L’automobile libre-service et le transport en commun accessibles avec la même carte

Crédit photo © Communauto

Montréal et Québec – 18 octobre 2012 – Monsieur Benoît Robert, président-directeur général de Communauto, monsieur Michel Labrecque, président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM) et monsieur Raymond Dion, président du Réseau de transport de la Capitale (RTC), ont annoncé aujourd’hui la signature d’une entente pour la réalisation d’un projet pilote qui permettra aux usagers du transport en commun, aussi abonnés à l’autopartage, d’utiliser leur carte OPUS pour accéder tout autant aux voitures de Communauto qu’au réseau de transport de la STM et du RTC.

Pendant ce projet pilote, d’une durée de quatre mois, 50 véhicules de Communauto accessibles en libre-service, dont 24 LEAF 100% électriques, seront équipés d’un nouveau dispositif de lecture qui permettra d’authentifier l’abonné au simple passage de sa carte OPUS devant le lecteur placé sous le pare-brise.

Si les résultats du projet pilote sont concluants, tout le parc automobile de Communauto sera graduellement équipé de ces nouveaux lecteurs, à partir de février 2013. À compter de cette seconde phase, les abonnés à Communauto pourront non seulement utiliser leur carte OPUS pour s’identifier avant de pouvoir démarrer le véhicule, mais ils pourront aussi utiliser leur carte OPUS pour déverrouiller les portières de l’extérieur.

Ce projet a été rendu possible grâce à la volonté et à la collaboration des Autorités organisatrices de transport (AOT) associées à OPUS (STM, RTC, AMT, STL, RTL, Société de transport de Lévis, AQTIM) et, tout particulièrement, grâce au soutien de l’équipe technique de la STM.

« Des études de l’Université Laval et, plus récemment, de l’École Polytechnique de Montréal nous démontrent que les ménages abonnés à l’autopartage profitent davantage du transport en commun et utilisent la voiture jusqu’à 4 fois moins que leurs voisins qui en possèdent une. Plus nous serons capables de rendre facile et attrayant l’utilisation combinée du transport en commun et de l’auto en libre-service et plus nous améliorerons les conditions de vie et la mobilité des citoyens de Québec » a dit M. Benoît Robert, président-directeur général de Communauto.

« Ce projet pilote est une illustration concrète de notre stratégie de faire de la carte OPUS une carte de multimobilité ou si vous préférez, de Cocktail Transport.  La grande question des 10, 20 prochaines années c’est : est-ce que je dois être personnellement propriétaire d’une voiture qui va passer 90% de sa vie utile stationnée? L’autopartage et des transports collectifs de qualité sont intimement liés. Il est donc de notre responsabilité de co-promouvoir et de rendre plus conviviaux et complémentaires nos services respectifs de mobilité » a déclaré le président du conseil d’administration de la STM, M. Michel Labrecque.

« Nous sommes très heureux de notre partenariat avec Communauto. Ce projet démontre concrètement comment on peut combiner l’utilisation de l’automobile et de l’autobus. De surcroît, il s’inscrit directement dans la vision de la Ville de Québec et du Plan de mobilité durable pour que Québec soit davantage une ville attrayante, prospère et durable. Une ville où les gens utiliseront des modes de transport en complémentarité pour se déplacer dans la ville selon leurs besoins, le moment et l’endroit où ils vont », explique le président du RTC, M. Raymond Dion.

Soulignons en terminant que les nouveaux dispositifs, qui s’ajoutent aux systèmes antivol et de repérage déjà présents sur tous les véhicules de Communauto, sont fournis par ETL Électronique, entreprise québécoise qui, depuis quelques années, équipe les véhicules de Communauto d’ordinateurs de bord.

Une synthèse de l’étude mentionnée de l’Université Laval est disponible au crad.ulaval.ca/files/memoire_mobilite, celle de l’École Polytechnique de Montréal est disponible auwww.communauto.com/poly2012