Cosmétiques et consommation responsable : est-ce possible ?

Crédits photo © Fondation David Suzuki

Selon le petit documentaire The story of cosmetics, aux États-Unis, les femmes utilisent en moyenne douze produits cosmétiques par jour et les hommes, six. Rien n’indique que les Québécois sont de moins grands consommateurs de ces produits. Pensez-y : baume à lèvres, shampooing, revitalisant, savon, antisudorifique, maquillage, le nombre d’ingrédients auxquels nous sommes exposés est impressionnant. Une vraie soupe chimique !

Les solutions
Heureusement, consommer des cosmétiques de façon sécuritaire et responsable est à la portée de chacun. D’abord, ne pas se fier aux allégations qui, comme la mention « naturel », sont utilisées à toutes les sauces pour confondre le consommateur. La Fondation David Suzuki a développé un guide très utile pour débusquer, sur la liste des ingrédients, les substances à éviter.

Aussi, de plus en plus de fabricants offrent des produits à la fois irréprochables et efficaces, souvent biologiques et certifiés par Écocert. N’hésitez pas à réclamer qu’on leur fasse une plus grande place sur les tablettes de votre magasin habituel ou visitez une boutique spécialisée près de chez vous ou en ligne.

Enfin, il suffit de naviguer un peu sur le Web pour tomber sur des tonnes de recettes de cosmétiques faciles à réaliser ! En prime, vous épargnerez beaucoup d’argent… Si vous souhaitez vous lancer dans cette entreprise, pourquoi ne pas vous inscrire à un atelier ? Visitez le site Web de Noblessence pour des recettes et des formations.