Congestion routière : l’œuf, ou la poule ?

On le sait, le nombre de véhicules circulant dans le Grand Montréal ne cesse d’augmenter. Tous s’entendent sur le diagnostic : congestion des artères, hausse de la pollution, diminution de la qualité de vie. Cependant, le remède à appliquer est loin de faire consensus. Oui, les transports en commun doivent faire partie de la solution. Mais comment convaincre la population de les utiliser dans un contexte où l’offre peine parfois à répondre à la demande ?

La majorité des voix se lèvent contre des mesures dissuasives parce qu’elles ne serviraient qu’à exaspérer des automobilistes pris en otage parce que sans réelle solution de rechange. Pour ceux-ci, seul le développement du réseau de transports en commun d’abord saura convaincre les citoyens de laisser leur voiture à la maison. Le succès de l’introduction de l’offre de train de banlieue dans la dernière décennie démontre l’efficacité d’une solution basée sur l’amélioration de l’offre de transport.

D’autres exigent que la promotion des alternatives et du respect des conditions de vie de certains quartiers ne soit pas limitée par les conséquences ou les obstacles que cela pourrait provoquer aux utilisateurs de l’automobile. De plus, cela pourrait les inciter à abandonner la voiture en ville. Pensez à l’approche de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal ou encore à celle de l’ancien de Londres, quand il a institué un péage urbain en 2003 pour désengorger sa ville.

Malgré que Communauto ait toujours milité pour un nouvel urbanisme et un aménagement du territoire qui privilégie le transport actif et collectif, nous faisons appel à vous, qui en bonne partie ne possédez pas de voiture, pour démêler la question : l’œuf, ou la poule ?

Le débat est lancé… et déjà, nous pouvons lire des échanges sur la toile :

« Donner avant d’enlever », François Cardinal, La Presse, 21 septembre 2011
« Tendre l’autre joue », Luc Rabouin, Centre d’écologie urbaine, 26 septembre 2011

Comment désengorger Montréal ? Par quoi commencer ? Quelle approche souhaitez-vous voir mise en place par nos élus ?

À vous la parole !