncent de travers avec une hache, pour y insérer un copeau de bois en guise de chalumeau. Quand ils font bouillir l’eau d’érable, ils brassent avec une spatule dotée d’un petit trou dans lequel ils soufflent de temps en temps : si les bulles se lient l’une à l’autre, c’est que le sirop est alors prêt.

Méthodes ancestrales
Dans la pièce voisine, on revoit ces accessoires à l’exposition intitulée De l’eau… à la bouche. Mais plutôt que des chaudrons en fonte, comme dans le documentaire, vous découvrez des récipients plus artisanaux dont les Amérindiens se servaient avant l’arrivée des Européens. Les Algonquins, par exemple, faisaient évaporer l’eau d’érable à force de jeter des pierres brûlantes dans un contenant en écorce de bouleau. Les Iroquoiens, quant à eux, faisaient bouillir l’eau d’érable dans des pots d’argile placés sur le feu.

Wigwomadensis
Derrière le musée, dans l’érablière, un sentier agrémenté de 20 panneaux illustrés nous en apprend encore plus. Comme les Abénakis l’ont fait jadis, vous foulez le sol au pied du mont Saint-Hilaire, celui qu’ils appelaient Wigwomadensis, la «colline en forme de wigwam».

Comment s’y rendre
La Maison amérindienne,
510 montée des Trente, Mont-St-Hilaire,
450-464-2500
www.maisonamerindienne.com

En voiture : autoroute 20, sortie 113, à gauche dans le chemin des Patriotes, puis encore à gauche dans la montée des Trente.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Une cabane à sucre western au Domaine Magaline

Crédits photo © Google images

Activités sur place : observation des animaux, cabane à sucre
Tarifs : tours de charrette gratuits, repas traditionnel à l’érable payants
Saison : fin février à fin avril

Ambiance de fête
Dès votre arrivée, vous vous retrouvez dans l’ambiance western. L’atmosphère demeure chaleureuse, car la cabane à sucre n’est pas trop grande, accueillant 250 convives. Cowboys et cowgirls assurent le service. Le week-end, la fin du repas est égayée par un spectacle de danse country. Bien entendu, vous êtes invité à vous joindre aux danseurs. Durant ces soirées, Magaline Maclean, copropriétaire, accueille les convives. Très élégante dans sa longue robe western, elle prend part à la fête en l’animant et en dansant.

Visite
Une partie de sucre au Domaine Magaline comprend la visite de la bouilloire de même que la visite des écuries abritant 40 chevaux et plusieurs petits animaux de ferme. Vous en avez vraiment pour votre argent.

Comment s’y rendre

Domaine Magaline
7091 montée Villeneuve,
Mirabel (secteur St-Augustin),
450-258-4132
www.domainemagaline.com

En voiture : autoroute 640 Ouest, puis route 148.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Chevreuils et délices à l’érable à l’Auberge des Gallant

Crédits photo © Google images

Durant le temps des sucres, un peu avant le coucher du soleil, des chevreuils (cerfs de Virginie) se regroupent aux mangeoires à côté de l’Auberge des Gallant à Sainte-Marthe. De la salle à manger, vous les observez à loisir pendant que vous savourez un repas gastronomique à l’érable. Avant de passer à table, vous aurez également la chance de voir des chevreuils en empruntant le chemin derrière l’auberge, une boucle de 3 km.

Chemin pédestre : 3 km (réservé aux clients)
Activités sur place : balade en charrette, cabane à sucre, observation des animaux
Tarifs : tours de charrette payants, repas gastronomique à l’érable, servi à l’auberge (environ 60$), repas traditionnel à l’érable, servi à la sucrerie (environ 25$)
Hébergement : chambre avec foyer (à partir de 99$/pers./nuit) incluant un repas traditionnel à la sucrerie et un petit déjeuner
Saison : mi-février à fin avril

Érablière
Le chemin, aussi utilisé pour les balades en charrette, mène vers une érablière puis une cédrière. En moins d’une heure de marche, si vous regardez bien autour de vous, il est tout à fait possible d’apercevoir une dizaine de chevreuils.

Il faut dire que l’Auberge des Gallant, entourée de forêt, se trouve au pied du mont Rigaud, le cheptel de chevreuils étant de 200 têtes. Les bêtes sont attirées tout l’hiver par des mangeoires remplies de maïs concassé installées près de l’auberge. Tant qu’il y a de la neige, une quarantaine de chevreuils ont l’habitude d’y aller, d’après Linda Gallant, propriétaire avec son mari Gérard, le cuisinier.

S’ils connaissent si bien «leurs chevreuils», c’est qu’ils ont commencé à les nourrir il y a une vingtaine d’années, au début de l’établissement. Petit à petit, les chevreuils sont devenus une attraction durant l’hiver, et maintenant au printemps durant le temps des sucres.

 Sucrerie
Des mangeoires ont aussi été installées près de la Sucrerie des Gallant, de l’autre côté de la route. Chose peu banale, la cabane à sucre, faite en pièce sur pièce, a été construite avec des cèdres récupérés de la tempête de verglas de 1998. On y sert les repas traditionnels à l’érable, les convives ayant droit à un tour de charrette les week-ends. Avec un peu de chance, vous apercevrez des chevreuils par la fenêtre vers la fin de la journée. Mais pour avoir encore plus de chances d’en voir, allez d’abord marcher dans le chemin derrière l’auberge, bien chaussé de bottes chaudes et imperméables. Après tout, il n’y a rien comme une promenade au grand air pour ouvrir l’appétit.

Comment s’y rendre
Auberge des Gallant,
1171 ch. St-Henri,
Ste-Marthe, Québec
800-641-4241
www.gallant.qc.ca

En voiture : autoroute 40, sortie 17, route 201 Sud.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Les grands parcs de Montréal, (re)découvrez-les !

Crédits photo © Parc Jean-Drapeau

1. Parc du Mont-Royal : une montagne urbaine à trois sommets
Activités : patin sur glace, ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, pédalo, observation de la flore et de la faune.
S’y rendre : en autobus (11, 80, 129, 165 et 435), en vélo, en BIXI, en voiture
Profitez de points de vue exceptionnels sur la métropole.

2. Parc Jean-Drapeau : un parc, deux îles
Activités : ski de fond, raquette, trottinette des neiges, marche, cyclisme, patin à roues alignées, escalade, glissade, observation de la flore et de la faune, patin sur glace, baignade, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (167 à partir du métro Jean-Drapeau), par la navette fluviale, en vélo, en BIXI, en voiture
Participez à des événements spéciaux toute l’année.

3. Parc Angrignon : un parc à l’anglaise et une forêt de 20 000 arbres
Activités : ski de fond, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune
S’y rendre : en métro (station Angrignon), en voiture
Prenez part à des activités éducatives pour toute la famille à la ferme et au fort Angrignon.

4. Parc des rapides : une zone écologique au pied des rapides
Activités : Ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, kayak
S’y rendre : en autobus (58), en voiture
Observez un panorama à couper le souffle.

5. Parc René-Lévesque : une presqu’île bordée par le fleuve
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (110, à partir du métro Angrignon), en vélo, en voiture
Visitez un musée en plein air.

6. Parc-nature de l’Anse-à-l’Orme : un endroit tout désigné pour la voile
Activités : pêche sur glace, observation de la faune, planche à voile, surf, voilier
S’y rendre : en autobus (68) puis en voiture, en voiture seulement
Profitez des vents dominants de l’Ouest.

7. Parc-nature du Cap-Saint-Jacques : un domaine champêtre
Activités : ski de fond, raquette, randonnée en traîneau ou en voiture à cheval, marche, cyclisme, observation de la faune, baignade, pêche, canot, kayak, pédalo
S’y rendre : en autobus (64 et 68), en voiture
Visitez une cabane à sucre traditionnelle et une ferme écologique.

8. Parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard : un parc composé de cédrières, d’érablières et de marais
Activités : ski de fond, raquette, marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore, pêche, baignade, canot, kayak
S’y rendre : par traversier (printemps-été), en voiture
Observez la migration des bernaches et des oies à l’automne.

9. Parc-nature du Bois-de-Liesse : une forêt centenaire, un ruisseau, des jardins
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, observation de la faune, pêche
S’y rendre : en autobus (215 et 68), en voiture
Posez toutes vos questions ! Une équipe de naturalistes est à votre service.

10. Parc-nature de l’Île-de-la-Visitation : un parc historique au cœur du Sault-au-Récollet
Activités : ski de fond, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, visites commentées en français
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Visitez un musée historique, faites une visite guidée en train balade et flânez au superbe bistro-terrasse.

11. Parc du Ruisseau-De Montigny : un petit ruisseau, de grandes cascades
Activités : marche, cyclisme, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (69), en voiture
Observez de nombreuses espèces végétales et animales.

12. Parc-nature de la Pointe-aux-Prairies : des champs, des marais, des boisés
Activités : ski de fond, raquette, glissade, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune et de la flore
S’y rendre : en autobus (183 et 186), en voiture
Emmenez les enfants, ils s’amuseront ferme sur la grosse butte aménagée pour la glissade.

13. Promenade Bellerive : un parc qui en relie quatre autres
Activités : ski de fond, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, pêche, baignade (piscine extérieure)
S’y rendre : en autobus (22, 28, 185), en voiture
Profitez des fêtes et soirées culturelles organisées par la Société d’animation de la promenade.

14. Parc Maisonneuve : une ambiance de fête au cœur de la Ville
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, observation de la faune, golf
S’y rendre : en métro (stations Pie-IX ou Viau), en autobus (plusieurs lignes), en vélo, en BIXI, en voiture
Patinez en soirée sur la magnifique patinoire éclairée.

15. Parc Lafontaine : un joyau sur le Plateau
Activités : Raquette, glissade, patin sur glace, marche, cyclisme, patin à roues alignées, baignade (piscine extérieure), tennis, volley-ball
S’y rendre : en métro (station Sherbrooke), en autobus (plusieurs lignes), en BIXI, en vélo, en voiture
Appréciez la programmation culturelle (gratuite !) du Théâtre de la Verdure.

16. Parc Jarry : du sport, du sport, et encore du sport
Activités : ski de fond, glissade, patin sur glace, marche, patin à roues alignées, planche à roulettes, baignade (piscine extérieure), tennis, soccer, base-ball, cricket, volley-ball
S’y rendre : en métro (stations Parc et De Castelnau), en autobus (55, 193), en BIXI, en vélo, en voiture
Laissez-vous dépayser ! Le Montréal multiethnique qui fréquente assidûment ce parc lui confère une touche d’exotisme

17. Complexe environnemental de Saint-Michel : un site d’enfouissement métamorphosé en un magnifique parc
Activités : ski de fond, raquette, patin sur glace, marche, cyclisme, visites commentées
S’y rendre : en autobus (94 et 193), en BIXI, en vélo et en voiture
Pour une sortie familiale hors de l’ordinaire, terminez la journée à la Tohu pour un spectacle de cirque ou au TAZ Roulodôme et Skatepark, où toute la famille peut pratiquer patin, planche et BMX en toute sécurité

Restos santé : à vos fourchettes !

Crédits photo © Lola Rosa

Vous avez pris la résolution de manger mieux en 2012, mais vos résolutions ne durent généralement guère plus d’un mois ? Nous venons à votre rescousse en vous suggérant quelques destinations restos pour manger mieux et vivre mieux. De quoi tenir jusqu’en avril… En prime, ce sont des restos abordables, alors vous faites une pierre deux résolutions : bien manger et ne pas trop dépenser !

Lola Rosa : Bien connu des étudiants de McGill, l’endroit est super sympathique et la qualité est au rendez-vous. On y sert de bons plats végétariens inspirés de la cuisine du monde et les desserts valent le détour ! Ah oui, n’hésitez pas à partager ces derniers pour que ce soit vraiment santé…

545, rue Milton à Montréal
www.lola-rosa.ca

Café Santropol : Véritable institution montréalaise, le Café Santropol existe depuis 1976. Les sandwichs, toujours frais et santé, y sont à l’honneur. L’ambiance on ne peut plus relaxe donne le goût de s’y attarder, surtout en été, sur la très coquette terrasse (une bonne raison de tenir votre résolution encore plus longtemps !).

3990, rue Saint-Urbain à Montréal
www.santropol.com

Aux vivres : L’un des restos vegan les plus en vogue à Montréal, et pour cause : le service y est efficace et les plats, vraiment succulents. La fin de semaine, on y sert un brunch qui change des œufs-bacon. On y va aussi pour le bar à jus et la magnifique carte des thés et tisanes.

4631, boulevard Saint-Laurent à Montréal
www.auxvivres.com/fr/accueil

ChuChai et Chuch : Ces petits restos thaïlandais servent des viandes… végétariennes ! Ce sont en fait des imitations étonnantes et savoureuses de bœuf, de poulet ou de canard faites de seitan ou de soya. Le ChuChai offre une carte des vins alors que son petit frère voisin, le Chuch, offre la possibilité d’apporter son vin. Mais bien sûr, les plus résolus se contenteront d’un verre d’eau…

4088-4094, rue Saint-Denis à Montréal
www.chuchai.com

 

 

En raft sur neige au Village Vacances Valcartier

Crédits photo © Google images

La descente de l’Himalaya
Offrez-vous la descente de l’Himalaya, un secteur de quatre pentes au dénivelé plus qu’appréciable, à près de 80 km/h à bord d’un radeau pneumatique pouvant transporter 12 personnes ou dans une simple chambre à air. Au Village Vacances Valcartier, il n’y a que l’embarras du choix quant aux pistes à dévaler!

Le repos du guerrier à Wendake
Chassées de leurs terres ontariennes par les Iroquois au XVIIe siècle, 300 familles huronnes s’installent en divers lieux autour de Québec avant de se fixer définitivement, en 1700, à La Jeune-Lorette, aujourd’hui Wendake. Le visiteur sera charmé par le village aux rues sinueuses de cette communauté amérindienne sur les berges de la rivière Saint-Charles.

L’Hôtel-Musée des Premières Nations
Le village huron-wendat de Wendake se trouve à peu de distance de Valcartier. Profitez-en pour passer la soirée à l’Hôtel-Musée des Premières Nations, et payez-vous un repas de découverte gastronomique au restaurant La Traite, une table inspirée de la gastronomie autochtone, où sont apprêtés avec finesse les fruits de la chasse, de la pêche et de la cueillette, et ce, dans un cadre qui intègre la tradition ancestrale et le design moderne et épuré.

Onhoüa Chetek8e
Dans ce lieu magnifique et impressionnant, vous terminerez avec classe votre journée. Onhoüa Chetek8e est une reconstitution d’un village huron tel qu’il en existait au début de la colonisation. On y retrouve l’aménagement du village avec ses maisons longues en bois et ses palissades. Le site a pour but de faire découvrir aux visiteurs le mode de vie et d’organisation sociale de la nation huronne-wendat.

Comment s’y rendre

Village Vacances Valcartier, 1860 boul. Valcartier, Valcartier, 418-844-2200 ou

888-384-5524, www.valcartier.com

En voiture : autoroute 73, boulevard de la Faune à gauche, boulevard Valcartier à droite.

Hôtel-Musée Premières Nations, 5 place de la Rencontre, Wendake,

418-847-2222 ou 866-551-9222, www.hotelpremieresnations.ca

En voiture : autoroute 73, route 369 Ouest.

Village Huron Onhoüa Chetek8e, 575 rue Stanislas-Koska, Wendake,

418-842-4308, www.huron-wendat.qc.ca

En voiture : autoroute 73, route 369 Ouest.

Tiré du guide Ulysse Plein air et art de vivre : 125 séjours épicuriens au Québec, par Thierry Ducharme.

Le Mont Sutton, une destination 100 % nature!

Crédits photo © Mont Sutton

La protection de la nature : l’essence même du ski au Mont Sutton
Année après année, le Mont Sutton reçoit de nombreux prix et éloges pour son concept unique de sous-bois. Sutton, c’est un rendez-vous avec la nature, de longues descentes où vous pourrez contempler des panoramas à couper le souffle, des activités pour tous, des moments réconfortants dans un des quatre chalets rustiques, un bar « après-ski » des plus chaleureux et de la neige à perte de vue !

Pour appuyer l’importance de planter des arbres afin d’aider à la régénération de la forêt, le Mont Sutton a récemment lancé une campagne sur Facebook, « J’aime – Je plante ». Un projet qui s’inscrit dans la démarche écoresponsable du Mont Sutton.

Jusqu’au 22 mars, le Mont Sutton s’engage à planter un arbre pour chaque nouveau fan de sa page Facebook. Adhérer au mouvement, c’est appuyer le Mont Sutton dans sa démarche de développement durable. Plusieurs « J’aime » feront donc une différence considérable sur la préservation de la nature.

En plus d’avoir plusieurs avantages pour la nature, les arbres sur la montagne permettent d’avoir du plaisir en ski! « Les arbres protègent du vent, de l’érosion du sol et de la fonte rapide de la neige au printemps, explique Luc Boulanger, directeur des opérations au Mont Sutton. Certaines années, mon père, Réal Boulanger, a même planté des centaines et des centaines d’arbres afin de préserver les sous-bois, ajoute-t-il. Avec J’aime – Je plante, c’est maintenant aux gens de nous appuyer dans nos démarches! » Notons aussi que le Mont Sutton a également concédé des terrains à la préservation de la nature.

Le Mont Sutton : un acteur sensible au développement durable
Le Mont Sutton contribue à la préservation de l’environnement et au développement durable en posant plusieurs gestes écoresponsables. À ce sujet, le Mont Sutton a reçu le Prix d’Excellence de l’Association des stations de ski du Québec « Environnement et développement durable » et a été finaliste aux Prix Phénix de l’environnement dans la catégorie « Protection et mise en valeur de l’environnement et des écosystèmes » pour son Festival d’automne. Le Mont Sutton a aussi été cité à plusieurs reprises comme étant l’une des stations les plus écologiques au Canada.

Extrait de texte tiré du communiqué du 25 janvier 2012 

Pour en savoir plus >

 

Le parc de la Gatineau et ses environs, joyaux hivernaux

Crédits photo © Google images

Le parc de la Gatineau
Reconnu pour abriter l’un des plus grands réseaux de pistes de ski de fond en Amérique du Nord, avec ses 200 km linéaires, le parc de la Gatineau (droit d’entrée; refuges et yourtes; stationnement, carte des sentiers, location de raquettes, toilettes, distributrices d’aliments et de boissons) a beaucoup à offrir : de superbes paysages, des pistes bien entretenues dont plusieurs sont aménagées pour le pas de patin, ainsi que plusieurs relais où il est possible de se reposer, de se réchauffer (poêle à bois) et de casser la croûte. On retrouve également quelque 45 km de sentiers de raquettes (un des sentiers mène à la caverne Lusk, vieille de plus de 12 500 ans). Parmi les autres activités proposées dans le parc, retenons la marche hivernale (3 sentiers totalisant 7,5 km), les randonnées en raquettes sous les étoiles et le camping d’hiver (secteur du lac Philippe).

Située en plein cœur du parc de la Gatineau, la station de ski alpin familiale Ski Camp Fortune (droit d’entrée; chalets, cafétéria, bar, boutique, casiers, location d’équipement) présente un dénivelé de 167 m. On y trouve 20 pistes dont 2 de calibre extrême à l’inclinaison importante. Une forêt mixte, d’ailleurs réputée pour ses essences rares, est traversée par les pistes de la station. Pour les  planchistes, Ski Camp Fortune offre deux parcs de planche à neige dont un pour les novices.

Station Mont Cascades
La charmante et familiale Station Mont Cascades (gratuit pour la raquette; droit d’entrée pour le ski alpin; chalet, cafétéria, casse-croûte, resto-bar, boutique, casiers, location d’équipement), située à Cantley, dispose d’une vingtaine de pistes de ski alpin dont plus de la moitié est de niveau intermédiaire. Le domaine skiable est damé et compte également un parc de planche à neige parsemé de divers modules, bosses et autres rampes qui rendent la glisse amusante et variée. Depuis le sommet du versant nord, le point de vue sur la rivière Gatineau et le centre-ville d’Ottawa est formidable. On y trouve un sentier de raquettes (4 km).

Edelweiss
À Wakefield, la station de ski Edelweiss (droit d’entrée; chalet, cafétéria, bar, boutique, location d’équipement) présente pour sa part un dénivelé de 200 m et offre aux skieurs et planchistes un domaine skiable pourvu d’un parc de planche à neige et dont les pentes sont accessibles (80%) en soirée. La station dispose aussi d’un important parc pour la glissade sur chambre à air, en activité le jour comme le soir.

Aventures Nordik
À Val-des-Monts, les sportifs qui souhaitent effectuer une randonnée d’une demi-journée à trois jours en traîneau à chiens se tourneront vers l’entreprise Aventures Nordik (droit d’entrée), qui initie les randonneurs aux techniques de conduite d’attelage.

Comment s’y rendre

Parc de la Gatineau, accueil Chelsea, 33 ch. Scott, Chelsea, 819-827-2020 ou 800-465-1867, www.capitaleducanada.gc.ca/gatineau

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, autoroute 5, chemin Old Chelsea à droite.

Ski Camp Fortune, 300 ch. Dunlop, Old Chelsea, 819-827-1717, www.campfortune.com

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, autoroute 5, chemin Old Chelsea à gauche.

Station Mont Cascades, 448 ch. du Mont-Cascades, Cantley, 819-827-0301 ou 888-282-2722, www.montcascades.ca

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, autoroute 5, route 105 Nord, route 307 Nord.

Edelweiss, 538 ch. Edelweiss, Wakefield, 819-459-2328, www.skiedelweiss.com

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, autoroute 5, route 105 Nord, route 366.

Aventures Nordik, 85 ch. Perdrix, Val-des-Monts, 819-671-7273, www.siberkan.com

En voiture : de Montréal, autoroute 15, autoroute 50, route 148 Ouest, autoroute 50, montée Paiement à droite.

Tiré du guide Ulysse Les joies de l’hiver au Québec, par Julie Brodeur.

Des patinoires pour tous les goûts à Québec !

Crédits photo © Google images

Destination de choix pour les amateurs de plein air, la vaste région de Québec possède des attraits naturels fort riches et diversifiés, et plusieurs beaux parcs en parsèment le territoire. Si le cœur vous en dit, lors de votre séjour, vous aurez sûrement l’occasion de pratiquer plusieurs activités de plein air, entre autres le patin à glace.

Patiner aux portes du Vieux-Québec
Par les belles journées d’hiver, la place D’Youville offre un spectacle féerique avec la neige qui la recouvre, la porte Saint-Jean givrée, Le Capitole illuminé, les décorations de Noël suspendues à ses lampadaires et les patineurs. En effet, le centre de la place se pare d’une petite patinoire (entrée libre; location et aiguisage de patins sur place) qui reçoit les amateurs au son d’une musique d’ambiance. Si le courage vous manque pour embarquer dans la valse, vous pourrez toujours profiter du spectacle! Grâce à son système de réfrigération, la patinoire ouvre le plus tôt possible, soit vers la fin du mois d’octobre, et ferme le plus tard possible au printemps, pour permettre aux Québécois d’en profiter longtemps! Un vestiaire (apportez votre cadenas) où l’on trouve des toilettes permet aux gens de chausser leurs patins.

Patiner dans un jardin
Une belle patinoire (entrée libre; location de patins) qui s’étend sous les arbres est aménagée au Domaine Maizerets. On peut chausser ses patins et se réchauffer près du poêle à bois dans le petit chalet.

Patiner sur le site de la Pointe-aux-Lièvres
Venez découvrir les nombreuses possibilités de divertissement qu’offre le site. Patinez sur un sentier glacé et éclairé, d’environ 1,5 km ou sur une surface glacée . Glissez sur une pente d’environ 5 m de hauteur et marchez sur un sentier piétonnier éclairé de 7 km.

Comment s’y rendre

Patinoire de la place D’Youville, tout près de la porte Saint-Jean hors les murs, 418-641-6256, www.ville.quebec.qc.ca

Patinoire du Domaine Maizerets
, 2000 boul. Montmorency, 418-641-6335, www.domainemaizerets.com

En transport en commun : en partant près de la place D’Youville, autobus 53.

En voiture : en partant près de la place D’Youville, autoroute Dufferin-Montmorency vers le nord, sortie boulevard Henri-Bourassa vers l’ouest, rue de la Trinité à droite et avenue De La Vérendrye à droite.

Site des sports d’hiver de la Pointe-aux-Lièvres, 25 rue de la Pointe-aux-Lièvres, 418-691-4710, www.societerivierestcharles.qc.ca

En transport en commun : en partant près de la place D’Youville, autobus 3 et autobus 86 à l’angle des rues du Roi et de la Couronne.

En voiture : en partant près de la place D’Youville, côte d’Abraham, rue de la Couronne, autoroute 73 Nord, sortie 2, rue Lee à droite, rue de la Pointe-aux-Lièvres à gauche.

Tiré du guide Ulysse Ville de Québec.

Vivez des aventures hivernales avec AEQ !

Crédits photos © Aventure Écotourisme Québec

Aventure Écotourisme Québec (AEQ) est reconnue par le ministère du Tourisme comme étant l’organisme principal en matière d’aventure et d’écotourisme au Québec en accréditant les entreprises selon des critères rigoureux.Vous pouvez pratiquer une activité en tourisme d’aventure ou d’écotourisme en toute sécurité lorsque vous choisissez une entreprise qui est accréditée par Aventure Écotourisme Québec.

Traîneau à chiens
Spécialiste du traîneau à chiens depuis plus de 12 ans, Descentes Malbaie propose des sorties d’une demi-journée, d’une journée ainsi que des expéditions de 3 à 5 jours, qui vous feront découvrir l’arrière-pays montagneux ainsi que le parc national des Hautes-Gorges-de-la-rivière Malbaie en conduisant votre attelage de Huskies. Vous pouvez également coucher en refuge. De la mi-décembre à la fin mars.

Lieu : La Malbaie (Québec)
Téléphone : 418 439-2265
www.descentemalbaie.com

Raquette de montagne
La Vallée Bras du Nord, Coop de solidarité est un site exceptionnel à découvrir et est situé à 45 minutes de Québec à Saint-Raymond de Portneuf. Venez parcourir les sentiers de raquette, tous accessibles pour la pratique de la raquette en hiver (courte, moyenne ou longue randonnée), avec coucher en refuge, chalet ou en yourte. Un service de location de raquettes vous est également offert.

Lieu : Portneuf (Québec)
Téléphone : 418 337-3635
Sans frais : 1 800 321-4992
www.valleebrasdunord.com

Via ferrata des neiges
Fondé en 1989, l’Ascensation organise des forfaits d’aventure et d’animation de groupe en escalade intérieure, de rocher et de glace. Les activités d’aventure (via ferrata et tyrolienne) se déroulent au canyon Ste-Anne et au Parc d’aventure en montagne « Les Palissades de Charlevoix ». Activité d’aventure originale et unique au Canada, la via ferrata des neiges vous permettra de faire l’ascension d’une falaise en montagne de plus de 200 m de hauteur en tout sécurité ! Explorez les paysages entrecoupés de terrasses et de balcons ensevelis de neige offrant des vues panoramiques exceptionnelles. Une activité accessible à tous.

Téléphone : 418 647-4422
Sans frais : 1 800 762-4967
www.aventurex.net

En tant que membre de Communauto, vous bénéficiez d’une escompte de 10 % sur l’achat de chèques-cadeaux chez AEQ. Profitez dès maintenant de votre rabais !

 

Sept merveilleux spas urbains au cœur de Montréal

Crédits photo © Google images

Des professionnels de la santé vous offrent dans les spas différents soins en hydrothérapie, massothérapie, esthétique, etc. Se distinguant par leurs menus, activités ou services, en voici sept, situés au cœur de Montréal, pour vous permettre de choisir celui qui correspondra le mieux à vos objectifs de santé.


Bota Bota
Ce spa se distingue des autres par son emplacement: il est aménagé dans un ancien traversier apponté dans le Vieux-Port, transformé en un luxueux centre de soins flottant. Leur spécialité, le circuit d’eau, vous fait passer par des bassins de différentes températures, dans la tradition des bains nordiques. Le plus : la vue époustouflante sur le port et la ville depuis les ponts et terrasses. Massages et autres soins sont aussi offerts, et un comptoir gourmand permet de se restaurer.

358, rue de la Commune Ouest
514 284-0333
www.botabota.ca

Espace Nomad
Le grand boulevard Saint-Laurent s’est enrichi d’un espace inédit dédié au mieux-être des citadins désireux de larguer les amarres quelques heures. Soins et massages de qualité ne feront pas mentir la devise du lieu : Le temps que l’on prend pour soi aujourd’hui embellit celui de demain.

4650, boulevard Saint-Laurent
514 842-7279
www.espacenomad.ca

Le Spa de l’Hôtel Le St-James
Le Spa de l’Hôtel Le St-James se démarque par son atmosphère romantique, quasi magique, et son intimité inégalée. Les soins proposés incluent les massages aux pierres chaudes et sous la « pluie », des exfoliations complètes et l’enveloppement corporel au rassoul, une argile riche en oxyde de fer et en magnésium.

Hôtel Le St-James
355, rue Saint-Jacques
514 841-5030
www.hotellestjames.com

Rainspa
La décoration impeccable et naturelle du Rainspa, situé dans l’hôtel Le Place d’Armes, enveloppe la clientèle d’une chaleur méditerranéenne. Bien qu’il ne soit pas conçu de façon traditionnelle, le hammam du Rainspa, avec sa vapeur d’eucalyptus vivifiante, offre une expérience teintée d’exotisme.

Le Place d’Armes Hôtel & Suites
55, rue Saint-Jacques
514 282-2727
www.rainspa.ca

Scandinave Les Bains Vieux-Montréal
La thermothérapie, concept lié aux bains scandinaves, est simple et efficace : un réchauffement corporel dans un sauna sec ou humide suivi d’un refroidissement vivifiant à la douche ou dans un bain nordique qui se termine par un moment de langoureuse détente. Fidèle à la thématique des lieux, le design contemporain du Scandinave Les Bains réunit des éléments chauds (bois) et froids (pierre et marbre) pour créer un espace apaisant et distingué.

71, rue de la Commune Ouest
514 288-2009
www.scandinavemontreal.com

Spa Diva
Au milieu du centre-ville en ébullition, le Spa Diva inspire calme et relaxation. Situé aux Cours Mont-Royal, cet établissement haut de gamme propose de multiples soins pour le corps et le visage.

Cours Mont-Royal,
1455, rue Peel, 4e étage
514 958-9859
www.spadiva.ca

Spa Savanna
Une adresse audacieuse pour ce spa de grande qualité installé dans un quartier en pleine mutation. Le décor d’inspiration africaine et le bain vapeur ajoutent à la portée bienfaisante du lieu et des soins qu’on y donne.

4032, rue Notre-Dame Ouest
514 931-6544
www.spasavanna.com

Comment s’y rendre
Les spas urbains situés au cœur de Montréal sont facilement accessibles en transport en commun ou en voiture.

Tiré du guide Ulysse Montréal.

Raquette et ski de fond en Outaouais

Crédits photos © Google images

La réserve écologique de la Forêt-la-Blanche
Ouverte toute l’année, cette réserve écologique en étonnera plus d’un, grâce notamment à un beau réseau de sentiers, un agréable pavillon d’accueil et d’interprétation (expositions thématiques) ainsi qu’à une forêt mature de plus de 300 ans. Celle-ci est considérée comme l’une des dernières et plus anciennes de l’est du pays.

Services : stationnement, accueil, carte des sentiers
Location : raquettes
Autres activités : marche

Raquette
Longueur des parcours : 7,4 km
Tarif : 5$
Réseau : 5 sentiers en boucle permettent d’effectuer divers parcours.

Ski de fond
Longueur des parcours : 13,5 km
Tarif : 5$
Réseau : 2 sentiers permettent d’effectuer une courte ou une longue boucle.

Centre touristique La Petite Rouge
Le Centre touristique La Petite Rouge, situé à Saint-Émile-de-Suffolk (à 40 km au nord de Montebello), est conçu comme un petit village de vacances quatre-saisons. Recevant beaucoup de groupes (gens d’affaires, clubs sociaux, associations d’aînés, groupes scolaires, etc.), il est très bien aménagé et offre un programme d’activités sportives et culturelles favorisant la détente et les rencontres.

Hébergement sur place : chalets
Services : stationnement, accueil, salle de fartage, cafétéria, bar
Location : raquettes, skis de fond
Autres activités: patin, glissade sur chambre à air

Raquette
Longueur des parcours : 4,5 km
Randonnée hors piste : oui
Abris, relais, refuges : 1 refuge
Tarif : 8$
Réseau : 3 sentiers, dont 1 facile (1,7 km) et 2 difficiles (1,3 km et 1,5 km)

Ski de fond
Longueur des parcours : 20 km linéaires
Pas de patin : 15 km
Abris, relais, refuges : 1 refuge
Tarif : 8$
Réseau : 12 sentiers, dont 5 faciles, 5 difficiles et 2 très difficiles

Comment s’y rendre
Réserve écologique de la Forêt-la-Blanche, 300 chemin Saddler, Mayo,
819-281-6700, www.foretlablanche.org
En voiture : de Gatineau, autoroute 50, sortie 174, route 309 Nord, route 315 Nord, chemin Saddler à droite.

Centre touristique La Petite Rouge, 61 rang des Pruniers, Saint-Émile-de- Suffolk, 819-426-2191 ou 888-426-2191, www.petiterouge.com
En voiture : de Gatineau, autoroute 50, sortie 174, route 309 Nord, route 315 Nord, route 323 Nord à gauche, rang des Pruniers à gauche.

Tiré du guide Ulysse Raquette et ski de fond au Québec, par Yves Séguin.

 

Raquette et ski de fond au parc du Mont-Royal

Crédits photos © Google images

Activités hivernales au parc du Mont-Royal (190 ha) : raquette, ski de fond, patin (deux patinoires : l’une est aménagée sur le lac aux Castors et l’autre, réfrigérée, ouverte dès le début du mois de décembre, est située près du pavillon du Lac-aux-Castors), marche (10 km), glissade (glissade libre en toboggan et glissade sur chambre à air, location de chambres à air au pied de la pente du lac aux Castors), observation des oiseaux.

Postes d’accueil
Maison Smith

Les amis de la montagne, 1260 chemin Remembrance, Montréal
514-843-8240, poste 0, www.lemontroyal.qc.ca

Services : stationnement ($), accueil et information, café, boutique-nature, expositions, toilettes

Pavillon du Lac-aux-Castors
Location : raquettes, skis de fond, patins, trottinettes des neiges et autres luges
Autres services : accueil, cafétéria, Bistro Le Pavillon (514-849-2002), refuge, toilettes, tables de pique-nique

Chalet du Mont-Royal
Services : refuge, toilettes
Raquette et ski de fond
Raquette
Longueur du sentier : 3 km
Tarif : gratuit

Ski de fond
Longueur des parcours : 20 km
Pas classique : 15,3 km
Pas de patin : 4,7 km
Réseau : 7 sentiers, dont 5 pour le pas classique (1,5 km; 1,9 km; 2,2 km; 4,4 km et 5,3 km) et 2 pour le pas de patin (2,9 km et 1,8 km)
Tarif : gratuit

Comment s’y rendre
En transport en commun : métro Mont-Royal, autobus 11.
En voiture : voie Camillien-Houde puis chemin Remembrance (stationnement payant à la maison Smith et au lac aux Castors).

Tiré du guide Ulysse Raquette et ski de fond au Québec, par Yves Séguin.

 

Raquette et ski de fond au cœur de Sherbrooke

Crédits photos © Google images

Parc écoforestier de Johnville
Ce joli parc abrite entre autres une tourbière, des étangs, un ruisseau, divers peuplements forestiers ainsi qu’une riche faune et flore.

Services : stationnement, accueil, carte des sentiers

Raquette
Longueur des parcours : 6,5 km
Tarif : gratuit
Réseau : 2 sentiers (3,2 km et 3,3 km) dont l’un longe le ruisseau Racey et l’autre fait le tour du Petit lac Jenckes.

Ski de fond
Longueur des parcours : 5,8 km
Tarif : gratuit
Réseau : 2 sentiers principaux et 2 sentiers secondaires permettant d’effectuer des boucles plus courtes ou plus longues.

 

Base de plein air André Nadeau
Dynamique et familiale, cette base de plein air propose plusieurs activités hivernales.

Services : stationnement, accueil, casse-croûte, carte des sentiers
Location : raquettes, skis de fond, tubes (chambres à air) pour la glissade

Autres activités : marche (3,5 km), glissade sur tube, patin, promenade en traîneau, camping d’hiver (location de tipis : 819-864-1907)

Raquette
Longueur des parcours : 3,5 km
Randonnée hors piste : oui
Tarif : 3$
Réseau : 1 sentier facile formant une boucle.

Ski de fond
Longueur des parcours : 11,2 km
Tarif : 3$
Réseau : 4 sentiers, de faciles à difficiles

Comment s’y rendre
Parc écoforestier de Johnville, 3325 chemin North, Cookshire-Eaton,
819-569-9388, www.parc-johnville.qc.ca
En voiture : de Montréal, autoroute 10, autoroute 10/55, route 112 Est, route 143 Sud, route 108 Est, route 251.

Base de plein air André Nadeau, 5302 chemin Blanchette, Sherbrooke,
819-864-1907, www.basepleinair.ca
En voiture : de Montréal, autoroute 19, autoroute 10/55, route 112 Est, chemin Saint-Roch Sud.

Tiré du guide Ulysse Raquette et ski de fond au Québec, par Yves Séguin.

 

Entre Cîmes et Racines, des écogîtes en forêt

Crédits photos © Trip Advisor

Amoureux de la nature à la recherche de détente et de dépaysement, ressourcez-vous dans l’un des 11 écogîtes d’Entre Cîmes et Racines ! Situé à une heure de Montréal, ce domaine de 175 acres vous accueillera avec un concept de chalets en forêt tout à fait fascinant.

Faites la découverte du Troglo, premier habitat troglodytique (sous terre) en location au Québec. Inspiré du merveilleux monde de Tolkien, auteur du Seigneur des Anneaux, le Troglo vous émerveillera avec ses ouvertures circulaires, son toit végétal t son intérieur en pierre et en bois. Entièrement équipé, le Troglo peut accueillir une petite famille de hobbits avec sa salle à manger, la cuisinette et la chambre aménagées dans une même grande pièce.

Des activités 
Le domaine vous offre également des activités en tout genre, golf, ski de fond, cyclisme, randonnée en forêts, observation de la faune, raquette, dont le fameux labyrinthe en forêt. Cet étonnant labyrinthe composé d’environ 4 kilomètres de corridors a été créé dans une forêt de conifères pour vous faire vivre une excitante aventure. Tout au long du parcours, vous aurez la chance de découvrir quelques énigmes !

Des services
Pour votre confort, vous pourrez également avoir accès à plusieurs services comme le stationnement gratuit, des cuisines toute équipées pour cuisiner, un foyer extérieur et une table à pique-nique, des toilettes sèches à proximité, du bois de chauffage et de l’eau potable, des douches, des produits d’entretien biodégradable et un accès à Internet au chalet principal, le Campanile.

Des privilèges
Pour ceux et celles qui voudrait planifier leur séjour, sachez qu’en tant qu’abonné de Communauto, vous bénéficiez d’un rabais de 10 $ par nuitée sur le coût d’une réservation pour tous les écogîtes.

Pour plus d’information sur cette offre >

 

Le pont suspendu du Parc de la gorge de Coaticook

Crédits photos © Google images

Le Parc de la gorge de Coaticook protège une portion de la rivière Coaticook où une gorge impressionnante atteint par endroits jusqu’à 50 m de profondeur. Des sentiers sillonnent tout le territoire, permettant aux visiteurs d’apprécier la gorge sous tous ses aspects. La passerelle suspendue, qui a réussi à en faire frissonner plus d’un, traverse la gorge tout en la surplombant.

Entrée : payante
Services : restaurant
Chiens : acceptés si tenus en laisse
Activités sur place : randonnée pédestre, pique-nique, équitation, vélo de montagne, ornithologie, glissade, raquette, patinage

Des États-Unis aux Cantons-de-l’Est
La gorge de Coaticook est une formation géologique très spectaculaire. Mesurant 750 m de long avec des parois de 50 m de haut, elle reçoit les eaux tumultueuses de la rivière Coaticook. Cette rivière coule sur une distance de 47 km, soit du lac Norton, aux États-Unis, jusqu’à la rivière Massawippi et la rivière Saint-François.

L’un des plus longs ponts piétonniers suspendus au monde
Le réseau de sentiers de randonnée pédestre est composé de trois boucles (3 km, 7 km et 10 km). Les sentiers, faciles et agréables, conduisent aux principaux attraits du parc, le pont suspendu étant le clou du spectacle. Haut de 50 m et long de 169 m, c’est l’un des plus longs ponts piétonniers suspendus au monde! Les câbles de soutien, d’un diamètre de 5 cm, font près de 200 m de long. À ceux qui souffrent de vertige, il faut dire que ce pont peut supporter 1 000 personnes de 72 kg!

Des sentiers de découverte
Le long des sentiers, des panneaux d’interprétation (nature, histoire) guident le randonneur dans ses découvertes. Des kiosques informatifs portant sur la botanique et la minéralogie permettent d’en apprendre davantage sur ces sciences. Outre le pont suspendu, le visiteur découvrira la centrale hydroélectrique, la marmite, la grotte, la réplique d’un village abénaquis ainsi que deux tours d’observation, d’où la vue sur la municipalité de Coaticook et les superbes vallées environnantes est des plus splendides. Bien aménagé et comptant de jolis petits sentiers, le parc plaît beaucoup aux enfants.

Comment s’y rendre
Parc de la gorge de Coaticook, 135 rue Michaud ou 400 rue St-Marc, Coaticook, 819-849-2331 ou 1 888-524-6743, www.gorgedecoaticook.qc.ca

En voiture : autoroute des Cantons-de-l’Est (10), puis autoroute 55 Sud.

Tiré du guide Ulysse On va où aujourd’hui? 150 sorties à Montréal et environs, par Alain Demers.

 

Le parc linéaire de la rivière Saint-Charles

Crédits photos © Société de la rivière Saint-Charles

La ville de Québec s’est dotée en 2005 d’un nouveau sentier le long de la rivière Saint-Charles. Ce sentier remarquable s’inscrit dans un projet de mise en valeur, de protection et de renaturalisation de cette rivière liée au développement de la ville. La rivière Saint-Charles marque un lien historique avec l’arrière-pays montagneux et forestier, puisqu’elle constituait déjà au XVIIe siècle le premier tronçon du « Sentier des Jésuites » menant au lac Saint-Jean, et qu’elle est toujours la source d’approvisionnement en eau potable de la ville.

Services et installations : l’utilisation du sentier pour la randonnée pédestre peut être combinée avec de nombreuses autres activités (pêche sportive, canotage, pique-nique, jeux d’extérieur), car le sentier est jalonné de nombreuses installations sportives.

Avant…
L’urbanisation a beaucoup affecté son intégrité et sa valeur naturelle, en particulier dans les 4 km qui traversent le centre-ville, où les rives ont été bétonnées à outrance dans les années 1980, après avoir été utilisées comme dépotoirs pendant des décennies (elles ont depuis été « débétonnées » dans ce secteur).

…et après
Un parc linéaire a été constitué, et d’importants travaux réalisés, avec la création d’habitats fauniques, la plantation de végétaux, la dépollution, la construction de bassins de rétention, le détournement d’eaux usées et le contrôle des débordements de la rivière.

Du lac Saint-Charles au Vieux-Port de Québec
Le sentier de 32 km entre le lac Saint-Charles et le Vieux-Port de Québec est maintenant complété. Il offre une grande variété de sites, de paysages et de niveaux de difficulté pour la randonnée pédestre, selon les zones traversées. Le fait que le sentier longe (et traverse fréquemment) la rivière constitue son thème principal, et les occasions de combiner canotage et randonnée sont fréquentes.

Arts et loisirs
Le sentier est agrémenté d’œuvres d’art, telles les 10 sculptures en bronze stylisées de Truong Chanh Trung représentant différentes espèces d’oiseaux et les six sculptures-bancs de divers artistes, installées dans la portion la plus urbaine du parc. De nombreuses activités spéciales mettent en valeur le sentier et la rivière, notamment la Fête de la rivière Saint-Charles, avec ses randonnées guidées et une descente en canot dans la partie inférieure, à la fin mai.

Comment s’y rendre
Parc linéaire de la rivière Saint-Charles, 418-691-4710, www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/loisirs_sports/parc_lineaire/
www.societerivierestcharles.qc.ca

En voiture ou en autobus : par sa nature de parc linéaire, le sentier est accessible à de nombreux endroits tout au long de son parcours. Les circuits d’autobus du RTC permettent de relier la plupart de ces accès entre eux, et les possibilités de stationnement sont nombreuses, en particulier aux abords des parcs urbains que le sentier relie.

Tiré du guide Ulysse Randonnée pédestre au Québec, par Yves Séguin.

 

Au Diable Vert, du camping pour tous les goûts !

Crédits photos © Google images

Le camping Au Diable Vert est situé à proximité du joli village loyaliste de Sutton, avec ses boutiques, ses ateliers d’artistes et d’artisans, sa boulangerie, sa chocolaterie et ses bonnes tables. Le lieu est une oasis de paix enchâssée dans une belle forêt à l’orée de laquelle s’offre une vue magnifique sur les monts Sutton, Owl’s Head et Jay Peak.

Horaire : toute l’année
Heure de départ : 14h
Nombre d’emplacements : 35
Tarif journalier : 9$ à 28$
Services : prêt-à-camper, animaux domestiques admis, recyclage, accès Internet

Une station de montagne
Cette très belle station de montagne de 81 acres nichée à 300 mètres d’altitude propose aux campeurs des appartements équipés, des refuges dans les arbres (sans commodité) et un minuscule terrain de camping pour tentes. Les emplacements sont ombragés, bien espacés les uns des autres, et procurent toute l’intimité dont on rêve.

Des activités de plein air
Les amateurs de randonnée apprécieront le réseau de sentiers de 14 km qui communique avec le Sentier de l’Estrie. Plusieurs activités sont proposées sur place, dont le kayak sur la rivière Missisquoi, la pêche, le vélo et la randonnée, avec guides ou non, en plus des ateliers de photographie et de mycologie (champignons) et des cours d’équitation.

Du camping d’hiver
Ouverte toute l’année, la station permet également la pratique du camping d’hiver au cœur d’un réseau de pistes de ski de randonnée et de sentiers de raquettes. L’accès aux emplacements se fait à pied. Des brouettes sont disponibles pour le transport du matériel, et l’on peut aussi faire livrer son matériel en VTT ou en motoneige pour le coût de 10$. Six toilettes sèches se trouvent sur le terrain. Les emplacements qui portent les numéros de 5 à 20 et de 28 à 33 sont situés en bordure de la forêt et jouissent de la plus belle vue. Cieux étoilés et levers de soleil splendides.

Comment s’y rendre

Au Diable Vert, 169 chemin Staines, Glen Sutton, 450-538-5639, www.audiablevert.qc.ca

En voiture de Montréal : autoroute 10, sortie 68, route 139 Sud jusqu’à Abercorn, à gauche dans la rue Église, à droite dans le chemin Scenic, à gauche au stop dans le chemin de la vallée Missisquoi et à gauche dans le chemin Stairnes.

En voiture de Québec : autoroute 20 Ouest, sortie 173, puis autoroute 55 Sud, autoroute 10, sortie 106, route 245 Sud direction Mansonville, route 243 Sud direction Mansonville, route 105 en direction de Glen Sutton, chemin Staines à droite.

Tiré du guide Ulysse 100 campings coups de cœur au Québec, par Louise Gaboury et Louise Gagnon.