Catégorie

Discussions

Les coulisses du service à la clientèle

Lire l’article en anglais.

Le service à la clientèle est souvent considéré comme le noyau de toute entreprise. Malgré cela, les employés sont généralement méconnus; qui sont les agents qui répondent à vos appels ou à vos messages ? Communauto vous propose d’apprendre à connaitre certains de nos experts en service à la clientèle. Ces entrevues avec les ninjas qui vous aident jour et nuit vous permettront de mieux saisir l’importance d’une équipe serrée dans ce département si essentiel !

Le Centre Lajeunesse, fier partenaire de Communauto !

Le Centre de Loisirs communautaires Lajeunesse a pour mission de créer un milieu de vie offrant des activités de loisir accessibles, novatrices et axées sur le développement de la personne.

Le Centre héberge huit organismes communautaires dans ses locaux et est un poumon communautaire en plein cœur du quartier Villeray, à Montréal.

Une seconde vie pour votre ancien vélo ?

Donner une seconde vie à son ancien vélo, c’est possible avec Cyclo Nord-Sud ! 

Cyclo Nord-Sud est un organisme à but non lucratif qui fait du vélo son outil de lutte contre l’exclusion et la marginalisation. Ainsi, grâce à la récupération et à la revalorisation, un vélo destiné à devenir un déchet aura une nouvelle vie !

Cyclo Nord-Sud entretien des valeurs écologiques communes à celles de Communauto. De ce fait, l’organisme diminue le nombre de vélos inutilisés au Québec. Ceci, à travers la revalorisation et la réutilisation des vélos.

Customer Service Department: Behind the Scenes

Read the article in French.

The customer service department is often seen as the heart of the company. Despite this, the employees are generally unknown; who are the agents that answer your calls or messages? Communauto suggests you get to know some of our customer service experts. These interviews with the ninjas that help you, day and night, will allow you to better grasp the importance of a tight-knit team in this essential department.

Four good reasons why you should clear the snow off your car

Version française

What a joy it is for the little ones to wake up to a fresh layer of immaculate snow! But all adults see is one more chore heaped on top of the others that make up a packed morning routine. It can be tempting to clear the snow off just one part of the car, but it’s better to take the time to clear it off completely. Here are a few explanations taken from La Capitale’s blog.

Quatre bonnes raisons de déneiger l’auto

English Version

Quelle joie pour les petits de découvrir que la nuit a laissé une nouvelle couche de neige immaculée! Quant à eux, la plupart des adultes n’y voient qu’une étape supplémentaire dans la routine du matin déjà bien remplie. Bien qu’il puisse être tentant de ne déneiger qu’une partie de l’auto, mieux vaut prendre le temps de la déneiger complètement. Quelques explications tirées du blogue de La Capitale.

Consultation publique : Communauto vous invite à vous exprimer !

Lancement
Crédits photo © Communauto

Dans le cadre d’une consultation publique pour le déploiement d’un système de véhicule en libre-service sans réservation, la Ville de Montréal invitera ses citoyens le 11 juin prochain à se questionner sur la pertinence de l’implantation d’un tel système dans leur ville.

Pour Communauto, plusieurs questions demeurent sans réponse :

  • Ce service augmentera-t-il le nombre de véhicules en circulation?
  • Quel impact aura-t-il sur l’industrie du taxi ?
  • Sera-t-il en mesure de convaincre les gens de délaisser leur auto personnelle et d’adopter le cocktail transport ?

Toujours convaincue de l’importance d’évaluer les bénéfices et les impacts d’un tel service, Communauto et l’arrondissement Plateau-Mont-Royal ont annoncé le 10 mai dernier le démarrage d’un projet pilote, Auto-mobile,  mettant en service une flotte d’une vingtaine de véhicules 100% électriques en libre-service sans réservation. Avec le lancement d’Auto-mobile, Communauto veut pouvoir éclaircir certaines incertitudes et contribuer positivement à la consultation publique. Accompagné par la Chaire Mobilité de Polytechnique Montréal et par Taxi Diamond pour des recherches, Communauto sera en mesure de partager les résultats à la fin du projet avec les autres acteurs impliqués : l’industrie du taxi et les sociétés de transport.

Et vous, qu’en pensez-vous? Écrivez-nous vos commentaires, ceux-ci nous permettront d’évaluer l’intérêt du public pour un tel service et d’approfondir nos connaissances sur celui-ci.

 

Que pensez-vous de notre programme de compensation ?

ProgrammeGES
Crédits photo @ CO2 Environnement

Initiative de Communauto en partenariat avec Planetair et CO2 Environnement, les usagers de Communauto pourront, à partir du 22 avril, compenser les émissions de gaz à effet de serre (GES) de leurs trajets. Ces contributions volontaires permettront de contribuer au ralentissement du réchauffement climatique en acquérant des crédits de compensation d’émissions de GES.

À un taux de 0,0046 $/km pour les véhicules à essence, ceci représente seulement 9,20 $/année pour un abonné moyen (2 000 km/an) ! Un taux préférentiel est offert pour les véhicules électriques et hybrides. De son côté, Communauto s’est engagée à compenser les kilomètres de ses véhicules de service ainsi que les émissions relatives à certaines de ses activités (électricité, transports, etc.).

Que pensez-vous de notre programme de compensation ? Pensez-vous y participer ? Et si oui, pourquoi ? Nous voulons connaître votre opinion !

 

Paris, Ottawa, Halifax ! Dans quelle autre ville aimeriez-vous utiliser Communauto ?

Mobizen_CO
Crédits photo © Communauto

Vous savez depuis peu que vous pouvez utiliser les voitures de Mobizen, notre succursale parisienne, lors de votre prochaine visite en France et ce sans aucun frais d’inscription à débourser. Vous obtenez même la parité pour votre forfait et votre option de réduction de franchise d’accident Communauto. Vous n’avez qu’à procéder à une pré-inscription sur le site de Mobizen pour y avoir accès (en savoir plus).

Mais saviez-vous que ces mêmes privilèges vous sont aussi accessibles si vous voyagez à Ottawa ou à Halifax ?

Dans le cas d’Ottawa, il vous suffit de sélectionner cette ville dans le menu déroulant de la fenêtre Ajouter une réservation de Réservauto (vous y avez déjà accès à même votre abonnement Communauto). Pour Halifax, la démarche est similaire à celle de Paris. Vous devrez, au préalable, vous préinscrire en vous rendant sur le site carsharehfx.ca, et suivre les instructions. Comme à Paris, un numéro d’abonné distinct de celui de Communauto vous sera attribué et vous devrez vous rendre sur le site de CarShare Halifax pour réserver un véhicule.

De bonnes nouvelles pour les voyageurs qui utilisent déjà nos services ! Que ce soit pour affaires, pour rendre visite à la famille éloignée ou simplement pour les vacances, il est maintenant plus facile que jamais d’utiliser nos services à l’extérieur du Québec !

Et vous ? Dans quelle autre ville aimeriez-vous utiliser nos services ?

 

Quelles sont les 3 meilleures raisons d’utiliser une voiture électrique en autopartage ?

Image_VE_autopartage
Crédits image @ Communauto

La voiture électrique est définitivement au cœur des sujets de discussions dans le domaine automobile et environnemental. Tout le monde en fait la promotion à différents égards. La preuve, Communauto est parmi les pionniers québécois en offrant depuis l’été 2011 un parc de véhicules 100 % électriques en autopartage.

Plusieurs d’entre vous ont eu la chance d’essayer un de ces véhicules et d’apprécier son confort, son moteur à zéro émission et l’absence de bruit émis par le véhicule. Ces qualités, recherchées lors du choix d’une voiture électrique, constituent une véritable valeur ajoutée pour un véhicule en autopartage.

Au-delà de réduire le nombre de véhicules en circulation, de favoriser une utilisation plus rationnelle de la voiture et de participer à l’amélioration de la qualité de l’air, conduire une voiture en autopartage 100 % électrique a de quoi faire tourner les têtes !

Que ce soit pour aller chercher quelqu’un à l’aéroport, faire des courses ou impressionner la belle-famille lors d’une visite en banlieue, pouvoir rouler en véhicule électrique constitue encore une expérience hors du commun et un beau privilège que l’autopartage rend possible.

Partagez vos expériences « électriques » avec les abonnés qui n’ont pas encore essayé nos nouvelles voitures ! Quelles sont vos 3 meilleures raisons d’utiliser une voiture 100 % électrique en autopartage, ou encore, quelles sont vos destinations de choix lors de l’utilisation d’un véhicule électrique ?

 

Nouvelle signalisation dans les stations à plusieurs coffrets : qu’en pensez-vous ?

Cadre
Crédits photo © Communauto

En juillet dernier, nous vous demandions votre aide afin de réfléchir ensemble à une solution pour nos stations à plusieurs coffrets. Plus de 7 % de nos stations étant munies de plusieurs coffrets, nous savions qu’il était grand temps de remédier à cette situation, qui pouvait à l’occasion amener son lot d’inconvénients lors de la prise de possession du véhicule.

Suite à une période de tests à la station St-Sacrement, près du métro Mont-Royal, nous sommes heureux de vous annoncer qu’une solution a été identifiée et que l’opération de signalisation a débuté.

Notre objectif est de rendre l’expérience Communauto la plus satisfaisante possible, et ce, du début à la fin de votre réservation. N’étant pas propriétaire de nos stations, il n’est pas toujours facile de trouver l’endroit adéquat pour poser ce type de signalisation. Nous croyons avoir trouvé une option efficace : l’installation d’un petit cadre qui vous permettra de mieux visualiser les numéros de clés dans chaque coffret. Au total, ce sont plus de 20 stations qui accueilleront ce nouveau type de signalisation.

Voici la liste des stations qui ont déjà reçu le cadre :

002 – St-Sacrement
004 – Parc Lafontaine
034 – Boyer et St-Zotique
124 – Henri-Julien et de Castelnau
148 – Laurier et St-Urbain
181 – St-André et Bélanger

Nous sommes curieux de savoir ce que vous en pensez. Comment trouvez-vous ce nouveau système ? Écrivez-nous, on veut connaître votre opinion !

 

Quel type de consommateur êtes-vous ?

Crédit photo © Communauto

Selon la dernière évaluation du Baromètre de la consommation responsable, réalisée par l’Observatoire de la Consommation Responsable © et présentée par Protégez-Vous, les Québécois sont encore bien loin d’être classés parmi les meilleurs consommateurs au Canada. Toujours selon le Baromètre, les Ontariens adopteraient des comportements de consommation responsable plus élevés que les Québécois, surtout dans le domaine du compostage et du transport durable. Les Québécois détiendraient une mince avance dans le domaine du recyclage et de la consommation locale.

Que pensez-vous du compostage, du transport durable, de la protection de l’environnement ou des animaux, de la déconsommation, de la consommation citoyenne ou locale, du recyclage ? Êtes-vous actif ou passif face à ces grands thèmes ?

Tous les jours, nous sommes interpellés sur ses sujets d’actualités qui nous rappellent qu’effectuer des changements de consommation et de comportement exige temps et volonté, autant citoyenne que politique.

Et vous, diriez-vous que vous êtes un consommateur responsable ? Si oui, pourquoi ?

 

Qui sera votre chauffeur désigné cette année ?

Crédit photo © Nez rouge

Depuis 1984, l’Opération Nez rouge est un service totalement gratuit offert par des milliers de bénévoles. L’Opération Nez rouge, c’est plus de 58 000 bénévoles par an, mais c’est aussi 67 centrales de répartition au Québec, des centaines de milliers de cafés, des tonnes d’équipement logistique (téléphone, radio, mobilier) qui permettent d’offrir plus de 60 000 raccompagnements à chaque édition.

Saviez-vous que les membres de Communauto peuvent compter sur Nez rouge pour les raccompagner après une soirée bien arrosée ? En effet, il est toujours possible de passer le volant à un autre conducteur si vous demeurez à bord du véhicule Communauto. Pensez-y !

Encore cette année, l’équipe de l’Opération Nez rouge recherche des bénévoles ! En participant, vous contriburez à rendre nos rues plus sécuritaires durant la période des Fêtes. De plus, les dons recueillis auprès des clients seront versés à divers organismes locaux qui appuient les jeunes ou le sport amateur.

Alors, pensez-vous utiliser les services de Nez rouge cette année ?
Sinon, dites-nous qui sera votre chauffeur désigné !

 

Rabais et privilèges : en avez-vous profité cet été ?

Crédits photo © Communauto

Depuis ses tout débuts, Communauto offre des rabais exclusifs à ses abonnés. Avant tout, c’est pour remercier et gâter tous nos usagers de leur fidélité que nous avons développé plusieurs partenariats avec des entreprises d’ici qui prônent des valeurs sociales et environnementales semblables aux nôtres. Avec plus d’une trentaine de rabais dans plus d’une dizaine de catégories différentes, nous avons à cœur de répondre aux besoins de nos abonnés.

Passant du vélo aux assurances, de l’hébergement en nature à la restauration santé, des loisirs aux vêtements éthiques, nous souhaitons permettre à nos abonnés de bénéficier de ces privilèges tout en contribuant au bien-être de leur environnement en choisissant des produits de qualités et socialement responsables.

Saviez-vous que vous avez droits à ces rabais exclusifs ? Si oui, en avez-vous profité cet été ? Avec des partenaires tels que Via Rail, les locateurs de véhicules, Le Baluchon, la station de montagne Au Diable Vert, Entre cîmes et racînes et l’auberge Au Chant de l’Onde, il y avait certainement de quoi économiser sur vos déplacements et vos nuitées !

Nous aimerions connaître vos impressions, vos histoires, vos expériences avec nos différents partenaires de rabais. Nous désirons également savoir quels partenaires de rabais vous aimeriez voir s’ajouter à la liste. Et pourquoi ne pas nous proposer un partenariat si vous offrez un produit ou service qui pourrait plaire à nos abonnés ?

Allez-y ! Vous pourriez faire découvrir à un autre abonné les nombreux avantages de faire partie de la Famille Communauto !

 

Stations à plusieurs coffrets : cherchez-vous votre clé ?

Crédits photo © Communauto

Chez Communauto, environ 7 % de nos stations ont plus d’un coffret pour ranger les clés de nos véhicules. Cette situation peut parfois amener son lot de complications et de frustrations lorsqu’on cherche sa clé au début de sa réservation. Par souci de vous offrir le meilleur service possible, nous nous questionnons sur les solutions à aborder pour régler ce problème.

Récemment, nous avons fait des tests à la station St-Sacrement, près du métro Mont-Royal, avec un prototype d’affiche et de numérotation des coffrets. Ainsi, l’affiche indique à nos abonnés les clés qui se trouvent dans chaque coffret. Évidemment, les réactions ont été très positives étant donné qu’auparavant, il n’y avait aucune signalisation.

Notre objectif est de rendre l’expérience Communauto la plus satisfaisante possible, et ce, jusqu’à la fin de votre réservation. N’étant pas propriétaire de nos stations, il est parfois difficile de trouver un endroit adéquat pour poser ce type de signalisation.

Avez-vous des suggestions à nous faire ? Écrivez-nous, nous voulons connaître votre opinion sur cette question !

 

Un an déjà! Que voulez-vous voir sur Communopolis?

 

Ça y est, Communopolis fête déjà son premier anniversaire ! C’est l’occasion idéale pour vous questionner de nouveau sur ce que vous voudriez voir sur votre portail « comm sans auto ».

Après une longue réflexion sur ce que ce portail devait contenir, nous avions présenté la plateforme à tous nos abonnés lors du lancement en juin 2011. Selon nous, le projet exposé répondait alors à des besoins déjà exprimés par certains abonnés de Communauto.

Communopolis se voulait un espace où se croisent et échangent ceux qui aiment une vie libre de l’auto au Québec. C’était un lieu d’échange visant à rendre plus accessible et plus attrayant ce mode de vie. Pour y parvenir, la plateforme propose des suggestions de sorties avec ou sans auto, présente des entrevues avec des personnalités ayant opté pour ce style de vie, offret des rabais exclusifs, propose des concours et traite de nouvelles exclusives portant sur Communauto et sur la mobilité durable.

Après un an d’existence, avons-nous répondu à vos attentes ? Est-ce que Communopolis vous donne ce que vous recherchez ? Dans vos rêves les plus fous, qu’auriez-vous souhaité retrouver dans Communopolis ? Une section trucs et astuces ? Un forum ? Une section pour faire du troc et des échanges entre abonnés ?

Bonne nouvelle !
Une nouvelle section voit le jour dans le menu de Communopolis : Trucs et astuces.

Votre opinion est importante. Ce sont vos suggestions d’aujourd’hui qui façonneront l’évolution de cet espace ! Allez-y : émettez vos idées ! Nous sommes à l’écoute !

 

Des autos électriques en libre-service à Montréal

Crédits photo © Autolib’

Suite au Forum stratégique sur les grands projets de Montréal, François Cardinal, éditorialiste à La Presse, écrivait un billet à propos d’Autolib’ intitulé « Des autos électriques en libre-service à Montréal ? Le maire dit oui… ».

Présent lors du Forum, Communauto apporte ici quelques éléments de réflexion sur ce projet qui suscite un engouement important chez la population.

Mentionnons, pour fin de clarification, qu’il était question, ici, de Libre Service Intégral (LSI) et non pas du service d’autopartage déjà offert aux Montréalais par Communauto. Contrairement à l’autopartage qui constitue également une offre d’automobiles offertes en libre-service, le LSI permet d’utiliser un véhicule sans le réserver au préalable et de le laisser à la fin de sa course à un endroit autre que son point de départ :

1) Les retombées environnementales positives des systèmes de Libre Service Intégral dépendent strictement de la présence d’autres alternatives à l’auto pour les déplacements pendulaires ou de plus longue distance. En fait, l’incertitude liée à la disponibilité du véhicule, dont on ne connaît pas la localisation dans le futur, et le coût du trajet (environ 0,35 $/min pour Car2Go, 5-7 euros la demi-heure pour Autolib’) réduisent la capacité de ces systèmes de représenter à eux seuls une alternative à la propriété d’une auto. De cette réalité découle l’importance d’intégrer le LSI en complémentarité avec les offres des autres acteurs du transport durable : taxi, transport en commun, autopartage et BIXI.

2) Le LSI risque d’entrer en compétition directe avec l’industrie du taxi, une composante importante du cocktail transport montréalais. Il s’avère donc nécessaire, ici, de planifier une intégration qui met en valeur ces deux systèmes.

Fort de son expérience et de sa vision intégrée du LSI, Communauto a annoncé en 2011 sa volonté et sa capacité de mettre à la disposition des Montréalais un tel système, de façon à ce qu’il soit orienté à promouvoir la mobilité collective, le tout en collaboration avec tous les acteurs du transport durable, incluant les taxis.

3) Nul ne peut contredire le fait qu’une manière d’augmenter l’impact positif du Libre Service est par l’utilisation de la technologie électrique. Ceci constitue une opportunité particulièrement significative au Québec. La présence d’un opérateur d’autopartage comme Communauto, parmi les plus grands au monde dans ce secteur, ainsi que la présence d’une source d’énergie électrique renouvelable, abondante et peu couteuse, et d’un opérateur engagé dans l’électrification du transport comme Hydro-Québec garantit une certaine expertise dans les deux domaines principaux du projet.

4) Les contraintes liées au choix d’électrifier le réseau comme l’a fait Autolib’ sont toutefois non négligeables. À Paris, la nécessité d’avoir des stations de recharge disponibles au départ et à destination crée une rigidité importante par rapport à la flexibilité offerte par les solutions thermiques déployées par Car2Go, notamment à Vancouver, où les voitures peuvent être garées partout, légalement, à l’intérieur d’un certain secteur.

5) Qui plus est, à Paris, l’alimentation en chaussée des véhicules électriques a nécessité un investissement important de la part des administrations de l’île de France : 50 000 euros par station d’environ 5 véhicules, en échange d’un loyer d’environ 750 euros par année par véhicule. Les voitures de Communauto garées sur des espaces publics à Montréal rapportent des revenus similaires à la Ville sans que celle-ci n’ait eu à investir dans le déploiement de cette offre.

6) À Montréal, de plus, les opérations de déneigement ont empêché jusqu’à maintenant d’établir un réseau important de voitures en autopartage sur la chaussée. La chose serait compliquée d’autant par la nécessité du besoin de prévoir une recharge. La réalisation du projet d’Autolib’ à Paris repose sur une volonté ferme de la part de la Ville, qui a été prête à investir des sommes considérables (50 millions d’euros) pour le réaliser en plus de libérer les espaces en voirie nécessaire pour mettre en place un réseau de stations important.

Selon vous, y a-t-il un avenir pour le LSI électrique à Montréal ?

 

Où allez-vous en vacances cet été ? Partagez avec nous vos idées de mobilité durable !

Crédits photo © Montage - Google images

C’est plus fort que nous. Sitôt la neige fondue, on s’imagine déjà en vacances. On commence à planifier, et on se met à rêver. Plage, camping, jardinage, voyage… Pour vous aider à organiser vos vacances sans mettre une croix sur vos principes écologiques, nous vous suggérons quelques pistes « hors des sentiers battus » pour vous déplacer autrement cet été.

Des vacances à pied ?
La Fédération québécoise de la marche regroupe une centaine d’organisations offrant des activités de randonnée pédestre partout au Québec. Que vous soyez seul, en couple ou en famille, joignez-vous à d’autres randonneurs pour une excursion d’un jour ou plus et découvrez des paysages à couper le souffle. Les coûts sont généralement modestes et le transport se fait en autobus ou en covoiturage.

À propos de covoiturage, Communauto a de nombreux partenaires : Amigo express, Allo stop, AlternativeAuto, Covoiturage Montréal, dont certains offrent des rabais aux membres de Communauto.

Kayak et canot en ville !
Bien des Montréalais en viennent à oublier qu’ils habitent une île tant l’accès aux rives a été limité par le passé. Des progrès ont heureusement été faits, notamment grâce à la Route bleue du Grand Montréal, dont les itinéraires nous permettent de voir la métropole sous un autre angle tout en pagayant.

Vive le cyclotourisme !
Le cyclotourisme s’est démocratisé ces dernières années de sorte qu’il est plus facile que jamais d’organiser petits et grands voyages à vélo. Et ce n’est pas nécessaire d’être au sommet de votre forme pour partir en escapade ! Informez-vous auprès de Vélo Québec des innombrables possibilités qui s’offrent à vous selon votre condition physique.

Le train, une formule romantique et pratique
Les romantiques s’imagineront prendre le Transsibérien ou monter dans l’Orient express… Les plus pragmatiques, eux, apprécieront sa simplicité, son confort et son faible coût. Envie de parcourir le pays d’est en ouest ou de vous évader le temps d’une petite escapade ? Via Rail propose de nombreux forfaits ainsi que des tarifs réduits pour les enfants, les jeunes adultes et les aînés. De plus, profitez d’un rabais de 10 % pour les mêmes de Communauto.

D’autres idées à ne pas négliger !
Membres de Communauto, n’oubliez pas que nos partenaires vous offrent des rabais exclusifs ! Si ce n’est pas déjà fait, profitez de l’été pour découvrir les écogîtes d’Entre Cîmes et Racines, les auberges Le Baluchon et Au Diable vert et les activités d’Aventure Écotourisme Québec, entre autres… Pensez aussi à combiner ces offres avec nos tarifs Longue distance pour des vacances avantageuses, sans souci et « comme sans auto » !

Enfin, si vos billets d’avion sont déjà achetés, pensez à faire un voyage carboneutre en finançant un projet vert dans un pays en développement. De nombreux organismes, comme Planetair, au Québec, vous permettent d’acheter des « crédits carbone », mais attention, tous les programmes ne s’équivalent pas. Nombre de voyagistes et de transporteurs offrent aussi à leurs clients la possibilité de voyager la conscience tranquille en échange d’un supplément. Informez-vous !

Et vous ? Pensez-vous à l’environnement quand vient le temps de planifier vos sorties estivales ? Que planifiez-vous faire cet été ? Quels sont vos trucs pour des vacances en mobilité durable ? Combinez-vous plusieurs moyens de transport ? Partagez avec nous vos bonnes idées !

 

Vous en donner le plus possible pour votre argent !

Crédits photo © Communauto

Minimiser la proportion des coûts qui se répercutent dans nos tarifs et qui ne sont pas directement liés aux véhicules. Voilà l’ambitieux objectif que nous nous sommes fixé.

Le pourcentage de nos dépenses directement liées aux véhicules se situe aux alentours de 65 %. C’est donc dire qu’un peu plus du tiers du coût du service découle des autres dépenses (frais de main-d’œuvre, loyer, équipements informatiques, dépenses promotionnelles, etc.).

Est-il réaliste de penser contrebalancer l’augmentation du coût de nos autres intrants par une amélioration de notre productivité et par l’élimination de certaines dépenses ?

Des efforts importants de développement informatique et une révision de nos processus administratifs sont déjà en cours pour améliorer notre productivité, mais quelques pistes nouvelles méritent également d’être explorées.

Par exemple, l’un des vecteurs de coûts importants qui suscitent réflexion est l’étendue des plages horaires où il est possible de parler à un préposé pour loger une réservation. Est-ce toujours pertinent ? Ne devrions-nous pas limiter notre offre à la réponse des appels d’urgence en soirée ?

En effet, plus de 80 % des transactions sont maintenant effectuées en ligne et un nombre croissant d’usagers n’ont jamais de contact avec nos préposés. Ce pourcentage pourrait croître davantage si nous vous donnions accès à la possibilité de prolonger une réservation en cours via Félix, notre système automatisé de réservation par téléphone (ce projet est d’ailleurs déjà dans nos plans).

Une autre source de dépenses importantes est liée à la gestion des contestations des pénalités. À peine 1 % des trajets sont perturbés, le plus souvent par un retard ou une erreur de véhicule. Sur 50 000 trajets par mois, cela représente tout de même 500 problèmes à gérer, et ce, très souvent en double, car nous avons régulièrement à composer avec l’insatisfaction de la personne qui a provoqué le problème (par son erreur ou par sa négligence), tout autant qu’avec celle (tout à fait compréhensible) de sa victime.

Ce qui est coûteux, c’est la gestion des négociations qui s’ensuivent fréquemment. Notre Règlement est pourtant très clair à cet égard : d’une part, notre politique prévoit les pénalités applicables dans la plupart des cas et nous nous devons, en vertu de nos valeurs mêmes (voir l’article de l’écho-mobilemars 2012, page 4), de les appliquer de manière équitable et avec rigueur ; d’autres parts, notre Contrat est tout aussi clair sur le fait que nous n’accordons aucun dédommagement suite à l’annulation du trajet d’un usager pénalisé par l’absence du véhicule qu’il avait réservé. Faire autrement ne ferait qu’ouvrir la porte à une surenchère de demandes, très souvent subjectives, ce qui se traduirait inévitablement par des frais de gestion additionnels.

Notre service est déjà fiable à près de 99 % et nous savons par ailleurs qu’il serait illusoire de prétendre à la perfection. Dans un tel contexte, comment pourrions-nous mieux gérer les attentes de nos usagers face à ces situations ? Ceci pour éviter que la gestion des exceptions ne se traduise par un apport de ressources disproportionnées.

Sommes-nous trop tolérants envers les personnes qui cherchent à s’esquiver de leurs responsabilités ?

L’automobile libre-service n’est pas une activité commerciale comme n’importe quelle autre. Notre rôle consiste à gérer efficacement l’accès à un parc de véhicules utilisé collectivement, et ce, au meilleur coût possible. C’est le prix à payer pour concurrencer efficacement la propriété d’un véhicule. Cela implique de faire des choix de gestion judicieux et d’obtenir l’adhésion à un certain nombre de règles.

Comment stimuler le sentiment de solidarité nécessaire pour y parvenir encore mieux ?

Vous avez des idées à nous partager ?

 

Parlons tarifs : qu’est-ce qui est important pour vous ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, faisons un peu d’histoire.

Communauto a toujours été très préoccupée par sa tarification et pour cause, son modèle d’affaires est principalement fondé sur ce point chaud. Dès nos débuts, en 1994, nous avons dû faire la preuve que l’accès à un service d’autopartage pouvait être plus avantageux que de posséder une auto. Nous savions que nos tarifs devaient être attrayants si nous voulions atteindre cet objectif. 25 000 usagers plus tard, apparemment, nous avions vu juste. Et quel plaisir de constater que nous demeurons à ce jour l’un des services d’autopartage les plus abordables au monde (CLIQUEZ ICI pour avoir un aperçu) !

Vous en donner le plus possible pour votre argent a toujours été au cœur de nos préoccupations. Nous ne pouvons malheureusement pas nous soustraire aux augmentations hors de notre contrôle (essence, stationnement, entretiens, etc.) mais nous tentons férocement d’en limiter les effets pervers.

Désirant poursuivre sur cette lancée, comme nous nous apprêtons à nouveau à apporter des changements à notre grille tarifaire, le temps est venu de vous consulter sur le sujet :

  • Considérez-vous les prix de Communauto élevés pas rapport aux avantages que vous en retirez ?
  • Que vous jugiez nos tarifs de base chers ou bon marché, êtes-vous plus sensibles au coût par kilomètre ou au prix à l’heure ?
  • Considérez-vous important de réduire le coût par kilomètre après un certain nombre de kilomètres (en ce moment à compter du 101e km pour les forfaits B et C); croyez-vous que nous devrions réduire ce seuil ?
  • Et que pensez-vous de nos tarifs Longue distance ? Les trouvez-vous suffisamment avantageux. Si nous avions à les améliorer et que vous aviez à choisir entre les deux, devrions-nous réduire le coût pour le temps ou le coût par kilomètre parcouru ?

C’est l’occasion de parler « tarifs ». Exprimez-vous !

 

Vivre sans posséder une auto : utopie ou style de vie ?

Événement photo pour illustrer les bienfaits de l'autopartage combiné au transport en commun et au vélo libre-service. Ce sont près de 200 personnes qui ont répondu à l'invitation de Communauto, le samedi 5 septembre 2009 à Montréal, pour célébrer les 15 ans d'existence de la plus ancienne entreprise d'autopartage en Amérique. © Nathanaël Corre

Affirmons-le sans détour : oui, vivre sans posséder une auto, c’est possible ! Pour de plus en plus de ménages, se passer d’une voiture (la première pour la plupart, pour certain la deuxième) est tout simplement devenu un style de vie. Il faut dire qu’aujourd’hui, en ville, il existent de nombreuses solutions de rechange pour se déplacer de façon efficace, rapide et écologique. À l’heure où vous lisez ces lignes, ce sont quelque 25 000 personnes à travers le Québec, abonnés de Communauto, qui ont choisi d’adopter la voiture libre-service et les autres moyens de transport actifs et collectifs, plutôt que leur auto. Certes, nos villes doivent se réinventer, mais nous aussi !

Ainsi, plusieurs personnes adoptent quotidiennement un style de vie qui ne dépend pas d’une voiture personnelle et ils en découvrent de nombreux d’avantages (pensons seulement aux jours après les tempêtes hivernales !). Bien sûr, il faut s’organiser en conséquence, mais même avec la venue d’un enfant, par exemple, certains choisissent d’investir dans un nouveau chariot de vélo plutôt que dans une voiture. On valorise davantage la proximité, on se rapproche de son lieu de travail ou de la garderie, on va planifier ses déplacements en transport en commun ou en Communauto en fonction de ses besoins. En fait, les bénéfices pour l’environnement, la santé et le compte en banque dépassent les inconvénients.

Et vous ? Nous sommes curieux d’entendre vos témoignages ! Avez-vous adopté ce style de vie graduellement, ou du jour au lendemain ? Cela a été une décision longuement réfléchie ou une évolution naturelle ? Existe-t-il des raisons qui pourraient vous faire décider d’acheter une voiture ? Quels bénéfices tirez-vous du fait de ne pas posséder une auto ? Et surtout… à quels modes de transport ne renonceriez-vous pour rien au monde ?

Participez à notre concours !
Livrez-nous votre témoignage en faisant un commentaire (minimum 50 mots) et courez la chance de gagner un renouvellement au forfait «B» de Communauto. Pour connaître tous les détails de notre concours, cliquez ici.

 

Trucs et astuces pour un hiver sans tracas !

Crédits photos © Google images

Il ne reste que quelques feuilles dans les arbres et on commence déjà à planifier les vacances de Noël. Pas de doute, l’hiver sera bientôt à nos portes, ce qui annonce de grandes joies… et de petites misères, notamment pour les propriétaires de voitures. Entretien préventif du véhicule, achat et pose des pneus d’hiver (ka-ching !), recherche frénétique d’une place de stationnement les jours de déneigement… Les abonnés de Communauto l’ont compris, vivre sans auto l’hiver comporte bien des avantages.

Mais il y a aussi tout le reste : les trottoirs glacés, les mitaines perdues, l’entrée qu’il faut bien déblayer, la poussette qui reste prise dans la neige, le gros rhume qui épuise, alouette !

Et vous, qu’est-ce qui vous irrite l’hiver ?
Que faites-vous pour vous déplacer durant la saison froide et faire un pied de nez aux tracas hivernaux ?

Vite, partagez vos trucs et astuces avec nous !

 

Congestion routière : l’œuf, ou la poule ?

On le sait, le nombre de véhicules circulant dans le Grand Montréal ne cesse d’augmenter. Tous s’entendent sur le diagnostic : congestion des artères, hausse de la pollution, diminution de la qualité de vie. Cependant, le remède à appliquer est loin de faire consensus. Oui, les transports en commun doivent faire partie de la solution. Mais comment convaincre la population de les utiliser dans un contexte où l’offre peine parfois à répondre à la demande ?

La majorité des voix se lèvent contre des mesures dissuasives parce qu’elles ne serviraient qu’à exaspérer des automobilistes pris en otage parce que sans réelle solution de rechange. Pour ceux-ci, seul le développement du réseau de transports en commun d’abord saura convaincre les citoyens de laisser leur voiture à la maison. Le succès de l’introduction de l’offre de train de banlieue dans la dernière décennie démontre l’efficacité d’une solution basée sur l’amélioration de l’offre de transport.

D’autres exigent que la promotion des alternatives et du respect des conditions de vie de certains quartiers ne soit pas limitée par les conséquences ou les obstacles que cela pourrait provoquer aux utilisateurs de l’automobile. De plus, cela pourrait les inciter à abandonner la voiture en ville. Pensez à l’approche de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal ou encore à celle de l’ancien de Londres, quand il a institué un péage urbain en 2003 pour désengorger sa ville.

Malgré que Communauto ait toujours milité pour un nouvel urbanisme et un aménagement du territoire qui privilégie le transport actif et collectif, nous faisons appel à vous, qui en bonne partie ne possédez pas de voiture, pour démêler la question : l’œuf, ou la poule ?

Le débat est lancé… et déjà, nous pouvons lire des échanges sur la toile :

« Donner avant d’enlever », François Cardinal, La Presse, 21 septembre 2011
« Tendre l’autre joue », Luc Rabouin, Centre d’écologie urbaine, 26 septembre 2011

Comment désengorger Montréal ? Par quoi commencer ? Quelle approche souhaitez-vous voir mise en place par nos élus ?

À vous la parole !